Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 16:38

Le retour à l'ancien régime se précise de toutes les façons.

On retrouve le "colonel à la bavette", en la personne de Placé. Bien que n'ayant aucune expérience militaire, hors le service national, il va être colonel dans les forces spéciales, sensées être une unité d'élite. Certes, dans la "réserve citoyenne".

Comme les colonels de l'ancien régime, ça l'emmerdera qu'il y ait un contenu réel au grade, et il fera comme eux : "il ne devrait pas prendre part aux activités militaires de sa future unité. "

Donc, c'est un soldat bidon. Simplement un titre honorifique, comme ces sept maréchaux nommées par Louis XV. Ils étaient depuis si longtemps éloignés de l'état militaire, qu'on en avait bien ri, et on les avait appelés "les sept pêchés capitaux".
Mais au moins eux, avaient la décence de ne rien demander du tout.

Il est vrai que s'il s'amusait à paraître dans des activités militaires, les vrais soldats lui feraient sans doute connaître, une institution immémoriale, le "fragging" américain, ou exploser la tête des c... ards à la grenade.

Comme je l'avais déjà signalé, le meurtre des officiers est une pratique courante sur le champ de bataille, et les officiers une caste décimée en temps de guerre. l'ennemi lui tire dessus, et ses soldats aussi.

Ce qui fait que les officiers qui finissent la guerre sont rarement ceux qui l'ont commencé, parce que ceux qui la finissent, sont ceux que les soldats respectent, et en général, souvent issus de leurs rangs. Des officiers du front. La différence entre le Juncker prussien, et l'officier issu des corps francs. le jour et la nuit.

Comme je l'ai déjà dit, seul l'armée US a étudié le problème, pendant la campagne du Cambodge. Les résultats furent si catastrophiques qu'ils n'ont jamais été publiés. Le refus des unités US de monter en ligne si patent, qu'il entraîna le retrait du Viet Nam, et la fin de la conscription.

C'est pitoyable.

Autre retour à l'ancien régime, la vente des permis de conduire, à des personnalités. Un directeur d'auto-école, et des fonctionnaires véreux d'une préfecture.

Ces pas finis, n'ont pas compris une seule chose, un truc de comptable. L'administration est contrôlée par ordinateurs, avec des statistiques, et tout ce qui dépasse l'écart type est minutieusement analysé.

300 permis distribués, quelque part, ça a du clignoté rouge vif. Il reste que ceux qui ont réellement passé leur permis dans cette auto école sont quand même dans la merde. C'est sans doute la première fois que des gens vont se féliciter de l'avoir raté.

Quand aux clients, des gens trop importants pour perdre leur temps en futilités, comme passer son permis.

Mais, tous ces gens trop malins, n'ont pas compris qu'un écart à la tolérance autorisée, c'est la mort. Ce n'est pas 300 permis qu'il aurait du vendre, à 10 000 euros maximum, c'est maximum 18, à 100 000 euros la pièce.

Là, la couverture radar eût été bluffée, et le risque, correctement rémunéré.

La connerie à ce point, c'est pathétique. C'est vrai que passer le permis, c'est aléatoire, ça prend du temps, de l'argent, un minimum d'efforts, de concentration, et de mémoire, mais rien d'insurmontable.

Visiblement, certaines personnalités médiatiques sont tellement connes, qu'elles sont incapables d'un effort de ce genre.

Mais le retour à l'ancien régime est encore plus patent dans les mentalités.

Quand j'étais sur un autre blog, il y avait un co-auteur, qui avait une autre vision des choses; Plus âgé, certainement mieux placé socialement que je ne suis, il n'envisage tout simplement pas que les choses puisse s'arrêter.

"Oui, mais ailleurs, il leur faudra plus d'énergie". Cette vision a d'ailleurs été partagée par l'administration US de l'énergie, qui elle aussi est dans l'optique d'une croissance de la production et de consommation de l'énergie de 48 % d"ici 2040.

Encore faut il noter l'inflexion. Il n'y a pas si longtemps, on aurait parlé de doublement.

Le collapsus des états fait partie de l'histoire. Mais là aussi, cette notion échappe totalement aux gouvernements actuels.

En 1913, l'empire austro-hongrois était splendide. En 1914 son armée était incapable d'affronter la minuscule Serbie, et contre les russes, elle s'effondra si rapidement qu'elle empêcha l'exploitation de la bataille de Lemberg par les russes...

Nul doute que les généraux autrichiens et hongrois, qui avaient poussé à la guerre ne s'attendaient pas à ce genre de résultats.

On dit que Debré, à 5000 euros par mois, a du mal à joindre les deux bouts. Il faut l'inscrire à un cours de vie sociale et familiale ?

On ne peut que le plaindre, de ne pas "arriver à tenir son rang".

Il est évident, pour tous ces gens, que le collapsus ne peut arriver qu'aux états "socialistes". Parce qu'il est interdit dans les états libéraux, libre-échangistes et qu'il est aussi interdit d'envisager une baisse de l'énergie disponible...

Comme le disait Rhett Butler à Scarlett, les aristocrates français aussi, n'imaginaient pas que ce qu'ils avaient toujours connu, puisse cesser.

Il est vrai que le déficit extérieur américain structure la production mondiale. Mais, un jour ou l'autre, il est certain que le dollar ne sera plus accepté, et que tout le secteur productif, partout dans le monde, sera sérieusement affecté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Sclavus 25/05/2016 15:06

Salut camarade La Gaule, tu as sans doute déjà lue l'analyse de Thiery Meyssan sur Uk: même scénario car animé par la même logique géopolitique que celui de la Syrie ; y en aura pour des décennies ; à moins que les élites politiques occidentales changent ; pour l'instant c'est plié au grand bénéfice des Américains. Notre cher Boréas - au dernière nouvelles - est devenu romantique ; il anime son blog à nouveau avec pour seule différence des jolies chansonnettes du folklore UK en lieu et place des appels à la guerre et le recrutement des volontaires français.
La cocotte m'a l'air assagie ; elle a du faire un tour là-bas: visite guidée en autocar avec des guides et tout le reste - façon américaine de la vente pyramidale ; il vendait la guerre d'une façon virulente et éhontée ; désormais il la fiat discrète et romantique.

La Gaule 24/05/2016 11:19

Message à Patrick Reymond : les permis de chasse et autres licences de tir sont à nouveau dans le collimateur.

http://www.voltairenet.org/article191858.html

Les armes légales ne doivent plus avoir cour en France -comme dans toute l'UE- et seules les armes de guerre clandestines seront tolérées.
Normal, puisqu'elles seront surtout détenues par les prolétaires migrants -salariés ou non chez Soros SA- lesquels sont dans le sens de l'histoire en tant que chevaliers des nouvelles forces de progrès et du vivre-ensemble.

Élections en Autriche : on a bien compris -comme l'a suggéré quelqu'un ici- que le premier parti écolo de l'UE s'appelait désormais la Turquie.
« Dernier rempart contre le fascisme » comme l'a dit sans rire le somnambule fringué au vieux campeur Noël Mamère (mammaire ?).
Comme si Daladier en revenant de Munich avait déclaré aux foules : « contre la guerre faites comme moi, votez Hitler ! ».

Le Saker a récemment rappelé qu'il y avait une guerre en Ukraine, parfait exemple d'une « révolution » menée par l'oligarchie occidentale -un mauvais filmmais avec des tas d'acteurs connus et en plus gratuit pour les spectateurs- ayant ensuite fondu comme un étron congelé au dégel pour finir à l'égout.

http://lesakerfrancophone.fr/lukraine-entre-fascisme-ochlocratie-et-eclatement

L'Ukraine est actuellement en voie de somalisation, là où elle avait toutes les chances de devenir l'une des nations les plus puissantes et les plus indispensables à l'Europe. Mais les ponts étant définitivement coupés avec la Russie, nos amis américains qui nous ont toujours sauvé sont contents, ils ont fait du bon boulot comme disait Parkinson.
Pour la note voyez le service comptable de l'UE.
Le plus drôle sera quand des hordes d'ukrainiens chassés par la faim et le froid se déverseront sur l'Europe de l'ouest pour faire le vivre-ensemble avec les crevards du Moyen orient et de l'Afrique subsaharienne. Sûr qu'ils sont formatés pour ça, surtout depuis deux ans.

Les ukies sont nazis, nous serine-t-on -surtout ceux qui s'habillent en cachette chez eux en guérillero castriste comme l'inverti en pute de boulevard.
On s'en tape du faux-nez.
J'ai rappelé ici un jour que les outils de déstabilisation « révolutionnaire » utilisés par l'occident pour ses guerres hybrides sont au nombre de cinq.
Le régionalisme anti-national, l'extrême gauche, l'extrême droite, l'identité ethnique (pas toujours liée à l'extrême droite et à laquelle il conviendrait aujourd'hui de rattacher les prétendues « identités sexuelles »), la (les) mafia (s).
Dans le cas de l'Ukraine, seule la carte extrême gauche a été écartée, cette carte étant d'ailleurs plutôt réservée aux nations latines de l'Europe de l'ouest. Les cartes maîtresses utilisées ont été à l'évidence l'extrême droite néonazie et les mafias, sans qu'il y ait d'ailleurs une symbiose parfaite entre les deux, selon le Saker.
Le régionalisme ne servira qu'au moment de l'explosion finale, surtout pour ce qui concerne l'autonomie/indépendance de la Galicie, et la carte ethnique ne joue à plein qu'avec les tatars de Crimée (au fait, qu'est devenu Boreas ? Il a ouvert une librairie philosophique à Odessa ?).

Tout ceci montre bien où se situe le véritable clivage géopolitique du monde d'aujourd'hui. Le clivage gauche/droite, socialisme/capitalisme, qui a mûri au 19ème siècle pour s'imposer partout au vingtième (le fascisme ne fut qu'une idéologie tampon entre les deux), a explosé avec la chute de « l'empire » soviétique.
Le véritable clivage d'aujourd'hui, béant, est celui qui oppose désormais les mondialistes (propulsés par le monde œcuménique anglo-saxon et ses relais islamistes et sionistes) aux souverainistes westphaliens dont le fer de lance serait le chef de l'état russe.
D'idéologie tampon autrefois, le fascisme et ses ersatz idéologiques ne constituent plus que des tampons périodiques, à jeter après usage, plutôt dévolus d'ailleurs au camp occidental.
En effet, vu les rapports qu'a entretenu la Russie (et le camp patriote européen en général) avec le nazisme, il est peu probable que cette carte ne soit jamais jouée par les souverainistes.
En ayant bien en tête ces données, il est désormais facile de se déterminer aujourd'hui face à un événement politique qui pose problème.
Il suffit de se poser deux questions : qui sert qui ? Et qui sert quoi ?

Un bel exemple m'en a été donné récemment, toujours sur le blog du Saker, et qui concerne l'élection américaine prochaine.

http://lesakerfrancophone.fr/soutenez-bernie-ou-mourrez

Trump, nous dit-on, déteste sous le manteau les juifs, les arabes, les nègres, les bonnes femmes, gougnottes ou non, et les pédés.
On s'en fout.
S'il n'y avait que ça en jeu, il est clair qu'il gagnerait haut la main contre Clinton, tant les clivages dits « sociétaux » commencent à courir sur le haricot de tout le monde.
De ce point du vue, il est clair aussi que le meilleur candidat « progressiste » est Bernie Sanders, puisqu'en plus du suffrage « sociétal » qui lui resterait acquis, Sanders est le seul capable de désarçonner Trump sur le plan économique et social, là où il est le plus burné des deux.
Mais de ça aussi on s'en tape, car Sanders est le parfait candidat de l'establishment pour le reste, soit le plus important.
Il a toujours soutenu sans faille, à la différence de Trump, les initiatives guerrières du camp « d'en face » lors de la décennie précédente (il faut rappeler que les néo-cons étaient tous démocrates à l'origine), et il est donc programmé pour que les considérations belliqueuses prennent le pas chez lui sur toute autre considération.
Comme pour Obama et Clinton mâle hier, Carter avant-hier.
Je prie en conséquence pour la victoire de Trump sur Clinton. Rien de miraculeux n'en sortira pour nous, puisque Sarkozy et Hollande se sont donnés la main pour nous mettre sous la coupe réglée des américains.
Mais l’expansionnisme unipolaire à front bas pratiqué par leurs présidents précédents connaîtra au moins un coup d'arrêt, et le monde s'en portera mieux.
Hors du nationalisme populiste -qu'il soit « de gauche » ou « de droite » on s'en tamponne- point de salut !

J'ai dit Paix et Amour (grrr...).

Dizemanov 24/05/2016 03:51

"Le collapsus des états fait partie de l'histoire.

Mais de nos jours, cette notion échappe totalement aux gouvernements et aux peuples."

VIDEO - Autriche: 600 000 musulmans "retiennent leur souffle"
https://youtu.be/CRhG6JattLQ

Le démantèlement de la Yougoslavie a provoqué un grand désordre dans les Balkans avec des entités non viables et des populations déplacées.

La mégapole d'Istanbul où s'entassent 14 millions d'habitants envoie régulièrement en Allemagne et en Autriche non seulement des turcs mais encore d'autres populations du Caucase et d'Asie centrale.

14 millions d'habitants rien qu'à Istanbul.... presque deux fois l'Autriche.

Les problèmes ne font que commencer.

Alcide 23/05/2016 22:31

@Horzabky
... la police sera la béquille sur laquelle s'appuiera l'État...

Le problème est quand l'état est déjà le soutien financier et en armes de terroristes comme Al Nosra , qui font un " bon boulot "de criminel en Syrie selon Fabius, soutien d'Erdogan qui reçoit des milliards et nous envoie par centaines de milliers d'inutiles et de terroristes et enfin soutien des banquiers qui s'enrichissent frauduleusement tous les ans à peu près au montant de la totalité de l'impôt sur le revenu par le seul paiement par le gouvernement de l’intérêt sur la monnaie inventées ( qui n'existait pas dans les coffres des banques) qui fonde la dette publique .

La Police soutien alors un état clairement fasciste , devrait alors à minima s’interroger et en tirer les conséquences.

Ce discours s'applique pareillement à tous les fonctionnaires d'état.

Dizemanov 23/05/2016 22:12

1/ c'est la première fois en Autriche que le résultat des élections présidentielle est donné avec 24 heures de retard.

La différence extrême entre le temps de dépouillement des votes portés dans les urnes et celui des votes par correspondance est, au moins, extrêmement louche ....

"en démocratie, ce qui compte, ce n'est pas pour qui on vote, mais qui compte les voix" Joseph Vissarionovitch Djougachvili Staline3

2/ compte tenu du faible écart de voix; c'est le vote musulman, essentiellement turc qui, clairement, a permis la victoire du candidat favorable à l'immigration.

Il y a environ 700 000 musulmans en Autriche sur une population globale de 8,6 millions d’habitants. En 1990, ce chiffre n’était encore “que” de 150 000 individus, soit une multiplication par cinq des musulmans en Autriche en seulement 25 ans.

Une part importante de ces musulmans est d’origine turque avec 270 00 turcs résidant dans le pays. Environ 115 000 d’entre eux disposent de la citoyenneté autrichienne et peuvent donc voter.

Alexander Van der Bellen est connu pour sa bienveillance à l’égard de l’immigration, du multiculturalisme et de l’islam.

115 000 turcs ont pu voter aux présidentielles
Cette masse turque, à laquelle il faut ajouter les autres électeurs musulmans, a donc joué un rôle déterminant dans un scrutin où seulement quelques milliers de voix ont fait la différence.

gutknecht 23/05/2016 20:57

http://www.corsematin.com/article/france-monde/la-cgt-annonce-le-blocage-du-depot-petrolier-de-fos-jusquau-retrait-de-la-loi-t.2005839.html

http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/la-cgt-ratp-appelle-une-greve-reconductible-et-illimitee-partir-de-juin-791825

La Gaule 23/05/2016 20:27

POUR METTRE LES CHOSES AU POINT

Nous sommes en 1788 nous dit-on. Chic alors ! La révolution est donc à portée de main.
Posez-vous ensuite la question : « A quoi servent les révolutions ?».
Je réponds.
A changer de maître, indubitablement, et le reste, les petits arrangements au plus grand nombre et la lassitude de tous, fait passer la pilule.
En 1788, les anciens maîtres, entendez l'aristocratie de bas en haut (les seigneurs de village n'étaient pas les moins âpres à la défense de leur bout de gras), étaient frappés d'obsolescence sociale, leur utilité guerrière n'allant plus de soi en regard de l'inflation de leur train de vie et des difficultés économiques (quoique relatives) de tous.
Les plus lucides s'allièrent donc avec les nouveaux maîtres en puissance, ceux de la grande finance et de la haute bourgeoisie marchande, les couches sous-jacentes des robins -la piétaille judiciaire- étant prête à valider le nouveau corpus juridique validant la chose. Et tous de renverser la table séculaire monarchique et féodale.
Tous ces esprits éclairés avaient de plus -nous sommes à l'ère des « lumières » n'est-ce pas- un nouveau grand projet, beaucoup plus rationnel et surtout rentable, pour faire rentrer l'autre peuple, le petit, le majoritaire, dans un carcan indépassable.
Tout cela valait bien quelques dégâts collatéraux, quelques têtes de gouverneurs coupées, quelques copains de combine pendus à la lanterne dans des endroits où ils auraient mieux fait de ne pas aller, et tout ce menu fait divers dont la résurgence semble pourtant être le Graal rêvé de nombre de camarades blogueurs.
C'est leur fin de l'histoire à eux. Normal, eux aussi sont mortels et ils veulent juste voir leur grande fiesta révolutionnaire avant de claquer, comme mon grand tonton de Tinqueux (marne) voulait voir la mer avant son ultime coup de sang.

Mais enfin Jules, merde, c'était quand même chouette ! LE PEUPLE A BOUGE !

Le peuple en 1788, c'est d'abord, à une majorité écrasante, la paysannerie. Et elle ne bouge qu'en août 1789, lors de ce que l'on a appelé la bien nommée « grande peur ». Fondamentalement une énorme fièvre de trouille contre « le brigand », le fouteur de bordel, l'étranger (oui, Dupneu, la xénophobie aussi peut-être foutrement « révolutionnaire ») qui dégénéra en saccage des châteaux faute de brigand à se mettre sous la main.
On brûla peu (voire pas du tout ?) de monde durant ces nuits de fièvre, par contre toute la paperasserie à visée fiscale des lieux y passa. Bon débarras, les nouveaux maîtres qui palabraient à Paris estimaient que l'on pouvaient s'en passer. Ils avaient mieux dans leurs cartons.
Ensuite, rideau ! Le peuple rural avait eu son carnaval, la catastrophe écologique que fut le droit de chasse (que l'on réglementa d'ailleurs rapidement de manière drastique), et récolta un peu de terrain grâce au code civil, pour ceux qui ne cassèrent pas leur pipe dans les guerres napoléoniennes.
Hormis quelques accès sporadiques de fièvre contestatrice, le peuple paysan de France s'éteint ensuite lentement durant deux siècles pour échouer là où il est aujourd'hui. Aux portes de l'abattoir piloté par l'organisation mondiale du commerce, juste avant l’équarrissage.

Pour le peuple des villes, qui n'était pas encore prolétaire (L'historien coco Albert Soboul consacra sa vie à ce gros fantasme), la pliure fut encore plus rapide.
La « prise » de la bastille fut un non événement, une sorte de fête populaire spontanée qui dégénéra (un drame de la vinasse ? On était aux chaleurs du mois de juillet) en mise à sac sanglante d'un édifice qui ne servait plus à rien -j'ai envie de dire le mur de Berlin de l'époque. Mais le mythe perdurera grâce aux manuels de l'école républicaine.
Le peuple entra véritablement dans la danse en août 1792, aux tuileries, mais déjà des esprits chagrins qui vécurent l’événement -un certain petit officier nommé Bonaparte entre autre- estimaient que la fête virait décidément vinaigre et avait assez duré.
A peine trois années plus tard le même Bonaparte ferma le bal lors des émeutes de prairial, en faisant tirer au canon à mitraille dans la foule. Comme quoi les illusions révolutionnaires ont quand même une durée de vie très brève.
Par la suite, Bonaparte trouvera d'autres moyens d'occuper à plein temps (voire à jamais) l'énergie de la belle jeunesse de France.

