Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 07:57

En 1988 on avait prévu le gouvernement mondial, dans certaines sphères.
A mon avis, le seul problème, c'est que c'est en train de foirer. En 1988, nous avions un gouvernement mondial, celui des USA, et le reste était globalement composés de larbins et d'un petit groupe de pays "voyous" servant d'enfants martyrisés.

Les géants restant, tels que Russie et Chine n'étaient pas ou plus en mesure de contester l'ordre mondial.
Seulement économiquement, en 1988, la donne était différente. Le déficit commercial US s'il était grand -déjà-, était totalement ridicule vis-à-vis de ce qu'il est aujourd'hui.

A - 109 milliards de $, contre - 770 en 2006 (maximum), et "seulement", - 530 milliards en 2014, après un passage "à vide" de - 395 en 2009, il est clair que les USA sont devenus le ventre de la planète, avec quelques pays européens "modernes", consommant, mais produisant peu.

Si, pour la Grande Bretagne, ce n'est guère un problème, car avec la bourse de Londres, elle puise allègrement dans la caisse des autres, pour tous les autres, c'est une donne difficilement perdurable.

Mais l'économie mondiale est bâtie désormais ainsi, et une fin du dollar, impliquerait aussi une fin de bien des fortunes, une redistribution des cartes, et l'effondrement de bien des secteurs productifs, notamment chinois, allemands.

Ils n'ont, dans les faits, aucun moyen de gérer cela, Et en plus, milliardaires et hommes politiques vivent désormais dans une aura de détestation grandissante.

Nul régime ne peut se passer d'une certaine adhésion des populations. Ils l'avaient. Tant qu'une grande partie de la population ne souffrait pas du système. Comme je l'ai dit maintes fois, les cosaques sociologiques étaient les retraités, les fonctionnaires, les cadres. Toutes les catégories qui se posent des questions aujourd'hui, et une dont on envisage désormais, voire qu'on organise ou laisse faire, la réduction numérique massive (les retraités).

Mais, un moment, on va trop loin. La vague migratoire quand elle était relativement discrète était "acceptable". Devenant déferlante, elle ne l'est plus.

Certains disent que Trump, comme MLP seront élus, pour la raison qu'on veut les briser par la gestion de la crise à venir. Une crise sérieuse de civilisation. Pas seulement économique, qui raménera automatiquement des gens "raisonnables", au pouvoir.

Seul petit hic, l'épuisement est géologique, et quand la crise politique et économique se produisent, elle accélère la baisse de production. C'est le cas de figure qui a prévalu en URSS.

Comme en URSS, la population se réduira. A la différence de l'URSS, le collapsus s'il est mondial, ne pourra se corriger en s'appuyant sur l'extérieur. Donc, la réduction de niveau de vie général et de population sera encore plus importante.

Quand au fait de griller les candidats "populistes" en leur offrant le pouvoir, il est clair que c'est un voeux pieu. D'abord, parce qu'en faisant porter la responsabilité de la crise sur le précédent, (ça marche toujours un temps), cela permet de gagner du temps pour désigner l'ennemi, et mettre en place des rouages de pouvoirs différents, et indifférents au mécontentement.

Les élites veulent sans doute mettre en place une dictature, une tyrannie. Il n'ont pas compris qu'ils n'en feraient peut être pas partie.

Le pouvoir du banquier peut être remplacé par une simple imprimante. Et si le 1/3 du pib des pays occidentaux liés aux services financiers disparait ou se rétracte de 90 %, leur pouvoir se rétractera d'autant.

En 1935, les dirigeants français craignaient communistes et porteurs des 300 milliards de rentes,

en 1945, ils ne craignaient plus que les communistes, et plus du tout les porteurs des 1000 milliards de rentes. Eux mêmes n'y attachaient plus aucune importance. 4 années d'inflation à 50 %, presque plus de dette publique (à 3 % l'an).

D'ailleurs, le Brexit est intéressant à un titre. Theresa May serait porteur d'une "autre politique", malgré le sens galvaudé qu'on y a donné. Ce serait une politique d'industrialisation. Même là où la bourse est triomphante et où l'on ponctionne allégrement les gogos naïfs.

Quand un tel mouvement de rupture se fait jour comme aujourd'hui, il est vain de vouloir tenter le contrôler, sans les peuples. Et surtout, sans légitimité et sans popularité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Ercole 11/08/2016 18:16

Bonjour mr Reymond

Très en accord avec vos propos, je dirais même que c'est un réel plaisir de lire des personnes qui partagent un peu de ma colère, mon pessimisme, moi qui suis si seul depuis des années loin des racailles - c'est pour leur bien, moi je ne suis pas chrétien et je ne connais ni pardon ni pitié pour mes ennemis... Remarquez, nos zélus dont il est question non plus n'ont jamais eu une pensée pour les white trash qui les haïssent à présent à un point tel, la police viendrait à être débordée, il y aurait une nouvelle épuration... Là je les sens en attente, ils veulent se conduire d'une manière civilisée, on décapite par bulletins de vote... Mais si on leur vole l'élection, si les gauchistes ordures aristos aux manettes veulent "résister", qu'est ce que voudra dire "légalité" ?

On aime bien Audiard, il me semble que c'est lui qui a écrit les dialogues de "garde à vue", Serreault/Ventura un régal... Et dedans il y a une phrase, lorsqu'après s'être pris quelques taloches Serreault et être innocenté, il dit "les sadiques changent de camp"... Et c'est ce que je vois arriver comme un ouragan, les gauchistes bienfaiteurs deviennent de futures cibles, hués par la foule, leurs lois ne sont plus respectées (cannabis, limitation vitesse, abstention, etc...) Un copain du boulot n'est plus inscrit sur les listes électorales depuis des années, par dégout, mais moi qui le connais un peu maintenant, je sais aussi qu'il considère la République comme une pute et la démocratie nuisible...

Où je veux en venir ? Mon obsession de Napoléon par exemple, arrivé à un moment où les français en avaient la claque de la révolution et de tous ces connards qui l'avaient tournée en terreur, si vous relisez les textes de l'époque nullepart on ne mentionne son côté dictatorial mais son côté qui veut essayer de relever la France, et le contentement de la population d'être débarassée de la république, démocratie, tous ces mensonges qui ont mené à un cauchemar... Si 2017, cette république etc dont ils en ont tous plein le bec les rasés à 10 000, est volée aux électeurs, alors on va savoir ce qu'est la Libanisation, des élus assassinés, des hautes figures attaliesques qu'on retrouvera démembrés, etc... Moi je lui donne plus cher à vivre à la république, elle n'a que des élus pour la défendre "à la st just", et si on prive les français de leur Liberté contre de la merde, alors mort à la République !

Ainsi Napoleon III gagna son plébicite...