Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des "nouvelles" dans la "vérité"...

22 Septembre 2016 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

En russe ça se dirait isvestia et Pravda. Et comme disait les soviétiques, il n'y a pas de "nouvelles" dans la "vérité" et pas de "vérités" dans les "nouvelles".

Ici, c'est le "Figaro", qui oublie de raconter des salades. ça arrive quelquefois.

Ils viennent de s'apercevoir, très tardivement, certes, que la situation des pays du golfe était explosive, comme du reste, tout le secteur pétrolier, en grande souffrance.

Dans le golfe, les recettes issues des hydrocarbures ont baissé de moitié, et ailleurs dans le monde, l'investissement a baissé de moitié.
Visiblement, la fin de l'ère du pétrole se situe dans une volatilité extrême, qui ne permet plus à une économie quelle qu'elle soit, de fonctionner correctement. Il reste beaucoup de pétrole, le problème c'est qu'il est cher. Et très volatile. Le producteur a besoin d'un prix élevé, le consommateur de prix bas.
Sans compter que l'effet stock risque de se manifester à plein. Tant dans les pays OCDE, qu'en Chine, les stocks ont été gonflés aux maximum du possible, profitant de l'aubaine des bas prix.
Les USA ont permis les ventes de brut, simplement parce qu'ils n'avaient plus de place, pas parce qu'ils étaient devenus autosuffisants.

La période des prix bas du pétrole, pourrait encore durer quelques temps...

Depuis la crise de 2005/2007, les quantités consommées dans les pays OCDE n'ont cessé de décliner. D'abord le gaz, puis le pétrole, enfin l'électricité.

Une faible baisse de la consommation d'électricité, a mis tous les producteurs d'électricité dans la panade. Dans le 1/3, les pays en développement, comme la Chine ou l'Inde, l'entrée en crise du secteur électrique, c'est aussi des phénomènes de réduction de croissance de consommation, voir de baisses.

Pendant ce temps, on nous annonce tranquillement que le charbon a un avenir, eu égard à tous les projets de centrales thermiques au charbon qui n'ont pas été annulés. Entre janvier et juillet de cette année, 158 GW de projets ont été abandonnés, il en reste encore 932.
On oublie ici très légèrement la crise européenne du secteur. il n'y a plus aucun projet depuis 2007, seulement les centrales neuves continuent d'arriver, et les électriciens ferment à la pelle les anciennes.

932 GW, c'est la moitié de la capacité actuelle existante, et 90 % du charbon extrait sert à fabriquer de l'électricité. Vue la crise actuelle du charbon, l'état médiocre des charbons restant, l'épuisement géologique dans d'autres cas, on imagine mal voir la consommation des centrales augmenter de 3.5 Milliards de tonnes.

Les stocks sont maximaux aux USA, en Chine, en Inde, les secteurs charbonniers sont dans une crise générale partout dans le monde. C'est la première fois. On avait vu des crises localisées liées à l'épuisement géologique, mais c'était local, mais c'est la première crise globale.

Ce qui est le plus vraisemblable, c'est la continuation de la construction des centrales en cours, et l'abandon des projets non commencés, soit environ 600 GW. On peut aussi penser à ce que les centrales les plus anciennes, les plus polluantes et les moins productives (ce sont les mêmes), soient abandonnées.

On oublie le modèle allemand. Les centrales thermiques sont en train d'être logés dans des structures de défaisance. Ces structures déposeront un jour le bilan, et l'état nationalisera les pertes.

Aux USA, selon l'agence Bloomberg, ce sont les états de l'ouest qui sont entrés dans une crise charbonnière grave. Pourtant, ce sont les meilleurs gisements existants. Pour les gisements des Appalaches, ils étaient clairement en état d'épuisement géologique.

Toujours selon Bloomberg, et non selon un quelconque groupe de survivalistes, il faut envisager sérieusement le collapsus de la mondialisation/globalisation, à cause de la donne transport.

Rien d'étonnant à cela, la globalisation était intimement liée aux énergies fossiles en général, et au pétrole en particulier. Sans eux, pas de mondialisation.

Quand aux enculeurs de mouches (suivant la formule américaine), connue sous le nom de OCDE (organisation de coopération et de développement économique), ils parlent d'une "croissance ralentie", mais cet organisme tend surtout à ne pas vexer les hommes politiques de tous pays. S'ils faisaient tant soit peu leur travail, ils verraient que leur verbiage n'est que futilité et que la croissance globale n'existe plus. Il en sont réduits à faire du bruit, qui a l'air d'un langage.

Côté énergie, on peut voir quand même UNE nouvelle colossale. Le rythme de développement du renouvelable. Vous savez, ce machin qui ne pouvait pas fonctionner...

Le principal problème est politique. La rupture technologique, ruine les rentes de situations acquises.

Sur la totalité des entreprises du CAC 40, très peu ne sont pas en rapport avec les énergies fossiles. Dans un empire, comme l'empire occidental, on n'aime donc pas les mutations technologiques qui remettent en cause l'ordre social établi, et surtout, l'ordre social qui profite à ceux du haut.

Imagine t'on aussi, la situation sociale dans des pays totalement dépendant d'une seule ressource ???

