Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le nucléaire...

22 Avril 2014 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Certains m'ont dit que je détestais le nucléaire. C'est faux. Mais je déteste le mensonge, l'arrogance, le déni, dans lequel vit cette industrie. Une industrie d'ailleurs, très largement inutile, mais dont on feint de croire qu'elle a la moindre viabilité, voire la moindre finalité, autre que de faire un volume d'affaire suffisant pour que certains vivent bien, et possèdent des places "d'experts", en rien, mais valables en tout.

La Russie vient de cesser ses ventes d'uranium recyclé. La source secondaire qui alimentait l'industrie nucléaire est tarie.

Les USA aussi, ont grandement tapé dans leurs stocks militaires, et l'on peut dire qu'une période s'achève.

De toute façon, même si on décidait de finir le stock militaire, et de désarmer totalement, près de 90 % du chemin a été accompli.

Il reste environ 5000 têtes nucléaires aux deux ex-supergrand, dont sans doute, la moitié d'utilisables. Il est douteux qu'ils aillent au delà. Ce stock secondaire, a assuré depuis 1989 la survie du nucléaire civil, car la production, depuis cette date, est insuffisante.

L'uranium militaire russe a fourni depuis 15 ans, la moitié de la consommation d'uranium US. Les dits USA auraient bien voulu que cela continue, mais un stock restant un stock, quand il est fini, il est fini.

Bien sûr, la Russie va tripler sa production, dit Rosatom. Elle va passer de 3200 tonnes à 8400.

La source secondaire comptait environ pour 25 000 tonnes par an. Pour ce qui est des centrales au Thorium, on nous dit qu'il existe plusieurs milliers d'années de combustible, il reste que la technologie du thorium est aujourd'hui, encore, dans les limbes. Et quand on nous parle de nucléaire, c'est de nucléaire classique, avec son carburant classique.

D'ailleurs, s'il existait une technologie du thorium, celle-ci aurait déjà complétement terrassé celle du nucléaire classique.

D'ailleurs aussi, vu qu'en occident, la recherche sur la filière thorium est tombée à zéro, ou presque, il faut la voir pour ce que c'est : un simple argument d'articles de journaux. Quand aux réserves ultimes, c'est sans doute très intéressant, mais à partir d'un certain niveau de dilution, il est impossible de savoir si on pourra récupérer quoi que ce soit, ou du moins, le faire avec un TRE supérieur à 1.

Comme je l'ai dit, les nippons ont réussis à récupérer un kilo d'uranium dans l'eau de mer. En dépensant combien de fois plus d'énergie ? 10, 100, 1000 ou 10 000 ? SI l'on était "seulement", à 10 fois plus, ce serait phénoménal.
De plus, pour le Thorium, je conseille de lire Jules Verne. En 1850, il parle des réserves de charbon britanniques et chinoises. Les une sont de 800 ans, les autres de 2000 à 3000 ans. Dans les faits, les 800 ans se sont révélés 150, et la Chine aura sans doute largement tout épuisé en 2100... Soit, division par 10, aussi.

De même les stocks d'uranium étaient abondant, quand ils ne servaient à rien (1960-1980). aujourd'hui, on est toujours dans un déficit massif qui devrait s'accroître encore, avec la mise en service des centrales chinoises. De plus, il est clair que la filière elle même est fortement consommatrice d'énergie, à tel point qu'on se demande là aussi, si le TRE de l'uranium est bien au moins égal à 1. On n'exploite plus les mines avec des petits bras musclés. Et les usines d'enrichissement, non plus...

Pour ce qui est de produire, et de stocker de l'électricité sans risque, à l'heure actuelle, il suffit de quelques travaux importants, certes, mais de simple génie civil.
Donc, il n'est pas la peine de se fatiguer à essayer de justifier une filière démodée, et obsolète, au moins actuellement, et dans sa configuration actuelle. .

