Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 18:00

Monsieur Hollande a donc très bien réussi son entrée en situation pré-révolutionnaire, en donnant à ce qui restent de syndicats, l'occasion de bander (les muscles), de se taper sur la poitrine, et de pousser un cri virulent sonore et puissant qui s'entend dans toute la jungle.

Je ne sais pas s'ils ont mis le cache sexe en peau de léopard, mais pour eux, c'est mieux que de finir grabataire, perfusé par de l'argent public, dans un hospice de vieillard.

Certaines tactiques militaires excluaient d'encercler l'ennemi, celui-ci, pouvant se battre jusqu'à la mort et coûter très cher au vainqueur. De même, on sait qu'on n'accule pas certaines bestioles.

Surtout quand on a eu l'idée, très stupide, de vouloir donner des jeux, avec l'euro de foot. Cela aura du contenter ces débiles de supporter, et en même temps, ces débiles du peuple, mais le cas brésilien aurait du renseigner not'bonne classe dirigeante que ça risquait de ne pas être 1998.

Le cas brésilien avait été que cela avait déclenché des heurts et des émeutes, et que les JO, ce n'était pas non plus, forcément une bonne idée.
Mais les débiles de la classe dirigeante n'ont pas retenu l'histoire : Ben Hur gagnant, restait, pour le peuple et la populace, à la fois intouchable et pouvant créer des émeutes une année entière. Si, bien entendu, les jeux du cirque ou la course n'avait pas déjà déclenché une émeute meurtrière dont on ne se savait jamais quoi en sortirait.

Seul Caligula ne craignait pas le cirque.

Le moyen âge avait d'ailleurs très bien cerné le problème : les joutes n'opposaient plus que des aristocrates. C'était la fête, mais pas méchante... (Sauf pour le type vidé de ses étriers et réduit en compote, mais à l'époque, on ne s'arrêtait pas à ce genre de broutilles).

Le monde moderne et l'Angleterre ont réinventé les jeux du cirque.

Il est savoureux de voir Hollande condamner un blocage décidé "par une minorité". En ce qui concerne la minorité, c'est plutôt celle qui le soutient. Et sa minorité, va devenir une marginalité.
Il voulait entrer dans l'histoire, nous dit on ? Il y a des tas de gens qui y sont rentrés, mais tout dépend de la manière.

Visiblement, il risque d'y entrer de manière qu'il ne conçoit même pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

çavamieux 11/06/2016 02:20

Il est vrai que les odeurs en provenance du gouvernement commencent à fouetter un peu quand même....c'est pourquoi il ne faut pas hésiter à aérer le plus possible dans les bureaux des ministères (notamment du travail....)surtout avec la chaleur de l’été qui arrive…. !Bonne continuation !

Alcide 25/05/2016 14:28

Désolé pour le hors sujet mais très important:
L'Eglise orthodoxe russe appelle à un Shake-up du système financier mondial

Russian Orthodox Church Calls for Shake-up of Global Financial System

"The money power preys upon the nation in times of peace and conspires against it in times of adversity. It is more despotic than monarchy, more insolent than autocracy, and more selfish than bureaucracy." - Abraham Lincoln
Extrait:
“It is impossible to consider justified international division of work, where certain countries are suppliers of indisputable values, first of all, human labor or irreplaceable raw materials, while others supply conventional values, in particular financial resources. Money to pay for work or irreplaceable natural resources are taken directly ‘out of thin air’, from the printing press thanks to the monopoly of world currencies issuers,” it further said...

http://russia-insider.com/en/russian-orthodox-church-calls-shake-world-financial-system/ri14543

Le privilège insensé et destructeur de notre civilisation accordé par des politiciens totalement corrompus à une poignée de familles ploutocratiques de créer la monnaie à cours légal et d'usage obligatoire lors d'un prêt ou pour financer un pays lors de l'acquisition de bons du trésor est enfin dénoncé.

Que font les syndicats , la population , l'église Catholique ?
Ils ne comprennent rien , sont-ils complices ou idiots utiles du Système ?

