Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 01:38

On ne vit plus une époque normale. La normalité, c'est ce qu'on pense qu'il va perdurer. Aujourd'hui, tout est suspendu, en attendant la grande glissade.

90 terroristes rentrés pour les attentats du 13 novembre. De quoi foutre un sacré bordel. Une crèche était dans le collimateur. Ils étaient rentrés dans le flot des migrants. Merci, donc, Schengen, et madame Merkel.
Des gens qui croient que l'euro va perdurer...

En réalité, seuls les autorités politiques, malgré leur discrédit sont capables de maintenir la valeur d'une monnaie sur longue période. Pas une banque centrale. La Fed a détruit la monnaie américaine, à 99 % depuis sa création. Avant, de 1790 à 1913, elle s'était maintenue, malgré un trou d'air au moment de la guerre civile. Ne parlons même pas du Franc germinal (une reprise de la monnaie de Louis XV), qui dura de 1720 à 1914.

MLP veut sortir de l'euro, pas MMLP. En réalité, on est déjà en train d'en sortir. Avec des directeurs de banque centrale en train de détruire les monnaies. La question de sortir, ou pas, ne se pose pas. La question est de savoir si on va en sortir par la porte, ou par la fenêtre. Même pas fichus de sauver le système, avec une petite touche de planche à billet, ils sont incapables de penser autre que production de dettes supplémentaires. C'est de monnaie définitive supplémentaire qui donnerait du souffle au système. Comme il en avait donné, en son temps, à la Russie, et à l'Argentine.

On vient de redécouvrir, à l'occasion de Zika, que les moustiques, ça tue, et que ça tue même beaucoup. Ce sont même les plus grands tueurs de l'humanité, qui n'a pas d'autres prédateurs. Mais Zika n'est pas très méchant, et ses conséquences sont discutables. Les microcéphalies, selon certains, n'y sont pas liés. Il reste que Pasteur avait averti. Tôt ou tard, vous aurez une épidémie, comme vous n'en avez jamais vu.

Dans les poubelles que sont les grandes villes du tiers monde, le terreau à une catastrophe est fertile. Toutes les métropoles indiennes sont en état quasi permanent de début d'épidémie.

Le fret mondial continue à s'effondrer. Le BDI (baltic dry index), est à 303. A un tel niveau,y a t'il encore un commerce international ?

Pour ce qui est du pétrole, les cuves sont pleines, et débordent. Il va bien falloir en passer par une réduction de production. On produit certes un peu plus, mais en réalité, on consomme surtout beaucoup moins. Et pour expliquer cela, une seule chose : la dépression, avec une population qui ne sait plus que consommer.

Même des phares comme Atlantic city, sont en déconfiture. Le New Jersey avait libéralisé les jeux, ce qui fit le succès d'Atlantic city, mais comme les autres états voisins, ont fait de même, les casinos hier célèbres se sont ramassés. Il n'y a plus d'avantages comparatifs.

Désormais, il n'y a plus de croissance, simplement un arrêt brutal, et des états qui se demandent quoi faire. Le temps est mûr pour une crise semblable à celle du XIV° siècle, avec des points évidents de convergences.

On voit désormais, des gens agir comme des hannetons désemparés. L'achat immobilier est toujours en vogue en France. 200 milliards de crédits ont été accordés. Mais l'on voit que ce qui avait fait la croissance de la première décennie du siècle, n'est plus. Malgré ces 200 milliards de crédits injectés, la croissance n'est plus.

Le commun des mortels et surtout les politiques, ont beaucoup de mal à sortir du ronron existant. Impossible de penser un autre avenir que le présent qui existe.

L'effondrement est bien en cours, il met visiblement le turbo, mais on est encore dans le déni.

Gone with the wind...

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article

commentaires

dizemanov 05/02/2016 08:50

Dans un environnement marqué par l'effondrement du cours du minerai de fer et la concurrence sur les prix de la Chine Le groupe sidérurgique ArcelorMittal a annoncé vendredi un creusement spectaculaire de sa perte nette à près de 8 milliards de dollars en 2015, plombé par la baisse des prix, et a annoncé un nouveau plan de restructuration.

http://www.romandie.com/news/ArcelorMittal-la-perte-nette-se-creuse-en-2015-a-pres-de-8-mrd-USD/673731.rom