Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 17:16

Le mois de location de la boite de sardine. Le container, acheté pour un prix de 2300 $, investi de quelques améliorations qui voit son coût porté à 12 000 $, vendu pour 20 000 est dans ce cas d'espèce, loué 1 000 $ le mois...

Sur une base de 12 000 $, donc, le bien est amorti en une année, et la seconde, la rentabilité brute atteint les 100 %.

Le modèle anthropologique américain atteint ses limites. L'expulsion des jeunes (et moins jeunes, désormais), pour des motifs réels, ou le plus souvent, futile, est bien malade. Mais la "shanty town", de tentes ou de métal, reste la shanty town. ça tombe bien, les réfugiés ne se retrouveront pas trop dépaysés, et même pas du tout.

Ils vivaient dans une poubelle à 3 sous, ils vivront dans la même poubelle, mais à 1 000 $.

On comprend aussi l'usure de la monnaie. 1 000 $ de 2015, c'est 10 $ de 1913.

La plupart des exclus retournent vivre chez papa-maman, et finalement, le gros de la déconfiture immobilière a été absorbé ainsi. Les frais de structures "incompressibles", ont été notablement compressés...

Pour ce qui est du reste, le parc immobilier, quand il est mal entretenu, ou pas du tout, vieilli très vite.

je vois ces propriétaires, hier arrogant, aujourd'hui déboussolés par l'absence de demande, et aussi, par le prix des mises aux normes. Leur norme d'hier (1970), tout le monde la fuit. Il faut refaire l'isolation, la plomberie, et l'électricité. Pour les panneaux solaires, c'est le bonus.
Pas étonnant, donc, que dans certains endroits, la maison à 1 euro, + 100 000 euros de réparation soit devenue la norme, et que cela, d'ailleurs, ne change pratiquement rien. Il y a tellement de maisons à vendre quelquefois...

Le modèle, d'expulsion, lui aussi, date. Avant, les loyers étaient peu chers, et avec un salaire même pas mirobolant, ne représentait pas grand chose. Aussi, pour des motifs sérieux ou futiles, la décohabitation était la norme. Envolé en France, la moyenne de 1913 - 6.5 à 13 personnes par logement-. Aujourd'hui, c'est 2.5. Mais comme les loyers sont chers, la dépense contrainte importante, le smicard d'aujourd'hui n'a plus de marge de manoeuvre.

Logiquement, en Espagne, en Grèce, aux USA, et même en France, la cohabitation dure, ou se réinstalle. Et ce ne sont pas des Tanguy.

Simplement des gens qui seraient clodos, ou au camping à l'année, s'ils ne faisaient pas appels aux solidarités familiales.

Il est clair aussi que des décohabitations sont motivées par des motifs réels. Simplement parce que certaines personnes, pour des motifs diverses, sont invivables au quotidien.

Violence, alcool, cigarettes, mais aussi écrasement des nerfs de manières diverses : j'ai connu des collègues de travail fredonnant, reniflant ou chantant sans cesse, et ne s'arrêtant jamais.

La principale question étant de savoir comment ce machin s'arrêtait ? C'est où le mode "Off" ? Il y a des trucs qu'on supporte 5 minutes, ou même quelques heures, mais qui mènent droit à la crise de nerf...

On n'arrivait pas à comprendre. D'ailleurs je me souviens d'un chanteur qui ne se taisait pas avant reçu sur la tronche des morceaux d'acier de 5 cm (au départ, en passant, je me posais la question de savoir à quoi ça servait, ces tas sur les ateliers), avec un tonitruant "ta gueule". Il reste qu'il fallait renouveler l'opération toute les dix minutes, et personne ne s'étonnait de le savoir célibataire...

On se posait d'ailleurs la question de savoir s'il saurait se caser, et on espérait fortement qu'il existât une personne capable de le dresser...

La comédie humaine, quoi...

Mais, une autre dimension, existe. Le caractère complétement désargenté, et de manière chronique d'une partie de la population. Toujours pressé de dire des bêtise, "l'homme à la rolex", nous dit que même le SDF peut avoir 1500 euros d'économie. En réalité, si des gens paient 1 000 $ la boîte de conserve, c'est qu'en général, ils n'ont pas le choix.

Pour des motifs sérieux, ou futiles, ils n'ont aucune épargne. Quand je vois un jeune qui cherche une voiture à 1000 euros, je me dis que c'est normal. Quand je vois une personne de 50 ans, qui fais la même opération, je me pose des questions sur son appréhension de la vie, et en général, je vois quelqu'un d'hédoniste. Mais sans doute, moins que les plus riches...

C'est bizarre, l'aptitude des plus riches à donner des leçons au plus pauvres, eux qui dépensent en une journée ou une heure ce que les autres dépensent en un mois...

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND
commenter cet article

commentaires