Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 14:16

L'état français, volontairement désargenté et volontairement désolvabilisé, ponctionne désormais.
Les collectivités locales riches, à qui l'état ne versait plus un centime, se verront ponctionner. La Hague, Saint Tropez, val d'Europe (le site de Disney Land).

Bon d'accord, l'argent n'était pas forcément bien dépensé dans ces communes riches. Mais le principe en lui même est choquant.

Le problème principal finalement, est différent. L'élu local, comme les autres, se croit obligé de dépenser de l'argent public. C'est dans les mentalités. Et c'est bien ce qui pose LE problème.
Sous couvert des mots magiques "investissements", "éducation", et d'autres aussi, on dépense.
Pourtant, souvent le mot investissement est de trop. Un investissement, c'est sensé rapporter de l'argent.

On voit mal ce que l'obligatoire salle des fêtes, l'obligatoire piscine, sont capables de rapporter, à part des déficits.

Mais si 'état voudrait bien que les collectivités locales "économisent", il est incapable de dire sur quoi. Les frais de personnels ? Oui, pas évident, avec le statut de la fonction publique. Les travaux publics ? Pas question, et les copains bétonneurs ? Réduire leur nombre ? ça va faire flamber les dépenses...

On fait aussi en sorte que l'APL soit réduite, pour 650 000 personnes, soit bien qu'annoncé. Sans doute pour payer l'APL aux migrants. Et oui, quand un budget est plafonné, une entrée, c'est aussi une sortie. Mais pas les mêmes.

Bien sûr, il y avait dérive sur les allocations. Le problème d'enlever 650 000 APL ou les réduire, c'est de créer un marasme du marché immobilier.

Là aussi, les prévisions sont au point mort, et sans doute, pas même pensées. Aucune idée des conséquences, et de l'onde de choc que cela peut provoquer.

Quand on a crée les allocations logements après 1945, les loyers étaient très faibles, résultat de blocage depuis 1914. L'état garantissait le loyer, finalement, en laissant un tout petit reste à payer, au grand bénéfice du propriétaire.

Mais, depuis le tournant des années 1970, les loyers se sont envolés partout dans le monde développé. C'est, là aussi, un choix strictement politique. Dans bien des endroits, cela a mené à l'effondrement de la demande de location solvable. Et des logements vides à la pelle. Et à la recréation de "shanty town", ou bidonvilles, un peu partout dans le monde, et des campings à l'année, qui ne désemplissent plus. Les maires concernés, arguant qu'ils n'avaient pas de solutions pour loger ces gens...

La dérive des budgets logements est donc entièrement le résultat de décisions politiques, laissant totalement dériver les loyers.

On voit la dérive. En 1967, les voies sur berges permettaient de traverser Paris en 13 minutes. Le problème c'est que le parc automobile de 1967 était réduit. A son agonie, traverser Paris devait prendre bien plus de 13 minutes...Là aussi une dérive.
Mais on peut étudier une dérive étrangère tout aussi intéressante. Karnataka et Tamil Nadu, deux états indiens (le Karnataka était le Carnatic des français), sont en quasi guerre à propos de l'eau. Il n'y en a plus assez pour tout le monde.

L'inde est quasiment autosuffisante en riz, mais le riz est fortement consommateur d'eau. Et le Tamil Nadu n'a presque rien eu, les fleuves ne sont plus qu'un mince filet d'eau.

Fait aggravant, la justice indienne est lente, très lente, et la législation sur l'eau est embryonnaire. En tout cas, pas capable de s'appliquer en cas de pénurie. Et comme en Californie, des habitudes vieilles d'un siècle et plus ne se changent pas en 5 minutes, et il y a un siècle, il y avait beaucoup moins d'habitants, tant en Californie qu'en Inde. Multipliée par dix dans un cas, par 5 dans l'autre. Les particules nombreuses, trop proches les unes des autres, s'échauffent...

Personne n'a pensé, en France, comme en Inde, comme en Californie, à la résilience, ou à la durée. Nulle part, un système pouvant perdurer, n'a été tenté...

Il s'appuyait, à différentes époques, sur des paramètres non écrits, mais qu'on croyait perdurables. L'allocation logement sur des loyers bas. Et puis non, on a décidé que les loyers ne seraient plus bas.
Les autorités locales investirent à une époque où cela était nécessaire. Maintenant, cela tient plus de l'addiction, des troubles obsessionnels compulsifs, de la psychiatrie, alliés à de la corruption, que d'un raisonnement construit, mais la crise de l'eau, rampante chez nous, déclarée en Inde et en Californie, sont les plus graves. Celle qui fera mourir des millions de gens, vite fait
.

