Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pauvreté...

23 Août 2016 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

Donald Trump et Clinton, H, sont, parait ils, les mal aimés.

Il y en a un (Donald), qui est mal aimé par fait de propagande. L'autre, elle est mal aimé parce que c'est elle. Cassante, abjecte, menteuse, on ne la croirait pas, même si elle disait la vérité, mais en réalité, c'est pathologique chez elle.

Quand aux BLM et new blacks panthers, certains activistes noirs se demandent où ils sont quand les quartiers noirs de Louisiane sont inondés. On ne les voit jamais.

Certains, d'ailleurs, ne se cachent pas pour penser que l'aide sociale est la nouvelle forme de l'esclavage.

Finalement, BLM et NBP ne sont que les contremaitres de troupeaux d'esclaves, largement incultes et illettrés, amenés aux bureaux de vote pour dire merci à leur bwana qui les traitent si bien.

On note aussi la disparition totale du golfeur émérite et célèbre de Martha's Vienyard. Il n'a pas du bien comprendre. On a du lui dire qu'il faudrait qu'il fasse une visite dans le golf, et lui n'a pas saisi le vrai sens du propos.

En même temps, on s'alarme de la discrimination possible dans la distribution de l'aide aux sinistrés.

On peut noter aussi le comique du propos. Parler de discrimination pour une aide qui n'est pas loin de l'inexistant...

L'avenir des pauvres est à Glasgow, une ville où dans un quartier, l'espérance de vie masculine n'excède pas 54 ans, soit "back to the XIX° century".

C'est la plus basse d'Europe, mais aux USA, il me semble que certains quartiers pauvres sont dans la même configuration, ainsi que les réserves indiennes. Moins de dépenses de santé, pensions de retraites inexistantes... Le rêve néo-libéral.

Braudel aussi, notait cette différence notable, en même temps que l'ingéniosité et la créativité des pauvres pour se nourrir. Ils étaient toujours à la pointe de l'innovation.

Pour se nourrir aujourd'hui, le pauvre est à la pointe du n'importe quoi.

Comme je l'ai dit et l'a rappelé un lecteur, la ville dépend du flux d'énergie qui l'alimente, de plusieurs façons :

- le flux direct, de l'endroit de production des produits, à celui de consommation, flux qui peut venir de 20 000 km,

- le flux indirect : ce qu'il a fallu, ici où là, consommer pour produire l'approvisionnement,

- le flux invisible : le coût énergétique de construction, d'entretien des infrastructures diverses, en eau, gaz, électricité, produits pétroliers, routes, transports en commun, réseaux d'égouts...

- le flux interne, la consommation intrinsèque à l'intérieur de l'espace urbain, haut lieu de la bêtise écologiste : "transports collectifs plutôt que transports individuels", alors qu'ils ne comprennent pas que le mot transport est le mot qui ne convient pas. Mais ils oublient, chauffage, obligatoirement dépendant de l'extérieur.

La somme d'énergie disponible n'est plus capable d'absorber toute la population de tous les pays, mais elle est encore suffisante pour empêcher toute mutation économique.

En même temps, même dans les petites villes, on s'aperçoit de la crise des infrastructures. Telle petite ville est obligée de refaire ses égouts, vieux d'à peine 50 ans. Je vois bien d'ici 10 ou 15 ans, les habitants obligés ici et là de prendre pelles et pioches pour être obligé de tout refaire à la main...

Circonstance aggravante, on s'est fié aux produits existants, notamment ces grosses canalisations et béton. Avant, on faisait beaucoup plus gros, et de la pierre maçonné. ça pouvait durer des dizaines de siècles. L'effet des crues nettoyait les réseaux qui se colmataient. En même temps, la demande s'est nettement accrue, la douche obligatoire et quotidienne pour des gens qui bossent de moins en moins, c'est du savoureux.