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Et pendant ce temps-là... Germinal à Donetsk.<br /> <br /> http://lemonderusse.canalblog.com/archives/2014/04/23/29721201.html
Répondre
B
c'est un peu comme le pétrole les réserves fluctuent en fonction du prix. Elle est où cette étude de 3 scénario de transition énergétique qui donnait le surcout nécessaire, qui disait presque que çà revenait plus cher de rester sur du nucléaire comme aujourd'hui et encore sans tenir compte du démantèlement.<br /> Le thorium çà avance quand çà veut, les indiens chinois s'y mettent, eux ils démarrent de zéro, ils n'ont pas conçu leurs centrales. nous on avait bien avancé, çà avait marché un peu, et on a tout arrêté, ou on a meme exploré des voies chiantes avec démarrage du réacteur par un faisceau de particule avec le rubbiatron.<br /> Un tour de table est bouclé au canada, des fonds privés pour concevoir et commercialiser des petits réacteurs thorium d'ici 10ans ptetre. des ptits réacteurs facilement modulables en puissance comme pour les sous-marins.<br /> Sur le principe de réacteur à sel fondu ya des étudiants du mit qui ont crée une boite pour relancer le concept afin de recycler les déchets nucléaires. Le réacteur à sel fondu a un meilleur rendement, bien meilleur, il peut fonctionner avec un taux de combustible beaucoup plus faible, le fonctionnement est beaucoup plus sûr.<br /> Dans le temps on n'avait pas les memes matériaux, et surtout leur astuce est dans le choix du sel fondu utilisé pour améliorer le rendement et permettre de fonctionner avec des déchets.<br /> Faut voir.
Répondre
L
il vont bien finir par nous fabriquer des céramiques au graphéne. Cela devrait regler le probléme.
P
A propos du thorium, j'ai discuté avec un ami (docteur en physique nucléaire) qui bosse sur le sujet au CNRS (à moins que ce ne soit le CEA?)<br /> Bref, il ne faut pas se faire trop d'illusion. Quelques aspects des fluides à gérer dans ces fameux réacteurs à sels fondus : température de fonctionnement, de l'ordre de 700°C au plus chaud du circuit, pression jusqu'à 20 bars, le tout pour un fluide hautement corrosif. ll y a donc quelques menus problèmes d’ingénierie basique, j'aurais même envie de dire de plomberie, avant de pouvoir en faire un dispositif efficace et facilement exploitable.
H
Vous avez oublié la surgénération. Mais là il y a des problèmes de sécurité accrus.
Répondre
H
bah non, avec la surgénération il n'y a plus de problèmes de réserve d'uranium. Même les déchets deviennent du combustible. Par contre certains prétendent que c'est très dangereux.<br /> <br /> Quant à l'extraction de l'uranium de l'eau de mer, le bilan énergétique de l'opération est très discuté :<br /> <br /> http://www.energie-gouv.fr/spip.php?article60<br /> <br /> ici ils disent &quot;le rapport de l’énergie récupérée sur l’énergie investie est donc supérieur à 300&quot;.
G
C'est fascinant comme le populo a besoin de se rassurer :-)))<br /> Non on va vers un monde avec moins beaucoup moins d'énergie point barre
W
Il est dommage que vous ne liez pas certain évènement entre eux :<br /> <br /> par exemple la mise en service retardée de la mine de cigar lake pourrait etre du à la fin du stock militaire: il n'était pas nécessaire ni rentable de l'ouvrir trop top face à l'afflux de uranium militaire russe.<br /> <br /> ce désarmement relatif est plutôt une bonne nouvelle non? c'est une épine dans le pied en moins pour l'humanité et vous y voyez une catastrophe : ne garder que comme capacité de vitrifier les villes et laisser les campagne repartir<br /> <br /> quand à épuiser le stock fissile, il y a de la marge avec le retraitement du plutonium (MOX) qui se généralisera si pénurie d' uranium. Et puis si çà devient vraiement pénible, on cognera dans les stock de plutonium militaire qui permettra en plus de réutiliser le plutonium du mox irradié (trop chargé en 240Pu). encore une bonne nouvelle.<br /> <br /> Bref, m^me si les réacteur surregénérateur ne sont pas tecniquement possible (astrid = petit modèle de superphénix) , le stock fissile ne semble pas poser de problème à court terme.<br /> <br /> Les problème court terme (les maillons faibles) sont le pétrole et la bouffe ( les deux étant d'aileurs fortement liés) et je doute qu'une humanité à 10 millairds voir m^me les 7 acuels soit possible dans 20 ans.
Répondre
W
l'Ukraine, c'est un point d'affrontement entre empires russes(asiatiques) et américain(occidentaux) tout comme la syrie.<br /> les russe ont été un moment hors jeu du fait du prix du pétrole trop bas (grace aux saoudiens) et d'une classe politique dégénérée.<br /> Ils reviennent en jeu grace a des prix energétique élevés , le tsar vladimir, d'après la terminologie de machiavel, &quot;a aquis la principauté de russie par la vertu&quot; et il est face à une classe politique occidentale dégénérée, des abrutis tout juste capables de réciter leur fable ultralibérale comme des perroquets.<br /> <br /> qui va gagner l'ukraine : je pencherai pour les russes, car hormis quelques agités payés par la CIA, la majorité reste éprise de culture slave, et qu'ont les occidentaux a proposer, à part des fond structurel récupéres par une classe politique corrompue tandis que la population générale verrait son niveau de vie baisser?
R
wawa, vos commentaires sont wah wah !<br /> <br /> Un Bescherelle vous ferait le plus grand bien afin que nous puissions profiter de vos réflexions profondes et néanmoins pertinentes...<br /> <br /> Que pensez-vous par contre du nouveau Yalta qui semble se dessiner, de nouveau en Ukraine, comme si l'histoire demeurait stérile d'enseignement ???<br /> <br /> A comentar, gracias !
G
Ah heureusement que Patrick Reymond est la pour revenir au reel, comme disait Lacan (il disait aussi que c'est un coup de pied au cul !) et detruire toutes ces petites propagandes de pacotilles que sont atlantico et slate, voir a qui ca appartient, juste pour se marrer deux secondes.<br /> Bon, je me chauffe a l'electrique because mes parents n'ont jamais pense a mieux, mais ils ont une cheminee eux ! Patrick, je t'annonce que edf va pleurer dans pas longtemps, j'ai jamais aussi peu consommer d'electricite pour me chauffer, pratiquement une division par deux pour la conso (y compris chauffe-eau et cuisine...) c'est dire !
Répondre