Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Infrastructures...

26 Août 2014 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie

J'avais rédigé, récemment, un article sur la situation de la voie ferrée Saint Etienne, ou plus exactement, Firminy le Puy, réhabilitée après être tombée dans un état désastreux. Coûteux, les travaux le furent d'autant plus qu'ils ont été très longtemps reporté.

C'est sans doute ça, "faire des économies". Mais, il y a le mais, le retour du trafic normal, en raisons de malfaçon ne se fera qu'en octobre, le 6, au lieu de début septembre. Cette petite histoire locale, est emblématique.

Elle existe, quasiment partout ailleurs, parce qu'on a pas entretenu correctement là où on le pouvait, et ailleurs, on ne le peut pas.
Explications. Cette voie ferrée, importante, et dont la privation crée un trouble important (le service de cars met plus de deux heures, au lieu d'une, et ne passe pas par les mêmes endroits (souvent, la route elle même a été coupée étant donnée l'imbrication des voies dans la vallée très encaissée de la Loire). Et pourtant, il n'y avait qu'une douzaine de trains par jour. En zone RER c'est combien ? 12 par heures ? Et le niveau d'usure est incomparablement plus rapide et plus élevé.

Pour le reste, Firminy Saint Etienne ne pose pas grand problème, elle n'existait quasiment plus (la totalité des voies n'étaient pas utilisées, ce qui a permis, tranquillement, de créer une voie RER sur cette portion, avec seulement les phénomènes inévitables de "Nimby". Les gens râlent, parce que des trains passent sur une voie de chemin de fer vieille quasiment de deux siècles.

Comme ceux qui râlent après avoir planté leur pavillon à côté de l'autoroute, ou à côté du carrefour et de ses 25 000 véhicules/jour.

Cela relève avant tout de la psychiatrie. Non, le plus marrant, c'est la voie Saint Etienne Lyon, pour ceux qui la connaissent.

Pour aller à Paris, trois heures de trajet, dont une heure pour les 50 premiers kilomètres.

Là aussi, c'est une voie RER, totalement engorgée aux heures de pointes, 50 à 60 trains par jour, et pas d'alternatives, parce que l'autoroute voisine est elle aussi, totalement engorgée, et que la ville de Saint Etienne, et la vallée du Gier sert de soupape de sécurité avec ses prix immobiliers à la ramasse aux délires immobiliers lyonnais.

Cerise sur le gâteau, quelquefois, le Gier sort de son lit, et reprend la place de l'ancien canal.

Mais, comme je le dit, le constat peut être national. Envoyez moi vos histoires, elles seront, elles aussi, éloquentes.

En Ukraine, c'est pareil. Comme je l'avais indiqué, la plus grande famine de l'histoire de l'humanité, celle de 2008, a été crée en Ukraine, Staline avait fait creuser les canaux d'irrigations, l'URSS les avaient entretenus, et l'Ukraine indépendante n'avait pas un Kopeck d'investissement pour leur entretien à se reprocher depuis 1991. Moralité : l'eau, qui était dans les réservoirs, PLEINS, ne put jamais atteindre les champs...

Aujourd'hui, c'est la société de gaz nationale, qui devait être vendue. Problème, c'est que souffrant de 20 ans d'absence d'entretien, les candidats au rachat, assuré de devoir payer une remise à niveau monstrueuse ne se bousculent pas au portillon. Le capitaliste aime empocher, l'opération inverse le révulse. Surtout que le transit n'est intéressant que si il y a du gaz à faire transiter. Or, rien ne dit qu'il y aura encore du gaz à faire transiter...

Il y en a nettement moins à faire passer, north stream en a pris une partie, et ce qui intéresserait les grandes compagnies gazières occidentales, c'est south stream, qui, de plus, aurait l'avantage d'être neuf, de pouvoir être relié, très éventuellement, au golfe persique.

Encore, le gaz est il rentable, mais les transports en commun, notamment en Région Parisienne sont notoirement encombré, vétustes, et ne vivent que de subventions de la France entière, qui elle, souvent, n'a d'autre choix que la bagnole.