La non éducation forcée n'explique pas tout , il reste pour chaque individu la liberté de se renseigner , d'étudier et de s'exprimer.

Franki 25/05/2016 13:41

A trop se concentrer sur la France- et UE, on loupe pas mal du tableau général.
Ce qui se passe en Amérique Latine est ...ébouriffant!
- suivre le scandale "Juca" au Brésil, officialisant en quelque sorte la réalité d'un Golpe. Au vu des dernières décisions de l'équipe Temer en place depuis le 12 mai, ca pète le feu:
1 - ouverture aux "fonds etrangers" du controle du champ pétrolier "Pre-sal", inclus bien sur la technologie propriétaire développée par la Petrobras..
http://jornalggn.com.br/noticia/temer-quer-cobrar-bndes-acabar-com-fundo-soberano-e-abrir-pre-sal
2 - le gouvernement Macri accepterait l'installation de 2 bases US en Argentine:
http://www.brasil247.com/pt/colunistas/josecarlosdeassis/234117/Macri-abre-a-Argentina-para-duas-bases-dos-Estados-Unidos.htm
3 - les Usual suspects: au Brésil ,le gvt Temer met en place Paulo Leme aux finances - un Goldmanite, et il semblerait qu'en Argentine, la majeure partie du gvt vienne des banques fameuses comme la JPMorgan, etc..
Extrait de Pagina12:
"La banca internacional liderada por JP Morgan y Deutsche Bank se ha quedado con los negocios que se abrieron en Argentina a partir del gobierno de Macri desplazando a bancos nacionales En la mega emisión de bonos para pagar a los buitres inversores locales casi no tuvieron espacio para sus ofertas, que quedaron concentradas en entidades de Estados Unidos y Europa. Esa colocación significó una ganancia directa por comisiones de 29,7 millones de dólares para el Deutsche Bank, HSBC, JP Morgan, Santander, BBVA, Citigroup y UBS. Pero el filón para esos bancos fue quedarse con los bonos a un precio más bajo que la cotización inicial, que al subir en los dos días posteriores significó una ganancia de unos 600 millones de dólares, según consignó la agencia de información financiera Bloomberg. Argentina pagó caro, esos bancos internacionales ganaron fortunas y la banca local no pudo morder.

El JP Morgan es el que tiene más representación en la gestión de gobierno. El 6 de marzo pasado se describió en este mismo espacio la presencia de cuatro ex ejecutivos de esa entidad (Alfonso Prat Gay, Luis Caputo, Vladimir Werning y Demian Reidel) en puestos relevantes (“JP al poder”), situación que ya de por sí era impactante. Pero la sospecha de que no eran los únicos derivó en una paciente búsqueda en organigramas de dependencias estatales, tarea no sencilla porque en varias no está publicado, en otros no informan los nombres de todos los funcionarios a cargo, cuando lo hacen no detallan los curriculum vitae y la mayoría no responden a requerimientos de información solicitados por este diario.

El saldo de esa labor es el cuadro que se publica acompañando este artículo, donde se observa que además del JP Morgan hay ex ejecutivos de otros grandes bancos internacionales en dependencias públicas. Provienen de Goldman Sachs, Morgan Stanley, HSBC, Citi, Deutsche, Chase, Barclays, Merrill Lynch. La banca nacional está representada solamente por el Galicia con un par de ejecutivos que pasaron a ocupar cargos en el Banco Nación. El otro banco local privado de envergadura, el Macro, por ahora no ha tenido espacios para algunos de sus ejecutivos, exclusión que se explica por cuestiones políticas vinculadas al ex hombre fuerte de la entidad, Jorge Brito, banquero que creció con el alfonsinismo, se consolidó con el menemismo, avanzó con el duhaldismo y se expandió con el kirchnerismo, hasta ser un importante financista del massismo. Este recorrido, sumado a diferencias políticas con su socio histórico (Delfín Ezequiel Carballo), tuvo como consecuencia la marginación del Macro en estos meses del macrismo, y un golpe de timón en manejo del banco impulsado por Carballo en alianza con la Anses (el organismo estatal tiene el 30,9 por ciento de las acciones), dejando a Brito como presidente formal. El titular del Fondo de Garantía de Sustentabilidad de la Anses, Luis María Blaquier (ex Goldman Sachs), será uno de los directores del Macro, y aliado de Carballo en esa movida."
Désolé, c'est pas en français, mais on peut faire l'effort tt de mème.
Notre Gauleilter national n'est qu'une péripétie à coté...