Encore plus tard, un nouvel acteur révolutionnaire entra en scène. Le prolétaire le vrai, en chair et en os, le mutant engendré par la révolution bourgeoise mais que personne n'avait vraiment voulu en l'espèce à commencer même par l'intéressé.
Il faut dire qu'il valait mieux être gens de peu dans les campagnes en 1780 que manouvrier dans les caves lilloises en 1840 -celles que décrivait dans l'épouvante le fameux docteur Villermé- le « progrès » révolutionnaire des « lumières » étant aussi celui-là et il devait faire bien sombre dans ces caves.
Lui aussi pourtant rêva de renverser à son tour la table à son avantage, il se trouva même un idéologue célèbre pour lui susurrer que l'opération était inexorable -le mec appelait ça le sens de l'histoire.
Il joint parfois l'acte à la parole, lorsque sa condition le permettait, car les ouvriers révolutionnaires furent toujours des privilégiés par rapport à leurs frères de conditions qui l'étaient beaucoup moins.
Ne jamais oublier que les soulèvements ouvriers furent toujours le fait des aristocrates de la classe ouvrière parce que les mieux organisés et les plus solidaires -ouvriers du livre en 1830, canuts lyonnais où ouvrier du bâtiment haussmannien sous la commune (même si celle-ci déborda largement de la seule classe ouvrière).
Même les ouvriers des ateliers nationaux en juin 1848 (épisode terrible dont j'ai parlé ici il y a peu) pouvait être rangés parmi les mieux lotis, en qu'ils désiraient avant tout qu'on les maintienne dans leur condition « d'assistés » appointés par l'argent public.

Et que reste-t-il aujourd'hui du guerrier tragique de la grande industrie naissante de jadis ?

Comparer les balles gommées des CRS à la mitraille de Cavaignac est plus risible qu'odieux. Et je ne parle de la comparaison des punks à chien avec les gavroches de 1830, qui s'infiltraient derrière « la ligne » par les coursives pour tirer les lignards au pistolet sorti de sous la chemise.
La seule comparaison tiendrait peut-être dans le fait qu'hier comme aujourd'hui ceux qui commandaient les forces de l'ordre n' étaient pas forcément sans âme non plus.

(« Citoyens représentants, entré le premier à la baïonnette, le 23 juin, dans la barricade de la rue Nationale-Saint-Martin, je me suis vu quelques instants seul au milieu des insurgés animés d'une exaspération indicible. Nous combattions à outrance de part et d'autre ; ils pouvaient me tuer, ils ne l'ont pas fait ! J'étais dans les rangs de la Garde nationale, en grande tenue d'officier général ; ils ont respecté le vétéran d'Austerlitz et de Waterloo ! Le souvenir de leur générosité ne s'effacera jamais de ma mémoire... Je les ai combattu à mort, je les ai vus braves Français qu'ils sont ; encore une fois, ils ont épargné ma vie ; ils sont vaincus, malheureux, je leur dois le partage de mon pain... Advienne que pourra ! »)

Celui qui a sorti ça était Général et s'appelait, cela ne s'invente pas, Hippolyte Marie Guillaume de Rosnyvinen de Piré, soit un « nazi » pour le punk à chien antifa contemporain.

Les révolutions comme les histoires d'amour finissent en eau de boudin, je n'y peux rien, et il n'en reste que les nostalgies de l'illusion lyrique.

Que fut la révolution bolchevique ? Sinon le renversement de l'aristocratie tsariste par la petite bureaucratie du même tsar, « possédée »* par les idées révolutionnaires, laquelle accoucha plus tard sur son propre modèle de l'énorme bureaucratie stalinienne, ces nouveaux cosaques (pour reprendre Patrick Reymond) indispensables à la consolidation du nouveau régime.

* Un livre à redécouvrir au passage : « le fou et le prolétaire » d'Emmanuel Todd, malgré mes sentiments très mitigés pour ce personnage.

Il ne s'agit pas pour autant de résignation à quoi que ce soit.

Non, nous ne sommes pas en 1788, dans le sens où il s'agit d'un 1788 où les forces « révolutionnaires » comme l'avait dit le milliardaire Warren Buffet sont les aristocrates, ceux de nos oligarchies.
Pour parler comme Debord, «la révolution » a désormais muté en spectacle faisant partie intégrante du spectacle capitaliste financier. Elle est ni plus ni moins devenue que l'un des leviers d'action de l'oligarchie, attrapant des couleurs au passage.
Le projet de celle-ci est la réduction de l’humanité à une dimension unique, celle du marché, et par le contrôle absolu de l'outil monétaire pour y parvenir.
En fait l'aboutissement d'un projet très ancien (pour ceux qui s'intéressent aux travaux par exemple d'un Pierre Hillard) qui ne cesse d'intégrer des nouveaux mythes planétaires pour lever tous les obstacles à sa marche en avant.
La Shoah, comme le réchauffement anthropique font partie de ces mythes, et « la révolution » une méthode mythique éprouvée. L'exemple du « réchauffement » montre d'ailleurs que rien n'est capable en soi de stopper le projet mondialiste, pas même la crise -bien réelle- de l’énergie, laquelle constitue le fil conducteur de ce blog.
Les oligarchies s'en accommoderont très bien.

Nous ne sommes pas en 1788 nous sommes en 2016, et ce qui s'appelle encore l'humanité ne peut être que réactionnaire et contre-révolutionnaire, car aux révolutions des oligarchies nous ne pouvons opposer que la contre-révolution, laquelle n'a que faire des mythes dits révolutionnaires, ces flonflons médiatiques industriels et ses actes de bravoure désuets.

Essayez d'y penser.

Paix et Amour.

simplet 23/05/2016 13:59

On est dans les grandes manipulations pour excuser un régime qui est contraint de se durcir.
En effet, toutes ses fariboles de 49.3 et autres causeries au coin des médias, ne sont autres que les ordres reçus de Bruxelles. Examinez donc les lois Macron et El Khomry. Les originaux sont made in oligarchie européenne : banques, finances teutonnes et leurs cousins émigrés américains.
Un petite bonjour aux "trolls officiels" qui nous lisent.

dizemanov 24/05/2016 13:26

Concernant la "révolution" russe

1/ Eglise orthodoxe, église martyre.
Russie : 60 millions de chrétiens orthodoxes exterminés ou éliminés par les bolchéviques.

https://youtu.be/X_RSDqBn0bA


2/ Robert Wilton, correspondant du Times, 1920 "Les Derniers Jours des Romanov",
http://echodesmontagnes.hautetfort.com/media/00/00/1944510846.pdf

http://www.histoireebook.com/index.php?post/Wilton-Robert-Les-derniers-jours-des-Romanof

gave the background of all the members of the Soviet government. (This does not appear in the later English translation, for some odd reason.)
After the publication of this monumental work, Wilton was ostracised by the press, and he died in poverty in 1925.

