Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 08:12

"Cela suppose la résurgence d'un pouvoir central dur et amène la question de savoir qui l'assumera. Historiquement une mouture strictement nationale n'est jamais battue d'avance, si l'on considère justement l'histoire de ce pays.

Tout aussi plausible serait que la France redevienne un champ de bataille pour puissances prédatrices -cela aussi s'est déjà vu.

De toute façon, comme disait Michel Drac un jour, la dérive à vaux l'eau d'un pays encore riche au cœur de l’Europe et comportant une cinquantaine de centrale nucléaire ne laissera obligatoirement aucun voisin -proche ou lointain- indifférent.

Ecartée d'office en tout cas est l'hypothèse bucolique du pays de péquenots guérilleros trop effondré pour intéresser plus longtemps qui que ce soit à cause du crottin des bêtes dans les villages -vu la position géographique de la France, tu parles Charles !

Vous pouvez toujours vous branloter avec ça dans votre cabane autonome au fond des bois, en caressant les pétoires auxquelles vous donne droit votre licence de tir, les pieds dans les fayots.

Les lampistes morfleront c'est certain. Les manieurs d'argent, eux, ont déjà sauvé les meubles (renseignez-vous)."

et

" Brandon Smith a récemment esquissé un tableau saisissant de ce que pourrait être ce fameux effondrement, soit le racket organisé militairement des périphéries à partir des villes, et en s'appuyant sur l'exemple oublié de la manière dont les britanniques avaient détruit la guérilla malaise au lendemain de la seconde guerre mondiale."

Comme je l'ai déjà indiqué dans un article, la Malaisie est le contre exemple absolu. La Malaisie est une presqu'ile, facilement barrable, et la mer était contrôlée par les godons. Et les forces britanniques 10 fois plus nombreuses. Pourtant, réduire la guérilla n'a pas été chose facile, de plus, cela se situait dans une période d'envol de la production d'hydrocarbures, et dans une situation d'essor économique de la Malaise, avec ses gigantesques plantations d'hévéas. Et son étain.

Là, pour le moment, la supériorité numérique des forces de répression est une vue de l'esprit. La Grande Bretagne était, à l'époque un état efficace.

Les forces britanniques et occidentales n'ont pas eu le même rendement en Afghanistan.

Les somalies nucléaires existent. L'une s'appelle l'Ukraine.

Le pillage à partir des villes a connu ses limites à partir du XVIII° siècle, époque ou pomme de terre et topinambour se généralisent.

Laisser les patates dans la terre, et les topinambour aussi, vous verrez que personne ne les pillent. La pomme de terre s'est généralisée à partir des zones frontalières, et les ravages des hommes de guerre ont vite cessé. Prendre quelques kilos de patate, ça se fait, ramasser toute une récolte, si ce n'a pas été fait, c'est dur.

Le topinambour est encore mieux. Son épopée significative. Il n'était pas réquisitionnable, il pourrit si vite... (une semaine).

Dans l'histoire de la révolution française, et sans doute dans la fin de l'ancien régime, on ne peut pas estimer le rôle des tubercules. Le fait est qu'ils sont difficilement dimables. Un champ de blé peut voir estimer la récolte en un clin d'oeil, un champ de patates, c'est autre chose.

Pendant la guerre en Pologne et en Russie, Jean Roch Coignet se vantait d'être un dénicheur de caches paysannes. En réalité, s'ilen trouvait beaucoup, la plupart lui échappait.

De plus, il est clair que la prestation des forces de répression dans les zones rurales n'a pas eu le rendement qu'elle devrait. CF l'Afghanistan. De plus s'il y a pillage, et dépérissement des ruraux, l'année suivante, il n'y a plus rien à piller. En outre, suivant les enseignements de la seconde guerre mondiale, malgré les bandes de pillards armées, les populations rurales retrouvent vite les réflexes de dissimulations. Il y a aussi un intérêt évident pour les excellences, à armer les populations rurales. La Wehrmacht s'est largement appuyée en URSS sur des populations hostiles à des partisans armés qui réquisitionnaient leur récolte. Souvent, l'engagement dans les milices Hiwi ou banderiste, s'expliquaient par des allégements de réquisitions.

Pour ce qui est du reste, j'aimerais qu'on me cite UN pays qui n'aille pas à vau l'eau, ou ne soit pas susceptible d'y aller. Ce genre de pays n'existe pas actuellement en occident.

