Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 06:49

Pleurons sur le sort de bien des gens, hier arrogants, suffisants, et qui ne voyaient aucune raison d'être inquiet.
Le chômage, c'était pour les gens qui s'y complaisaient.

En premier lieu, les céréaliers. La production a chuté de 30 %, et les prix ont chuté aussi. Il est vrai que la production MONDIALE, est à la hausse.

Mais cette profession de fonctionnaires a oublié le passé. Le passé pas si ancien, ou 99 % du revenu agricole c'était des subventions, et pour les céréaliers, c'était pire. Ils n'arrivaient même pas à dégager la moindre marge. Heureusement, les subventions étaient là pour les enrichir, avec le syndicalisme FNSEA, en liaison directe avec le RPR.

Bref, un parfait secteur soviétoïde, qui vivait bien à l'abri de sa rente de situation.
En même temps, l'agriculteur qui n'était pas céréalier, lui, devait gagner -mal- sa vie, et compter sur un montant très réduit d'aides, des cacahouètes, quoi. Mais, sur son revenu d'exploitation, 80 ou 90 % provenait effectivement, de son activité.

La répartition néo-libérale parfaite. Tout aux gros. Quand au revenu agricole global, les revenus nets des uns, étaient largement compensés par les pertes des autres, pour arriver au ridicule 1 %. Cet état de fait d'ailleurs, n'avait jamais été attaqué par les néo-libéraux français, si pourfendeurs de subventions...

Là, visiblement, les comptes n'y seront pas : "des mesures et un plan qui portera sur des allégements de charge, sur des garanties bancaires, sur des prêts de trésorerie".
Comme d'habitude, le blabla gouvernemental, appliqué à des gens qui n'avaient pas la moindre idée de ce que ça pouvait être.
On peut noter, aussi, les limites et la crise d'un "modèle" de développement. Là aussi, on doit atteindre un pic.

Les décideurs ne pensent décidément jamais en termes de limites, parasités par une "croissance", qui ne veut plus rien dire. "Too big to fall", devient "Too big to live", Ces fièvres d'agrandissements n'aboutissent qu'à des entités finalement très fragiles, ces fièvres bâtisseuses de lotissements ou de centres commerciaux qu'à tuer d'autres zones de peuplement ou de commerces...

Bien entendu, des erreurs de gestion fondamentales sont opérés,par la suppression des APL, par exemple.

Bien sûr que l'augmentation immobilière devait être contenue, mais on n'ose adopter la mesure qui braquerait les bailleurs, le blocage ou la baisse autoritaire des loyers.

On l'a largement utilisé dans le passé. Et les hausses souvent, n'étaient pas justifiées, ni justifiables.

Un loyer pour un logement de 40 ans, devrait il augmenter, s'il n'y a eu que de rares ou insignifiants entretiens ? Et les formules d'indexations ont été bien trop favorables... (au bailleur).

Il vaut mieux attendre que le bailleur soit saigné par la défaillance de la demande ? Comme c'est le cas dans bien des endroits ? Bien que celui-ci, pour appliquer des baisses de loyers se soit fait tiré l'oreille moult fois.

J'ai vu ces villages se vider, pour cause de loyers bien trop hauts. Maintenant les bailleurs gueulent et vomissent ces lotissements pas beau (qu'ils disent), et qui ont vidé leurs locations... Mais bon, leurs locations ne respirent ni le neuf, ni la beauté...

D'ailleurs, j'ai remarqué que le discours était notablement différent pour un parisien et pour quelqu'un de plus sensé. Le parisien est toujours dans ses bulles, de tous ordres. Bulle politique, bulle financière, bulle immobilière, bulle de croyances. Les villes centres gardent et continuent sur leur logique. C'est, conceptuellement, trop dérangeant d'envisager autre chose...

Le tourisme baisse en France. La manne ne tombe plus. Il ne reste que les français. Les vendeurs -sénégalais- de tour FL en toc, ne doivent pas briller. Envolées, veaux vaches, cochons, couvées, américains, nippons (ni mauvais), chinois, russes, etc...

Pic, là aussi, du tourisme et du touriste-gogo ? Même déni de la réalité, première phase du deuil.

L'activité économique se tasse, en Allemagne, et en Grande Bretagne (c'est la faute au Brexit ! Comme l'irruption du Krakatau ?)

Paul Jorion dit que les lignes de fractures se multiplient. En réalité, il n'y a qu'une ligne de fracture. c'est la production d'énergie.

La contraction du pib est en marche. Une réduction de 4 % du pib mondial l'année dernière ? Rien d'étonnant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Abdel 09/08/2016 19:35

l'Allemagne devient le premier exportateur européen de blé en Europe, devant la France.

Après la viande, les céréaliers français se font aussi piquer des clients

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/crise-des-eleveurs/viande-de-porc-des-eleveurs-bretons-poursuivent-l-allemagne-devant-la-commission-europeenne_1297797.html

http://www.boursier.com/actualites/economie/la-france-cede-la-place-de-premier-exportateur-europeen-de-ble-a-l-allemagne-32522.html

dupontg 08/08/2016 23:03

là comme ailleurs,les extremes se rejoignent..
le neo liberalisme extreme n'est guere different du stalinisme..

EnPassant 08/08/2016 13:20

Santander able to implement no-notice charges for savings
https://www.theguardian.com/business/2016/jul/27/santander-bank-able-to-implement-charges-for-savings-deposits