La Gaule 25/05/2016 13:28

EPILOGUE.

(Ubu président, en chemise, les jambes rasées à l'air et les mains derrière le dos. Manu Chambellan vient de rentrer dans la pièce. Derrière, on entend une femme chanter « mort aux vaches » sous la douche).

UBU : Salut Chambellan, ça gaze !? Quel gros pet t'amène ?

CHAMBELLAN : Mes respects Présidents. Je vous ai amené du shit. De la part de Titi. Vous avez vu dans la presse que Titi avait des ennuis ?

UBU: J'ai vu... La faute aux douanes... Pleins de fachos, plein de Sarkos là-dedans... On a pas assez épuré... Ou alors c'est les amerloques... Tes dernières sorties sur les crevards en radeau... Je t'avais dit d'y aller doucement... Sont vraiment chatouilleux là-dessus tu sais... De toute façon, tout le monde sait que la dépénalisation du shit, tu es contre... T'es verni là-dessus...

CHAMBELLAN (crispé) : Je sais... Mais cela risque surtout de donner du coffre à la grosse blonde, Président.

UBU : La grosse pisseuse ? Grand bien lui fasse ! T'en fais pas, les journaleux, on va leur refiler de l'autre grain à moudre... Venons-en au fait... Les événements... Alors, c'est une révolution ?

CHAMBELLAN (majestueux) : Non Sir... Je voulais dire Président... C'est une révolte... Enfin, pour l'instant.

UBU : Une révolte ? Mais tu branles quoi Merde !? Tout le monde sait que j'en ai rien à secouer des révoltes ! Moi, je veux une révolution... Une vraie... une ré-vo-lu-tion ! Tu calcules ?

CHAMBELLAN : Je fais de mon mieux Président... Mais vous savez, avec tous les vieux chnoques et leur trouillopif à zéro... Pas facile... J'en parlais justement avec Brejnev -je voulais dire le baron Juppé, le seigneur de l'Hospice- pas plus tard qu'hier au souper...

UBU : L'encéphalo plat ? Qu'il boive sa camomille dans son coin celui-là, on lui a pas encore sonné... Gros nul, va... Il faut tout leur faire... Les flics, dis moi, ils sont à cran ?

CHAMBELLAN : On les a bien baladé, mais ils tiennent encore le coup... Sont coriaces ces animaux là... Vous le savez Président...

UBU : Coriaces !? Je vais te les briser, moi, tes cognes ! On a tiré sur une permanence des nôtres, à Pétaouchnok... Tu me colles un escadron devant toutes les permanences de France, tu me les fais marcher toute la nuit, et tu mes les renvoie au jus après la pause café... Tu vas voir s'ils vont pas craquer, tes bœufs !

CHAMBELLAN : Bien... Président...

UBU : Je veux qu'ils tirent dans le tas tu comprends... QU'ILS ARROSENT LE TAS... TA TA TA TA TA TA TA... Et qu'on leur fasse porter le casque... JULIE ! MERDE ! Viens me retirer ces putains de menottes !

(Apparition de LA REINE Julie, à poil, les cheveux et le minou détrempés. Elle fredonne maintenant « la jeune garde »).

REINE JULIE : Elles te font bobo les méchantes menottes, mon Bubu ? Attends… Ta Juju va te les retirer les vilaines... Ah, Bonjour Chambellan !

CHAMBELLAN : (Très prude, les yeux clos et la main qui tremble, équivoque) : Bonjour... Madame Julie............... Euh... Président... Et on fait quoi après le... Euh... Le massacre ?

