Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 14:56

Dans le Moyen orient compliqué, rien n'est simple, mais il est difficile de faire plus simplet que l'express.

Le retour de l'épouvantail Assad ? Visiblement, il n'empêchait pas la majorité de la population de vivre et de jouir d'un grand degré de liberté, à la condition de ne pas s'occuper de politique.

Après, l'emmerder pour la fiscalité ou pour la nippe, c'est perdre le sens commun. La majorité de la population doit avoir le choix de la neutralité.

Les pays arabo-musulmans ont été producteurs d'une quantité phénoménale de communistes dans les années 1940 et 1950, guère en retard sur les pays occidentaux. La réplique anglo a été de promouvoir les religieux, et de tolérer, un temps, ceux qui n'étaient "que" laïcs, mais qui avaient incorporés ces communistes dans le cadre de leurs partis, largement inspirés, d'ailleurs, de la politique industrielle, de l'URSS.

Alors, la défaite des islamistes et même leur simple existence risque aussi de raviver ce moule à communiste qu'était la religion musulmane. Comme pour Staline, il est clair que les cours de religion, ils en avaient ras le cul.

D'ailleurs, pas besoin de grands trucs, de reconstruire, etc; la solution était simple. Celle utilisée par les américains en Irak : on crée des milices sunnites, avec une solde modeste, mais conséquente pour le pays, et les tribus décident que finalement, on en a assez de supporter Al Qaeda. Et matent cette organisation.
Le seul problème, c'est quand on décide de ne plus payer et de dissoudre ces milices, finalement peu onéreuses. Tout rebondit

Avec leur solde, ils nourrissaient leur famille et allaient picoler au bistrot du coin. Comme l'Afghanistan. Il y existe des endroits assez tranquilles. Toute la population y est constamment et totalement défoncée.

Un musulman m'a dit un jour, avec beaucoup d'humour et en sirotant sa bière, que s'ils leur étaient interdit de boire, c'est qu'ils ne savaient pas boire. Le nombre d'ivrognes au bled dépassait l'entendement. Le nombre d'alambics fonctionnant en Arabie Saoudite est aussi proverbial... Quasiment un dans chaque foyer... Les pays européens font figure, souvent, de "petits joueurs".

De plus, il est très simple de fabriquer, ni vu ni connu, de l'alcool maison en quantité, à défaut de qualité.

C'est la différence entre le texte, et la pratique.
Stiglitz parle des laisser pour compte de la mondialisation, et Vittori prédit la victoire d'Hilterrary.

Les laissés pour compte, les libéraux ne veulent pas leur donner un sou. Donc, ils n'ont pas appris un pet de ce qui s'est passé en Irak. Le pauvre, ça coûte pas cher à acheter, et l'assommoir permet de gérer une société dans la durée. Même avec de l'alcool frelaté.

Quand à Vittori, commencerait il à se poser des questions ??? Comme les autres il radote sur les motifs qui feront battre Trump.

Mais il a oublié que la paix sociale, ça s'achète, et que finalement, elle coûte peu à acheter. Quand on cesse de l'acheter, on se retrouve avec des Daech, Staline, Robespierre sur les bras.

Les populations, elles ont finalement du mal à supporter les élites. Ils leur faut de bonnes raisons pour ça.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

simplet 17/08/2016 15:06

Quand la mémoire fait défaut: Tous les zexperts avaient prédit la défaite R.Trump à la nomination comme candidat des républicains. Chaque jour, on publiait des sondages en faveur de tel ou tel aparatchik maillot jaune de l'étape et de la baisse à l'hilarité général de Trump. Ben Donaldo est quand même là et ne se tait sur rien. L'élection étant en novembre, attendons de voir ce qui va sortir sur la mémère post ménopausée dont le neurone a fuité dans sa dernière couche. Quel danger cette teigne.

Abdel 15/08/2016 19:39

Patrick , votre article me rappelle le Tittytainment de Zbigniew Brzezinski .

Max 15/08/2016 19:01

L'Express fait trop pitié maintenant. Entre son magazine pour grabataires et son site internet se nourrissant de fait divers style chien écrasé, quelle tristesse.