Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 23:52

Le Mexique vit son pic pétrolier depuis longtemps déjà, et l'agonie de son plus grand gisement, est devenu sans appel. De 2.2 millions de barils jour en 2004, sa production est passée à 209 000 barils en octobre 2015. Autant dire, que le gisement a quasiment disparu.

Le début de sa production, en 1979, avait été célébré. Le plus grand gisement est désormais au Mexique, Ku Maloob Zaap (KMZ), et il semble lui même sur son pic, à 850 000 barils jour. La seule augmentation de production a désormais lieu sur ses petits gisements, où l'on a beaucoup investi, sans beaucoup de résultats.
Les investisseurs étrangers, à qui on a ouvert la prospection et l'exploitation n'ont pas l'air de se bousculer au portillon.
La production globale du Mexique est tombée à 2,278 millions de barils /jour, contre 3.4 en 2004. Et le Mexique, déjà devenu exportateur de second plan va devenir un exportateur marginal.

Bien entendu, cette évolution entraine des troubles politiques, et si la proximité des USA interdit une trop grande divergence, les cartels et leur guerre font office de gros problèmes, et de situation à la vietnamienne.

D'ailleurs, seule l'atonie de la demande mexicaine sauve les exportations, mais cette atonie est elle même significative d'une crise économique, que, comme d'habitude, les importants ne veulent pas révéler.

Il reste aussi, que si la production n'a pas connu de débandade plus grande que celle observée, c'est au prix d'investissements monstrueux, et de pertes toutes aussi monstrueuses de la compagnie nationale Pemex.

Là aussi, le pic oil, déjà réalité, risque de devenir une pente raide.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Horzabky 15/10/2015 10:50

"par le crédit, tant qu'il y a un crétin capable de vous faire crédit."

Les banquiers sont tout ce qu'on veut sauf des crétins. Prenons le cas de l'Egypte. Un pays de 85 millions d'habitants, qui importe, avec des prêts qu'il ne remboursera jamais, la moitié de la nourriture qu'il consomme. Sans les prêts accordés à l'Egypte, la moitié des Egyptiens mourraient de faim. On imagine 40 millions d'Egyptiens envahissant le Maghreb et Israël pour échapper à la famine... De quoi déstabiliser tous les pays riverains de la Méditerranée et tout le Moyen-Orient. Il vaut mieux les nourrir aux frais du reste de la planète.

C'est pourquoi "la finance mondiale" accorde des prêts à l'Egypte pour acheter du blé australien (entre autres). Le fermier australien est payé avec l'argent de ces prêts. Tant qu'en échange de cet argent purement virtuel il peut payer les traites de sa voiture et de ses tracteurs, tout va bien.

Au final, les Egyptiens sont nourris avec du blé australien payé avec de l'argent fictif. Dont les banquiers, pas fous, prélèvent leur dîme au passage. C'est pour ça qu'ils sont riches. Tant qu'avec cet argent fictif le fermier australien peut acheter des biens matériels, tout va bien, le banquier reste riche et le demi-chômeur égyptien mange à peu près à sa faim. Les prêts ne seront jamais remboursés, mais tout le monde s'en fout, à juste titre, car pour l'instant, tout le monde est gagnant.

De toute façon, après nous, c'est le déluge, également appelé "global collapse" par les anglophones. Prévu pour 2030-2050 par le Club de Rome. Jusqu'à présent, les prévisions du Club de Rome, faites en 1972, se sont révélées exactes.

Le système financier sera le premier à s'effondrer. Ne pouvant plus rien acheter avec l'argent fictif des banquiers, le fermier australien réduira sa production. Il n'aura pas le choix. Le banquier partira vers la Nouvelle-Zélande, où il s'est déjà préparé un point de chute. Le fellah égyptien affamé essaiera de partir vers l'Europe, à pied s'il le faut.

Qui seront les vrais crétins dans l'affaire ? J'en vois un tous les matins quand je me rase...

Le Mexique, c'est l'Egypte en moins extrême. Certaines régions du Mexique s'en sortiront à peu près, contrairement à l'Egypte, mais en gros c'est le même scénario qui se construit.

wawa 15/10/2015 19:34

oui la situation egyptiernne (un yemen *3, proche de l'europe) me fait frémir

Lecteur 14/10/2015 19:37

Et ceci , avec une population devenue HENAURME !
( In Mexico + In USA )
1 Pétrole = plongeon
2 Populace =Bond énorme , jamais atteint dans toute l'histoire de cette région
3 Résultat ?? à suivre

wawa 14/10/2015 11:06

"D'ailleurs, seule l'atonie de la demande mexicaine sauve les exportations, mais cette atonie est elle même significative d'une crise économique"

Cette remarque appelle une question : les mexicain peuvent ils importer du pétrole en quantité significative (et àquel prix)? avec quoi le payerait ils? m^m question pour le Yemen, l'Egypte, l'Algérie, la grèce, l'Indoneésie......La France?

Patrick REYMOND 14/10/2015 15:13

par le crédit, tant qu'il y a un crétin capable de vous faire crédit.