He reported that the Central Committee of the Bolshevik Party was made up as follows:

NAME NATIONALITY
Bronstein (Trotsky) Jew
Apfelbaum (Zinovief) Jew
Lourie (Larine) Jew
Ouritski Jew
Volodarski Jew
Rosenfeldt (Kamanef) Jew
Smidovitch Jew
Sverdlof (Yankel) Jew
Nakhamkes (Steklof) Jew
Ulyanov (Lenin) Russian
Krylenko Russian
Lounatcharski Russian

“The Council of the People’s Commissars comprises the following:

MINISTRY NAME NATIONALITY
President Ulyanov (Lenin) Russian
Foreign Affairs Tchitcherine Russian
Nationalities Djugashvili (Stalin) Georgian
Agriculture Protian Armenian
Economic Council Lourie (Larine) Jew
Food Schlichter Jew
Army & Navy Bronstein (Trotsky) Jew
State Control Lander Jew
State Lands Kauffman Jew
Works V. Schmidt Jew
Social Relief E. Lelina (Knigissen) Jewess
Public Instruction Lounatcharsky Russian
Religions Spitzberg Jew
Interior Apfelbaum (Zinovief) Jew
Hygiene Anvelt Jew
Finance Isidore Goukovski Jew
Press Volodarski Jew
Elections Ouritski Jew
Justice I. Steinberg Jew
Refugees Fenigstein Jew
Refugees (assist.) Savitch Jew
Refugees (assist.) Zaslovski Jew

“The following is the list of members of the Central Executive Committee:

NAME NATIONALITY
Sverdlov (president) Jew
Avanessof (sec.) Armenian
Bruno Lett
Babtchinski Jew
Bukharin Russian
Weinberg Jew
Gailiss Jew
Ganzburg Jew
Danichevski Jew
Starck German
Sachs Jew
Scheinmann Jew
Erdling Jew
Landauer Jew
Linder Jew
Wolach Czech
Dimanstein Jew
Encukidze Georgian
Ermann Jew
Joffe Jew
Karkline Jew
Knigissen Jew
Rosenfeldt (Kamenef) Jew
Apfelbaum (Zinovief) Jew
Krylenko Russian
KrassikofSachs Jew
Kaprik Jew
Kaoul Lett
Ulyanov (lenin) Russian
Latsis Jew
Lander Jew
Lounatcharski Russian
Peterson Lett
Peters Lett
Roudzoutas Jew
Rosine Jew
Smidovitch Jew
Stoutchka Lett
Nakhamkes (Steklof) Jew
Sosnovski Jew
Skrytnik Jew
Bronstein (Trotsky) Jew
Teodorovitch Jew
Terian Armenian
Ouritski Jew
Telechkine Russian
Feldmann Jew
Froumkine Jew
Souriupa Ukranian
Tchavtchevadze Georgian
Scheikmann Jew
Rosental Jew
Achkinazi Imeretian
Karakhane Karaim (Jew)
Rose Jew
Sobelson (Radek) Jew
Sclichter Jew
Schikolini Jew
Chklianski Jew
Levine (Pravdine) Jew

“The following is the list of members of the Extraordinary Commission of Moscow:

NAME NATIONALITY
Dzerjinski (president) Pole
Peters (vice-president) Lett
Chklovski Jew
Kheifiss Jew
Zeistine Jew
Razmirovitch Jew
Kronberg Jew
Khaikina Jewess
Karlson Lett
Schaumann Jew
Leontovitch Jew
Jacob Goldine Jew
Glaperstein Jew
Kniggisen Jew
Latzis Lett
Schillenkuss Jew
Janson Lett
Rivkine Jew
Antonof Russian
Delafabre Jew
Tsitkine Jew
Roskirovitch Jew
G. Sverdlof Jew
Biesenski Jew
Blioumkine Jew
Alexandrevitch Russian
I. Model Jew
Routenberg Jew
Pines Jew
Sachs Jew
Daybol Lett
Saissoune Armenian
Deylkenen Lett
Liebert Jew
Vogel German
Zakiss Lett

La Gaule 23/05/2016 11:28

Qu'est ce qu'il ressort de cet inventaire à la Prévert larmoyant sur « le peuple » ? Que si les institutions qui lui portent encore ses couches et ses culottes, au « peuple », n'existaient pas, « le peuple » retournerait vite fait à ses tribus et à ses grottes.

Les policiers, comme les militaires, sont chargés de défendre des institutions -les mêmes que le peuple a mis en place par son vote, en principe- et pas de servir la soupe au peuple, point barre. Ils le font encore avec componction, merci pour eux.

Ils savent bien de toute façon que le jour où ils ne le feront plus « le peuple » ira pleurer dans leurs jupes, il suffit de se payer un livre d'histoire de France basique pour le vérifier.

Que «le peuple » -s'il existe encore autrement que comme quémandeur institutionnel- prenne ses responsabilités et fasse ce qui est encore en son pouvoir pour changer ces mêmes institutions, ou plutôt les renvoie à son rôle premier lequel n'est pas de les aider à décalotter et à sucer le biberon.
Après, on verra si « le peuple » mérite encore l'appellation.

Il est vrai que les gens qui pondent à la louche ce genre d'article sont souvent les mêmes qui braillent « élections piège à con » comme on convoque sa maman à l'heure du lolo-popo.

Bon... Il faut que j'aille payer mon loyer.

La Gaule 23/05/2016 13:58

Commentaire destiné au post ci-après de Gutknecht et propulsé par erreur en tête de peloton
Quoique, finalement, je m'aperçois qu'il se suffit à lui-même en ces temps de pleurnicherie générale.

EnPassant 23/05/2016 09:54

Francesco Starace (PdG d'Enel) : « Des centrales électriques devront fermer en Europe »
http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/021950062628-le-portugal-a-fonctionne-entierement-a-lenergie-renouvelable-pendant-quatre-jours-1223450.php

Le Portugal a fonctionné entièrement à l’énergie renouvelable pendant quatre jours
http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/021950062628-le-portugal-a-fonctionne-entierement-a-lenergie-renouvelable-pendant-quatre-jours-1223450.php

EnPassant 23/05/2016 09:44

Tout va très bien Mme la Marquise

AEP: Saudi financial crisis 'could leave oil at $25' as contractors face being paid in IOUs
http://www.telegraph.co.uk/business/2016/05/22/saudi-financial-crisis-could-leave-oil-at-25-as-contractors-face/

gutknecht 22/05/2016 22:24

Ami policier, pourquoi t’étonnes-tu ?
par Mutamuta (son site)
mardi 17 mai 2016

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ami-policier-pourquoi-t-etonnes-tu-181014

La population manifeste contre un pouvoir irrespectueux, traitre, menteur, falsificateur, destructeur.

Tu protestes parce que tu t'en prends plein la gueule. Mais comprends-tu pourquoi ?

Réfléchis un peu. Arrête de limiter ta vision du pays en deçà de ton bouclier et regarde au-delà. Regarde ce qui se passe dans ton pays.

Tu te costumes comme Robocop pour quoi ? Pour protéger la population de la violence politique, économique, sociale et des insultes qu'elle subit depuis des dizaines d'années de la part des politiciens véreux ? Ou n'est-ce pas plutôt pour protéger ces dirigeants corrompus de la colère des citoyens ?

Un de vos représentants a répondu à cette question, à la télévision : " Nous protégeons en priorité les personnalités et les bâtiments publics et, ensuite, la population. Mais nous manquons de ressources". C'est clair ! La protection de la population n'est plus votre mission aujourd'hui.

Qui avez-vous devant vous ? Des voyous ou des citoyens qui n'en peuvent plus de la corruption des élites ?

Des retraités ? A 60 ans on ne fait plus le coup de poing, quoique, mais on est encore capable d'être en colère. Et ils le sont tous, en colère, les retraités car ils sont méprisés et appauvris.

