Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 01:40

D'accord, on va me dire que je... Chinoise, voir que je coupe la natte en 4. Mais bon, je ne résiste pas au plaisir.
Qu'est ce qui diminue de 2.9 % puis de 3.7 %, alors que les effectifs doivent être taillés de 20 % ? C'est la consommation de charbon. Les deux ne sont pas symétriques et de plus, comme il apparait que la production avait été sous estimée, les réserves exploitables ont été épuisées plus vite...
De plus, il apparait, en général, pour cause de stabilité sociale, qu'on ne licencie pas aussi vite que baisse la production.
Donc, la baisse de celle-ci serait sans doute plus importante qu'avouée. Celle-ci, d'ailleurs, supputée de 0.4 à 2.5 % en 2014, s'établit à -2.9 %, celle de 2015, prévue à - 2.5 %, s'établit à - 3.7%. On est donc dans une nette accélération du mouvement.

Quand à la fiction du 6.9 % de croissance, une phrase le relativise nettement : "Mais le net essoufflement de la croissance économique chinoise, au plus bas depuis un quart de siècle, accompagné d'un violent ralentissement de la production industrielle, plombe désormais la demande. "

Il apparait d'ailleurs que la suppression de postes ne concerne pas seulement la sidérurgie, ni les mines.

Pour voir les conséquences politiques, des électeurs de Trump disent : "les autres sont pires qu'Hitler". Sans doute cette phrase sera t'elle moult réutilisée...

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Jazzman 02/03/2016 21:55

La Gaule, je vois que ta valse en escalier ne t'as pas trop affecté. Finalement, la colonne vertébrale n'était peut-être pas pour toi un organe vital (je plaisante).
Ton discours est intéressant, mais les choses pourraient néanmoins se passer de manière très différente à cause du sujet que tu évites soigneusement et qui a un effet de pourissement intérieur sur les sociétés qu'il parasite. Personne n'a vu venir la chute de l'URSS, pourquoi verrait-on venir la chute des USA ? A ce moment sera-t-il (ou est-il) déjà trop tard pour nous ?

logique 04/03/2016 12:33

Le ralentissement des états unis est déjà en cours. La possibilité d'une guerre civile y est aussi possible. Mais je pense que les US en cas de début de guerre civile serait bien capable de créer un évènement qui fasse que tous les américains se serrent les coudes contre un ennemi extérieur. Mais se n'est pas sur que cela puisse encore fonctionner si l'économie américaine devait chuter avec le dollar. Se qui tiens les américains unis c'est leur monnaie et rien d'autre. C'est d'ailleurs sur se modèle qu'a été construit l'Europe.
Perso je ne voie que 3 possibilités :
1) guerre civile en Europe
2) guerre mondiale au moyen orient
3) guerre civile aux états unis

La guerre civile en russie et en chine me semble a écarter.

