Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 16:50

Le 1 % qui vit un moment de délice, comme le fut, pour 1% le règne de Louis le Bien aimé.

Mais ce moment finit toujours un moment où l'autre, et toujours de la même manière. Dans le sang.
L'incurie des dirigeants européens est maximale. Ils prennent des sanctions anti-russes, que le gouvernement russe a très habilement retourné à son avantage, d'abord parce que ces sanctions boostent la production locale, pas forcément par modernisation, mais pour une agriculture quelconque, faire + 50 % en production, ce n'est pas un exploit. Sauf, bien sûr, si le milieu naturel s'est effondré ou a disparu. Et encore.

Mais le Kremlin a favorisé l'investissement productif, qui lui, sera là pour de nombreuses années, et le substitut d'importation crée ne s'en ira pas si aisément. Même en cas d'économie de marché.

Comme je l'avais indiqué, il y a 40 ans de cela, le FMI mit le Zaïre au piquet, et pendant les deux années concernées, la production agricole et industrielle locale batît tous les records, avec des pointes de + 50 % et + 100 %, rien qu'avec une meilleure utilisation des capacités de production locale.

Le cas grec est le même. Hier auto-suffisante, l'union européenne et l'euro ont détruit toute l'agriculture grecque. Aujourd'hui, c'est l'agriculture européenne, que l'UE détruit. 22 000 à 25 000 éleveurs sont au bord du dépôt de bilan. Et on parle de 40 000 emplois directs. En réalité, c'est bien plus. Bravo, la manoeuvre fut belle.

Cette chanson de l'autosuffisance, le Kremlin l'a chanté depuis longtemps, mais personne dans les "décideurs", ne l'avaient compris. Aujourd'hui, c'est fait. Et en bonne voie.

Personne n'a oublié que ces sanctions furent causées par le MH17, mais le plus cocasse, c'est qu'on ne sait toujours pas qui l'a abattu. Avec de tels abrutis comme dirigeants européens, il est clair que le maitre du Kremlin a le jeu facile.

En Grèce, les décideurs ont décidé qu'il fallait que les horaires d'ouverture des magasins soient plus étendues. On peut leur demander pourquoi faire ? Quand personne n'a plus une peseta.

Mais les "décideurs", sont décidément incapables de prévoir le coup suivant des conséquences de leurs actes. En France, la réduction des dotations d'état sur le fonctionnement des collectivités locales se traduit par l'effondrement de l'investissement local, une fois les coups partis épurés. Plus de nouveaux projets. Certainement pas ce qu'avait prévu le gouvernement qui espérait des économies dans les dépenses de fonctionnement. Seulement celles-ci ne baissent pas si aisément que cela. Les dépenses de personnels sont incompressibles, statut de fonctionnaire oblige, et quand, -rarement-, c'est possible, cela leurs retombent quand même dessus...

Bien sûr, une baisse de - 10 %, cela peut paraître peu, mais les dépenses se concentrent surtout sur les chantiers en cours, délaissant les nouveaux projets. Théoriquement, c'est l'effondrement à - 50 %, qui attend d'autres années. 10 %, c'est ce qui devrait rester...

Les zozos incompétents qui nous gouvernent ne se rappellent bien sûr, pas des anciennes années, les années 1930. A cette époque, il ne fallait rien demander comme investissement local aux collectivités locales. Elles se contentaient du minimum syndical. De reconstruire ce qui tombait en ruine.

Côté agricole, toujours, une mesure qui prouve aussi l'inanité de la fuite en avant dans la qualité. Les mousseux dépassent largement les Champagnes en quantité (167.4 millions de bouteilles, contre 45.5), et souvent, la qualité n'est pas inférieure, et le prix, beaucoup plus amical. Seulement, là aussi, le nom, le prestige a permis l'export, et permis de négliger le marché intérieur.

Tout se vendant, à une époque, il était facile d'augmenter les prix...

Globalement, le système actuel s'autodétruit. Paul Craig Roberts annonce la destruction des états providence, avec son corollaire, l'enrichissement du 1 %. Seulement, des partis plus extrémistes que Siryza vont voir le jour, et comme il le dit, une phase de terreur polpotienne sera à l'ordre du jour.

L'effondrement des états ne produit pas le vide. Il est immédiatement comblé, même par un non état. Et des gens désargentés, ne paient plus rien. Plus de loyers, plus de notes d'eau, plus d'électricité. Ils n'ont plus que la kalach. ça, c'est simple, peu coûteux, et de maniement à la portée du premier venu.
Quand au sort du 1 % dans ce contexte. Dans le meilleur des cas, c'est le ghetto de riches. En attendant et en se demandant quand est ce que les gardes vont trahir. Et les crucifier, violant la femme et la fille au passage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires