Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 20:34

Quel rapport entre augmentation des loyers, L'Italie qui commence à bouger, et l'UE qui craint la débandade ?

Justement, l'UE, la politique menée, néo-libérale.

L'Italie se désindustrialise, l'UE est un village potemkine devant, et ça pue la pisse et la merde, derrière, et les loyers ont été augmentés drastiquement depuis les années 1970, parce que construire, c'est la seule manière de faire tenir debout le vélo économique.

Et augmenter les loyers, distribuer des rentes.
Mais soyons réaliste : la notion de vente immobilière et de loyer a même disparue sur une bonne partie du territoire.

Comme bientôt l'union européenne...

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

raleur !! 05/07/2016 09:53

@ jazzman
! Le rêve de tout militaire : ça tue tous les charlots en égratignant à peine le matériel et les immeubles de rapport.

Qu'est ce qu'il faut lire comme conneries !!!

La bombe à neutrons est conçue pour détruire LE matériel et accéssoirement les cons d'en face !!
Elle a été conçue pour stopper l'avalanche de divisions blindées soviétiques. En effet une DB doit étre coordonnée pour être efficace, donc il faut des émetteurs radio ; il faut aussi des systèmes de visée , des calculateurs de tirs , des visions nocturnes , etc etc ...
Et tout cela se promène en surface , pas à deux mètres sous terre ! Donc ce matériel est vulnérable à des flux de neutrons qui en quelques secondes grille TOUT .
Il ne reste que des tas de ferrailles et il faudra des années pour tout réparer, sauf la viande grillée à l'intérieur !

Un tir de bombe à neutrons permet d'éviter Stalingrad ou Verdun pour les défenseurs, qui peuvent au top départ se précipiter dans les abris deux mètres sous terre , quelques dizaines de secondes avant le tir , pour se mettre à l'abri du flux de neutrons !

J'ai jamais compris la mentalité de ces connards qui ne comprennent pas ou ne VEULENT pas comprendre que la bombe à neutrons c'est le dernier tir de semonce !

Après ... si le message n'est pas passé, c'est les tirs nucléaires tactiques bien plus durs qu'Hiroschima .
Puis les envols des ICBM vers les villes ennemies et la réplique d'en face sur nos villes !

Jazzman 05/07/2016 14:58

Je ne sais pas ce que tu fumes râleur, mais c'est de la bonne...

BA 04/07/2016 21:42

Avant tout le monde, Charles de Gaulle avait compris que l’impérialisme et la construction de gigantesques usines à gaz supranationales étaient vouées à l’effondrement et à la mort.

Charles de Gaulle avait compris que le gigantesque Troisième Reich allait se désintégrer et que l’Allemagne, elle, allait survivre.

Charles de Gaulle avait compris que la gigantesque URSS allait se désintégrer et que la Russie, elle, allait survivre.

Charles de Gaulle savait, lui, ce qu’était LE SENTIMENT NATIONAL.

Les nations ne sont certes pas immuables, mais il en naît de nouvelles de plus en plus.

Quand vous regardez le nombre de nations existant à la surface de la planète, il y en a de plus en plus.

Par exemple : vous pouvez regarder le nombre de nations qui ont un siège à l’Organisation des Nations Unies.

A sa naissance, l'ONU regroupait 51 nations. Aujourd'hui, l'ONU regroupe 193 nations. Leur nombre continue à augmenter. Dans les années qui viennent, l'ONU va accueillir de nouvelles nations qui vont naître : la Palestine, le Kosovo, les îles Cook, Niue, le Sahara occidental, le Somaliland, etc.

La grande tendance pluri-millénaire, c'est la fragmentation des regroupements déjà existant, partout dans le monde.

Problème : la construction européenne est à contre-courant de cette tendance pluri-millénaire.
C’est ça, la folie suicidaire de la construction européenne !

Les êtres humains veulent de plus en plus accéder à l’indépendance nationale, les êtres humains veulent de plus en plus DISLOQUER les regroupements déjà existant …
… et pourtant la construction européenne s’acharne à aller contre ces forces nationales toute-puissantes ! Erreur historique majeure !