La Russie a plus d'atouts pour y parvenir, sans qu'on soit sûr à 100 % qu'elle y parvienne.

Les spoliateurs globalistes épargnés ? Qu'ont ils de réel ? Ils se feront trancher la gorge par leurs prétoriens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

raleur !! 12/09/2016 08:33

Patrick vous devez changer la config de votre blog : les messages plus anciens en premiers les réponses ensuite !

Ce sera plus facile à lire , parceque parfois ...pppfffff !

Sébastien 11/09/2016 16:19

Enfin on rentre dans le concret.
Effectivement, les capacités de l'Etat sont déjà très amoindries pour toutes les raisons exposées. Leur pouvoir de nuisance se situe au niveau de l'ingénierie sociale. C'est en manipulant les différents groupes et créant volontairement le chaos qu'il peut parvenir à ses fins. Couper ses canaux de communication est l'objectif le plus urgent en cas de crise.
Très peu de gens sont en capacité de survie, y compris des agriculteurs. Sans communauté, réseaux et organisation (organisation efficace qui sait analyser et s'adapter à une situation mouvante), les chances sont faibles.
La bonne nouvelle, c'est que tous les lampistes du système dépendant du système. Du journaliste au gendarme. Donc même les postes stratégiques risquent d'être rapidement abandonnés par une grosse partie des troupes. Quand la main ne nourrit plus....

Bous 10/09/2016 22:58

Nous ne voyons pas les choses de la même façon.
Si nous devenons de plus en plus pauvres, nous aurons de très grandes manifestations dont la violence sera proportionnelle à la pauvreté. Les députés et les maires européistes seront balancés dans les fleuves et, si aucune personnalité n'émerge, Ririne arrivera au pouvoir.
Non?

Bous 11/09/2016 14:35

Merci de me répondre, j'ai vraiment envie de comprendre. Vous voulez dire que ces gens du bassin parisien qui semblent si paisibles, aveugles et passifs pourraient un jour être une force irrésistible?

Patrick REYMOND 11/09/2016 09:02

sauf si elle apparait trop modérée...

A.g. 10/09/2016 20:58

Souvenir aussi d'un reportage sur un suisse qui cultivait ses légumes de manières "non ordonnée". A savoir que le Monsieur plantait patates, carottes et autres un peu partout dans les alentours boisés sans aucune action et se contentait de les ramasser quand il fallait. Rendement impressionnant. L'idée me plait beaucoup dans la mesure où les "urbains" sont incapables de distinguer un chardon d'une betterave.
A.g.

Jaï-L 10/09/2016 18:51

Au vu des derniers développements, le message est clair : que vous habitiez en ville ou à la campagne, l'état peut imposer un camp de migrants chez vous bon comme bon lui semble. A bon entendeur pour tout ceux qui ont des vélléités d'indépendance ou d'autonomie.
Stratégie du chaos à l'échelle locale pour un pouvoir qui ne cherchera plus à restaurer l'ordre dans ces zones. Ca sera comme des mini-Calais, mais les CRS en moins. Humiliation et soumission garantie pour les sans-dents.
Comme l'a souligné La Gaule on tombe vite sur les limites du mouvement survivaliste, trop individualisé pour inquiéter un élu ou un commis de l'état dans ce genre de décision. Et effectivement il va falloir y réfléchir à deux fois avant de s'acheter un lopin de terre si ça peut finir en jungle de réfugiés.
Sinon l'analyse de Michel Drac est intéressante : un état en déliquescence pourrait encore s'appuyer largement sur les zones autour des centrales nucléaires. La population dépendante des alentours resterait acquise à la cause. Ce sont de fait déjà des zones de sécurité protégées par une véritable petite armée (gendarmes du PSPG).

EnPassant 11/09/2016 09:51

C'est déjà le cas des HLM sont construits dans des petits villages et comme par hasard y débarquent des cas sociaux & co ingérables pour ces petites structures avec la gendarmerie pieds et points liés qui ne peut rien faire

Lecteur 10/09/2016 16:49

Bernin é de ses paysans depuis 1988 la surface agricole est passée de 425 ha à 284 en 2010.
47 actifs agricoles en 1988 11 en 2010. il n' y a plus d'élevage plus que du mais 207 ha du blé 17 ha
3 ha de noyers , plus que 3 viticulteurs : cave coopérative de 220 propriétaires en 1930

Sébastien 11/09/2016 15:56

Les foyers de réfugiés, ça brûle comme de la garrigue. C'est pour çà qu'on les appelle "foyers". Ah, ah, ah.....

