Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 00:40

"Sur très long terme, il n'y a aucun doute que c'est bénéfique économiquement" qu'il nous dit. C'est bien, mais totalement erroné, et cette affirmation répond à une idéologie, mélangé à de la stupidité, et non à la réalité.

En effet, un homme c'est un homme, et un homme, sans pétrole ou sans énergie fossile, ça produit pas beaucoup.
Et avec du pétrole en moins, l'homme devient totalement inutile, pire, il devient un poids mort.

Comme le dit Jancovici, la consommation de pétrole et de gaz baissent en Europe.

"Nous le savons tous : trop de locataires dans le même appartement, trop de bénéficiaires du même salaire, ou trop d’estomacs affamés autour d’un même repas ne sont jamais faciles à concilier avec l’harmonie du "vivre ensemble". C’est bien là le défi que l’Europe doit désormais affronter. Physiquement, notre continent est de plus en plus à l’étroit : les terres agricoles se contractent, notre production minière est en diminution, tout comme notre approvisionnement énergétique depuis 2007. "

La consommation de pétrole décline depuis 2006, et le gaz, lui, a commencé son déclin en 2005. Le recul pour le pétrole (16 % de 2006 à 2013) et le gaz (12 % de 2005 à 2013) infirme totalement une affirmation aussi stupide.

Tout nouvel arrivant, prend sur un gâteau en diminution, et dit aux gens en place, pousse toi un peu. Prendre le pain des européens ? On y est.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article

commentaires

La Gaule 09/09/2015 14:24

Un blog a récemment parlé du livre de Simon Epstein ''Un paradoxe français'' traitant du délicat constat que nombre de collaborationnistes pendant l'occupation étaient d'anciens dreyfusards.
Je ne donne pas le lien de ce blog puisque tel semble être le vœu de son auteur (apparemment il lit attentivement des blogs présumés moins nobles et il a bien raison, je fais pareil). L'article qu'il cite est d'ailleurs le seul digne d'intérêt.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Dreyfusards_sous_l%27Occupation

Intérêt en regard de ce qui se dit parfois ici (et sur ce billet précis j'y reviendrai plus loin) et qui m'amène à des conclusions personnelles que je résume comme suit.
1)
Il n'y a pas de continuité entre l'extrême droite maurassienne et ligueuse d'avant guerre et le régime de Vichy, si l'on considère que la gauche parlementaire a été aussi massivement collaborationniste que la droite parlementaire et à fortiori l'extrême droite. Un seul chiffre est parlant (merci au blog considéré de l'avoir rappelé), sur 21 ministres du front populaire, 12 ont été exclus du parti socialiste (SFIO) à la libération pour fait de collaboration (Daniel Mayer fut effectivement le M. Propre préposé à la chose).
2)
La droite nationaliste (elle méritait le label en 1940) fut surreprésentée dans la résistance de la première heure -en particulier à Londres- puis dans la résistance opérationnelle armée, celle où s'illustrèrent aussi les communistes. Ce qui m'amène à reposer le constat de Pierre André Taguieff sur l'extrême droite à la française : ses deux moteurs premiers furent le militarisme et le nationalisme, d'ailleurs deux formes dévoyées du patriotisme révolutionnaire de 1789, la xénophobie et l'antisémitisme en particuliers n'étant que des oripeaux accessoires. La '' lutte des races'' n'a jamais réellement pris en France aussi pour cette raison (en témoigne la quasi absence de violences physiques contre les juifs sur le territoire français -il y en eut en Algérie- au moment de l'affaire Dreyfus).
3)
Le pacifisme fut le véritable marqueur de la collaboration. L'on avait d'autant plus de chances de virer à celle-ci -toute tendance politique confondue- que l'on était munichois en 1938. L'on peut souligner ici l'ambivalence fondamentale de la gauche intellectuelle (issue du dreyfusisme) à ce sujet. Pacifiste de principe après le choc traumatique de la première guerre mondiale, elle eut la fâcheuse tendance par la suite à reporter son bellicisme sur ses marches, c'est-à-dire son empire colonial. Rappelons que l'évangélisation républicaine des masses indigènes d'Afrique et d'ailleurs fut fondamentalement un projet de la gauche version troisième république. N'y-a-t-il pas d'ailleurs un parallèle à faire avec la gauche intellectuelle française d'aujourd'hui, obsessionnellement pacifiste dans les frontières de l'Europe et toujours prête à s'embarquer dans des croisades guerrières aux marches de l'Europe, contre les nouveaux barbares présumés ?
4)
La question raciale ou ethnique en France n'a-t-elle jamais été autre chose qu'un signe extérieur de ralliement pour des clans qui avaient toutes les raisons d'en découdre par ailleurs ? Dans ''L'enfance d'un chef'', Jean Paul Sartre faisait le portrait peu flatteur d'un fils de famille qui passait par le rite initiatique de l'antisémitisme pour mieux se fondre dans les élites dirigeantes. Le livre d'Epstein nous montre qu'il y eût bien d'autres '' enfances de chefs'', aussi peu glorieuses, chez ceux qui passèrent par le philosémitisme pour mieux se fondre plus tard dans toutes les compromissions chères aux élites en place. Cela a-t-il aussi fondamentalement changé ? Le bobo contemporain de gauche aime le bon sauvage immigré autant que son petit patrimoine immobilier, le premier faisant partie notable des conditions du second. Quant au Devoir Mémoriel, c'est le nouveau catéchisme dont on cause entre gens biens, Charlie Hebdo ayant remplacé Le Pèlerin...
5)
La Nouvelle Europe fut la grande raison d'être du collaborationnisme, à l'aune du ''rapprochement'' avec l'Allemagne (cela tombait bien, elle campait dans nos murs). Aujourd'hui on dit l'Europe avec un grand E (elle n'est plus nouvelle et pour cause l'Allemagne campe toujours dans nos murs mais cela se voit moins) et l'on parle du ''couple franco allemand'' pour mieux éluder entre autre le sort du couple allemand grec... Et ce qui nous attend.