Les villes du passé étaient des mouroirs constamment renouvelé par l'afflux de la population rurale. Le déficit des générations était de 20 %. Encore, les gens de cette époque étaient ils largement immunisés des mauvaises conditions sanitaires.

Entassés dans leurs villes, les gens sentent ils la fragilité de celles-ci ? Sans doute pas. Savent ils que la césure entre quartiers intégrés, ou pas, est claire, en Syrie.

Victime d'un pic pétrolier, et d'une sécheresse conjuguée, la Syrie est pour le moment, dans la tempête parfaite. La tempête parfaite, plus tard, sera encore plus parfaite.

On peut pérorer, aussi, sur les dictatures. On verra ce qu'on verra quand la quantité d'énergie se mettra vraiment, à baisser... Les "démocraties", sont avant tout des endroits où elle est encore, très abondante et bon marché...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Horzabky 26/08/2016 10:51

"Je pense personnellement que Nigel est l'instrument des banquiers et que ça présence auprès de donald n'est pas innocente."

Pierre Hillard a remarqué que Nigel Farage est financé par certains banquiers. Ceci étant, "les banquiers" ne sont sans doute pas un groupe monolithique. Goldman Sachs, par exemple, tient Obama, Hillary et l'UE. Les grosses banques peuvent influencer la politique des gouvernements. Macron est l'agent des banques. Les banquiers n'auront pas à virer les gouvernements, mais seulement à changer les instructions qu'ils leur donnent.

La décroissance ne pourra pas être la politique des pays de l'UE, car nos pays ne sont pas le Japon. Lorsqu'un pays comme l'Allemagne est assez con (désolé pour la vulgarité, mais je ne vois pas d'autre mot) pour laisser entrer, en seulement un an, un million de migrants, dont 80% de jeunes hommes, la décroissance n'est pas une option. Parce que cela voudrait dire que ce million de migrants inassimilable ne trouvera pas de travail, et donc représentera une source permanente d'insécurité et de désordre pendant au moins une génération.

Et cela, c'est une hypothèse optimiste, dans laquelle il n'y a plus d'immigration massive...

Le problème, c'est que la croissance ne se décrète pas. Nous aurons (nous avons déjà) la décroissance sans que nos gouvernants l'aient prévue et planifiée comme au Japon. C'est là que ça devient triste...

Les autorités allemandes ont conseillé aux Allemands de stocker de la nourriture et de l’eau pour dix jours…
http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/reserves-d-eau-et-de-nourriture-l-allemagne-se-ia0b0n3695246

Suis-je parano, ou est-ce que ça ressemble à une manœuvre pour faire accepter plus facilement aux Allemands des restrictions prochaines à leurs libertés ?

logique 27/08/2016 11:15

Avec un salaire de 0.8 euro de l'heure, nouveau salaire migrant en Allemagne, ont ne peut en aucun cas générer de la croissance.Par croissance j'entends augmentation de la production, donc de la consommation. Mais il y a aussi la croissance par l'inflation mais cela nous a deja mener la ou nous sommes. Une chute verticale de la consommation.

Ano 27/08/2016 03:12

A rajouter sur les migrants. Je n'ai pas les sources sous la main, mais je crois me rappeler qu'en Allemagne, dans la même classe d'âge que ces 80% d'hommes migrants, il "manquait" déjà 500000 femmes aux jeunes Allemands pour avoir une chance de fonder un foyer. Déséquilibre démographique...

Ca va être marrant à observer niveau fiki-fiki chez les teutons. Il y avait déjà beaucoup de frustrés... Ach !

En attendant la côte des femmes augmente sur le marché. Refugees welcome ! <3

logique 25/08/2016 22:14

Je me permet un petit hors sujet sur le Contexte politique et financier. Je pense que la vidéo de nigel farage venant soutenir donald y est pour quelque chose. M'enfin cela m'a tout de même pris quelques heures avant d'en saisir la subtilité.

