Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maison à 100 000 euros et marché immobilier...

22 Décembre 2014 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Immobilier

Il est clair qu'en cette fin d'année 2014, le marché immobilier se ramasse dans les grandes largeurs.

"En 2014,le pouvoir d'achat immobilier a fortement augmenté à Marseille, Strasbourg, Toulouse et Nantes" : traduire "les prix baissent fortement".

"Politique du logement : entre la France des propriétaires et celle des actifs, il va falloir choisir ".
En réalité, le choix est déjà fait. J'ai vu une vente en lotissement, celui-ci date de 1957-1959, et une vente a eu lieu. Sur les 11 maisons du lotissement, le décompte est vite fait.

Depuis une vingtaine d'années, 3 ont été vendues, et les acheteurs sont relativement jeunes (entre 50 et 40 ans), pour les 8 restants, se distinguent 92, 86, 86, 83, 82, 82 printemps... Parmi eux, restent un couple, enfin, si le mari en maison de retraite pour cause d'Alzheimer peut être considéré comme un "vrai", couple.

Toujours est il que la vente actuelle, sera suivie de beaucoup d'autres. L'espérance de vie à 92 ans, et même à 82, est plutôt réduite.

Les ventes devraient donc se succéder, d'autant que les zeureux zéritiers, sont en général eux-mêmes propriétaires, voir multi-propriétaires.

Personnellement, je passais aussi, devant une agence immobilière de Haute-loire, qui affiche aussi ses "vendus". Toutes les annonces marquées vendues étaient voisines de 100 000 euros. Une seule se distinguait à 175 000 annoncé...

La France des propriétaires qui fut celle des actifs, ne changera pas grandement. Elle prendra simplement la route d'un immobilier bon marché généralisé. Le cher sera tiré vers le bas, par le moins cher à quelques kilomètres. Et ainsi de suite. Ce que pensait JM Pouré, l'inflexion démographique, est en cours, encore aggravé par la crise économique, et la crise énergétique.

Là où les prix sont encore élevés sont des zones assez réduites en superficie, bourgeoises, et qui ont le temps d'attendre. Enfin, pas trop. Enfin, qui s'y résoudra. Notamment not'bonne capitale qui se trouve aussi être la capitale des taudis.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Vue la crise immobilière engendrée par la crise économique. On peut voir et prétendre que le pouvoir d’achat des français devient de plus en plus faible. La plupart des maisons sont réduits jusqu’à 100 000euro. Les jeunes gens dont les moyens sont relativement peu autrefois, peuvent désormais s’offrir une résidence. C’est incroyable qu’une maison se vende à un tel prix. Mais à force de réfléchir, c’est due à la crise.
Répondre
G
en fait le mot "baisse" est tabout chez le monde comme si le montant d'endettement maximum était le
critère d'achat
quelle bêtise,si j'ai besoins de 50m2 pour vivre je vais pas acheter 56m2 pour emprunter le max que je peux ; j'achète 50m2 mais moins cher et pis c tout.
Répondre
P
Elles me font bien rire les pseudo élites. Quand au patronat, il a bien peur de la démographie allemande et veut des émigrés à tout prix (main d’œuvre pas cher) pour continuer à gagner du pognon.
On voit bien que les pauvres ne consomment pas assez (l'Allemagne a une balance commerciale avec plus d'export car les allemands consomment peu), ne font pas d'enfants (pas de garderies en Allemagne).
Mais bon, les élites s'en foutent, elles ne voient pas les immigrés dans leurs châteaux.
Par contre les allemands au chômage, qui doivent accepter des demi boulots, eux voient très bien la concurrence arriver. L'Allemagne est le premier pays d'immigration en Europe.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/12/23/les-elites-allemandes-demunies-face-aux-manifestations-contre-l-islamisation_4545535_3214.html
Répondre
B
Bonjour,

Au sujet de not'bonne capitale, voici une étude de l'APUR au sujet de la performance thermique des logements :
http://www.apur.org/etude/analyse-performance-thermique-logements-parisiens

Le constat est édifiant : c'est seulement dans les années Quatre-Vingt qu'on voit apparaître des bâtiments performants au niveau thermique, suite aux deux chocs pétroliers et au renforcement de la réglementation.
Répondre
B
L’immobilier ne ment jamais. D’ailleurs, les notaires et agents immobiliers vous le diront : "C’EST LE MOMENT D’ACHETER". Ça monte tout le temps : Soit ce sont les prix qui montent, soit c’est le pouvoir d’achat qui monte. L’essentiel c’est que ça monte. Nos élus savent s’adapter à cette hausse permanente par la montée des impôts et les syndics aussi et Félicie (la gardienne) aussi.
L’immobilier ressemble désespérément à la roue dans laquelle l’écureuil galope. La cage tournante fut appelée la tournette. Je trouve ce terme de tournette particulièrement bien adapté pour désigner le logement dans lequel le propriétaire court en vain pour s’en sortir. C’est perdu pour lui. Nous devrions tous appeler nos résidences nos tournettes.
J’en profite pour rappeler comme je l’ai déjà fait et comme je le referai au prochain post que le prix de l’immobilier dont on parle tant n’exprime que très partiellement le coût d’acquisition et encore moins le coût de détention qui fait route vers la stratosphère. J’avais expliqué qu’il fallait multiplier par trois le prix de vente affiché pour définir le coût total au bout de 25 ans d’un bien immobilier (acquisition+intérêts+frais+taxes etc). Avec la nouvelle salve fiscale en préparation il faudra peut-être passer à quatre.
A trop commenter l’horreur du prix de vente on minimise involontairement la bien plus grande horreur du coût global de l’immobilier. Si on parle de l’arbre qui cache la forêt, le prix de vente n’est que le platane malade qui cache la forêt victime du chancre coloré.
Répondre