La Gaule 03/03/2016 16:03

Tout le problème est là en effet, mais je ne l'évite pas. Je prends parti c'est tout. Quitte à me planter.
Je crois qu'il y a dans la destinée des sociétés humaines des données anthropologiques qui rendent cette destinée aléatoire et variable suivant les sociétés qu'elle concerne. Moins que jamais je crois à un quelconque sens de l'histoire qui leur serait commun à toutes.
Notre PR met l'accent -par le prisme de l'économie domaine où il est burné en diable- sur le pourrissement qui affecte plus particulièrement les sociétés occidentales actuellement. C'est sa méthode, avec l'inconvénient qu'il donne PARFOIS l'impression d'énoncer une sorte de « loi du pourrissement », assise elle-même sur la loi d’airain de l'énergie, qui serait universelle et intemporelle.
(J'insiste sur le « parfois » et quand je dis que nous ne sommes plus en 1788, bien sûr que je provoque. Je le sais suffisamment averti pour le savoir mieux que moi. On dirait d'ailleurs que cela stimule sa production épistolaire, ce qui est bon pour tout le monde).
Oui les choses pourraient se passer différemment que ce qui semble être inéluctable pour les USA, mais cela est-il rassurant pour autant ?
Les USA ne sont pas l'URSS d'il y a un quart de siècle. Il y a dans l'âme russe une sorte de pacifisme défensif séculaire -qu'avait bien exprimé Tolstoï- qui explique que le pourrissement de cet empire là se soit finalement achevé dans une relative douceur (je connais quand même pas mal de gens qui ont du fuir cette relativité).
Un Dimitri Orlov -qui m'agace aussi par son ton sentencieux- l'a très bien exprimé ; les choses ne se passeront pas de la même manière pour les USA, empire né sous le signe de la violence et dont la cohésion depuis la guerre de sécession n'a pu être assurée au moins autant par l'exportation de cette violence aux quatre coins de la planète que par la réussite économique.
Vu la puissance tentaculaire du clan qui tient les USA aujourd'hui, un effondrement du pays pourra donner autant une accélération apocalyptique de la politique étrangère menée jusqu'à présent (l'apocalypse mystique fait d'ailleurs partie du corpus idéologique de pas mal de ses membres) qu'un retrait isolationniste de la société américaine qui n'est plus dans ses gènes depuis la guerre civile -on en revient toujours à ce moment fatidique.
Toujours est-il que nous, européens en général et français en particulier, sommes très mal avec cet épée de Damoclès au-dessus de la tête.
Je suis d'accord qu'il pourrait y avoir un « bon » (pour nous) pourrissement américain avec au final un Donald Trump en chef d'équipe du nettoyage de la voirie. N'en déplaise aux incontinents qui en sont restés aux catégories politiques de la guerre d'Espagne, ce grand con fait maintenant figure de dernier espoir pacifiste -et démocratique- de l'occident, à charge pour ceux du vieux continent de suivre le modèle au lieu de se pisser dessus.
Mais cet espoir est tellement ténu !
Le clan (politique, militaire, industriel) des va t'en guerre et des seigneurs (saigneurs) des coups fourrés américains, a eu la peau des Kennedy (méthode forte) et du dernier président indocile de leur histoire -Nixon (méthode douce), en pleine détente de la guerre froide.
Tout est possible en 2016, même que l'ami Donald ait commencé à vivre dangereusement...
Sinon merci pour mon dos, lequel est en bonne voie de récupération. J'utilise des compresses de jus de carotte tiède mélangé à du sperme de cochon (j'ai des potes dans l'insémination agricole).
Je recommande chaudement la méthode aux migraineux qui me lisent.

'Lut dur.

La Gaule 02/03/2016 17:34

'lut les dures !

« Les autres sont pires qu'Hitler ». A l'évidence, même si tout ce que cela implique est tellement effrayant que très peu en Europe sont prêt à en dresser le constat.
Il y a dans ce pays une logique d'abord politique et économique mais bien au-delà, quasi anthropologique, qui le pousse à exporter sur la planète entière ses propres problèmes par une brutalité guerrière exclusive de toute autre considération.
Certains en font remonter l'origine à l'assassinat de Kennedy mais je crois que le ver avait déjà dévoré le fruit lorsque Truman marqua son arrivée au pouvoir en 1945 par le feu d'artifice japonais que l'on sait.
Il faut relire cet entretien traduit par Dedefensa et repris par le Saker a propos du livre « House of War » de James Caroll. Il date déjà de dix ans mais tout y était autant analysé qu'annoncé pour ce qui allait suivre.

http://lesakerfrancophone.net/house-of-war-le-pentagone-est-incontrolable/

Plus récemment Thierry Meyssan s'est montré l'un des rares à identifier la seule logique possible dans la cascade des événements qui accablent l'Europe et ses marches africaines et proche-orientales depuis la chute du mur de Berlin et la marche forcée vers la soi-disant construction de « l'état fédéral européen ».

http://www.voltairenet.org/article187402.html

Bien sûr que l'hubris mortel est plus particulièrement porté par un clan, dont il d'ailleurs probable -heureusement pour nous- que les leviers ne sont pas tenus par des militaires.
Mais il faudra une grande catharsis pour nous en libérer, et je ne vois pas qui d'autres que les américains sont les mieux placés pour la déchaîner, sur le modèle de ce que fut la guerre de sécession dont je répète à nouveau que les comptes n'ont jamais été soldés.
En tout cas il faudra bien plus que la simple élection d'un pitre riche et lucide pour araser le volcan.
Ni les russes, et encore moins les chinois, ne seront prêt à faire la guerre pour le nouveau roi de Prusse, je veux parler du sous-empire européen, dont le sort est depuis longtemps scellé dans la logique évoquée plus haut.

