Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 22:36

Pour Air rance. Pardon, France. Une erreur de frappe.

Air rance, pardon à nouveau, France, se demande si les compagnies européennes vont survivre.

Je peux lui répondre tout de suite. C'est non. Mais qu'il se rassure. Les autres non plus.

Le secteur n'a jamais été qu'une valseuse, apte à faire disparaître les milliards.

Donc, il fait ce qu'il a toujours fait : il tend la sébille, à tout le monde. les salariés, les pouvoirs publics, etc...

Les compagnies, "profitables", comme celles du golfe, sont simplement les plus aidées, d'une manière ou d'une autre, dans leur pays.

Elles sont, tout bonnement, en train de mourir, et ce n'est pas les sempiternelles exonérations de charges demandées, et qui seront sans doute obtenues, qui régleront le problème. Tout au plus, une légère amélioration, dans la dégradation généralisée des comptes.

Ils veulent casser les compagnies du golfe ? Qu'ils leur abandonnent des destinations, qu'ils leur donnent tout ce qu'ils veulent. Ils en crèveront, car, eux aussi, ils ont leurs limites.

Mais, quelquefois, on sombre dans le comique qui ferait passer Laurel et Hardy pour des modèles d'humour et de distinction :

" Il n'y a pas de considération politique pour le transport aérien. 80% du secteur aérien mondial est encore soutenu par les Etats et nous, en Europe, nous sommes une bande de vertueux qui le payons de façon dramatique en ne créant plus aucun emploi. "

Réflexion :

- on nous refait le coup de la création d'emploi,

- on n'est pas soutenus... Pourtant, le low cost européen, est strictement européen, et son résultat est à 100 % (et plus, composé de subventions).

On nous fait même le coup de dire que c'est rien que de la faute de ceux qui veulent pas entendre d'avions la nuit.

Et dire qu'on trouve les éoliennes dangereuses pour la santé...

Air France, quand à elle, se restructure, et ferme quelques aéroports, et crée quelques problèmes sociaux par la même occasion. Beaucoup n'apprécient pas le déplacement. Surtout si l'aéroport fonctionne bien, et est rentable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans transport aérien
commenter cet article

commentaires

BA 28/05/2015 06:24

Le 29 mai 2005, il y a dix ans, c'était le référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe.

Le 29 mai 2005, le peuple français vote « non » à la constitution européenne avec 54,67 % des suffrages exprimés.

Pourtant, la classe politique et la classe médiatique avaient appelé à voter « oui ».

464 députés, 266 sénateurs, 22 présidents de région, les Eglises, les dirigeants syndicaux, les dirigeants patronaux, les grands intellectuels, les grands éditorialistes des journaux, les grands éditorialistes des radios, des télévisions, les élites universitaires, les enseignants des grandes écoles avaient appelé à voter oui.

Les élites avaient appelé à voter oui. La nouvelle aristocratie avait appelé à voter oui.

Et pourtant, malgré toute cette propagande médiatique en faveur du oui, le peuple a dit non.

Le peuple a voté pour son intérêt.

Dernière pulsion de vie.

Dernier désir de vie.

Baroud d’honneur.

Chant du cygne.

A la sortie des urnes, l’institut de sondage TNS-SOFRES a interrogé 1 500 personnes sur leur vote.

http://www.tns-sofres.com/etudes-et-points-de-vue/le-referendum-du-29-mai-2005

Le profil des votants :

Qui a voté non ?

1- 96 % des sympathisants d’extrême-droite (FN + MNR) ont voté non.
2- 95 % des sympathisants du Parti Communiste ont voté non.
3- 81 % des ouvriers ont voté non.
4- 79 % des chômeurs ont voté non.
5- 65 % des Français âgés de 35 à 49 ans ont voté non.
6- 64 % des sympathisants des Verts ont voté non.
7- 61 % des Français sans préférence partisane ont voté non.
8- 60 % des employés ont voté non.
9- 59 % des sympathisants du Parti Socialiste ont voté non.
10- 59 % des Français âgés de 25 à 34 ans ont voté non.
11- 59 % des Français âgés de 18 à 24 ans ont voté non.
12- 56 % des professions intermédiaires ont voté non.
13- 55 % des commerçants, artisans, chefs d’entreprise, ont voté non.

Je précise que l'extrême-gauche, les partis trotskistes avaient appelé à voter non. Les gaullistes du mouvement « Debout La République » avaient eux-aussi appelé à voter non.