Quel rapport avec la vague migratoire que l'on connaît actuellement ? Une chose me frappe, et elle est trop grosse à mon avis pour qu'il n'y ait pas anguille sous roche. Elle survient au moment pile où en France, clé de voûte de l'Europe et de sa soumission au double levier américain et allemand, certains évoquent la possibilité d'un front anti euro -et forcément anti UE par contre coup- par delà les familles politiques classiques.
Agiter le chiffon rouge de l'immigration victimaire, pour une gauche intellectuelle qui pilote désormais la vie politique française, c'est lui donner le catalyseur qui lui permettra de resserrer ses rangs et surtout lui interdira de franchir une frontière invisible, celle qui lui donne sa raison d'être et qui est basée sur une réécriture permanente et malhonnête de l'histoire.
C'est pour cela aussi que je pense que l'initiative du pauvre Jacques Sapir risque de demeurer le non-événement de l'été. Il suffit de constater, sur sa dernière livraison à propos de la souveraineté -remarquable-  les précautions sémantiques avec lesquelles il avance.
Un bon petit pogrom médiatisé sur une île grecque et croyez que toute la moyenne France se retrouvera à nouveau fraternellement dans la rue pour célébrer le dieu Charlie ou un autre totem migratoire européen à l'avenant.
Les bruits de bottes que l'on entend du côté de l'Otan pourraient finalement ne servir qu'à ça, et l'on serait alors dans le cas historiquement classique d'un détournement de croisade. Plutôt qu'aller se frotter à l’imperturbable ogre russe lequel -clin d'œil à ceux qui attendent le messie débarquant de l'Oural- de toute façon ne bougera pas (ça lui sera plus facile de répandre ses S300 à ses alliés).
http://lesakerfrancophone.net/sur-les-interventions-militaires-russes-ou-leur-absence/

Sur la vague migratoire : le seul article à avoir gardé la tête froide.
http://www.voltairenet.org/article188608.html