Dizemanov 10/09/2016 16:15

réaction à cet article (inspirée des amis TP et S10 de chez Hop, ils se reconnaitront, merci à eux) !

http://lesakerfrancophone.fr/comment-les-mondialistes-vont-tenter-de-controler-les-populations-apres-leffondrement

RIEN N'EST PERDU.
L'heure est grave mais rien d'est perdu.
Il n'y a pas de situation type figée dans le temps. En histoire l'imprévu reste la règle.
Il existe des principes dynamiques.
Ce qui est étonnant, c'est de vivre avec des lunettes datant des années 40 à l'heure d'internet et de l'application périscope.
Smith (article du Saker) nous parle d'un temps ou l'appareil d'état était un appareil d'état. C'est à dire avec des ressources humaines pléthoriques, formées pour la répression et la survie de l'état lui même.
L'occident actuel répond il à cette condition?
Non, aucunement.
La logique libérale du flux tendu, c'est à dire du zéro réserve ne permet pas d'avoir un état stalinien, communiste, ou fasciste.
On ne tient pas une ville avec des d'éducateurs de rue et des dames de la CAF.
La ville est entièrement dépendante du flux de production, de l'infra routière.
Et sans forces capables d'aller saisir les campagnes, la ville devient un cimetière.
Rappelons, pour mémoire et mesurer l'état réel des forces qu’après Charlie Hebdo, sur 10 000 militaires théoriques déployables selon le Libre Blanc, c'est 2500 réels sur le trottoir.
1/4 dans le réel.
Et avec 2500 milis, on n'est pas dans le format pour avoir un régime totalitaire. Simple.
Ou allons nous alors?
Pour les cons qui pensent qu'il suffit de refaire de la réserve ou du service militaire, rappelons que 200 régiments ont été dissous depuis les années 90, les bâtiments ont disparu, les cadres sont à la retraite, l'armement vendu, les véhicules réformés.
Peut on mettre un service de réservistes avec les 90 régiments restants?
Non, impossible. On ne peut pas avoir sentinelle-vigipirate, et des cadres pour accueillir les appelés dans des régiments vides, consommés par les missions.
On ne peut pas casser un outil, l'état, et vouloir s'en servir en cas de crise.
Logique de base, qui donne le vertige quand on pense aux conséquences réelles: nous sommes seuls.
Nous sommes réellement TOUT SEULS face au danger.
Le reste, c'est du blabla, de l'égo malade, de la connerie de gens qui ont enfin compris qu'ils se sont mis gravement en danger par leur propre inaction politique sans l'admettre réellement.
Il faut cesser de vivre dans les années 60.
Qui va tirer sur qui en France ? L'armée sur les patriotes en pantoufles? Soyons sérieux.
Il n'existe pas un seul groupe de patriotes organisés et prêt à l'action clandestine en France, que des gens énervés, isolés derrière un écran. Pas un seul.
Il n'existe pas de gens sérieusement organisés en France.
Sur la profondeur stratégique : les chances ont elles des divisions de T72?
On n'a jamais vu quelqu'un mourir pour toucher la CAF.
On a donc plus de chance de voir un embouteillage monstre direction l'A7 et Marseille que des combats généralisés.
Et s'il y a combat, il n'y aura pas de combat genre yougo, si l'oligarchie est virée.
Le combat sera violent, mais intriqué et hyper-localisé.
Sur les forces SMP (sociétés mili privées) : qui financera? Soros?
Combien en faut il pour tenir un continent entier?
Les mecs sont ils prêts à se faire tuer pour quelques dollars?
Soyons sérieux.
En revanche, nous devons craindre une infiltration massive des combattants de l'EI chez nous. Elle a déjà commencé.
Pourquoi?
Parce que ces cons agissent par idéologie et non pour l'argent.
Cela ne coûte donc rien à Soros.
Que faire ?
Relire Sun Tzu.
Faire "l'homme gris".
Etre invisible.
Rejoindre sa vraie communauté. Ne travailler et n'échanger qu'avec elle.
S'organiser et connaitre sur le bout des doigts les chaines logistiques à sa portée. Pour les utiliser et aussi pour les rompre.
Être capable de bouger rapidement sur un périmètre connu.
Eviter d'être sot, d'aller regarder les feux d'artifices en bord de mer par exemple etc.
Être prêt, à tous points de vue.
Préparer ses proches.
Avoir la foi, prier.
Relire les survivalistes et certaines prophéties au cas où, Marie_Julie Jahenny, Baba Vanga ou Van Rensburg par exemple mais en tout premier lieu l'Apocalypse.
Penser à nos glorieux Ancêtres (qui nous regardent), ils ont eu a faire face à quelques démangeaisons dues aux envahisseurs et aux traîtres des différentes époques.
Club de tir.... un Chablis, un morceau de Beethoven et en avant, tout ça dans la joie, la bonne humeur, avec bon sens et de l'humour !
Rappelons nous "On n'a jamais vu quelqu'un mourir pour toucher la CAF. et on a donc plus de chance de voir un embouteillage monstre direction l'A7 et Marseille que des combats généralisés."

