Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Images du Monde...

29 Décembre 2014 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Immobilier

Quand on lit le monde, on a une folle tendance à se sentir intelligent et presque beau, du moins, beaucoup plus intelligents que les journaleux, sortis tout droit du XIX°siècle.

Parler de Saint Etienne, en se focalisant sur Beaubrun et Tarentaize, c'est assez marrant, et ça permet de ressortir des articles d'il y a 150 ans.

Les deux sont vieux, usés, et si Tarentaize a été partiellement détruit et reconstruit, Beaubrun ne l'a pas été, du tout.
Encore, la destruction de Tarentaize, remplacée par des logements sociaux était elle malvenue. Les anciens puits ne sont pas loin, la terre bouge beaucoup, et on aurait simplement du remplacer l'ancien par de l'espace vert, en attendant la consolidation.

Mais, cela n'apporte rien. Au point de vue géographique, Beaubrun et Tarentaize sont finalement, deux petits timbres postes, et dans chaque ville, il y a des coins pourris, et des endroits chics. La ville est un éternel recommencement.

A t'on parlé du très bourgeois Cours Fauriel ? Ou du golf, lui aussi si cher ? Ou de l'ancien "logis des cadres" -Bergson-, des années 1970, en voie de paupérisation accélérée...

Ou de la capitale des taudis, Paris, suivie de peu par Lyon. A, mais là, c'est le terrain de chasse de S. Plazza, et les habitats moches, mal foutus et insalubres (ils n'y a pas d'autre mots possibles), sont chers, et en plus des "occazes". Alors qu'à Sainté, comme dans beaucoup d'endroits, d'ailleurs, le taudis a fait fuir les gens sains d'esprit.

Comme je l'ai dit, il suffit de regarder des articles de 1850, pour savoir que Beaubrun et Tarentaize, en plus du centre historique, c'était pas la joie. Simplement, il n'y a pas de budget pour continuer ce qui a été commencé dans les années 1950-1960, et la marginalisation, évidente en 1939, se continue. Une non-nouvelle, donc.

Déjà, en 1850, Beaubrun, c'était vieux. Et Tarentaize aussi.

J'aimerais qu'on parle de l'aliénation mentale, chez des parisiens, capable de payer 300 000 euros pour 30 M2, dans un immeuble vieux de deux siècles. On se marrerait.
Personnellement, je me suis beaucoup marré, en la bonne ville de Lyon, quand on m'annonçait les prix. Visiblement, ils n'avaient pas regardé l'état du bâti. Mais, entre bourgeois, on aime bien se voler.

Mais, pire que les deux vieux quartiers marginaux de Sainté, il faudrait plutôt voir le scandale de l'immobilier neuf, côté Chavanelle, destiné lui aussi à des acheteurs d'on ne sait où, et destiné, lui aussi, à destruction rapide par mouvements de sols. Et par absence de demande...

Pour ce qui est de la cambrousse, c'est pareil, la chasse au Lyonnais, ou au parisien, ça bat son plein en ce moment, et eux aussi sont pressés de faire des "affaires". Contrairement au dahut, on arrive avec de la patience à capturer du lyonno-parisien avec une grande facilité. Et les prix de vente, ça fait toujours esbaudir les gens du cru.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Intéressante initiatives à Liverpool, qui donne une idée de l'évolution possible pour des bâtiments anciens dans des zones délaissées : on paie un prix symbolique pour l'achat et on rénove la maison. C'est peut-être ce qui faudrait proposer en Île de France ? ;-)

http://www.boursorama.com/actualites/liverpool-vous-pouvez-devenir-proprietaire-pour-1-30-euro-fbd29c99d873c520792a58350d421a36
Répondre
B
Intéressante initiative à Liverpool, qui donne une idée de l'évolution de la situation :
http://www.boursorama.com/actualites/liverpool-vous-pouvez-devenir-proprietaire-pour-1-30-euro-fbd29c99d873c520792a58350d421a36
Répondre
B
Bonjour,

Dans une partie de la Capitale - et dans une partie de la banlieue d'ailleurs, on n'a pas les mines de charbon qui font bouger le sous-sol, mais les anciennes carrières de gypse au Nord et à l'Est (Montmartre, Buttes-Chaumont, Belleville, Ménilmontant) et de calcaire au Sud (Passy, le Sud du 6e arrondissement, la partie Est du15e, le 14e et une partie du 13e). A cela il faut ajouter les immeubles "pieds dans l'eau" en cas de crue centennale.