UBU (les mains libres et s'agitant maintenant comme un moulin à vent) :

On fait quoi ? ON FAIT QUOI-AAA... T'es vraiment aveugle, Manu, ou t'as seulement les yeux cousus ? JE REPRENDS LA MAIN BORDEL ! A BLOC CE COUP CI ! Je fais comme la vieille baderne en 68... Lui ne s'en est pas tiré mais MOI, je m'en tirerai... en beauté... Parce que MOI, j'ai une petite bitte mais MOI, je suis malin... Et j'ai des forces immenses derrière MOI... Émeute, répression, émeute, répression... Article 16... Dissolution... Je fous l'autre Brejnev à ma botte... ET APRES... Le rêve... Les couilles en or... Plus que MOI et l'Encéphalo plat au parlement, pour la frime... Tous les râleurs, les bolchos du parti, les Merluchons, les fachos, A CAYENNE ! La grosse blonde et sa petite pétasse de nièce, AU BOXON ! Plus que des articles du monde et du cul sur le net... L'Europe de Vancouver au Zimbabwe... Pour mille ans mec ! POUR MILLE ANS !!!

REINE JULIE ET UBU (en duo, a capela) : SEA... SEX... AND SUN... CHABADABADA !

CHAMBELLAN (de marbre) : en effet... C'est... Euh... Génial, Président... Mais... Euh... Et moi ?

UBU (suave) : Toi ? Je ne comprends pas... Bien sûr que tu t'y retrouveras aussi, Manu, et dans tous les cas de figure.. On m'a dit qu'Anne aimait les bêtes ?

CHAMBELLAN : Les... Bêtes... Président ?

UBU : Oui, bordel, les bêtes... Les phoques, les pingouins, les ours blancs, les grands zoizeaux blancs, là... Je sais plus comment on les appelle... Je suis en cheville avec des gars de la CIA en ce moment, pour monter un observatoire du réchauffement climatique au Spitzberg (avec un complexe pénitentiaire au sous-sol mais ça, chut, t'en parles à personne, c'est entre nous)... Il nous faudra un gars compétent là-bas... Plutôt un couple d'ailleurs... Mieux pour l'hygiène... VOILA ! J'ai pensé à toi et Anne... Qu'est-ce tu veux d'autre, Manu ? MA CHEMISE ?

CHAMBELLAN (les yeux écarquillés) . Le... Le... Spitz...berg !?

UBU (ouvrant le paquet sur la table) : Qu'est-ce t'as ? T'es pas bien ? T'as besoin de donner à manger au singe ? Tiens, Julie, roule lui un pétard ! Sinon il va se changer en manchot de sel, notre Manu.

CHAMBELLAN (hypnotique): Non... Merci... Avec... Anne, nous ne buvons qu'un verre à table... Le midi... Du Rioja... …....... Le... Spitz...berg... Anne... Manchot...Sel...

UBU : Bon... Tu me gonfles Manu... Toujours à étaler tes cogitations saugrenues... Et puis ta pogne, là, soit tu la mets dans ta poche soit tu te branles un bon coup : Te gênes pas pour nous, on est un couple moderne...68 tu sais... Les barricades...L'amour libre... T'es venu en caisse ?

CHAMBELLAN : Non, j'ai décidé de donner l'exemple au ministère. Je suis venu à vélo... Le Vicomte Jack m'a prêté le sien... Nous sommes voisins...

UBU : ah ah ah ! Il s'est mis au vélo, cette vieille lope ! Il t'a filé la selle qui va avec j'espère ? Non ? C'est pour ça que t'es tout pâle ? Tu veux rentrer en scooter ? Tu seras mieux assis, sûr. Julie, file lui les clefs, elles sont dans ton sac !

CHAMBELLAN : Non... Président... Pas de scooter. On pourrait me filmer... Ça ferait jaser... surtout en sortant de chez vous.