Deux vidéos récentes m'ont montré à quel point justement même les plus lucides en occident ne sont pas prêt à assumer intellectuellement les conséquences inéluctables des maux qu'ils identifient.

La première est celle de cette conférence patronnée par ENL (Europe des nations et des libertés, tout un programme pour les anges !) et rassemblant le député européen FN Gilles Lebreton, Xavier Moreau (maintenant bien connu ici j'espère) et l'historien britannique John Laughland -« le pays du rire » apparemment le mieux placé donc pour parler de l'Europe.
Le FN est à côté de la plaque, en étant encore à opposer une mythique « Europe fédérale » à une nostalgique « Europe des gouvernements », évocation de l'âge d'or gaullien du traité de Rome à l'appui.
Le fait que des océans ont coulé sous les ponts depuis cet âge mythique et que les dits « gouvernements » de l'Europe de l'ouest ne sont plus que des préfectures administratives de l'empire semble lui échapper.
Vu la qualité de son discours et de son pedigree, cela paraît peu vraisemblable mais la question est de savoir s'il a vraiment le choix ?
Je l'ai déjà dit et re-dit, tout parti souverainiste en Europe est désormais condamné à ne pas aller plus loin que ce langage édulcoré, et seul les groupuscules auront la possibilité d'en sortir puisque de toute façon ils seront écartés des médias officiels (du calibre de celui d'Asselineau par exemple et qu'il conviendra donc de ménager puisque eux seuls pourront dire ce que le FN n'aura pas le droit de dire).
Nos ennemis le savent bien qui n'en perdront pas moins l'occasion d'utiliser TOUS les moyens pour les neutraliser, y compris ceux qui ont toujours été utilisés en Europe contre les politiciens mal-pensants depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

http://www.voltairenet.org/article190306.html

Quand je dis TOUS les moyens, je pense autant à Enrico Mattei qu'à Aldo Moro ou Olof Palme et il est fort possible que la prochaine édition d'attentats spectaculaires en France nous renseigne à ce sujet.
Tout le monde sait à quel point le peuple des « valeurs républicaines » de France, celui qui encombre les centres cossus des grandes villes de sa noblesse d'âme, est prêt à descendre la larme à l’œil dans la rue avec des petits écussons « je suis Marine » ou « je suis Marion » épinglés sur la poitrine.
Xavier Moreau est très bon comme d'habitude, en identifiant parfaitement la logique qui pousse l'UE à courir après l'Otan, véritable bras armé POLITIQUE des américains et de leur expansion coloniale sur le vieux continent.
Maintenant le fait qu'il considère comme réaliste une politique basée sur la sortie de l'OTAN avant toute chose montre que lui aussi se trompe de siècle, et pourtant je ne suis pas certain qu'il était déjà né en 1966 !
Je crois plutôt que le fait de vivre en Russie lui brouille sa perspective des choses. Je répète que si le chaos s'installe en Europe sous le parapluie américain, les russes ne s'en mêleront pas et il est hors de question pour nos zamis (zaméricains) que qui que ce soit puisse sortir de l'OTAN dans l'UE !
L'historien John Laughland le lui rappelle d'ailleurs, ce qui fait de son intervention finalement la plus remarquable des trois. L'OTAN fait juridiquement partie intégrante de l'UE et il est illusoire de prétendre sortir de l'une sans remettre l'autre en question de manière existentielle.
Le britannique perçoit aussi très bien que la seule logique de tout cela est la possible manipulation du chaos, cela en entraînant tout membre de l'UE dans une logique d'alliance militaire derrière des états pathologiquement aventuristes comme les états Baltes et la Turquie.
Mais lui aussi ne voit que l'arbre qui cache la forêt...

La deuxième vidéo est celle de Michel Drac, invité récemment sur méta TV, et cette fois d'orientation plus géopolitique qu'économique, ce qui en fait tout l'intérêt.