En gros, là aussi, nous avons des problèmes de classe dirigeante constituée d'héritiers. Les héritiers n'ont pas le sens de la réalité. La réalité, de leur enfance, a été trop douce.

La première génération crée la fortune, la deuxième la maintient, la troisième la croque.

La première a le sens de la survie, la deuxième le sens des réalités, la troisième des exigences.

Les piscines et les pelouses de Las Vegas étaient inconnues en 1945.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Popeye 26/09/2016 17:37

Il y a au moins un maire qui, soit est un fidèle lecteur de Lachute - Lapsus, soit a une vision réaliste du prix de l'immobilier (rappel : le vrai prix de l'immobilier, c'est le montant du chèque de l'acheteur enregistré par le notaire)
Dans une commune rurale de la Sarthe était un manoir, belle bâtisse de plusieurs centaines de mètres carrés, construit entre le XVIIème et le XIXème siècle.
Le dit manoir était propriété d'un vieux garçon un peu désargenté, qui brulait la chandelle par les deux bouts si bien qu'il décédât avant sa tendre mère. Comme il l'avait stipulé en son temps que s'il venait à mourir avant elle, sa môman hériterait de l'ensemble de ses possessions terrestres, sa mère hérita de ce que l'on pourrait même qualifiait de petit château. Elle en profita peu, juste le temps de le léguer à la commune avant de décéder elle-aussi.
La commune se retrouvait donc "plus riche" d'un bâtiment ancien de plusieurs centaines de mètre carrés, fort peu entretenu depuis des lustres.
Et bien figurez-vous que cette commune a vendu le manoir pour 75 000 euros. Il n'y a pas de coquille. Soixante quinze mille euros, la baraque, les 2 ou 3 hectares qui vont autour, et les communs pour faire bonne mesure.

Le calcul me semble excellent.

La commune récupère 75 000 boules, tout de suite.
Le nouveau propriétaire est prêt à mettre sur quelques années les 300 à 400 000 (5?..6....9?!?) roros de travaux (toiture, électricité, chauffage, etc etc etc...Seul celui qui n'a jamais fait de travaux de rénovation n'a aucun idée du couteux inventaire à la Prévert que cela implique)
S'il n'y a pas d'artisan sur la commune, c'est pas grave. Ce sont les communes voisines où ils sont installés qui va être contente.
Donc la valeur locative cadastrale va suivre le même chemin (même en partant de la base faiblarde de 75 000 pions)
Taxe foncière et taxe d'habitation itou.
C'est une famille qui va s'installer à terme dans le village (le boulanger est ravi, l'épicier de même sans parler du directeur de l'école)

Un maire "moderne" aurait transformé le legs en annexe de la salle polyvalent pour "investir". Et donc aurait dépensé à peu près tout ce qu'un particulier est prêt à dépenser, sans jamais en récupérer plus que le dixième.
Moi je dis que le maire de ce village devrait être ministre du logement.

Patrick REYMOND 27/09/2016 10:24

c'est pas faux. Mais comme il est compétent, il restera grouillot.

dizemanov 26/09/2016 13:29

"le grand père etait un aigle,le père un faucon,et le fils un vrai"
et les filles, elles, elles sont complétement tarées et dégénérées ......................
http://www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user5/imageroot/2016/09/20/hillary%20selfies.jpg

dupontg 26/09/2016 00:04

le grand pere etait un aigle,le pere un faucon,et le fils un vrai

Ercole 25/09/2016 19:48

Bonjour mr Reymond

Je vais être bref aujourd'hui, juste les résultats de la gôche à St Tropez aux régionales...

8% pour "l'union de la gauche" (!)

46% pour le fn

http://www.20minutes.fr/elections/resultats/var/saint-tropez-83990.html

Une punition quoi...

Max 25/09/2016 17:50

Hyper intéressant l'article sur Karnataka et Tamil Nadu. C'est tout à fait ce qui va se développer partout dans le monde : Une population en surnombre, qui pompe les ressources naturelles jusqu'à épuisement, et puis qui s'entretue dans un gigantesque cloaque comportemental. Là encore les politiques s'attaquent aux conséquences, pas aux causes : On essaye de légiférer sur l'eau, de gérer la pénurie. Mais personne ne se pose la question de savoir s'il n'y a pas trop de naissances, ça non !

manassas 26/09/2016 10:05

Ce qui se passe dans le sud de l'Inde, c'est un peu ce qui s'est passé sur les cours du Tigre et de l'Euphrate. Les projets d'aménagement du GAP qui vise à transformer l'Anatolie en jardin sont sans doute une des causes indirectes du conflit syrien.