Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sondage...

9 Mai 2014 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Il y a encore 51 % des français qui croient aux contes de fées de l'Union européenne. C'est encore considérable, même si c'est en chute, par rapport à 2004. A cette époque, c'était 67 % pour lesquelles, l'UE était "une bonne chose".

On voit encore le chemin qui reste à parcourir, avant que l'effet de propagande s'efface. Là aussi, la grande justification du monde "libre", s'efface aussi, c'était le succès économique.

En réalité, l'UE n'a été de tous temps et sous ses autres noms, qu'un étouffoir économique, que la lancée précédente permettait de masquer.

Quand à la justification du clown élyséen, "l'Europe, c'est la paix", c'est encore plus pitoyable. L'UE, comme les USA, c'est la guerre éternelle, sans fin ni but, ou plutôt avec un but bien au dessus de ses moyens, la destruction de la Russie.

Quand on voit qu'on discute encore de l'adhésion turque, quasiment en guerre ou en chicane, avec la totalité de ses voisins, quand on voit une Pologne, fomentant la guerre en Ukraine, on devine où on arrive.

" A l'inverse le soutien est bien plus fort chez les cadres (78%) et les retraités (62%)". Bref, tous les gens sans soucis financiers, épargnés par l'UE, enfin, du moins, pour le moment.

C'est un vote clair, donc, de lutte des classes. Ceux à qui l'UE en met "plein la gueule", ont pas tendance à la trouver sympathique, ceux qui sont encore épargnés par ce pugilat, marchent encore dans la propagande.

On dit que Mitterrand avait pris les communistes avec lui pour les étouffer, Hollande gouverne avec les socialistes pour les tuer. On parle de reports des élections régionales ? Et pour cause. La déroute serait totale pour les socialistes, qui garderaient 2 régions et 16 départements, et c'est d'autant plus ravageur que les partis "de gouvernement", ne sont que des partis de gamellards et n'ont pratiquement plus de militants, sauf les élus, et leurs familles...

C'est sans doute la raison pour laquelle not'bon prince veut les repousser d'une année, en attendant les résultats du "retournement".

On peut noter qu'il y a encore 20 % d'appui populaire pour le gouvernement, ce qui est considérable, vu les résultats inexistants, comme la côte de popularité de fin de mandat de Sarkozy, elle aussi considérable.

Mais, quelque soit les magouilles de l'INSEE, les français s'en foutent, et voient bien la dégradation ambiante, rebelle à toute propagande.

Les français, verront, d'ailleurs, leurs feuilles d'impôts, s'alourdir considérablement, cette année, et verront que la suppression des échelons administratifs, ça va être considérablement coûteux, avec des tonnes de fonctionnaires à déplacer (et à quel coût ! Des transferts coûteux de milliers de fonctionnaires et de leurs familles ? ), des bâtiments administratifs, devenir ici superflus, là insuffisants, et engendrant donc, des coûts supplémentaires, aux profits de grandes métropoles où les coûts de fonciers et de bâtis sont déjà les plus hauts, déprimant ici le marché, le gonflant là...

Bref, une parfaite politique de gribouille, où NenpeuplusNormal 1° cherche visiblement à griller ce qui lui reste de popularité.

On est littéralement dans la théorie, sans la moindre pensée, ou idée, de ce que pourra être la pratique. Ou alors, il faudra des décennies pour qu'il y ait la moindre amélioration, et on aura la gabegie, sans les résultats.

Pour sauver le système, la fusion est la pire des solutions... On s'appuie sur des sondages sans consistance, et sans dire ce que cela va impliquer. Sans parler aussi, de bien des territoires et départements qui seront littéralement vidés de toute intervention aux profits des capitales régionales.

On va donc multiplier la tare parisienne par 10. Bravo, belle politique. Heureusement, finalement, que grâce à elle, l'effondrement n'est plus loin, et que le "besoin d'effondrement" va être comblé, le plus rapidement possible, j'espère...

Sondage...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article