Bref, le constat reste le même. Les infrastructures sont globalement vétustes et délabrées, parce que, globalement, pour rester de niveau, elles doivent constamment être réhabilitées... Petit problème que le capitalisme distributeur de dividendes, méconnait.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
production électricité : les gros dans la m...<br /> <br /> Les énergéticiens européens face au défi du nouveau paysage électrique<br /> <br /> Paris - Face à l'érosion de la rentabilité de leur activité de production électrique, les grands énergéticiens mondiaux, mais surtout européens, doivent revoir leur stratégie et leur modèle économique, selon une étude du cabinet de conseil Bain &amp; Company publiée mercredi.<br /> <br /> Dans certaines régions, les marges issues de la production d'électricité ont reflué de plus de moitié ces cinq dernières années, rendant non rentables beaucoup de centrales à charbon en Amérique du Nord et de centrales à cycle combiné gaz en Europe, affirme cette étude.<br /> <br /> Par ailleurs, les capitalisations boursières de ces groupes ont fondu de plusieurs centaines de millions d'euros depuis la crise de 2008, a ajouté à l'AFP Arnaud Leroi, directeur Energie à Paris de Bain &amp; Company.<br /> <br /> Conséquence: certains groupes sont dans une phase où ils doivent revoir leur portefeuille d'actifs et déterminer quelles centrales fermer, mettre sous cocon ou convertir et comment réduire les coûts et améliorer l'efficacité des centrales qu'ils conservent.<br /> <br /> Les groupes européens sont les plus concernés par cette problématique de coûts, selon M. Leroi.<br /> <br /> Ces centrales à cycle combiné gaz sont en effet conçues pour ne fonctionner que lors des périodes de pointe de la demande de courant.<br /> <br /> Or, l'Europe subit une situation de surcapacité de production de base, un prix de l'électricité sur les marchés de gros très bas et des risques liés à la gestion de l'intermittence des énergies renouvelables de plus en plus présentes dans tous les pays.<br /> <br /> Les énergéticiens ont donc des problèmes pour rentabiliser leurs centrales à cycle combiné gaz qui sont de moins en moins sollicitées, alors que selon M. Leroi elles restent nécessaires pour faire face à un potentiel pic de demande, le dernier exemple étant l'hiver 2013 où on n'est pas passé loin d'une crise.<br /> <br /> L'étude plaide donc pour des discussions entre les opérateurs et les régulateurs sur la mise en place des mécanismes de capacité, c'est-à-dire une rémunération compensant le coût du maintien de ces centrales en échange de la possibilité de les mobiliser en cas de pic de la demande d'électricité.<br /> <br /> <br /> (©AFP / 27 août 2014 08h00)
Répondre
B
Un vassal des Etats-Unis peut être recruté dans les partis politiques de droite, mais il peut aussi être recruté à gauche.<br /> <br /> Par exemple, Najat Vallaud-Belkacem est une &quot;Young Leader&quot;.<br /> <br /> Young Leaders français recrutés à gauche : Frédérique Bredin, François Hollande, Anne Lauvergeon, Bruno Le Roux, Arnaud Montebourg, Aquilino Morelle, Pierre Moscovici, Alain Richard, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, ...<br /> <br /> Young Leaders français recrutés à droite : Nicolas Bazire, Jérôme Chartier, Yves Censi, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Léotard, Emmanuelle Mignon, Eric Raoult, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, ...<br /> <br /> Young Leaders dans les médias : Alexandre Bompard, Hedwige Chevrillon, Jérôme Clément, Annick Cojean, Jean-Marie Colombani, Emmanuel Chain, Matthieu Croissandeau, Louis Dreyfus, David Fontaine, François Dufour, Stéphane Fouks, Bernard Guetta, Sylvie Kauffmann, Yves de Kerdrel, David Kessler, Laurent Joffrin, Philippe Manière, Dominique Nora, Olivier Nora, Christine Ockrent, Denis Olivennes, Pascal Riché, Thierry Pfister, Mathieu Pigasse, ...<br /> <br /> Young Leaders économistes : Philippe Askenazy, Guy Sorman, ...<br /> <br /> Young Leaders dans la finance : Bertrand Badré, Henri de Castries, Hakim El Karoui, Pierre Mariani, Alain Minc, Mathieu Pigasse, ...