UBU : Allez, Manu ! Sauve-toi ! T'as du boulot... Tiens, prends les menottes... Elles sont au planton à la porte -celui qu'a un trou dans le sourire- qui me les a prêtées, mais je te les donne, Il en rachètera une paire, ça vaut moins cher qu'un bridge.

CHAMBELLAN : Mais... Qu'est-ce que vous vous voulez que j'en fasse ?

UBU (ouvrant la porte) : Avec Anne, au Spitzberg, vous trouverez bien le temps de faire joujou au gendarme et au voleur. Et puis là-bas dans quelque temps, ça choquera plus personne.

CHAMBELLAN (mécanique) : Bien... Spitzberg... Euh... Mes... Respects... Président...

UBU (le poussant dehors) : C'est ça, Chambellan... Shalom !

REINE JULIE (en refermant la lourde) : Shalom Chambellan !

REINE JULIE à UBU (en gloussant, les mains chatouilleuses) : Pfff... Quel con ! On aurait quand même pu au moins l'inviter à déjeuner...

EnPassant 25/05/2016 12:01

En Espagne, cette lettre à Bruxelles qui dérange Mariano Rajoy
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/en-espagne-cette-lettre-a-bruxelles-qui-derange-mariano-rajoy-573790.html

En Belgique, l'autre loi Travail déclenche grèves et manifestations
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/en-belgique-l-autre-loi-travail-declenche-greves-et-manifestations-573688.html

dizemanov 25/05/2016 10:47

Alexandre Van der Bellen élu, ça signifie quoi, concrètement ?

la délivrance rapide de permis de travail pour les demandeurs d’asile, par exemple.

http://derstandard.at/2000037591675/Bundeskanzler-Kern-will-rasche-Arbeitserlaubnis-fuer-Asylwerber

Dizemanov 25/05/2016 03:13

Petit à petit, et quoiqu'en disent les médisants, la France se redresse ...

http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2016/05/24/apres-les-raffineries-greve-annoncee-dans-les-centrales-nucleaires_4925723_1656968.html

Historiquement la production énergétique n'avait plus été menacée par la CGT depuis 1965.
Nous entrons donc bien dans une nouvelle époque...
Le potentiel explosif de la situation des points de vue politique, social et (et oui, on en est là !!) ethnique devient chaque jour plus important ....pour l'instant il est déjà, sinon extrême en tout cas très élevé ...

Patrick 25/05/2016 01:48

Fin 2017 / mi-2018, Mélanchon tentera sa chance...

Mais ça ira pas bien loin car le Bordel général sera tel qu'il aura le pouvoir mais plus aucun levier ne répondra...
=> Faudra attendre l'invasion Russe en Europe pour "faire le Ménage" dans ce merdier général...

Patrick 25/05/2016 01:46

Philippe Martinez... Marionnette grassement payée par le Grand Capital pour "gérer", manipuler et canaliser les Cons et les Grandes Gueules de son syndicat au service des intérêts du Grand Capital...
En Service Commandé au nom du Grand Capital (et des autres...) pour créer le Bordel dans le pays et pousser faire monter la grogne du grand public...

=> Objectifs :
1°) Hollande est un CON... Il devait faire passer la "Loi Travail" demandée par le Grand Capital mondialiste... Mais même ça il a pas été capable de faire... !!!

2°) Action : on va déclencher (grâce aux Cons Utiles et agissants de la CGT) la pénurie et une Grogne sociale énorme contre Hollande et son gouvernement d'incapables... En commençant par l'Ouest de la France (zones qui votent le plus à Gauche...)...

3°) Réaction : les français sont "à bout", aux prochaines élections ils vont voter massivement Le Pen au 1er Tour ET Alain Juppé (la nouvelle marionnette présidentiable "aux ordres"...). 2ème Tour : Les socialos de l'Ouest de la France vont voter Juppé contre le Danger de l'Extrême Droite, et les cons de la droite vont voter Juppé pour "défendre nos petits intérêts financiers" ("faut pas déconner quand même...") => Comme Chirac en 2002 ou Estrosi en 2015...