Des salariés ? Quand on est employé par épisodes et avec le salaire le plus bas possible payé avec un élastic, et qu'on veut encore réduire alors que d'autres se gavent par millions de leur travail, quand on a un CAP, un DUT et qu'on est mis en concurrence avec des étrangers peu formés payés 400 €, quand des actionnaires qui veulent gagner toujours plus ferment l'usine parce que la main d'œuvre est moins chère ailleurs et que l'on se retrouve plongé dans la misère et le malheur, on est en colère.

Des chômeurs ? Quand on est rejeté et ignoré pendant des années, qu'on voit les emplois qu'on pourrait avoir sont occupés par des étrangers peu payés, la moutarde finit par monter au nez, tu ne crois pas ?

Quand on est étudiant et même lycéen et qu'on voit détruire son avenir par
l'anéantissement des garanties sociales pour lesquelles ses parents et ses grands-parents se sont battus, on se sent insulté et jeté dans la précarité et l'incertitude.

Et ces jeunes, que tu appelles "casseurs" ont aussi des parents et des grands-parents qu'ils voient galérer et en colère. Et eux ne transigent pas. Ils sont purs et impatients, l'injustice les irrite plus que les gens ayant un peu de bouteille qui, eux, temporisent (mais pour combien de temps encore). La vérité sort de la bouche des enfants dit-on…

Les enfants du fonctionnaire sans soucis que tu es voient que tu matraques leurs copains dont ils partagent le point de vue. Et les brutalités sans justification de tes collègues comme le coup de poing en pleine figure d'un étudiant ou la bastonnade de manifestants à terre par plusieurs policiers, c'est comme si tu l'avais fais toi-même dans son esprit. Pour la population, c'est le geste de tous les policiers. Les citoyens, jeunes, moins jeunes ou âgés, homme, femme, se disent que, s'ils protestent aussi, ils auront droit à la même violence de ta part. Après la violence quotidienne du pouvoir, le peuple aura droit à la tienne s'il ne la ferme pas ?

Si le pays était vraiment pauvre, les citoyens pourraient se dire qu'il faut faire le gros dos et travailler dur pour que cela aille mieux. Mais le pays est de plus en plus riche chaque année mais sa richesse est confisquée par le pouvoir qui vous téléguide contre ceux qui protestent parce qu'ils ne reçoivent rien en échange de leurs sacrifices.

Quand on voit qu'on brade nos richesses et qu'elles partent toutes dans les poches de quelques-uns, copains de nos dirigeants, que nos savoir-faire sont méprisés, qu'on détruit nos institutions, nos coutumes, nos moyens de créer de la richesse, … on est en colère.

Des casseurs ? Il y en a peu mais si vous ne voyez pas plus loin que ça, vous allez vite comprendre : Toute la population française est en colère ! Et une colère noire !

A part les riches actionnaires qui exigent toujours plus et des rapports à deux chiffres, les patrons qui se gavent et qui ne distribuent pas le fruit du travail de leurs salariés qu'ils pressurent au maximum, tout le monde est en colère.

"Tout pour ma gueule et rien ou le moins possible pour les autres !" C'est la règle désormais. Voyez MEDEF et Cie… Eux sont contents de voir qu'il y a des miliciens comme toi, qui ne sont pas payés par eux mais par ceux qu'ils maltraitent, qui défendent leurs intérêts en tentant de contenir, voire de mater, la colère de leurs victimes économiques. Ce n'est pas eux qui prennent les pavés sur la gueule mais toi. Ils encaissent les sous et toi les coups.

Et ton arrogance héritée de ces princes de la magouille que tu défends, t'es-tu écouté quand tu parles aux citoyens (pas aimable, ton péremptoire, pas d'écoute, quand ce n'est pas tracasserie irrespectueuse voire insulte et brutalité injustifiée) ? Ce n'est pas le cas de vous tous mais bon nombre parmi vous ne se sentent plus et croient qu'être policier leur donne tous les droits. Faites le ménage, débarrassez-vous des brebis galeuses ou remettez-les au pas et vous serez sans doute mieux considérés ensuite. Et ne manifestez plus jamais quand on poursuit certains d'entre vous, des ripoux, des menteurs, des parjures et des auteurs de bavures : cela fait mal aux citoyens à qui vous faites la leçon quand ils dépassent de 2 km/h la vitesse limite.

Le feu de paille de la reconnaissance envers vous de quelques sujets émotionnés pris de sensiblerie après les attentats ne cache pas votre incapacité à faire le travail pour lequel la population vous paie. Vous savez arriver à quinze voitures toutes sirènes hurlantes pour constater les dégâts après une agression. Mais où étiez-vous juste avant ? Dans les rues à patrouiller à pied pour veiller à ce que tout se passe bien ? Non. Vous ignorez la population et vous protestez parce que vous ne supportez pas qu'elle vous le reproche ! Mais pour qui vous prenez-vous ? La population n'est au service de personne. C'est vous qui êtes au sien.

Le gaz lacrymogène peut rendre aveugle et provoquer des handicaps respiratoires définitifs et vous l'utilisez à bout portant, en pleine figure même contre des citoyens non violents.

Le flashball est gravement invalidant, la preuve n'est plus à faire et vous ne l'utilisez pas seulement en défense.

Le taser peut tuer.

Et ta tenue, tu t'es regardé dans une glace ? Te prends-tu pour Rambo ? Tu t'adresses chaque jour à la population paisible dans un costume de commando prêt à en découdre (matraque, menottes, pistolet, flashball, taser, tout ça bien visible) signifiant à tout un chacun "Attention, fermez-la et tenez-vous bien tranquille !". Crois-tu que cela met la population à l'aise ?

Si tu protèges la caste corrompue au pouvoir contre les protestations de la population, il n'est nul besoin d'être devin pour imaginer que tu t'en prendras plein la gueule encore et toujours plus car la colère des citoyens monte, monte… Réfléchis à ça car c'est une évolution inévitable si la situation perdure. Les témoignages de policiers effarés de la violence qu'ils subissent aujourd'hui montrent bien que vous aussi vous vivez dans un autre monde que la population.

Beaucoup d'observateurs qu'on ne peut pas accuser d'être des agitateurs disent qu'on se dirige vers une guerre civile, en France ! Tu te rends compte ? Une guerre civile chez nous ! Alors vous ne ferez pas le poids face à une population en colère, malgré vos costumes de tortue ninja, vos gaz, vos flashball, vos tasers, vos grenades et même vos pistolets et vos fusils. Et plus vous frapperez la population, plus vous la mettrez en colère… C'est déjà ce qui se passe : vous la mettez en colère par votre absence auprès d'elle et, quand vous allez à son contact, par votre comportement irrespectueux et violent.

Ami policier… - enfin, ami, l'es-tu encore ? - ta motivation en entrant dans la police était de servir et protéger la population ? Et que fais-tu aujourd'hui ? Tu gazes des gens qui manifestent pacifiquement. Tu agaces voire provoques les gens paisibles pour les pousser à la faute, sur ordre pour justifier la répression à moins que ce ne soit juste pour remplir le quota mensuel.