Tout cela est très bien décrit sur le site de la Préfecture :

http://www.ile-de-france.gouv.fr/La-prefecture-et-vous/Particuliers/Prevention-et-gestion-des-risques/Immobilier-et-risques-majeurs-ce-qu-il-faut-savoir/Information-Acquereurs-Locataires-Etat-des-risques-naturels-miniers-et-technologiques-ERNMT/Comment-remplir-mon-formulaire-pour-un-bien-immobilier-situe-a-Paris
Répondre
A
Comme vous dites Patrick au sujet des parisiens, ils suivent le même modèle que les New-Yorkais :

http://www.marianne.net/obj-washington/A-New-York-le-Jihad-des-Riches_a165.html

Originaire de l' ouest parisiien qui a connu l' usine Talbot au bord de Seine ainsi que Breguet aviation à St Cloud, notre société n' est plus une société d' ingénieurs et scientifiques mais une société de margoulins.
Je retouvre cette esprit cartesien et d' ingénieurs en Allemagne où il m' arrive d' être completement surpris de voir en ville une usine de machine outils.....moi le gars des Hauts de Seine où le seul bon bizeness est la residence de "standingue" .....quand je vois des amis mettre 800 000 euros dans une maison , j ai une envie de vomir.......oui la force de l' Allemagne est de ne pas avoir mis ses forces vives dans des caillou et parpaings
Répondre
B
Toutes les villes du sud sont minées en leur centre pour tout un tas de raisons avouables et largement communiquées. De Perpignan en suivant la côte sur Narbonne, Béziers etc. y compris en remontant vers Nîmes, Alès, Saint-Etienne on constate la même désaffection pour les centres villes.
Je vous renvoie à la presse bien-pensante pour les explications et maintenant je dis ce qu’il ne faut pas.
Les centres des villes, anciens par nature sont constitués de vieux bâtiments vétustes dont les occupants sont partis progressivement dès qu’ils en avaient la possibilité.
Quels étaient les moyens rendant l’évasion possible?
La qualification permettant de rejoindre des zones à meilleur rémunération.
La richesse permettant de faire construire plus grand et plus confortable ailleurs.
La mobilité permettant de rallier en voiture personnelle des points distants
Sont donc restés dans les centres des personnes privées d’une ou plusieurs voire de toutes les possibilités, dépendantes des services d’assistanat, des administrations et des petits commerces. Tous ces services aux sédentaires accessibles à pieds.
Quelles sont les populations les moins en adéquation avec la société actuelle ?
Les vieux bien-sûr mais ceux-là ont fini par mourir et surtout les communautés parallèles ne souscrivant que partiellement aux valeurs actuelles.
En cela Perpignan est une véritable caricature. Son hyper centre, le quartier Saint-Jacques, est le champ de bataille exclusif des gitans et des nord africains. Ce quartier avec des fenêtres murées est une zone de non-droit où la police ne se rend que rarement et uniquement en flottille de plusieurs fourgons. Quant aux gens de souche, il ne leur viendrait même pas à l’esprit de marcher dans ce secteur.
Ceux que mes propos dérangent sont priés de s’acquitter de leur taxe audiovisuelle pour la télé et acheter le Monde, le Parisien, le Provençal, le midi-libre etc. Ca n’y sera pas.
Répondre
A
JJe viens de lire l' analyse de Bertez qui stipule que l' immigration ne permet pas d' élever le niveau de conscience politique du peuple car il faut sans cesse lui apprendre le BA-BA (à l immigré ) du jeu démocratique :

http://leblogalupus.com/2014/12/28/il-nest-de-verite-que-du-tout-le-reel-est-contradictoire-tout-a-un-cout-par-bruno-bertez/

Dans un sens il n' a pas tord cependant la deuxième génération se différencie grandement de la première ( sauf si elle incube dans un milieu proche du milieu d' origine à trop forte concentration ).

Les journaux TV francais veulent nous vendre le fait que le tourisme et le service sont l' avenir ( ils ne nous signalent pas l' abrérration que l 'industrie agro-alimentaire allemande vient de dépasser la France en tant qu'exportateur ) :

Dans ce cas pourquoi si les services et le tourisme sont l' avenir pourquoi le Maroc et la Tunisie ne sont pas des puissances économique ? La vérité est que seul l' industrie différencie la France de ces pays