4°) Solution : Juppé fera passer en moins de 6 mois toutes les réformes voulues avec 55 à 60% de majorité au 2nd Tour...

5°) Effets inattendus... : moins d'1 an après : fin 2017 / mi-2018... avec les effets du Krach Boursier et économique mondial... Bordel / Chaos Général, le gouvernement fout le camp et se tire à l'étranger... C'est même pas une révolution car il n'y a plus que des Minus dans le pays...

aetius320 25/05/2016 18:05

Cette manip est inutile.
Sauf évènement majeur d'ici un an, Marine Le Pen ne peut pas
être élue en 2017. Toute chose égale par ailleurs (ce qui ne devrait
toutefois pas être le cas) c'est en 2022 qui le FN peut faire quelque
chose.
Hollande ou Juppé en 2017, peu importe, les deux essaieront de faire
passer en six mois les réformes.

BA 24/05/2016 23:33

Le 4 octobre 2009, les électeurs grecs font subir une énorme défaite à la droite grecque. Le gouvernement de droite est balayé.

Le 6 octobre 2009, le socialiste Giorgos Papandréou devient le nouveau premier ministre de la Grèce.

Le 17 octobre 2009, Giorgos Papandréou annonce au monde entier une terrible nouvelle : le précédent gouvernement de droite avait menti, les chiffres étaient faux, la Grèce est en faillite.

Rappel :

Onze jours après son arrivée au pouvoir, il annonce, dans un souci de transparence, que l'état réel des finances grecques avait été caché par le précédent gouvernement. Il fait rétablir les véritables données économiques, dont un déficit équivalent à 12,5 % du PIB pour la seule année 2009. La Commission européenne confirmera cette falsification des données quelques semaines plus tard.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gi%C3%B3rgos_Papandr%C3%A9ou_%281952%29

Et sept ans plus tard ?

Sept ans plus tard, en 2016, la Grèce est encore plus en faillite.

Les classes populaires se sont appauvries, les classes moyennes se sont appauvries, et le chômage a explosé.

En 2009, les autres pays européens ont eu une idée géniale : puisque la Grèce était déjà hyper-endettée en 2009, les pays européens ont décidé … de lui prêter de l'argent !

Les pays européens ont rajouté des montagnes de dettes par-dessus les montagnes de dettes qui écrasaient déjà la Grèce.

Aujourd'hui, la Grèce est complètement asphyxiée. Chaque année, le coût de la dette est de 26 milliards d'euros ! (Et chaque année, les recettes de l'Etat sont de 55 milliards d'euros !)

Le coût de la dette va donc rester des plus lourds. La Commission européenne a évoqué une limite de 15 % du PIB pour les besoins de financement du pays chaque année. Si cette limite est appliquée, elle sera considérable et représente aujourd'hui 26 milliards d'euros. Les recettes de l'Etat grec s'élevaient à 55 milliards d'euros en 2015...

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-une-nouvelle-victoire-pour-les-creanciers-570281.html

Dernier prêt : mardi 24 mai 2016, dans la soirée :

UE : nouveau prêt accordé à la Grèce.

Les ministres des Finances de la zone euro devraient approuver le versement de 10,3 milliards d'euros d'aide à la Grèce, ont déclaré ce soir des responsables de la zone euro en marge d'une réunion de l'Eurogroupe qui se déroule à Bruxelles.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/05/24/97001-20160524FILWWW00388-ue-nouveau-pret-accorde-a-la-grece.php

Conclusion :

A partir d'octobre 2009, les pays européens auraient dû DONNER 300 milliards d'euros à la Grèce pour la sauver de la faillite. Mais ils n'ont pas voulu lui DONNER de l'argent.

En revanche, ils ont accepté de lui PRETER de l'argent. Ils ont ensuite demandé à la Grèce de payer des intérêts sur ces prêts. Ce faisant, ils ont aggravé la catastrophe.

La faillite totale de la Grèce est le symbole de la faillite totale de la construction européenne.

BA 24/05/2016 22:43

Mardi 24 mai 2016 :

François Hollande et Manuel Valls atteignent des records d'impopularité, alors que la situation sociale se durcit.