En fait nous sommes dans une situation ou les pays développés sur en sur-endettement chronique. Le problème est que se sont les banques qui finances se sur-endettement. Jusqu'a maintenant elle pouvaient toucher leurs petites commissions via les intérêts. Hors les intérêts sont devenus négatifs se qui veut dire que se sont les banquiers qui en seront de leurs poches, même si ils vont tenter de répercuter cette pertes sur les déposants.
Je pense donc que les banquiers commencent a en avoir marre de tous ses états dispendieux, qui dépensent plus qu'il ne gagnent et qui imposent une perte sèche aux banquiers. Je m'explique.

Les taux étant négatif, le banquiers va tenter de facturer cela a ses client, nous. Le problème est que même si nous, les clients restons dans les banques elles ne gagnent plus rien. Puisqu'elle ne font que compenser leurs pertes d'intérêt.
Il me semble donc que nos ennemi banquiers commencent a en avoir marre de tout se bordel. Se n'est plus du tout lucratif de prêter a perte. Qui le ferait d'ailleurs .....
Du coup nos chère banquiers vont entreprendre un changement radicale de stratégie. Et leur nouvelle stratégie semble être de virer les gouvernements dispendieux, corrompu et qui les tiennent par les couilles. Car le politicien peut voter se qu'il veut même la fermeture d'une banque ou le banquier ne veut pas prêter a perte.
Je pense personnellement que Nigel est l'instrument des banquiers et que ça présence auprès de donald n'est pas innocente.
Donc a mon avis se je poursuit ma réflexion. Il y aurait de très forte chance que Marine puisse passer aux prochaine élections. Je pense que les banquiers commencent a en avoir marre de se faire braquer. Et le pire pour eux est que si il commencent a taxer les dépôts beaucoup risque d'aller voir ailleurs. Et c'est leur buissnes qui meurent.
Donc je pense qu'il va falloir se préparé a de grands changement en politique. Il se pourrait même que la décroissance puisse comme aux japons dans les années 90 être la politique. Vendre cher et racheter pas chère c'est le béaba du banquiers. Hors l'inflation ne sert que les état dispendieux surtout lorsque les taux sont négatifs.

C'est ma petite contribution. Je pense que cela vaut la peine de creuser. Pour moi c'est sur.

BA 25/08/2016 14:25

Jeudi 25 août 2016 :

Une majorité de Français (64 %) opposée au port du burkini sur les plages.

INFOGRAPHIE - Un sondage de l'Ifop pour Le Figaro montre que 64 % des Français rejettent le burkini.

Une nette majorité de Français (64 %) est opposée au port du burkini sur les plages, selon un sondage mené par l'Ifop pour Le Figaro auprès d'un échantillon représentatif de 1001 Français entre le 22 et le 24 août.

Les autres personnes interrogées se disent indifférentes (30 %), seulement 6 % d'entre elles s'affichant favorables.

Dans le détail :

52 % des sympathisants du Parti Socialiste sont opposés au port du burkini sur les plages.

62 % des sympathisants du Front de Gauche sont opposés au port du burkini sur les plages.

76 % des sympathisants Les Républicains sont opposés au port du burkini sur les plages.

86 % des sympathisants du Front National sont opposés au port du burkini sur les plages.

https://www.youtube.com/watch?v=iKYSBwegbqA

NeverMore 25/08/2016 14:00

Valls annonce une nouvelle baisse des impôts. J'ai du manquer un épisode car je n'ai pas vu d'ancienne baisse.

BA 25/08/2016 12:09

Jeudi 25 août 2016 :

Camp d'été décolonial interdit aux « blancs » : quand l'antiracisme verse dans le racisme.

FIGAROVOX. - Un camp d'été décolonial se tient du 25 au 28 août 2016 dans un centre de séjour à Reims. Les organisatrices expliquent que celui-ci s'adresse aux victimes du « racisme structurel » et qu'il exclut dès lors les personnes blanches. L'antiracisme est-il devenu raciste ?