Deux chiffres retiennent mon attention. 81 % des ouvriers ont voté non. 79 % des chômeurs ont voté non. Ce sont les classes populaires qui ont le plus voté non.

Enfin, les jeunes de 18 à 24 ans ont voté non à 59 %.

Qui a voté oui ?

1- 76 % des sympathisants de l’UDF ont voté oui.
2- 76 % des sympathisants de l’UMP ont voté oui.
3- 63 % des Français de 65 ans et plus ont voté oui.
4- 62 % des cadres et des professions intellectuelles ont voté oui.
5- 60 % des retraités ont voté oui.
6- 41 % des sympathisants du Parti Socialiste ont voté oui.

En clair : les sympathisants démocrate-chrétiens (UDF), les sympathisants de la droite non-gaulliste et libérale (UMP), la moitié (même pas la moitié : 41 %) du Parti Socialiste, les baby-boomers, les vieux, les plus de 65 ans, et les riches.

Comme d’habitude, la nouvelle aristocratie est pour la construction européenne.

Quels sont les cinq endroits de France où le oui fait ses plus gros scores ?

Réponse : ce sont les cinq endroits les plus riches de France !

1- Neuilly-sur-Seine : 82,51 % de oui !
2- Paris, 7ème arrondissement : 80,52 % de oui !
3- Paris, 16ème arrondissement : 80,03 % de oui !
4- Paris, 8ème arrondissement : 79,67 % de oui !
5- Paris, 6ème arrondissement : 79,41 % de oui !

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/resultats-elections/rf2005/index.html

La construction européenne est anti-sociale.

La construction européenne est anti-populaire.

La construction européenne est anti-démocratique.

Elle doit être détruite.

logique 27/05/2015 13:09

Petit hors sujet mais qui reste dans le domaine énergétique. Le renouvelable c'est aussi la fin du pétrole et pas uniquement celui du nucléaire. Il va de soit que dans ces conditions que le renouvelable est hors de la sphère du Dollar. Pour l'avion et le train la problématique est la même, on subvention l'avion, le pétrole, et on réduit le train, l'électrique. Le renouvelable sonnera la mort du pétrole et de l'uranium, centrale nucléaire. Qui entre parenthèse ne sert pas qu'a produire de l'électricité, mais aussi de l'armement. Pourtant il faut bien comprendre que le renouvelable c'est aussi un moyen d'émancipation au Dollar mais aussi aux lobbys énergétique qui organise l"extraction et la distribution. La renouvelable c'est l'émancipation de l'individu est des sociétés. Si il devient possible de produire sa propre énergie la servitude énergétique disparait et avec elle un grand pan des pouvoirs en place. A commencé par le Dollar. Puisque lorsque l'on produit il n'est plus nécessaire d'acheter. La première émancipation de l'individu moderne a été la liberté de penser autrement que d'un point de vue religieux ou culturel. La seconde grande émancipation sera surement énergétique et avec les imprimantes 3D productiviste. Nous sommes donc déjà en phase d'émancipation accéléré. Il ne subsistera que l'émancipation financière a réaliser. Et c'est l'émancipation productiviste, basé sur de nouvelle forme d'échange commerciaux, qui portera un coup fatal a l'autorité financière. Il ne faut pas oublier que plus on produit de renouvelable moins on consomme d'autre produits, pétrole/uranium. Il va de soit que ceux qui on des intérêts dans ses produits bientôt obsolète voient d'un mauvais oeil l'arrivé massive du renouvelable. Le changement ne sera possible que lorsque la production d'électricité sera libre.
L'individu tout comme les sociétés n'ont cessé de s'émanciper de l'autoritarisme, féodal ou d'état. Tout comme internet a permis a beaucoup de s'émanciper des médias et de la distributions des connaissances. C'est incontournable mais cela demande juste le temps aux idées de se propager. Et vue la vitesse de propagation d'internet cela peut être rapide. Ensuite il y a plusieurs mode de renouvelable, l'un a base de silice produit en grande partie au US et ensuite les mode électromagnétique comme alstom :) :) :). On voit bien que pour survivre les US on compris que le mouvement est en marche et que le pétrole et uranium c'est déjà de l'histoire ancienne. On peut donc se demander pourquoi la France a vendu alstom :) :) :)

