Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Courrier d'internaute...

28 Décembre 2014 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

On m'a écrit :

"Le PIB est la formule suivante PIB = C+I+X-M (Consommation, Investissement, Exportation, Importation)
Si on achète le pétrole moins cher, le M diminue donc toute chose égale par ailleurs, le PIB augmente.
Sur les 80Mds d'€ de déficit commerciale de la France, il y en a pour 60Mds de pétrole en gros. Si on divise ce chiffre par 2, ça gonfle automatiquement le PIB, cqfd"

ça, effectivement, c'est la formule brute, sans doute utilisée par les excellences. Le problème, c'est que ça ne fonctionne pas comme ça, et que le "in vitro", ne correspond pas au "in vivo", comme en sciences. En théorie, beaucoup de trucs fonctionnent en éprouvette, et plus au réel, et à l'inverse, des trucs qui fonctionnent dans le réel, pas du tout en théorie.

Pourquoi ? Parce que le monde a été globalisé, et que les achats des uns, c'est le revenu des autres, et que la réduction de leur revenu, entraîne, mécaniquement, une baisse de leur demande.

Si les importations de pétrole brut baissent, mécaniquement, c'est un mieux, quasi systématiquement annulé par une baisse des exportations, car les pays pétroliers et gaziers dépensent la plus grande partie de leurs revenus, même s'ils ont de considérables avoirs, ils sont loin d'épargner tout, d'autant que la plupart sont passés d'une faible absorption de leurs revenus, à une grosse.

La paix sociale est achetée dans beaucoup de pays.

D'autant qu'une baisse des prix, mécaniquement, va entraîner, en quelques mois, une baisse de la production, des pétroles de schistes notamment, qui s'épuisent très très vite, un puits ne tenant que quelques mois (plusieurs années, mais avec seulement quelques mois d'intéressants), au lieu de 50 à 60 ans aux USA.

A d'autres époques, il y avait des capacités sous le pied. Il y en a de très réduites aujourd'hui. Sans ces capacités, il n'y a pas d'espace pour le jeu économique classique.

L'erreur d'appréciation est dans l'impact des énergies sur l'économie globale.

Pour les effets, regardez ceux des sanctions sur l'économie russe ? un vrai coup de boomerang sur l'ouest, et sans aucun différé. Et même avec une surmultipliée, puisqu'il n'y a plus d'amortisseurs sociaux, détruits pour cause de non conformité au modèle libéral et mondialisé.

Globalement, donc, la baisse des prix du pétrole va renvoyer au pic pétrolier, celui-ci, seulement contrarié par l'envol du pétrole de schiste aux USA. Donc, la quantité globale d'énergie de base, le pétrole va baisser. Donc, le pib va baisser, lui aussi. Globalement.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Hé oui, les centres villes deviennent par moment des taudis ;-) Il n'y a pas à dire, l'immobilier c'est du sur et cela ne peut que monter. Mais bon il n'y a pas que cette ville, j'en connais aussi dans le 06 ;-)

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/12/26/retour-sur-une-indignation-collective-a-saint-etienne_4546299_3224.html
Répondre
B
L'évènement le plus important de l'année 2014 : la montée aux extrêmes.

Samedi 27 décembre 2014 :

Quels sont les événements et les personnalités politiques qui ont marqué les Français en 2014 ?

Réponses dans notre sondage exclusif Odoxa pour «le Parisien»-«Aujourd’hui en France» et iTélé à paraître ce samedi.

L'événement politique de l'année 2014 : le Front national en tête lors des élections européennes.

C’est d’abord, sans conteste, «le score canon de 25% réalisé par le parti de Marine Le Pen aux élections européennes qui a marqué les esprits», relève Céline Bracq, directrice d’Odoxa. C'est l'événement marquant de l'année pour 51% des Français. 

«Le FN premier parti de France est ainsi cité en priorité par les sympathisants de gauche (45%) et encore plus par ceux de droite (57%)». Loin devant la réforme territoriale avec une France qui passe à 13 régions (31% des personnes interrogées).

http://www.leparisien.fr/politique/sondage-le-pen-thevenoud-macron-et-sarkozy-ont-marque-2014-26-12-2014-4401961.php

Elections européennes du 25 mai 2014 :

Les pays où les extrêmes arrivent en tête :
1- La France : Front National = 24,86 %
2- Le Royaume-Uni : UKIP = 26,60 %
3- Le Danemark : Parti Populaire Danois = 26,60 %
4- La Grèce : l'extrême-gauche Syriza = 26,58 % (pour info : les néonazis d'Aube Dorée = 9,40 %)

Les pays où les extrêmes font une percée :
1- L'Italie : Mouvement 5 Etoiles = 21,15 %
2- L'Autriche : FPO = 19,70 %
3- La Belgique : NVA = 16,35 %
4- La Hongrie : Jobbik = 14,68 %
5- La Finlande : "Les Vrais Finlandais" = 12,90 %
6- La Suède : Sverige Demokraterna = 9,70 %
7- L'Espagne : l'extrême-gauche Podemos = 7,97 %
8- La Pologne : KNP = 7,06 %
9- L'Allemagne : le nouveau parti anti-euro AFD = 7 %

Les pays où les extrêmes sont en baisse :
1- Les Pays-Bas : PVV = 13,20 % (aux élections européennes de 2009, le PVV avait eu 16,9 %)
2- La Roumanie : PRM = 2,70 % (aux élections européennes de 2009, le PRM avait eu 8,6 %)

Le FN obtient ses meilleurs scores chez les jeunes et les ouvriers.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/05/25/le-fn-obtient-ses-meilleurs-scores-chez-les-jeunes-et-les-ouvriers_4425625_823448.html
Répondre
E
Bonjour à tous,

Cette notion de PIB est centrale chez tous nos décideurs (...) pourtant il y a de tout dedans et un peu n'importe quoi :

On intègre (pour certains pays européens) l'activité générée par la drogue et la prostitution ....

Pour les Etats Unis, le secteur de la finance c'est 20% du PIB, les médias/entertainement c'est 15%, cela veut dire que 30% du PIB US c'est du pipeau... (je laisse 5% pour être gentil)

A mon avis, la croissance vient maintenant des revenus mais aussi ET SURTOUT DU CREDIT et CELA CHANGE BEAUCOUP DE CHOSE :

Les prix immobiliers US ont commencé à baisser à partir de mi 2006 ; avec une logique de revenus, les gens se disent : OK les prix baissent donc cela va permettre de solvabiliser certains clients, de fluidifier le marché avec des nouvelles transactions, au final le marche repart... le raisonnement se tient dans la théorie mais dans la pratique la somme des crédits est tellement importante que le système ne peut plus encaisser une baisse des prix....

Pour le pétrole, c'est pareil. Les banques US ont investi 900 milliards de dollars dans le gaz et pétrole de schiste, l'année 2015 risque d'être sportive

De plus, baisse du prix du pétrole = moins de pétrodollars pour les pays du Moyen Orient donc moins d'achat dans les bons du trésor US (entre autre)
Répondre