LAURENT BOUVET. - Il y a une forme de racisme en effet dans cette exclusion puisqu'elle s'appuie non pas sur les idées ou les comportements de ceux qui sont exclus mais sur une de leurs caractéristiques physiques, la couleur de leur peau.
Ce qui soulève, comme toujours en pareil cas, bien des questions : à partir de quel moment est-on «blanc» ou «noir» ? Quid du métissage, dont il faut rappeler, inlassablement, qu'il est la preuve même de l'inexistence des «races humaines» ? Comment justifier qu'on lutte contre une discrimination, raciale en l'occurrence, en provoquant un même type de discrimination à son tour ?

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/24/31001-20160824ARTFIG00298-camp-d-ete-decolonial-interdit-aux-blancs-quand-l-antiracisme-verse-dans-le-racisme.php

Sclavus 25/08/2016 11:32

T'es quand même incroyable la Gaule ; je ne sais pas comment fais-tu pour les dégotter tous ces liens mais de mémoire, je n'ai jamais trouvé des trucs aussi réjouissants et sérieux à la fois ; t'es mon guetteur de l'aube ; du salut ; la veille ; la vigie.
Un vrai coup de bol de t'avoir croisé.

koupa 25/08/2016 09:57

La démocratie peut très bien se porter en situation difficile, et quelque soit la crise. Il suffit de voir la démocratie Athénienne. Et ça peut tenir dans le temps. Bien entendu on peut l'améliorer (pas d'esclavage et droit de vote des femmes) Mais il faut aussi se souvenir des bonnes pratiques de l'époque, si un élu ne tiens pas ses promesses il a intérêt à avoir une excellente excuse pour pas rapidement subir de grandes souffrances à titre d'exemple (et finir bouffé par les corbeaux).

Remarquez que la dictature a les mêmes principes, Vlad Tepes avait totalement éliminé la corruption après avoir empalé quelques corrompus pour l'exemple.

Encore qu'on puisse parfois discuté avec 1 dictateur, pour peu qu'il ai une autre idée derrière la tête ou qu'on puisse lui offrir plus qu'un bon exemple publique, discuter avec une foule en colère c'est plus dur. Une démocratie populaire peut être bien plus dur, efficace, et pérenne, qu'une dictature.

simplet 25/08/2016 13:50

@Cher KOUPA,

Dites moi, voyez vous parmi nos dirigeants certains qui auraient quelque chose des Athéniens de l'Antiquité?
Pour paraphraser R-F vte de Chateaubriand à propos d'une race maudite: Ils mangent du cochon, après avoir vendu des vieux chapeaux. Ils sont laids, ils sont sales, à présent amis des princes et des belles...

Bruno 24/08/2016 20:44

Bonjour,

En même rien, de nouveau derrière ce phénomène.
Voir au sujet des attentats et de Daesh les analyses de Francis Cousin : https://youtu.be/fvPz-y5BUpU
et plus récemment au sujet de l'attentat de Nice : https://youtu.be/LHGEbwvmpoE

BA 24/08/2016 18:42

Chômage en France : record battu.

Chiffres de juillet 2016 : catégorie A, B, C, D, E :

6 513 900 inscrits à Pôle Emploi : record historique battu.

Variation sur un mois : + 0,2 %

Variation sur un an : + 1,5 %

http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/pi-mensuelle-kaarpfd3e0.pdf

Alcide 23/08/2016 19:18

Désolé pour le hors sujet mais une information importante:

De nouveaux documents en partie déclassifiés suite à une demande de communication , montrent l'implication déterminante des US dans la création de Daech /Isis

How We Know ISIS was 'MADE IN THE USA

By Roger Stone

August 20, 2016

Judicial Watch proved it. Under a Freedom of Information Act request, Judicial Watch was able to obtain a (heavily redacted) copy of the Defense Intelligence Agency (DIA) directive that initiated the creation of ISIS in 2012. the DIA report states,

“THE WEST, GULF COUNTRIES, AND TURKEY [WHO] SUPPORT THE [SYRIAN] OPPOSITION . . . [SUPPORT] ESTABLISHING A DECLARED OR UNDECLARED SALAFIST PRINCIPALITY IN EASTERN SYRIA . . . IN ORDER TO ISOLATE THE SYRIAN REGIME . . .”.