La Gaule 10/09/2015 15:48

Je ne sais pas.
Pour faire un bon blog il faut être dans une démarche analytique qui a commencé bien avant le simple projet de réaliser un blog. Ce peut être le résultat de toute une vie personnelle et surtout professionnelle comme cela est probablement le cas pour notre PR. Quand vous occupez des tâches subalternes toute votre vie -et menez une vie personnelle à l'avenant- tous les efforts intellectuels que vous faites ne servent jamais qu'à seulement donner votre avis, quel que soit l'intérêt qu'il peut représenter.
Comme la majorité des gens, spontanément je n'ai rien à dire. Je ne sais que tourner un bouton radio ou déchirer un journal quand je sens que l'on me mène en bateau -un réflexe contre laquelle butera toujours la meilleure des propagandes. Mais je peux avoir des tas de choses à dire, et le dire bien, avec la béquille des autres, ceux précisément qui savent proposer d'emblée des choses propre à faire réfléchir.
J'ai lu quelque part sur un blog (venant probablement d'un ancien habitué d'ici d'ailleurs) des encouragements pour que le plus de gens possible créent leur propre blog ''pour emmerder le pouvoir''. C'est une erreur énorme à mon sens, car je trouve qu'il y a bien trop de blogs -souvent de qualité- et que passer son temps à les parcourir pour s'informer (et informer soi-même) devient une activité à temps plein, à condition de ne pas trop avoir besoin de sommeil. La redondance y est également considérable, puisque il arrive que tout le monde finisse par parler des mêmes trucs de la même manière... A l'instar de la presse officielle !
Cela pose aussi un problème de visibilité et, par exemple, aller dénicher sur Androïd (oui je suis flemmard, j'écris à partir d'un PC mais ne consulte que sur tablette au plumard, avec un bon litre) le blog du quidam en question plus haut sans la référence exacte relève de l'exploit informatique. De sorte que je ne vois pas trop en quoi un torrent de paroles confidentielles qui se perdent dans les sables puisse emmerder qui que ce soit. Cela s’appellerait plutôt déblatérer pour rien.
La concentration des moyens fait la force de la propagande de nos ennemis (le terme est adéquat, on en est arrivé là), bien plus que les sommes colossales dépensées pour les rendre, de manière forcément ludique vu l'inanité du contenu, omniscients et omniprésents. C'est cette seule concentration qui a fait le succès des moyens de propagande russe (finalement assez austères) en occident, et c'est cette seule concentration qu'il faut viser si l'on prétend être efficient, car l'énormité des moyens nous est de toute façon interdite.
Au niveau des pâquerettes que sont les blogs, je préfère essayer d'apporter du bonus à un blog qui est bon, déjà connu, et dans lequel je peux reconnaître des sujets qui me préoccupent moi-même, plutôt que prêcher dans le désert pour un cercle d'une dizaine de copains virtuels (cela tant que mes séquences éthyliques et les digressions libidineuses qui vont avec ne gonflent pas trop l'aubergiste, lequel a toujours rêvé de tenir un salon de thé, c'est son grand échec personnel), dont l'un au moins peut s'avérer être un fonctionnaire des RG. Je sais que certains considèrent cela comme une démarche de coucou...
Un gus comme BA a bien compris le schmilblick en devenant une espèce de factotum des blogs, ce qui est infiniment plus productif que faire un blog de son coin et que presque personne ne lirait car bien peu de gens savent s'astreindre à rechercher le type d'information qu'il livre. Je ne discuterais pas de politique avec lui -quoique ?- mais ceux qui refusent ses commentaires sous prétexte d'incongruité sont à côté de la plaque.
Je suis persuadé par exemple que le succès météorique du blog de Jorion dans les années 2007/2008 tenait au moins autant à ses commentaires spontanés et souvent cocasses (dont les miens, et Le Vieux en avait bien conscience, il me l'a d'ailleurs confirmé en privé, j'ai conservé le mail) qu'à la matière économique et la manière souvent ésotérique de l'aborder du personnage. Le problème est que la spontanéité et le volume des commentaires nuisent à la cohérence (et je ne parle pas des questions d’ego qui dégénèrent en empoignades saignantes, le PR en sait quelque chose) et Le Vieux a fini par régler le problème en fonction de ses objectifs propres, ce qui est logique. Ceux qui n'étaient pas d'accord -dont moi- étaient déjà partis depuis longtemps...
Le succès de celui de Berruyer aujourd'hui est de même nature, mais dans la mesure où il a, lui, su imprimer une ligne à peu près cohérente à ses commentateurs -dont beaucoup sont des naufragés de chez Jorion d'ailleurs. Mes divergences avec Berruyer -Tintin chez les actuaires comme je l'appelle, je ne peux pas l'encadrer en fait- sont bien sûr béantes, mais sa démarche éditoriale reste exemplaire. Les gens comme moi auront de toute façon besoin quelque part des gens comme lui -ou comme Le Vieux- et je défendrai toujours l'idée qu'il ne faut pas confondre les moulins à vent, qui ont au moins le mérite de servir de repère, avec ses vrais ennemis, cela face à tous les avant-gardistes révolutionnaires de clavier (oui, je sais, il faut démasquer tous les traîtres et les impurs... Aller ! Coucher Médor !).
Alors que faire en définitive ? Chez Le Vieux j'avais défendu l'idée -à l'hilarité générale- d'une sorte de blog-almanach de la ''dissidence'' (je n'aime pas le mot, qui pète bien trop haut pour ses fesses) qui aiderait les gens à s'y retrouver dans le maquis et collecterait des commentaires en ce sens (Marianne faisait un peu ça, du temps de Philippe Cohen. Aujourd'hui, chais pas, je ne mets plus le nez dans ce machin). Mais un tel projet se heurterait de toute façon à la question des moyens.
Dans l'immédiat je fais avec ce que j'ai et ce que je sais (à peu près) faire. Cela tant que la chose durera, ces espèces de ''cahiers de doléances'' virtuels qui ont déjà de la bouteille en années, mais dont rien ne prédit qu'ils ne disparaîtront pas dans la même poubelle que leurs illustres prédécesseurs d'il y a deux siècles.
Il y a de la vie à côté des blogs et il y en aura une autre après. En tout cas, merci pour la béquille !

Jean_Bon 09/09/2015 16:16

La Gaule, vous devriez créer un blog à l'instar de notre cher Patrick, c'est toujours un plaisir de vous lire également.

lecteur 09/09/2015 07:53

Ce matin dans Le Republicain Lorrain
Fessenheim ; couac augouvenement
dans la même journée
1 Le guignol reparle d'un fermeture avant 2017
" tenue de sa promesse "
qui était de fermeture avant 2016
2 l'une des anciennes maîtresses du guignol Bécassine
fermeture pas avant 2018 , liée à l'ouverture décalée de Flamanville

3 Un autre EDF : encore une décennie d'ouverture

4 reguignol = 2017 sera tenue

5 Jean luc Méchant Con = les promesses du guignol ( comme celle de Mélenchon )
n'engagent que les naifs

La Gaule 10/09/2015 15:50

Pardon à ''lecteur'' pour l'erreur d'aiguillage !