A.g. 10/09/2016 19:46

"Et avec 2500 milis, on n'est pas dans le format pour avoir un régime totalitaire. Simple.
Ou allons nous alors?"

Dites moi, tous ces milliers de jeunes "réfugiés" males de 25-30 ans en pleine forme physique, "recuillis" à quelques centaines de mètres des cotes de départ, par des navires de guerres, éparpillés un peu partout sur le territoire, çà ne vous évoque rien ??
A.g.

A.g. 10/09/2016 16:06

"Il y a aussi un intérêt évident pour les excellences, à armer les populations rurales."

Exemple réussi : la Thaïlande avec l'armement et la formation par l'armée des villageois exposés a la religion de paix et d'amour dans le sud. Diminution drastique des attaques directes.
Contre exemple historique en Inde contemporaine dans une région soumise au groupe de truands mais démunis en force étatiqes. Les habitants n'étant pas jugés assez "fiables" politiquement.
Je crois franchement, bien que fervent partisan de l'armement individuel des populations, que ça ne sera pas le mouvement qui émergera en France, les Loges préférant le monopole de la "violence légitime". La réussite d'un tel mouvement est tributaire d'une cohésion sociale et raciale additionné a un individualisme assumé, qui n'est plus possible ici. Et je serai très heureux de me tromper.
A.g.

Dizemanov 10/09/2016 15:57

Un problème général de Q et tout particulièrement de manque de Q

Il y a les grands drames du monde, et les autres... :-D
À bas les tabourets "Marius" !... http://www.20min.ch/ro/news/insolite/story/18966366

Dizemanov 10/09/2016 15:48

Un problème général de QI.

5 - CLASSEMENT MONDIAL DES PAYS SELON LEUR QI MOYEN - CARTE
Le Q.I. ne veut pas tout dire... Mais il est quand même signifiant...

https://iq-research.info/fr/page/average-iq-by-country

Dizemanov 10/09/2016 15:43

Un problème général de QI.

4 - "Q.I moyen qui baisse en France : c'est étonnant !"
(juillet 2016)

https://youtu.be/fS8QJyvZYxo

Horzabky 10/09/2016 15:40

Des Yougoslaves m'ont raconté comment ça se passe lorsqu'un État s'effondre. Les fonctionnaires ne sont plus payés, les retraites ne sont plus versées. Les policiers, qui sont des fonctionnaires, font comme tout le monde, ils essayent de survivre, par exemple en (re)devenant électricien ou plombier, et abandonnent leur poste. Du jour au lendemain, insécurité totale. Sauf là où les habitants s'organisent en milice, façon corse. Difficile de compter là-dessus en Région Parisienne, sauf pour des groupes bien distincts comme les Asiatiques, qui sont certainement déjà en train de cogiter là-dessus, et les Musulmans. Suis-je le seul à avoir remarqué que lorsque les Roms se font virer manu militari d'un quartier, c'est toujours par des Maghrébins ?

J'ai vu la vidéo où Michel Drac dit qu'en France nous n'aurons pas de guerre civile à la yougoslave, parce qu'avec nos 58 centrales nucléaires, ce serait trop horrible. Suis-je le seul à être plié en deux de rire ? Lorsqu'il ne seront plus payés, les employés des centrales quitteront leur poste. Quand on a faim, on a faim, et dans une centrale nucléaire, y'a rien à manger. Les centrales seront à l'abandon. On aura de la chance si des pillards ne viennent pas voler les câbles électriques et l'équipement informatique.

