Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 08:36

Visiblement, côté nucléaire, on est aux abois. L'absence de viabilité économique de la filière est de plus en plus patent, devant le torrent du changement technologique.

Celui ci est encore combattu par certains, et le lobby nucléaire en général. La France, pour le nucléaire et l'élite qui la dirige, est le dernier carré de la garde.

Ségolène veut la sécurité, mais veut aussi la sécurité d'approvisionnement cet hiver. Largement mission impossible avec le chauffage électrique, en déshérence un peu partout dans le monde, voir carrément interdit.

Le chauffage électrique, de plus, n'a jamais été rentable, pour toutes les raisons que j'ai évoqué, c'est à dire, il nécessité une infrastructure énorme, pour fonctionner réellement à plein quelques jours, sinon quelques heures par an...Ce système est bon, pour les inondations, ça s'appelle le surcalibrage, mais guère pour une activité économique. C'est le même problème de pointes, qui pénalise le chemin de fer, et souvent, toutes les infrastructures de transports. Il faut un calibre adapté au débit. Et un débit qui n'est en souffrance que quelques heures ou quelques jours par an, ne justifie pas un investissement disproportionné économiquement parlant.

Ces aéroports inutiles, où seules les mouches se posent, ces routes où l'on ne voit personne, ces chemins de fer où l'on est étonné de voir un train, c'est beaucoup d'argent dépensé, pour un résultat inexistant.

Dernier avatar en date, la condamnation des USA, qui s'engagent, eux aussi, dans la voie du 100 % renouvelable. Cela, au titre de la... densité différente d'avec l'Europe. Mais une densité moyenne, ça ne veut largement rien dire. 110 pour l'Europe, 41 pour les USA. Mais on oublie de dire que ce sont des moyennes et que les densités peuvent être aussi fortes, sinon plus aux USA qu'en Europe. La côte Ouest, la Côte nord est, sont bien burnées en matière de densité.

Et on n'a jamais pris en compte l'élément essentiel, les USaméricains consomment deux fois plus d'électricité que les européens. Près de 13 000 KWh par habitant ( 220 000 pour Al Gore), contre 7 500 en France.
Les USA sont le centre de l'empire, et le centre de l'empire a toujours un standard de consommation de tout, beaucoup plus élevé que les périphéries. En plus, la technologie US est souvent anachronique. Investir, ça coûte cher, ça nuit au dividende, et dans ce cas précis, ça réduirait les consommations, donc c'est pas bon pour le marché roi.

Les endroits, où, théoriquement, ce serait le plus compliqué de passer au 100 % renouvelable, le décident. C'est souvent l'ouest des USA. Park city, Boulder, Salt Lake city. Là entre en compte un autre paramètre. Un réseau national, ça coûte cher en France, encore plus aux USA, et il tombe en ruine.

La consommation électrique globale US, stagne, et par tête, décroit fortement. Elle est étale depuis 2007, alors que la population doit encore s'accroitre de 0.5 à 1 % l'an. ça s'appelle un ciseau.

La poussée du renouvelable est ingérable pour les électriciens classiques, mais seulement économiquement parlant. Le Royaume uni, en matière de renouvelable, talonne une France qui était beaucoup plus haut qu'elle en la matière il y a dix ans. L'un était à 12 % de la production, l'autre à 3.5 %. les deux pays sont pratiquement à parité à 18 %.

On voit le rôle du politique en la matière. Mais cela n'annonce qu'une grande catastrophe économique, sinon technique...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article

commentaires

autre 23/10/2016 16:51

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/climat/les-energies-renouvelables-couvriront-les-besoins-francais-en-2050-selon-stanford_107597

NeverMore 22/10/2016 15:05

Un article (plutôt long *) du sakerfrancophone qui pourrait vous intéresser :

http://lesakerfrancophone.fr/quelles-sont-vraiment-les-causes-de-la-chute-de-productivite-de-la-croissance

* D'après ce je comprends de vos articles, vous n'avez pas besoin de tout lire ...

yann 23/10/2016 10:05

C'est surtout le libre-échange qui produit le ralentissement de la croissance. Depuis 1974 on est passé d'un système économique où chaque nation équilibrée à peu près sa balance commerciale à un système où certains accumulent des excédents Allemagne, Chine Japon Corée du Sud...) et d'autres accumulent des déficits extérieurs (USA, GB, France, Italie,etc...). Ce système a pu fonctionner tant que les pays déficitaires pouvaient d'endetter sur les marchés financiers pour continuer à "croitre". C'est la chimère de la société post-industrielle. Mais voilà l'endettement a une limite et le déficit extérieur USA stagne depuis 2009. Il n'y a plus assez de déboucher pour consommer tout ce qui est produit d'où l'avalanche de crises qui touchent désormais les anciens champions de l'exportation. C'est une resucée de la crise des années 30, mais sans les nazis pour y mettre fin par une guerre.

Quand à la baisse de la productivité il faut d'abord signaler que la productivité vue par les économistes n'a strictement aucun sens. Ils divisent le PIB par le nombre d'heures travaillé. Donc quand le PIB baisse la productivité baisse, mais c'est complètement con. La productivité réelle celle des usines ne baisses pas. On produit toujours le même nombre de choses à la minute. C'est parce leur mesure de la productivité n'a aucun sens qu'on se retrouve avec une baisse de la productivité. Laisser tomber la question énergétique cela n'explique rien du tout . Je ne suis absolument pas d'accord avec l'auteur de ce blog sur ça.

Abdel 22/10/2016 13:16

Zut, des scientifiques , par accident convertissent du CO2 en Ethanol en travaillant sur le graphene.

Je vois déjà des éoliennes + panneaux solaires électrifiant le catalyseur carbone cuivre pour faire de l' ethanol avec du CO2 : l' Arabie saoudite va tirer la gueule :

http://www.courrierinternational.com/article/economie-larabie-saoudite-contrainte-des-emprunts-massifs

Helios 21/10/2016 11:43

Le nucléaire se porte pas mal en Russie : Beloyarsk 4 a été mis en service récemment. C'est un réacteur surgénérateur refroidi au sodium.

Helios 22/10/2016 13:54

D'un autre coté, une défaillance, voire un accident, aurait des conséquences bien plus limtées en Russie qu'en France, étant donné la tailles des territoires.

Jaï-L 22/10/2016 09:14

Cette info confirme que le nucléaire français a raté le coche sur ce créneau des réacteurs à neutrons rapides : échec de superphénix et un réacteur Astrid qui n'est encore qu'en phase d'études (R&D financée sur le grand emprunt national). Tout ça pour 600 MW de production électrique... alors qu'un des derniers paliers construits type N4 peut cracher 1400 MW. Plantage complet aussi sur les réacteurs classiques : EDF/AREVA auraient pu continuer à vendre des versions améliorées de ce N4 au lieu de partir dans les délires franco-allemands de l'EPR (devenu catastrophe nationale franco-française depuis le retrait de Siemens).