Les Français pronostiquent d'ailleurs une fin de quinquennat difficile, selon un sondage Odoxa publié mardi.

Seules 16% des personnes interrogées (-1 point en un mois) considèrent désormais François Hollande comme "un bon président", contre 83% (stable) d'un avis contraire. 

En première ligne pour faire adopter la loi Travail, Manuel Valls perd de son côté 3 points, avec 26% des Français qui le considèrent comme "un bon premier ministre", contre 73% (+3) d'un avis contraire.

Les deux têtes de l'exécutif se retrouvent ainsi à leur plus bas niveau depuis leur entrée en fonction, dans ce baromètre réalisé pour la presse régionale, L'Express et France Inter. 

Interrogés sur la fin du quinquennat, seuls 22% (+3) des Français pensent que la situation économique de la France s'améliorera d'ici le printemps 2017 (contre 78%) et 19% (+5) que la courbe du chômage s'inversera (contre 80%).

Ils ne sont en outre que 14% (-6 par rapport à décembre 2015) à souhaiter que François Hollande se représente à la présidentielle en 2017, contre 85% (+5) d'un avis contraire.

http://www.ouest-france.fr/politique/francois-hollande/hollande-et-valls-atteignent-des-records-dimpopularite-4248021

gutknecht 24/05/2016 22:43

En Belgique, la Loi El Khomri s’appelle la loi peeters. (c’est une directive des crapules technocrates de bruxelles)

Non à la loi Peeters de réforme du travail !
mardi, 24 mai 2016

http://www.frontsyndical-classe.org/2016/05/nous-ne-sommes-pas-seuls-meme-combat-en-belgique.html

Même cause : les directives européenne de précarisation, de flexibilisation et de casse du droit du travail de l’Union Européenne. Il s’agit comme en France de mettre en place une soit disant « réforme structurelle » pour faire baisser les salaires. Faire travailler plus les salariés pour moins les payer et ainsi remplir les poches de l’oligarchie capitaliste.

Loi El Khomri, loi Kris Peeters ces deux loi répondent aux directives de « flexibilisation du marché du travail » édictée par la Commission Européenne et réclamée par le grand patronat. Illustrant le caractère de classe de l’Union Européenne, instrument du pouvoir dictatorial et totalitaire des multinationales, des banques, de l’oligarchie capitaliste contre les peuples. On y retrouve ainsi également l’inversion de hiérarchie des normes avec l’individualisation des négociations avec l’employeur pour contourner le fort contrôle syndical en place en Belgique. La loi Peeters prévoit l’annualisation généralisée du temps de travail et l’imposition de 100 heures supplémentaires non-récupérables et sans négociations préalables. Ces mesures feraient bondir la semaine travaillée de 38 heures aujourd’hui, à 45 heures demain. Cela ne vous rappelle rien si ce n’est la loi travail ? Le ministre – ex dirigeant d’un syndicat patronal – veut également la mise en place de contrat de travail zéro heure comme en Grande Bretagne avec l’instauration de contrats à temps partiel sans indications d’horaires de travail, pour des salarié.e.s « à la demande » ; un contrat intérimaire à durée indéterminé, pour une précarité à vie. Très logiquement la réponse de la classe des travailleurs en Belgique est la mobilisation.

Même logique : comme en France avec la Loi Travail, la Loi Peeters est directement écrite par le patronat, en application des ordres de la Commission Européenne. En Belgique c’est la droite et l’extrême droite nationaliste flamande (NVA) qui sont à la manœuvre. En France, la droite (PS) est à la manœuvre, avec le soutien objectif de la droite extrême (LR) et du FN qui exigent une répression féroce du mouvement social et le renforcement de l’exploitation capitaliste

Même effets : les syndicats belges lancent un mouvement national pour obtenir le retrait de la loi Peeters. Avec une journée d’action ce 24 mai. Une manifestation nationale impressionnante (plus de 80 000 manifestants à Bruxelles) et des grèves très suivies notamment dans les transports publics. Et la FGTB prépare la grève générale pour obtenir le retrait de ce texte

Voir le site du syndicat FGTB

gutknecht 24/05/2016 22:40

Par Jean Ortiz
Mardi, 24 Mai, 2016 – 11:25

Que la colère est belle ! Poussons plus fort !

http://www.humanite.fr/blogs/que-la-colere-est-belle-poussons-plus-fort-607775

On peut gagner. Une chose est sûre : si l’on ne se bat pas, on perd.