Not even Judicial Watch seems to have appreciated the significance of this document, where its press release focused on the Benghazi attack. Recent releases of Hillary’s emails, moreover, confirm that taking out Assad has nothing to do with his alleged abuse of the Syrian people but because it will help Israel.
La suite:
https://www.lewrockwell.com/2016/08/roger-stone/isis-made-usa/

DONC la responsabilité des US/OTAN/Gladio dans les attentats sur le sol Européen DONC la responsabilité par complicité du gouvernement Valls/Hollande dans les tueries Charlie/Paris/Nice.
Il s'agit de haute trahison et de crimes de guerre.

La Gaule 23/08/2016 19:02

1)
Tiens, puisque l'on effleure le sujet ces derniers temps, on va parler de santé publique, à propos d'une vidéo qui m'a beaucoup frappé.
L'état de la médecine d'un pays c'est le reflet de sa santé intellectuelle, morale, et physique à tous les niveaux. Ici, comme le souligne le Pr Plantey, il est clair que la machine autant que l'équipage part en vrille. Ce qui lui permet au passage de balancer des missiles bien ciblés sur un certain nombre de nos vaches sacrées.

https://www.youtube.com/watch?v=79qSYdILg-8

a)
Faillite de la RECHERCHE, cela autant dans sa finalité que dans ses méthodes. La méthode expérimentale de Claude Bernard n'a rien donné en médecine de comparable à ce qui s'est fait en physique ou en chimie pure. Plus que jamais les « lois du vivant », si elles existent, échappent aux thérapeutes, généralement parce que lui aussi fait partie du problème.
Reste ce qui est acceptable ou non aux yeux de la sécurité sociale et qui relève de la comptabilité triviale.
La « recherche » systématique appliquée tout azimut sous les hospices du « génie » présumé du chercheur et des crédits publics n'a jamais donné autre chose que des monceaux de littératures inexploitables.
A de rares exceptions près (exemple la mise au point du premier neuroleptique efficace à partir d'un anti allergique banal par Henri Laborit), toutes les grandes découvertes médicales ont relevé du seul et bienveillant hasard -exemple les antibiotiques et les anesthésiques généraux.
Véritable phénomène sociologique, la « fuite » des compétences dans l'abstraction pure que représente la recherche médicale -il y a à mon avis une évolution comparable en économie- explique aussi l'état de décrépitude dans laquelle s'enfonce la médecine publique.
Et le résultat est là. Alors qu'en 1960 l'on pensait que la manne des millions dépensés dans la recherche allait vaincre toutes les maladies, l'on assiste au contraire à un retour inquiétant de maladies séculaires de par nos impasses thérapeutiques.
b)
Faillite en conséquence et en particulier de la GENETIQUE. En médecine au moins, la « révolution » de la génétique n'a pas eu lieu (et quid dans d'autres domaines ? L'avenir nous le dira mais la question mérite au moins d'être posée).
La transplantation des gènes miraculeux qui « nous » guériraient de tout relèvent encore du lyssenkisme (bricolage) de « savants » plus ou moins dingues et toujours très intéressés.
La « révolution génétique » telle qu'elle est partie apparaîtra bientôt à mon avis pour ce qu'elle est : le Graal élitiste du transhumanisme, soit la porte de sortie improbable d'une minorité face à la dégénérescence civilisationnelle de la multitude.
c)
Faillite en conséquence de la LUTTE CONTRE LE CANCER. Maladie qui n'a jamais été aussi proliférante et qui n'a jamais fait autant de victimes, dans le brouhaha des communiqués de victoire et le tourbillon des thérapeutiques dégradantes, aussi dispendieuses qu'inefficaces.
d)
Impasse en conséquence de la CHIRURGIE, par la primauté donnée à la chirurgie de transplantation sur la chirurgie de réparation ou de conservation.
Cette impasse pose en outre des problèmes philosophiques redoutables qui nous ramènent au transhumanisme, en ouvrant la voie à une scission entre une humanité potentiellement « donneuse » et une humanité « receveuse ».
Quel sens donner aussi à un idéal « de vie » qui viserait à remplacer tout organe vivant par des prothèses ou des organes mort ? L'idéal du zombie ? (saisissant exemple, donné par Plantey, du transplanté cardiaque qui se voyait toutes les nuits sortir de son propre corps pourvu d'un cœur en ferraille).
f)
Impasse en conséquence et pour finir de la PHARMACOLOGIE, laquelle n'obéit plus qu'à des règles de rentabilité visant à reproduire à l'infini des clones de molécules déjà existantes et connues depuis déjà des lustres.
Là aussi le sens du bricolage fait des ravages, certaine molécules « nouvelles » ainsi élaborées ayant des effets secondaires impromptus (cas du médiator, de certains anti-inflammatoires, ou de ces « pilules du bonheur » -stimulants de la sérotonine- dont on se demande si elles ne poussent pas au suicide plutôt qu'à le prévenir).
Le savoir faire sans borne des grandes firmes pharmaceutiques pousse à l'intoxication généralisée d'un public captif qui ingurgite sans ciller des doses hétérogènes de drogues aux effets souvent contradictoires.
On assiste alors à de curieuses pandémies pouvant être assimilées à des « maladies commerciales » comme la fameuse éradication du cholestérol, aberration contre laquelle certains commencent à s'élever (mal leur en prend).
Cette situation ne joue par pour rien dans les dérives du concept de « droit à la santé », lequel devient de plus en plus un très démocratique « droit à la maladie », soit l'exigence d'être soigné pour les mêmes maladies que les autres, sans distinction de sexe de race et de culture (concept sur lequel nos gouvernants jouent d'ailleurs sur du velours pour tondre le contribuable au service de leurs lubies).
Avec, au bout du voyage, le mouroir des intoxiqués en phase de « fin de vie », cet indigne miroir de notre société mortifère.