http://metatv.org/analyse-de-la-geopolitique-globale-michel-drac

Son analyse des raisons pour lesquelles les partis protestataires de gauche de l'Europe du sud -du style Podemos ou du pauvre Syriza- ne déboucheront jamais sur une sortie révolutionnaire de l'UE est intéressante, même si le Grand Couillon (Soral) en avait déjà formulé une version approchante.
En gros, l’extorsion de la plus-value capitaliste ne concerne plus les clientèles électorales de ces partis, sorties du véritable processus productif et transformées à ce titre en associations de travailleurs assistés, qu'ils soient au chômage ou non.
Il est ainsi vital pour ces clientèles que l'euro soit maintenu, puisque la monnaie unique reste le seul cordon ombilical qui leur permet de maintenir ce qu'il reste de leur niveau de vie.
Le même cas de figure existe en France pour tous les partis de gauche, ce qui rend bien sûr grotesque toute vocation révolutionnaire à un Mélenchon, mais aussi montre les limites obligées d'une stratégie de « front » anti-euro dont rêve un Jacques Sapir.
La différence est tout de même qu'en France -et on le voit bien avec les agriculteurs aujourd'hui- la persistance d'un secteur productif qui ne veut pas mourir tend à préserver cette virilité révolutionnaire qui, elle, peut se montrer active en faveur d'une rupture radicale avec l'UE et sa monnaie.
Problème pour les partis « de gauche », cette clientèle fait désormais massivement partie de la chasse gardée du FN et l'on voit mal par quelle opération miraculeuse (certains l'ont évoquée ici) ces partis pourraient désormais la lui contester ? La propagande de masse touche ici à ses limites.

Là ou par contre je ne suis plus du tout Michel Drac, c'est quand il avoue « donner sa langue au chat » concernant la signification stratégique pour l'empire des récents mouvements migratoires vers l’Europe et toutes les affaires retentissantes auxquelles ils ont été rattachés.
Oui, bien sûr, le non-sens économique est à peu près aussi évident que la vanité à première vue de créer un chaos ethnique en Europe.
Mais peut-être aussi que la bonhomie naturelle et le cartésianisme élevé de Michel Drac lui cache le fait que la pensée d'un Léo Strauss, appliquée à des générations politiques et militaires élevées au biberon du culte de l'argent tout puissant et de la vengeance joyeuse des jeux vidéos, puisse donner la stratégie furieuse des Clinton / Nuland (ces vestales de la dévirilisation masculine planétaire) ou du Rat d'Or Soros.
La clé de l'énigme est pour moi dans ce petit texte du site Stratégika51 dont quelqu'un a déjà donné le lien ici.

http://strategika51.com/2016/02/29/la-fin-des-temps/

« L'invasion » des « réfugiés » « syriens » ne serait dans cette optique qu'un banc d'essai, une répétition générale avant l’offensive décisive.
La défaite programmée de l'empire et des ses alliés musulmans en Syrie, désormais à la remorque des initiatives politiques et militaires des russes, n'est pas une bonne nouvelle pour nous. Pas plus que le coup d'arrêt donné au même empire en Ukraine, les accords de Minsk II constituant désormais un os juridique de taille pour les protecteurs des ukrainiens de l'ouest (comme le rappelait Xavier Moreau dans la vidéo exposée plus haut).
Il est pour moi certain que la logique de rage destructrice des néocons américains va se reporter par dépit sur la Libye estropiée, avec en ligne de mire la déstabilisation de tout le Maghreb (le Maroc sera sans doute épargné) déjà durement ébranlé par la crise financière du pétrole, et l'effondrement logique du domino géant qui le surplombe -l'Europe- de par la crise migratoire qu'il provoquera en son sein, sans commune mesure avec celle que nous avons vue l'an passé.
Délire irrationnel ? L'irrationnel est de considérer que dans une logique d'affrontement avec les puissances multipolaires montantes -Russie, Chine, Iran- le clan névrotique qui a monopolisé le pouvoir depuis plus d'un demi siècle aux USA va se contenter de la main mise militaire indirecte (par l'OTAN), économique (Par le TAFTA), culturelle (par le soft power encore au fait de sa puissance malgré internet), sur le continent.
La prochaine étape sera un troisième débarquement et une annexion coloniale de fait, les masses européennes dévirilisées et apeurées ne demandant pas mieux qu'être « sauvées » une nouvelle fois par leurs chers et vieux amis d'outre océan.
A jamais cette fois, ils n'auraient d'ailleurs du jamais partir, toutes les gazettes vous le diront, surtout les virtuelles qui auront été censurées et recyclées dans le bon sens.
L'Europe connaîtra alors le sort étrange des créatures qui finissent dévorées par leur propre poupon, devenu monstrueux et carnivore, et ce haut fait d'arme sera célébré à la fois comme une nouvelle Révolution et comme une nouvelle Religion, ces deux traits indispensables aux nouveaux fascismes post modernes.
Rien n'est écrit bien sûr, mais le stylo est pour l'instant dans les mains de ceux qui nous ont bernés depuis un siècle.
En tout cas, je ne vois pas comment, dans ce scénario de cauchemar, nous autres français (je parle pour ceux dont le cerveau répond encore présent) pourrions encore nous référer à la lutte des classes au détriment de la simple nécessité de sauver notre peau.
Mais je veux bien faire plaisir à notre PR, m'agenouiller et prendre de l'eau bénite en psalmodiant que nous ne sommes pas en 2016 mais encore en 1788.