Tu es manipulé par des dictateurs qui se servent de toi pour protéger leur pré carré, leur rente de fonction et leur concussion.

N'as-tu pas l'impression de te transformer petit à petit de policier en… milicien de la caste dirigeante ?

Arrête de te plaindre et fait ton boulot, le vrai, le propre, celui que tu es censé faire pour le bien-être de la population. Ce que tu recevras alors ne sera plus des projectiles et des insultes mais des remerciements sincères et durables non issus d'une sensiblerie de réaction émotionnelle d'une population qui a eu peur… parce que tu n'as pas fait ton travail avant.

Pense aussi que, comme en 68, tu te retrouveras à gazer et à matraquer tes propres enfants qui ne voudront pas vivre sous la coupe de ceux que tu défends aujourd'hui. Car ne te fais pas d'illusion : tu ne défends pas la République ou les Institutions contre un peuple de voyous. La République et les Institutions, c'est le peuple qui les défend en manifestant aujourd'hui. C'est pour cela qu'il est dans la rue.

Arrête de te faire complice des voyous qui ont confisqué le pouvoir au peuple. Arrête de mettre ton pouvoir de policier au service de la dictature devenue aujourd'hui bien réelle en France. Tu as le droit de réfléchir à ce que tu fais et à comment tu le fais.

enfin, c'est toi qui vois si tu veux te comporter en idiot décérébré qui obéit aveuglément aux manipulateurs ou si tu veux te conduire en policier conscient de sa mission auprès du peuple et de sa responsabilité devant lui.

Horzabky 23/05/2016 11:33

Dans les années 70, quand je suis entré dans la police (je suis maintenant retraité), le discours anti-flic était quasiment "mainstream" à gauche. Dans les magazines écolo comme "La Gueule Ouverte", l'armée était désignée comme la pire forme de pollution. Jean-Vincent Placé, vu son âge, venait d'entrer au collège. On peut dire qu'il a fait évoluer le mouvement écolo... Merci Jean-Vincent, colonel-ministre, tu les as bien *****, ces idiots.

Dans les années 70, l'extrême-gauche dénonçait Chirac et Giscard comme fascistes. Pierre Joxe, futur ministre socialiste de l'Intérieur, se disait "paléomarxiste", et il n'était pas le seul marxiste au PS, loin de là. Le PS avait un programme commun de gouvernement avec le Parti Communiste. Ceux qui ne le croient pas peuvent vérifier avec Google. Hollande était déjà au PS. Il n'a jamais eu d'état d'âme.

Et c'est précisément à ce moment-là que je suis entré dans la police. Pourquoi ? Parce que le travail m'intéressait (suite à quelques rencontres désagréables, j'ai toujours détesté les racailles), et pour la sécurité de l'emploi. Je m'étais dit aussi que le concours devrait être relativement facile, parce que la plupart des gens que je connaissais n'auraient voulu pour rien au monde entrer dans la police. Moins de candidats = concours plus facile + salaires plus élevés, pour attirer des candidats. J'avais même envisagé un moment de passer le concours de sous-directeur de prison, pour les mêmes raisons.

Plus une administration est attaquée par les médias, plus elle est solidaire. J'ai trouvé une vraie fraternité dans la police, et sur le plan matériel ce n'était pas mal non plus : la retraite à 55 ans avec 75% de mon salaire de commandant de police au dernier échelon. C'est nettement moins que Jean-Louis Debré, mais ça m'suffit (en 2016, en tout cas, et sauf crise à la grecque). Ça vaut bien les critiques dans les médias : on n'a rien sans rien.

Je suis à la retraite depuis cinq ans. Quand je vois les gens de mon âge qui sont toujours en train de trimer, et qui au final toucheront moins que moi, je me dis que j'ai fait le bon choix. Je ne vais pas demander, en plus, d'être aimé par tout le monde... D'ailleurs, est-ce que j'aime tout le monde ? Pas sûr.

En tant que policier, je ne me suis jamais senti ostracisé, bien au contraire. Mes enfants détestent les racailles autant que moi, mais ils ont choisi d'autres branches, plus conformes à leurs personnalités respectives.

J'ai connu des collègues qui étaient entrés dans la police juste après Mai 68. Mille places d'Inspecteurs de Police offerte au concours, 1100 candidats. L'administration en a recruté... 900. Parmi les 1100 candidats, 200 étaient vraiment trop nuls. J'ai connu quelques uns de ces 900. Il m'est arrivé de me demander quel était le niveau des 200 qui ont été écartés... Ces 900 braves collègues, pour la plupart, ont fini Inspecteurs Divisionnaires (maintenant, on dirait Commandants de Police) à l'ancienneté, et profitent maintenant de leurs retraites...

Les policiers ont adoré l'après mai 68, quand le gouvernement s'est aperçu qu'il avait vraiment besoin de sa police. Les traitement ont été augmentés...

Je ne sais pas comment finira le désordre qui s'installe dans le pays, mais j'ai l'impression que, quel que soit le résultat des courses, la police sera la béquille sur laquelle s'appuiera l'État.

Dizemanov 22/05/2016 22:07

Flics, marionnettes et idiots utiles au cœur des affrontements.

Les revendications économiques et les syndicats n'offrent pas de perspectives politiques donc ne sont pas dangereux et le pouvoir a pris l'habitude de les gérer.
Le but recherché par l'oligarchie est bien la mise hors course de tous mouvements indépendantistes naissant qui mettrait, en avant une puissante revendication politique, celle de l'indépendance ce qui serait désastreux. Nous observons que, les pires ennemis du systèmes sont partout et toujours des nationalistes par essence anti impérialistes. Khadafi, Sadam Hussein, Bachar Al Assad, Chavez, Poutine et même de Gaulle par le passé. La liste serait longue à établir de ceux qui furent les ennemis de l'impérialisme de l'oligarchie financière, tous des indépendantistes, tous des nationalistes anti impérialistes.
Il s'agit donc pour le pouvoir oligarchique de circonscrire des affrontements, suscités ou spontanés entre flics d'un côté, marionnettes type anti fa, black bloc, et quelques petits bourgeois idiots utiles de l'autre. Dans ce jeux de manifestation répression il est de la plus haute importance pour l'oligarchie, d'en écarter les nationalistes ce qui fut fait à Nuit Debout. Ces affrontements doivent être les plus violents possibles pour susciter l'émotion et attiser les haines, recruter des émotifs sincères sur des voies de garage, il faut même des morts pour que cela marche. Ainsi fonctionnent toutes les révolutions colorées et pseudo printemps. L'oligarchie à mis en place des organisations efficaces types Optor avec le fameux sigle du poing levé véritable piège à idiot utiles. Quand l'oligarchie, fabrique de toute pièce des affrontements en voie de garage elle stérilise du même coup ce qui pourrait être de véritables organisations révolutionnaires.
Organiser de fausses révolutions pour empêcher les véritables voilà la stratégie impérialiste qui a souvent merveilleusement fonctionné comme en France en mai 68 contre le Général de Gaulle.
Alors au vu de cette analyse on comprend mieux les ordres donnés à la police : laisser faire les casseurs et être le plus dur possible avec les faibles surtout les femmes, faire des tirs tendus à la grenade, ce qui est formellement interdit et ensuite faire le buz sur les réseaux sociaux du style : "Regardez ces salopards de flics, milice du pouvoir".
Pourtant ces affrontements n'opposent que de pauvres idiots utiles manipulés contre de pauvres idiots utiles manipulés et le pouvoir mondialiste se frotte les mains.

