Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 13:30

Le pic pétrolier, qui devait ne jamais avoir lieu, est donc bel et bien là, et n'est pas annoncé par tous les alarmistes habituels et oiseaux de mauvaise augure (Quoique que Ambrose Evans Pritchard ait bien une tête de héron, bien pleine, faut il le reconnaître, mais héron quand même), mais par des financiers s'apercevant que tels Will E. Coyot poursuivant le bip-bip, nous sommes bien dans le vide.

Bloomberg,(Une niche de communistes ???) pour ne pas citer, s'alarme donc de la faiblesse des découvertes, qui devrait d'ici 10 ans, nous apporter des problèmes d'approvisionnements...

Moi, je dirais que 10 ans, c'est quand même optimiste, vu le déclin actuel des gisements (-5 % l'an).

Cela représente un déclin global de 40 % en dix ans. Ce que disait Oil Man sur son blog, c'est que cela représentait pas loin de 4 arabies séoudites en terme de production.
Donc, avec les gisements qu'on trouve plus, l'argent qu'on ne dépense plus, 10 ans, c'est quand même relativement optimiste... C'est le moins qu'on puisse dire...

Bien entendu, il ne faudrait pas que la production cesse dans certains pays ou soit considérablement amoindrie. Par exemple, que le Venezuela reste un havre de paix et puisse continuer à développer son très cher et très coûteux brut lourd de l'Orénoque (pour le plaisir de développer et de polluer d'ailleurs, parce que question prix, c'est loin de recouvrir le coût de production). Ou que l'Arabie séoudite ne rentre pas en guerre (là, c'est pas gagné).

Ou, par exemple que les augmentations de production ne soient pas une simple accélération du pompage, à des buts budgétaires (là aussi, en Arabie, c'est pas gagné).
D'autant que si, la dite Arabie a ouvert ses propres raffineries de pétrole, c'est que celui qu'il extrayait est loin d'être le brut de 1948. Celui qui est tiré aujourd'hui est lourd, soufré et chargé de métaux lourds. Un tel cauchemar, que même pendant la période à 144 $ le baril, même bradé, les acheteurs ne se bousculaient pas au portillon.

De même, il ne faudrait pas que les USA sombrent dans les troubles politiques (ça non plus, c'est pas gagné), entrainant concurremment effondrement de la production et de la consommation, et encombrant le marché du pétrole de quantités invendables.

Pour les nouvelles découvertes, sur le graphique bloomberg, l'année 2016, c'est le bitoniau, juste au dessus de zéro. (Enfin, je crois, parce que je n'ai pas de loupe pour voir si réellement au dessus de zéro.)

je rappellerais aussi que le TRE/EROI (Taux de retour énergétique ou Energy returned on Energy invested) est de moins en moins satisfaisant. Il faut de dépenser de plus en plus d'énergie pour aller la chercher...

D'ailleurs,la dégringolée de la production des pétroles de schistes est impressionnante aux USA (de 9 472 000 barils jours en avril 2015 à 8 701 000 en juin 2016), une fois passée la vague d'investissements.

Mais les plus forts, c'est vraiment les chinois.Se taper 6 % et des brouettes de croissance, après une chute de la production charbonnière de 1400 millions de tonnes, soit l'équivalent de 700 millions de tonnes de pétrole, il fallait le faire...

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article

commentaires

EnPassant 16/09/2016 09:51

ça va être hilarant quand plein d'urbain vont se rapatrier en cambrousse
https://francais.rt.com/france/26414-calavados-exaspere-par-cloches
...

Présentation

compteur

Recherche

Catégories