'lut les durs.

Bruno 02/03/2016 15:23

Bonjour,

La fréquentation touristique semble avoir commencé à baisser à Paris, et ce n'est pas lié qu'aux attentats du 13 novembre :
" La baisse d’activité a commencé en septembre. Et depuis les événements de novembre, le chiffre d’affaires s’est réduit de 10 à 15 %. » A telle enseigne que les touristes étrangers qui constituaient naguère 60 % de la clientèle, ne représentent plus que la moitié des consommateurs, à égalité avec les Parisiens." dixit la patronne de la brasserie "Les Deux Magots" à Saint-Germain des Prés.
http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75006/aux-deux-magots-la-brasserie-est-une-affaire-de-famille-29-02-2016-5586783.php

Valérie Pécresse et Anne Hidalgo, respectivement présidente de la région Île-de-France et marie de Paris, sont allés au Japon en début de semaine pour essayer de convaincre les touristes japonais de revenir à Paris.
Comme par hasard, le nombre de touristes chinois et japonais a fortement chuté (-30 %) depuis l'automne dernier. Et comme ce sont des touristes qui dépensent beaucoup, cela se sent sur le chiffre d'affaire des magasins.

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/02/29/hidalgo-et-pecresse-au-japon-pour-inciter-les-touristes-nippons-a-revenir-en-france_4873630_3216.html

http://www.france24.com/fr/20160225-paris-seduction-touristes-chinois-attentats-agence-voyage-chine-securite-13-novembre

Cette baisse des revenus touristiques pourrait être à mon avis le facteur déclenchant de la dégradation des comptes de la municipalité qui entraînerait l'augmentation des impôts locaux en 2017.

EnPassant 02/03/2016 14:37

comment on dit hiatus en godon ?

http://www.zerohedge.com/news/2016-03-01/london-bubble-trouble-visas-issued-wealthy-foreigners-plunge-84

EnPassant 02/03/2016 14:33

Les réfufiés c'est bien, il en faut encoore plus

http://www.zerohedge.com/news/2016-03-01/swedens-migration-industry

pour se faire les c**** en or

EnPassant 02/03/2016 14:32

Pas grave pour la Chine, ailleurs ça va bien mieux

http://www.zerohedge.com/news/2016-03-01/were-trouble-alan-greenspan-delivers-stark-warning

BA 02/03/2016 06:27

Il n'y a pas que la bulle boursière dans la vie.

Il n'y a pas que la bulle bancaire.

Il n'y a pas que la bulle chinoise.

Il n'y a pas que la bulle immobilière.

Il n'y a pas que la bulle de l'extraction pétrolière.

Il n'y a pas que la bulle de l'art contemporain.

Il n'y a pas que la bulle du secteur de l'acier.

Il y a aussi la bulle obligataire.

Mercredi 2 mars 2016 :

La bulle obligataire gonfle de plus en plus.

Le Japon gagne de l'argent quand il emprunte !
Taux à 10 ans : - 0,024 %

Le Japon emprunte à 10 ans à un taux négatif.

http://www.lesechos.fr/journal20160302/lec2_finance_et_marches/021735307143-le-japon-emprunte-a-10-ans-a-un-taux-negatif-1204033.php

La Suisse gagne de l'argent quand elle emprunte !
Taux à 10 ans : - 0,428 %

L'Allemagne gagne de l'argent quand elle emprunte !
Taux à 8 ans : - 0,121 %

La France gagne de l'argent quand elle emprunte !
Taux à 6 ans : - 0,119 %
Taux à 5 ans : - 0,215 %
Taux à 3 ans : - 0,375 %
Taux à 2 ans : - 0,434 %