Alcide 22/05/2016 16:01

Le principal tueur du tissus économique Français est le gouvernement :

https://www.youtube.com/watch?v=PLeZzPej3Eg

Extrait de :
https://francais.rt.com/opinions/20972-alain-juillet---guerre

Traduction sans langue de bois:
Quand l'ancien patron de la DGSE reconnait qu'il n'a pas correctement fait son travail d'évaluation et que le gouvernement est un ramassis d'imbéciles et de traîtres complices de crimes de guerre.

Dizemanov 22/05/2016 07:21

LES RAFFINERIES BLOQUÉES !
Si le mouvement s'amplifie, les transports routiers s'arrêteront et les produits de première nécessité commenceront à manquer... témoignage d'un Breton vu sur le net : "En Bretagne c'est la GROSSE CRISE, c'est du grand n'importe quoi. Toutes les stations sont à sec et de plus il y a beaucoup de disputes dans les fils d'attentes"

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/05/20/loi-travail-la-carte-des-raffineries-bloquees_4923159_4355770.html

Horzabky 22/05/2016 14:48

Les chauffeurs de taxi eux aussi avaient bloqué les raffineries lorsqu'ils protestaient contre Uber. Et ça avait marché : le gouvernement avait baissé pavillon en une journée. Ils croyaient quoi, au gouvernement, que personne n'avait vu comment les chauffeurs de taxi avaient fait ? Il faudra s'attendre, maintenant, à ce que le blocage des raffineries devienne aussi fréquent que les grèves dans les transports en commun parisiens.

Dizemanov 22/05/2016 07:13

reçu hier d'un ami en Russie :
"Quelques points significatifs relatifs à la vie ici en Russie dont les merdias occidentaux ne se feront pas écho et qui bougent de manière très significative.
La bâtiment va très bien, on peut apercevoir un partout des grues, constructions dans le domaine tertiaire mais aussi individuel et collectif, l'ensemble du secteur vit un réel renouveau.
Le prix du mètre carré par exemple pour un appartement de bonne facture bien placé, à Moscou : 600 euros. Ce prix ne comprend pas les finitions, ici les habitations sont livrées "brut de décoffrage", ce tarif extrêmement compétitif permet de se faire plaisir quand même.
Autre tarif de référence, le prix du gas oil par exemple tourne autour de 0,50 ct le litre.
Alors, les esprits chagrins me diront que les salaires sont bas, ceci n'empêche pas les foyers moyens d'avoir deux véhicules pour beaucoup et l'ensemble des familles rencontrées sont bien plus heureuses qu'en Europe, c'est un constat (qui fâche certains, je sais, je sais).
Et puis, j'oubliais pour la fin, tous les gens rencontrés sont fiers de leur Président !!
Pas nous (d'ailleurs ils rigolent tous quand on évoque le nom de Hollande)."

Dizemanov 22/05/2016 07:05

MACACHE CASH ! PLUS DE FLOUZE !

Et oui, pendant les périodes de graves troubles sociaux et les insurrections, les distributeurs de billets ne sont plus alimentés et ne marchent pas.
Démerdez-vous.
Ainsi, pendant la guerre yougoslave qui a duré plusieurs années les distributeurs serbes de billets ne marchaient pas. Il était toujours amusant de voir les visiteurs étrangers, Français ou autres, se diriger vers les Bankomat et se trouver bredouille. C'était la catastrophe pour eux. Ceci a duré des années, tout le temps de l'embargo. Les serbes s'y sont adaptés ...

http://www.ledauphine.com/france-monde/2016/05/17/a-rennes-penurie-de-billets-dans-les-distributeurs

Dizemanov 22/05/2016 06:55

Merkel la folle, (autrefois agent de la CIA en ex-RDA), institue le salaire à 1 euro pour les migrants et abolit la priorité à l’emploi des européens de l'UE. En clair, l'Etat allemand fait financer par les contribuables (plus de 100 milliards sur 3 ans) leur concurrence déloyale et à bas prix sur le marché du travail. "Entre un salaire minimum légal à 8 euros de l’heure et un migrant payé à 1 euro, le choix est vite fait. Le voilà enfin le but final de l'invasion... baisser le coût de la main d'œuvre en Europe..... Le capital allemand c'est du capital européen. C'est le capital qui garantit la dette française.....
Le hic c'est qu'il n'y a que les gens du système qui, coupés de toute réalité, puissent encore croire que la majorité de ces migrants viennent ici pour travailler. Mis à part le sexe, les jeux, l'argent facile, le qualitatif et le quantitatif sont incompatibles avec la nature de ces populations.
Plus chère sera la note. Pour eux comme pour nous.

http://m.geopolis.francetvinfo.fr/petits-boulots-a-1-euro-pour-les-refugies-en-allemagne-106543#xtref=https://t.co/IAA68NqC6h

Et le petit peuple hébété, lui, il regarde faire... sans broncher, en état de transe hypnotique, sorte d'hypothermie au stade terminal. Jusqu'à présent.
Car le navire tangue et coule et nous ferions bien d'être lucides et de saisir le moment où il va devenir possible de jeter par dessus bord toute cette racaille mondialiste et tous ces aigrefins parasites.

Dizemanov 22/05/2016 06:41

Plus d'essence au Nord, Nord-Ouest.
Des distributeurs de billets à l'arrêt.

Si les syndicats devenaient révolutionnaires, ils couperaient l'électricité.
Cela voudrait dire plus de pain (les fours sont électriques), plus d'ascenseurs et plus de télé.
Un bon commencement pour la désorganisation générale.
Et, cerise sur le gateau, l'Euro 2016 risquerait de ne pas avoir lieu : http://www.lefigaro.fr/social/2016/05/21/09010-20160521ARTFIG00008-les-menaces-de-mouvements-sociaux-pleuvent-sur-l-euro-2016.php

EDF CGT va t elle passer à l'action ?

Dizemanov 22/05/2016 06:27

En apparence, une première victoire des routiers contre le gouvernement.

Mais en réalité le gouvernement est en train de tenter de jouer à la division par secteur d'activité.

Mais la seule issue c'est le retrait de la loi travail pour toutes les catégories car en vérité la France est un test, une clef stratégique car tout est orchestré depuis Bruxelles (siège de l'UE mais aussi et surtout siège de l'OTAN) pour conduire les pays européens dans le chaos le plus total à travers une complète régression sociale .

http://www.humanite.fr/la-mobilisation-des-routiers-fait-reculer-le-gouvernement-607611

Présentation

compteur

Recherche

Catégories