2)
Trois lettres ouvertes d'un certain E. Leroy avec lesquelles je me sens politiquement en phase, toujours sur le blog de l'insupportable et indispensable Algarath (Lui, en fait, c'est une espèce de Jorion qui aurait mieux vieilli).

http://algarath.com/2016/08/23/lettre-ouverte-a-marine-pen-subsidiairement-a-florian-philippot-accessoirement-a-jean-luc-melenchon/

logique 24/08/2016 17:27

Merci beaucoup la gaule, sans jeux de mots :) :)

excellent se médecin François Plantey. Il n'y a pas qu'en politique et en finance ou il se foutent de notre gueule.

Le Gaulois libre 23/08/2016 18:40

Si l’on supprimait les gaspillages monstrueux (emballages inutiles, civilisation du jetable, obsolescence programmée sur toutes les productions industrielles, dates limites de consommation ridiculement coutes, déplacements et transports aussi couteux que stupides, obligations réglementaires kafkaïennes que vomissent nos énarques abrutis... ) il est plus que probable que la consommation d’énergie diminuerait immédiatement des deux tiers...

Parait-il que la plus grande déperdition de l’électricité, distribuée sous forme de monopole centralisé, s’effectue dans le transport de celle-ci entre le lieu de production et le consommateur.

Une autre imbécilité du pouvoir centralisateur cherchant à assoir son pouvoir de domination et d’asservissement sans se préoccuper ni du coût, ni du gaspillage.

manassas 24/08/2016 13:24

Sur le transport de l'électricité et la dissipation de l'énergie produite sous forme de chaleur, c'est l'effet Joule.