J'ai lu des histoires d'enseignants américains qui n'étaient pas payés pendant la Grande Dépression, mais qui allaient quand même donner des cours à leurs élèves, et s'évanouissaient d'inanition en pleine classe. Un comportement admirable, mais surement pas majoritaire. La plupart des Américains, à l'époque, avaient de la famille à la campagne. Lorsque leur usine a fermé, des millions d'entre eux se sont repliés provisoirement sur la ferme du grand-père. D'autres faisaient des virées à la campagne pour troquer ce qu'ils avaient contre de la nourriture. Ça ne pourrait plus exister aujourd'hui, parce que la plupart des fermes ont disparu, remplacées par de grandes exploitations industrialisées.

Anecdote familiale : après la Seconde Guerre Mondiale, mon grand-père, qui vivait dans un village de Seine-et-Marne et qui avait des champs qu'il faisait cultiver par sa nombreuse famille, disait souvent : "Les gens avaient de l'argent au début de la guerre... Mais ensuite ils n'avaient plus rien, et c'est là que c'est devenu dur pour eux !"

Traduction : les premières années de guerre, les citadins pouvaient aller à la campagne et acheter de la nourriture aux paysans, ou faire du troc. Mon père et mes oncles et tantes ont ainsi été vêtus pendant toute la guerre grâce au tissu échangé (mon grand-père disait "confié") par un tailleur juif parisien. Mais au bout d'un an ou deux, on n'a plus rien à échanger. Ah si : les historiens estiment qu'un million de Françaises se sont prostituées pendant l'Occupation...

Les Ukrainiennes, du moins celles qui sont jeunes, belles, un peu douées pour les langues étrangères, et de préférence blondes aux yeux bleus, ont une solution moins humiliante, même si elle revient au même : épouser des Occidentaux friqués. Il y a même toute une industrie qui s'est créée pour ça.

"j'aimerais qu'on me cite UN pays qui n'aille pas à vau l'eau, ou ne soit pas susceptible d'y aller. Ce genre de pays n'existe pas actuellement en occident."

C'est pourquoi, si la France tombe dans l'anarchie, personne n'enverra d'armée organisée pour remettre en état les centrales nucléaires, ou empêcher qu'elles soient pillées. Ne serait-ce que, par effet de dominos, toute l'Europe sera aussi dans l'anarchie. Sauf les quelques pays, non frontaliers de la France, qui sauront maintenir l'ordre intérieur et protéger leurs frontières, ce qui leur prendra toutes leurs ressources en hommes.

"Les spoliateurs globalistes épargnés ? Qu'ont ils de réel ? Ils se feront trancher la gorge par leurs prétoriens."

Voila pourquoi ils trouvent beaucoup de charme à la Nouvelle-Zélande, en ce moment : un pays loin des vagues migratoires, à majorité blanche, et capable de subvenir à ses propres besoins alimentaires.

Pour certains, il y a Israël. Mais là, on est dans le domaine de la foi, car il est difficile d'imaginer comment Israël survivra lorsque les États-Unis auront sombré dans le chaos.

Dizemanov 10/09/2016 15:36

Un problème général de QI.

3 - Le petit personnel politique local du PS : des bobos cons et prétentieux.

Romain Colas, l'immonde député-maire socialiste de Boussy-saint-Antoine où ont été arrêtés les auteurs de l'attentat raté à la voiture piégée de Notre-Dame de Paris s'en prend à un habitant.
Motif ? Le passant a fort justement rappelé que ce sont les politiciens comme ce maire qui à travers la catastrophe de l'immigration sont responsables du désastre islamiste.
La réaction proprement haineuse du maire collabo vaut tous les commentaires. La liste des traîtres s'allonge ...

https://youtu.be/YIalWYcBCFI

Dizemanov 10/09/2016 15:35

Un problème général de QI.

2 - Le gouvernement français et ses ambassadeurs : prétentieux et pourris jusqu'à la moelle, ces idiots hautement malhonnêtes sont tout surpris et tout cons de s’être fait surprendre les doigts jusqu'au coude dans le pot de confiture de leurs saloperies hollando-fabiusiennes.