Ces forces nationales (et même : ces forces nationalistes) sont des forces toute-puissantes : au XXIe siècle, elles vont désintégrer l’Union européenne.

La dislocation de l'Union européenne est inéluctable.

Greg 03/07/2016 13:45

Je ne suis pas convaincu par ce qu'écrit Sannat : "Si ce même couple habite Tulle, il paiera 500 euros de loyer (...) Il leur resterait donc" 1.000 euros maximum vu qu'elle travaille à mi-temps les mois fastes, et lui fait smicard vu que sa boîte parle de délocaliser au Maroc ou en Hongrie.
Quant aux zin-zinvestisseurs dont il parle et qui ne vont plus zin-zinvestir si les loyers sont encadrés, c'est déjà le cas avec un paquet de loueurs d'appart' insalubres et/ou mal gaulés pour des tarifs scandaleux et qui se mettent à couiner quand on évoque une possible baisse de loyer au vu des prestations -ils ont quinze apparts' en loc' et crèveront sur un bon gros tas de pognon qui ne leur sert à rien, mais c'est une question de principe : la-pierre-ça-ment-pas-ça-baisse-jamais.

BA 03/07/2016 12:33

Vendredi 1er juillet 2016 :

Italie : plan de sauvetage de 150 milliards d'euros afin d'éviter une panique bancaire.

Comme l’a rapporté Zero Hedge, les rumeurs de sauvetage des banques italiennes, qui ont commencé lundi 27 juin et auxquelles Angela Merkel mit fin sèchement le jour suivant, se sont fait plus insistantes après un rapport de Reuters indiquant que le gouvernement italien cherchait des façons plus créatives d’injecter de la liquidité dans les banques italiennes.

Cependant, il ne s’agissait que d’un hors-d’œuvre avant le plat principal, servi plus tard par le Wall Street Journal, qui a cité un porte-parole de l’Union européenne selon lequel « la Commission européenne a autorisé l’Italie à utiliser des garanties publiques afin de créer un programme préventif de soutien de liquidité pour les banques. »

Comment cela a-t-il pu arriver si discrètement, et sans la bénédiction d’Angela Merkel ? Le Wall Street Journal écrit que le plan a été approuvé conformément à la «réglementation exceptionnelle  en matière d'aides d'État appliquée en faveur des banques du fait de la crise ».

Nous qui croyions que les banques d’Italie allaient bien… non, attendez, pas vraiment.

Comme le note le Wall Street Journal, ce plan « de crise » constitue « l’autre partie du plan d’intervention envisagé par le gouvernement, » c’est-à-dire « l’injection directe de 40 milliards  d'euros de capitaux dans son secteur bancaire » dont nous avons parlé auparavant. Il s’agit aussi du plan qu’Angela Merkel aurait refusé. Mais l’Europe avait un plan B sous le coude.

Quels sont les détails de ce nouveau plan de « crise » ?

Selon un officiel de l’Union européenne, le plan de soutien de liquidité inclut plus de 150 milliards d'euros (166 milliards $) de garanties publiques. Le Wall Street Journal ajoute que le porte-parole de la Commission européenne a refusé de préciser quels montants ont été débloqués, soulignant cependant qu'ils étaient « proportionnés ». Le ministre italien de l’économie n’a pas voulu commenter.

Petit addendum amusant : « Seulement les banques solvables pourront bénéficier du plan de soutien en liquidité autorisé jusqu’à la fin de l'année. » Le problème est que, avec 360 milliards d'euros de créances douteuses, toutes les banques italiennes sont insolvables… ce qui signifie implicitement qu’elles seront toutes jugées solvables, sinon personne ne bénéficiera du plan.