<br /> <br /> Young Leaders dans l'université : Eric Fassin, Jean-Noël Jeanneney, Yves Lichtenberger, ...<br /> <br /> http://fr.scribd.com/doc/92211778/Fondation-franco-americaine-liste-des-Young-Leaders-francais-depuis-1981-French-american-foundation<br /> <br /> Emmanuel Macron est le nouveau ministre de l'Economie.<br /> <br /> Emmanuel Macron est un banquier d'affaires, qui travaillait à la banque Rothschild.<br /> <br /> « Début 2012, il est nommé gérant et pilote l'une des plus grosses négociations de l'année (le rachat par Nestlé d'une filiale de Pfizer). Cette transaction évaluée à plus de 9 milliards d'euros lui permet de devenir millionnaire. »<br /> <br /> http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron<br /> <br /> Du 29 mai au 1er juin 2014, à Copenhague, Emmanuel Macron était un des participants au groupe Bilderberg. <br /> <br /> Mais il y avait à cette réunion du groupe Bilderberg 2014 une autre socialiste : Fleur Pellerin.<br /> <br /> Fleur Pellerin vient d'être nommée ministre de la Culture et de la Communication.<br /> <br /> http://www.bilderbergmeetings.org/participants.html<br /> <br /> Emmanuel Macron et Fleur Pellerin seront les ministres de Manuel Valls, qui lui avait participé à la réunion du groupe Bilderberg 2008. <br /> <br /> A la réunion du groupe Bilderberg 2008, Manuel Valls était accompagné d'autres socialistes : Hubert Védrine, Christine Ockrent, ... et Jean-Pierre Jouyet, qui est aujourd'hui secrétaire général de la présidence de la République.<br /> <br /> Lisez cet article écrit par Bruno Fay :<br /> <br /> Le président du Bilderberg a confiance en Manuel Valls.<br /> <br /> J’interroge maintenant Etienne Davignon sur le choix des invités. (...) Bill Clinton, Lionel Jospin, José Manuel Barroso et tous les autres ont été systématiquement invités l’année précédente de leur élection ou de leur nomination.<br /> <br /> « Les choses se passent dans l’autre sens », me répond-il. &quot;Chaque année, on demande aux membres d’identifier les personnalités qui émergent dans leur pays. Par exemple, l’an passé, nous avons demandé à nos amis anglais du Steering Committee de nous donner des noms. Ils nous ont proposé d’inviter George Osborne qui a été depuis nommé chancelier de l’Échiquier dans le cabinet de David Cameron [le premier ministre britannique]. Pourquoi Osborne ? Parce que c’était un homme jeune, prometteur, du Parti conservateur, et que c’est intéressant aussi bien pour lui, que pour nous, de nous rencontrer. <br /> &quot;Pour Clinton, c’est la même chose. Il est venu en 1991, deux ans avant son élection, parce que nos amis démocrates nous avaient dit que c’était un garçon intéressant et sympathique. À l’époque, quand il nous a dit qu’il voulait devenir président des États-Unis, on a tous cru qu’il était dingue. <br /> &quot;Nous invitons deux catégories de personnel politique : ceux qui sont au pouvoir, dont nous aimerions bien connaître leur avis sur les sujets que nous traitons, et ceux qui nous paraissent appartenir à des générations montantes. <br /> « C’est par exemple le cas de Manuel Valls qui nous a paru intéressant en tant que socialiste français ouvert. On n’est pas là pour faire sa promotion, mais il n’est pas exclu que ça lui soit utile et que ça lui ouvre aussi les yeux sur certains points. Ensuite, certains de nos invités ont un destin, mais ce n’est pas de notre fait. Je crois plus à notre vision. » <br /> <br /> Source : Reporterre et Bruno Fay, « Complocratie » (édition du Moment, 2011), p. 206-207.<br /> <br /> http://www.reporterre.net/spip.php?article2518
Répondre
L
Si le capitaliste distributeurs de dividende connait le problèmé ainsi que la solution, il laisse les réhabilitation a l'états et ne prends que se qui peut générer des dividendes. Le cas du gaz de shistes en est un bon example, ont construit des puits qui vont dévaster l'environement et les investisseurs et il laisse les dégat a la population et a la charge des états, encore une fois a la population. Mais il ont tout de même pris leur dividende et commission au passage.
Répondre