Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 15:47

Cruz a jeté l'éponge pour les primaires républicaines, et ne restent plus en lice que Kasich et Trump, côté républicain.

Comme Kasich a 150 délégués, et Trump plus de 100 (1007 il me semble), avec la nécessité de 1237 délégués, rien n'empêchera Trump d'être investi.

Tout au plus, avec ses 8 % en Indiana, Kasich peut il monnayer sa performance. Il est là, désormais, pour vendre son cul.

Trump a mis 15 candidats "honorables" au tapis, mais si c'était précisément parce qu'ils étaient "honorables", qu'ils avaient été éliminés ???

Trump n'est plus arrêtable, même plus par les procédés des années 1960 et 1970. Le système est désormais trop délabré pour survivre à ce genre de magouilles.

Côté démocrate, c'est encore moins net. Si la si connue harpie de service a de l'avance, Sanders est loin d'avoir abandonné, et se paie l'Indiana.

Sa seule avance confortable est dans les super délégués, et dans le vote ethnique. Mais, le vote ethnique a ses limites. Si elle a emporté, aux primaires, tous les états du sud, elle n'en emportera aucun à la présidentielle. Le Sud se profile toujours comme un bloc solide. Par contre, au nord, la campagne protectionniste de Sanders lui a donné bien des états.

Il reste que Sanders, même en difficultés financières, ne semble pas vouloir décrocher, et se bat. Et ce combat même s'il se finit par une victoire d'Hillary Clinton, sera une victoire à la Pyrrhus (qui coûte plus cher au gagnant qu'au perdant).

Beaucoup d'états du nord désindustrialisées ont votés Sanders, et Clinton a été interpellé par des mineurs de charbon. Le politiquement correct écologique télescope de plein fouet, ceux qui ont perdus leur emploi...

La naïveté des minorités n'est pas non plus illimitée.

On risque donc un match Trump/Clinton, et à l'image de la guerre civile américaine ("commencée au fleuret, finie à la masse"), Trump pourrait attaquer sans problèmes à la masse.

Il va s'en dire que si Clinton contrôle -encore- le parti, elle risque des problèmes judiciaires importants, qui pourraient l'empêcher d'être candidate. Et, là aussi, on rêve de "convention négociée", qui permettrait à un candidat bien propret, comme Biden, d'avoir l'investiture.

Il reste que l'investiture de Trump, quasi certaine désormais, est un signe de la dégradation économique de la situation, en même temps qu'un signe de la dégradation politique. A l'image d'Elstine quand il fut candidat de rupture à la présidence de Russie, le parti lui a opposé toute la palette possible de candidats bien honorables, proprets et le doigt sur la couture du pantalon, ou de la jupe.

C'est l'image de la dégradation de la situation, qui se sent aussi en France. Si MLP est une candidate certaine, côté des "partis de gouvernement", aucun n'est évident.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Parmentier 04/05/2016 19:46

le décompte des délégués :
http://www.nytimes.com/interactive/2016/us/elections/primary-calendar-and-results.html?_r=1