Un autre élément confirmant le fiasco italien est que la décision, qui a été prise dimanche, n’avait pas été révélée avant que le Wall Street Journal ne le fasse, et « cela semble être une première indication que les gouvernements s'activent pour renflouer les banques, dans la foulée des turbulences sur les marchés suite au référendum sur le "Brexit" au Royaume-Uni. »

En d’autres mots, comme nous l’avons dit auparavant, le "Brexit" est tombé à pic pour l'Europe. Le Brexit n’est rien de plus qu’une bonne raison pour réaliser deux choses : lancer plus d’assouplissement monétaire (QE), comme la Banque d’Angleterre l’a admis (très probablement avec la participation de la BCE), et faciliter le sauvetage des banques italiennes insolvables.

Le "Brexit" ne sera que le bouc émissaire utilisé par Renzi et l’Italie pour contourner les interdictions de la Zone euro. Si cela ne fonctionne pas, Renzi a juste à laisser entendre qu’il pourrait, lui aussi, demander un référendum. Alors vous verriez Angela Merkel se démener pour laisser l’Italie faire ce qu’elle veut, pour éviter l’humiliation d’une sortie potentielle de l’Italie (« Italeave »).

Même si Angela Merkel avait apparemment opposé une fin de non-recevoir à la proposition de l’Italie, l’Europe – certainement sous la direction de Mario Draghi – a trouvé une façon de contourner son pouvoir de veto.

« Comme cette décision, ainsi que d’autres, le démontrent, il existe plusieurs solutions qui peuvent être mises en place, et ce en toute conformité avec les dispositions européennes, pour agir contre les turbulences des marchés » a déclaré la porte-parole.

Bien sûr, le marché italien est dans une situation chaotique : les banques italiennes ont perdu plus de la moitié de leur capitalisation boursière depuis le début de l’année, les investisseurs craignant l’énorme exposition des banques italiennes aux créances douteuses. Cela se compare à une baisse moyenne de moins d'un tiers pour les créanciers européens. Quelques banques italiennes ont vu leurs actions chuter de 75%.

Le plus étonnant est la conclusion du Wall Street Journal au sujet de ce que le plan est supposé empêcher : il ne servirait pas à prévenir un effondrement des actions boursières, mais bien à éviter une panique bancaire (bank run) :

« Un proche du gouvernement italien a dit que le cabinet du Premier ministre Matteo Renzi espérait utiliser un filet de sécurité de liquidité pour éviter la panique chez les investisseurs, qui pourrait entraîner une ruée sur les dépôts et affecter les liquidités des banques. »

Pour que le Premier ministre italien souhaite éviter la « panique chez les investisseurs » et prévenir une « ruée sur les dépôts », les banques italiennes doivent vraiment être au bord de l’effondrement.

https://www.goldbroker.fr/actualites/italie-beneficiera-plan-renflouement-bancaire-150-milliards-eviter-panique-retrait-massif-depots-976

EnPassant 03/07/2016 10:14

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/07/01/31002-20160701ARTFIG00141-comment-l-europe-a-organise-la-pauperisation-de-ses-classes-moyennes.php

Jazzman 03/07/2016 00:41

Heureux garnements, aujourd'hui oncle Jazzman vous parle d'une époque que vous n'avez peut-être pas connue : celle de la bombe à neutrons. Cris d'effroi dans l'assistance.
Ce merveilleux engin de terreur à été inventé vers 1960 par Samuel Cohen (si si c'est Wiki qui le dit).
Le rêve de tout militaire : ça tue tous les charlots en égratignant à peine le matériel et les immeubles de rapport.
C'est à la fin des années 1970 qu'on en construisit moult exemplaires, surtout aux USA, mais aussi en France qui l'essaya à Mururoa en 1980.
Mais cette merveille avait le défaut de ses qualités. Les gens allaient finir par se demander pourquoi on ne s'en servait pas pour en finir aves les...ou les...
On décida alors d'interdire, mais alors très fermement son utilisation.
Et on détruisit tous les stocks qui avaient coûté si cher à fabriquer. Non mais.
Vous pouvez consulter les plans, ils sont dans la troisièmme armoire, à côté de ceux du LEM et de Saturne V, derrière les caisses de la comptabilité d'Enron.
Parce que dégommer des enfants palestiniens au phosphore blanc ça a un côté festif, tandis que la bombe à neutrons c'est troporrible.

Présentation

compteur

Recherche

Catégories