"Questions du public: celle à laquelle nul ne veut répondre."

https://youtu.be/8kpXSQ-TmBI

Dizemanov 10/09/2016 15:34

Un problème général de QI.

1 - Les radicalisé(e)s : de vrai(e)s débiles.

"Attentat raté à la bonbonne de gaz.
Par chance nos radicalisé(e)s sont à 99% des imbéciles de première au QI de crevettes (il suffit de parler avec un imam pour déceler un raisonnement niveau début de maternelle)
"Le commando de filles neutralisé jeudi soir dans l’Essonne est soupçonné d’avoir voulu faire exploser dimanche dernier au petit matin la Peugeot 607 aux abords de Notre-Dame en employant un torchon brûlé qui a été retrouvé dans la berline. Faute de chaine pyrotechnique, le dispositif n’a pas fonctionné puisque n’étant relié à rien."
En effet, nul besoin d'un "dispositif de mise à feu" avec "chaine pyrotechnique" pour que le gaz explose sinon tous les accidents seraient évité (pour info : ces gaz sont inodores et pour prévenir un risque d'explosion en cas de fuite les producteurs les "parfument" fort pour qu'il soit détecté très vite) .... ces idiotes criminelles ont tenté, comme cela est possible, de déclencher l'explosion de la voiture bourrée de bonbonnes de gaz en mettant le feu à un torchon en feu laissé dans l'habitacle mais ont oublié d'évaluer le débit du gaz s'échappant d'une bouteille laissée ouverte à dessein dans l'habitacle, or le gaz butane ou propane n'est hautement explosif que sur une plage de concentration air + gaz bien définie.

Hors de la concentration requise, le gaz de l'habitacle ne s'est ni enflammé ni n'a explosé et le systéme bricolé a fait "long feu" :
"« Le scénario élaboré par ces deux jeunes femmes consistait à mettre le feu à la 607 remplie de bouteilles de gaz pour tout faire exploser, indique une source proche de l’affaire. Elles ont donc tenté d’incendier cette voiture avant de quitter les lieux. Mais après s’être éloignées, elles ont fait machine arrière, voyant que le feu ne prenait pas ».
Selon nos informations, en rebroussant chemin, les deux femmes ont cru apercevoir des policiers en civil, avant de prendre peur et de quitter définitivement les lieux..."

Les 3 femmes se sont "embrouillées" lors de l'attentat, n'arrivant pas à se mettre d'accord sur la façon de faire exploser la 1ere bouteille.
Elles ont donc abandonné le véhicule.
Pire que des blondes...

Présentées comme «très dangereuses», Inès, la fille âgée de 19 ans du propriétaire de la 607, fichée S depuis ses velléités de départ vers la Syrie, et son amie Sarah, 23 ans, se sont ensuite données rendez-vous au domicile d’Amel, 39 ans.
Elles en sont ressorties jeudi soir armées d’un couteau et vêtues de noir, pour tenter -en vain- de commettre ce que Bernard Cazeneuve a appelé «des actions violentes et imminentes» dont la nature n’as pas été précisée."

http://www.leparisien.fr/faits-divers/voiture-aux-bonbonnes-les-terroristes-avaient-imagine-d-autres-scenarios-09-09-2016-6106989.php

Ano 10/09/2016 15:27

Vous avez totalement raison monsieur Reymond. Cette année, j'ai récolté plus de 100 Kg de patates malgré des conditions météorologiques infâmes.

Sur mon terrain j'ai été volé comme c'est pas permis. J'ai eu droit à tout. On m'a même volé un arbre ! oO

En revanche, personne ne m'a volé mes patates. Pourquoi ? Parce que ça demande du travail de les voler. Tant qu'elle sont en terre tout va bien. C'est une assurance-vie. Une assurance qualité de vie aussi vu le goût. Maintenant qu'elles sont à la cave, j'ai un peu plus peur... ^^

En revanche, poireaux et choux, c'est plus tendu... Pour les tomates sous les serres ça va aussi. C'est trop fatigant d'ouvrir les portes...