Sur un ton martial, à défaut pour le moment de loi martiale , ils « sautent comme des cabris » et croassent comme grenouilles en rut : « libérez les sites !! », « libérez les otages !! ». Haro concerté contre la CGT pour la délégitimer et la casser. Oh le joli monde social des bisounours sans le grand syndicat de mobilisation, de rassemblement et de lutte des classes !

Le pauvre FH, Sapin (« le mouvement est illégitime »), Sarko, Cazenave, Valls, « droits dans leurs bottes versaillaises » d’apostats, ils braient, ils menacent, ils hurlent à « la dérive de la CGT », à « la subversion »… Rengaines éculées. Vieux discours cradingues, déshonorants, aussi vieux que leur système. C’est l’Elysée qu’il faut « libérer », qu’il faut contraindre à retirer cette loi pétainiste.

Le naufrage de ces minus qui jouent aux matamores est pathétique et dangereux. Ils sont en guerre contre les salariés, contre « l’ennemi intérieur », les « classes dangereuses », les routiers, les cheminots, les travailleurs des ports et des raffineries, ceux de la RATP, les jeunes, les pelés, les galeux, les pauvres, les gagne petit, les précaires, les chômeurs, les « riens ». Voilà leur tableau de chasse. Le Medef leur distribue citrons et réconfort à la mi-temps ; et il en redemande. Il se tape sur le ventre. Il n’a jamais trouvé de zélateurs aussi zélés pour faire le sale boulot : mater les travailleurs et les syndicats, les qui ne sont « ni vendus ni à vendre », les qui ne négocient pas « la grosseur des chaînes » qui enchaînent.

Ce printemps 2016 d’éclosion populaire inédite, inattendue, salutaire, leur fait peur. Il nous rassure, nous stimule, nous réenchante. Il ouvre enfin l’horizon… Il est à nous. Lorsqu’ils ont peur, c’est bon signe. Poussons ensemble plus fort ! « L’estaca », le pieu, va tomber si nous poussons tous ensemble. Tous des Luis Llach ! Tous cheminots ! Tous routiers ! Tous « raffineurs » ! Tous pour tous. « C’est en croyant aux roses qu’on les fait éclore » (Anatole France). « C’est Maintenant… » « Sí se puede ! ». On peut gagner. Une chose est sûre : si l’on ne se bat pas, on perd.

Ils auront beau réprimer, gazer, matraquer, enfumer, provoquer, cogner, menacer… l’espoir, le vrai, l’intarissable, celui des exploités, demeure irrépressible, résiste à toutes les répressions. « Répression ! Répression ! » (Colette Magny). Leur panique, leur agressivité, leur brutalité, met à nu leur faiblesse, leur fiasco, et la faillite du capitalisme. Leur monde.

Que la colère est belle lorsqu’un peuple se lève et crie « Basta ya ! » !! « Basta » de leurs mensonges, de leur mépris! Dans leur esprit, le capitalisme est immuable et le seul système possible. Ils sont en train de prendre une sacrée baffe ! « Palante ! » « En avant ! ». Quelle que soit l’issue, ce printemps 2016 aura marié et marie le soleil, les éclaircies, le tonnerre, les aurores flamboyantes, l’envie d’un monde désirable. Oui c’est possible ! On peut retourner l’omelette. Rien ne peut effacer ce qu’écrivent les « olvidados », les damnés d’aujourd’hui. Comme ceux d’hier. Une « passion jouissive » est en marche. J’aime les rosiers de mon patio. Ils rougissent chaque jour davantage.