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ercole 23/09/2016 17:04

Pour info - rien à voir avec mr Reymond avec qui je partagerais mon pain - je n'aurais pas de problèmes à assassiner ceux qui veulent m'assassiner... Pas seulement une parole de babtou fragile, j'ai été plusieurs fois condamné... Juste pour nuancer "l'européen qui vit de l'état-maman" et toutes ces fictions... Le machin qui viendra des quartiers nord invincible face aux européens décadents, bin qu'il vienne ! Moi pas jesus, ni pardon ni misericorde... Mon casier est éloquent...

Ano 24/09/2016 14:00

Discours de Wallace à Stirling .wmv
https://www.youtube.com/watch?v=eFMO_Y-bIU4

Mel Gibson. Un vrai, même IRL. ;)

Jaï-L 23/09/2016 15:02

http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211317327120-force-de-ralentir-sur-le-nucleaire-edf-abaisse-ses-ambitions-2029395.php

Les grandes maintenances des centrales nucléaires se compliquent et ça commence à faire tâche sur les comptes d'EDF. Et dire qu'ils veulent les prolonger encore pour 20 ans.
Et quand un accident arrive, on s'aperçoit que le risque avait été écarté des analyses de sûreté : de la chute d'un générateur de vapeur de 500t à Paluel considérée improbable au tsunami qui met hs tous les secours par exemple.
Cela laisse planer de gros doutes sur la méthodologie des ces analyses et de leur pertinence dans un contexte de vieillissement des installations.
L'ASN compense par une inflation de textes réglementaires (véritable peak administratif) pour se couvrir. Conséquence : l'instruction est à chaque fois plus compliquée pour autoriser un redémarrage et ca ne s'améliorera pas !

EnPassant 23/09/2016 11:29

tiens il n'y a pas que la DB de malade !
http://www.businessbourse.com/2016/09/23/commerzbank-sapprete-a-supprimer-des-milliers-demplois/

EnPassant 23/09/2016 10:36

Statistiques intéressantes... BLM la version US des Femen ?
http://www.zerohedge.com/news/2016-09-22/charlotte-riots-what-they-are-not-telling-you

C'est bizarre, chaque fois qu'il s'agit de payer une amende les Allemands ressortent toujours la même excuse: ah ben non ça va mettre la boite en faillite (cf l'attitude des autorités de berlin vs le fait que VW devrait payer des amendes et compenser ses clients européens)...
http://www.zerohedge.com/news/2016-09-22/german-politicians-are-getting-nervous-about-deutsche-bank

Le fric il est passé où ?..........

EnPassant 22/09/2016 20:01

A suivre sur LCI
Vincent Hervouët Le monde à rebours
à 19h45

excellent

Eric83 22/09/2016 15:04

La France a pris un retard considérable dans le développement des énergies renouvelables, - hors hydraulique dont la construction remonte à des décennies - solaire et éolien, par rapport aux autres pays du G20, entre autres.
Les gouvernements de NS et de FH ont volontairement empêché le développement de capacités importantes, par essence décentralisées, qui auraient nuit à la production nucléaire, monopole d'EDF et de l'Etat.
La France, prenant un tel retard, a pris des mesures seulement en 2016 pour tenter de prendre le train mondial des ENR en marche et ne plus être à la traîne.
Ceci étant, avec les quotas de puissances imposés par l'Etat, les procédures d'appels d'offres et les contraintes administratives et techniques franco-françaises, c'est pas gagné. Quant à favoriser le développement de l'autoconsommation pour les particuliers, le mot d'ordre est manifestement hâtons-nous très très lentement - il ne faudrait tout de même pas que les citoyens puissent devenir autonomes.

Concernant le nucléaire français, la fuite en avant avec le développement des EPR, est préoccupant et alarmant. Préoccupant car pour le moment c'est une véritable gabegie dont les citoyens paient la note et ce n'est peut-être pas près de s'arrêter et alarmant car les déboires concernant l'EPR de Flamanville laisseront toujours planer un doute sur l'intégrité de l'installation et donc sur notre sécurité à tous.

A mon sens, cette question se pose d'autant plus depuis le documentaire passé mardi sur Arte concernant les réacteurs nucléaires à sels fondus. Si l'on en croit les arguments développés et l'intérêt suscité ou plutôt ressuscité dans nombre de pays par cette technologie prometteuse en termes de sécurité, de production de déchets et de traitement des déchets, l'avenir du nucléaire - si il devait en avoir un - ne devrait-il pas être dans cette technologie ?

RolandT 22/09/2016 21:35

Les sels fondus, c'est la filière thorium, abandonnée dès les années 1960 tellement elle est crade.
http://www.cea.fr/comprendre/pages/energies/nucleaire/essentiel-sur-une-filiere-nucleaire-au-thorium.aspx

Plus personne n'évoquait le thorium jusqu'à Fukushima, où il a servi de contre-feu pour le lobby, sous la forme d'un "nouveau" nucléaire prétendument "propre et abondant".

enpassant 22/09/2016 12:06

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/09/22/97002-20160922FILWWW00120-mller-maersk-va-scinder-ses-activites.php