En fait, ceux qui crèvent de faim sont juste des feignants... même trop feignants pour voler... Ahah...

manassas 11/09/2016 09:20

Le problème en cas d'effondrement généralisé ne sera pas que celui de la bouffe. Il y aura également celui de l'eau. Les arrivées d'eau potables et l'évacuation des eaux usées pour éviter la décimation par les maladies. (et il faudra aussi prier qu'un camp de casques bleus népalais ne viennent pas s'installer à proximité...)
Faute de moyens pour les entretenir ils risquent de tomber en carafe assez rapidement.

Ercole 10/09/2016 14:34

A propos de l'effondrement, de l'anarchie, de l'apocalypse...

Quand en France y a-t-il eu une crise qui a amené le bordel et un genre de far west où il a fallu se défendre arme à la main ? Si on cherche des époques troublées récentes, prenons l'occupation, l'après guerre, la crise de 29, aucune n'a accouché d'une fin de la France... Et même quand ça a été des militaires qui ont pris le pouvoir, tout le monde était bien content que l'ordre revienne... Les magasins seront vides ? Tous les samedis y'a le marché ici, dre producteurs locaux qui viennent vendre leurs productions, et bin ils feront des affaires ! Y'aura très vite marché le mercredi aussi... On connait tous quelqu'un qui a un bout de terrain cultivable... Mon grand père après la guerre cultivait 300 kilos de pois chiche pour avoir son pain gratuit... Des stratégies on en trouve ou alors c'est qu'on cherche pas... Une grande misère oui c'est en train d'arriver, mais pas l'anarchie... On a déja des soldats dans les rues et ça effraie quelqu'un ? Si vous les croisez vous changez de trottoir ? On est déja sous controle militaire et je n'ai pas encore entendu de vive voix quelqu'un me dire "y'a l'armée dans la rue ! dictature militaire !", non, ils trouvent terrible qu'on en arrive là mais aucune crainte vis à vis de l'armée...

Ercole 12/09/2016 11:54

Sebastien, l'occupation c'est les années 40, la situation ne redevenant normale que dans les années 50, je vous laisse vos années 30, que je suis sur vous connaissez mal (1919-1939 l'engrenage - F-G Dreyfus). En plus mon analyse n'est pas politique, je cherche un moment d'histoire proche de nous - difficile de comparer nos sociétés agricoles de celles sous Louis XIV. En plus, les temps difficiles de la guerre et de l'après guerre, j'ai eu le témoignage direct de petites gens qui les ont vécus, et qui ne ressemblaient pas aux squelettes humains des camps, leurs astuces et statégies, d'ailleurs follement ressemblantes avec celles prônées par les survivalistes. Ma dernière grand mère s'est éteinte il y a 4 ans, pas des années lumières...

Sébastien 11/09/2016 16:13

Vous raisonnez en vous téléportant dans les années 30. Sauf qu'on s'en est éloigné de quelques années lumière.

Ercole 11/09/2016 10:27

Merci de votre réponse Lorialet - en plus un vrai cultivateur ! J'ai beaucoup de mal à croire à un effondrement qui mène au néant... Ici, à écouter les gens, beaucoup ont un jardin d'amateur, où on fait pousser quelques mètres carrés de tomates, courgettes et autres, jardiniers du dimanche certes mais appliqués et enthousiastes... 17 000 hab entouré d'autres villages avec d'autres jardins. Mais ici, le Var, on a toujours été oublié par le pouvoir, et durant l'occupation on a très bien survécu, avant on vivait déja sans apport des villes, quasiment autarciquement, chasse, braconnage, pêche, petit élevage (poules, lapins) en plus du jardin. Mon grand père avait des vergers, des vignes et son jardin. On ne partait jamais en vacances mais on mangeait très bien - ces pêches de vigne, impossible à oublier !!!

Lorialet, si besoin était, vous pourriez augmenter vos cultures ? Aider à organiser d'autres jardins ? Admettons que je sois votre voisin, mes 1300 m² je pourrais vous les prêter, vous feriez ce genre de chose ?

Lorialet 10/09/2016 20:51

Les producteurs seront content, serte, mais insuffisant.
Dans ma partie, les légumes je sais que je peux fournir mon village, si ceux qui ont un jardin ne me prennent rien. Par contre la petite ville à 15 borne, ben non. Et si je cumul tous les collègues, sa ne change rien, la ville meure de fin.
Le problème ne sera pas le prix, mais la quantité par personne, on dépend trop de l'importation (d'autres régions ou pays). Il n'y aura pas assez pour tout le monde...