C'était juste pour mettre en évidence les changement a venir et faire comprendre en quoi le renouvelable est a la fois une activité en plein boum mais aussi pourquoi l'émancipation énergétique est indispensable a un changement de société. Si l'individu est capable de s'organiser pour produire sa propre énergie c'est une grande partie de dépense qui s'écroule donc une plus grande liberté. Toute dépendance étant par défaut un obstacle a la liberté. On le voie bien avec l'euro, cette dépendance a l'euro n'est rien d'autre qu'une perte de la liberté monétaire et démocratique. Lorsque l'on est amené a dépendre de quelque chose ou de quelqu'un on sacrifie une liberté. De toute façon la taxe sur la CO2 est la preuve d'un basculement indiscutable vers le renouvelable. Mais le problème ne se pose pas a se niveau mais bien sur la liberté de pouvoir produire de l'énergie renouvelable et de pouvoir se passer de la dépendance d'un tier.

EnPassant 26/05/2015 21:38

et pendant ec etmps là pour le tyrain

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/intercites-des-lignes-menacees-de-fermeture-rapport-478741.html

Intercités : un rapport menace des lignes de fermeture

et oui prenons par exemple les lignes de nuit.
Il suffit de changer les horaires de la ligne pour rendre l'usage de celle-ci vraiment pas pratique et on s'étonne ensuite (enfin on fait semblant) oh on a plus personne donc on ferme. (la tactique de Tatcher)

Si au lieu de penser fric et sévice public ils pensaient service au public le pépi et ses boys au moins une fois ?

Breizh2012 26/05/2015 21:35

De mieux en mieux, maintenant Le gouvernement veut « fliquer » les communications des chômeurs :

http://www.nextinpact.com/news/95207-le-gouvernement-veut-fliquer-communications-chomeurs.htm

Sclavus 26/05/2015 18:32

Un détail concernant Air Rance... très croustillant et pas innocent du tout ; j'invente rien c'est d'expérience: La veille du départ je reçois un SMS m'indiquant l'heure d'embarquement 06h45 pour un décollage de 07h25 ; en toute confiance je me présente aux bornes de retrait de la carte d'embarquement à 06h55 ; aucune personne aux bornes pour m'aider au cas où ça ne marche pas comme prévu... et ça ne marchait pas car le lecteur de la page de passeport comportant mon identité ne fonctionnait pas... espérant que le SMS (car il comportait toutes les indications concernant ma réservation) pourrait valoir la carte d'embarquement je me présente au passage sécurité où les gens - très courtois et professionnels me font comprendre que ça n'ira pas mais me rassurent que j'ai assez de temps pour aller chercher la carte et revenir ; ce que j'ai fait... en pure perte car je n'ai toujours pas réussi à obtenir qqn d'Air Rance aux bornes.
Quand j'arrive aux guichets d'enregistrement des bagages (bien que je passais mon temps à leur faire comprendre que je n'ai aucun bagage de soute) on me fait comprendre que les enregistrements sont clos et on m'invite à acheter un nouveau billet à l'agence qui se trouve juste en face (un peu à la manière des vautours guettant tranquillement d'une branche un animal fatigué).
A l'agence, après le discours moralisateur sur mon manque de sérieux... on me propose deux vols dans la journée: l'un à 485€ et l'autre à 914 ; je refuse et dans le quart d'heure qui suit j'obtiens via le net - via le site Air France - le même vol à 350€ ; quand je me représente devant la conasse qui avait tous les signe de suffisance qui caractérisaient les fonctionnaires d'état des totalitarismes communistes d'Europe de l'est, elle ne s'excuse même pas pour sa tentative d’extorsion de fonds mais s'en sort d'une pirouette verbale (sans doute huilée - rodée à force de répétitions car j'ai la certitude qu'il s'agit d'un système soigneusement mis en place): « Mais voyons monsieur.... l'internet c'est tj moins cher ». Elle accepte de me vendre "au même prix" le même vol ; mais à la fin de l'histoire le billet qu'elle me vend me revient quand même 50€ plus cher ; je n'avais plus la tête à ça ; ça me sortait par les yeux ; mais j'ai la certitude suivante: Ces gens sont de tristes voleurs ; ils négligent le passager un peu distrait en l'attendant avec leur gueule de crocodiles grand-ouverte – un peu comme au niveau de gués d’Okavango... pour le faire raquer.
Ce ne sont que les vétilles mais les vétilles indiquant sans ambiguïté leur mauvaise foi.
Avoir l’affaire à eux c’est risquer l’arnaque.

Présentation

compteur

Recherche

Catégories