Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 07:08

Pour "Le Figaro", c'est encore la faute au Brexit, si  une entrerpise de plomberie vire 600 personnes (sur 28 000), et ferme 30 dépôts.
On voit donc l'article de propagande pure, qui traite à peine de la nouvelle, sauf pour l'imputer au Brexit.
Brexit, qui, entre parenthèse, n'a pas encore eu lieu.
De plus, d'une manière générale, une entreprise de plomberie, ça opère plutôt dans le BTP (me contacter si je me trompe), et que le BTP a une certaine tendance à être autocentrée sur des besoins intérieurs en logements...

Enfin, c'est comme ça que ça marche. En théorie. Il y aurait, selon l'INSEE, près de 3 millions de maisons vides en France - 2,7 millions en 2014, contre 1,9 million en 2004 - avec un taux de vacances de 8% et des pics de près de 25 %, comme à Vichy... 

La grande Bretagne, est, dans les faits, sans doute dans le même état que la France au niveau immobilier. Dans les deux cas, la bulle immobilière a été sauvée. Glorieusement au Royaume Uni, en faisant profil bas en France.

On demande à Vichy, en plus, d'atteindre le seuil de 20 % de logements sociaux, alors que la ville est submergée de logements vides : 25 %. Construire, dans ce contexte, c'est être un fou évadé de l'asile.
Les deux crises sont identiques en France et chez son  voisin outre-manche. Un jour ou l'autre, Brexit ou pas, il faut bien que le secteur de l'immobilier, et du BTP s'adapte à une demande devenue inexistante sur le territoire. Ou du moins sur la plus grande partie.
La qualité des logements n'est pas en cause, souvent, ils ont été refaits. Mais, à un moment, il faut être réaliste. On construit plus vite que la population n'augmente, et le secteur du bâtiment ne peut être en apesanteur. Dans ce cas là, en Grande Bretagne, et en France, ce secteur, c'est Will E. Coyot courant après après bipbip, dans le vide.

Il est d'autant plus cocasse qu'on incrimine un Brexit qui n'est pas encore commencé, et les projets immobiliers sont en général beaucoup plus long que le temps du vote depuis le Brexit.

Le Figaro reste donc égal à lui même, en dessous de zéro.

Pour le bâtiment, ce qu'il faudrait, dans bien des régions de France, c'est exproprier et démolir l'habitat vétuste, ou l'habitat dont la valeur locative est tombée à zéro.

L'avenir, cela ressemble à Detroit ou à Baltimore. Ici ou en Angleterre, Brexit ou pas.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Immobilier
commenter cet article

commentaires

La Gaule 22/10/2016 11:36

@ Ercole
20/10 18h12.

Du lourd en effet ! Mais guère étonnant de la part d'un acteur qui reste l'un des rares de la génération américaine flamboyante des années soixante à ne pas avoir sombré dans le cabotinage. On ne pourrait pas en dire autant d'un Nicholson ou, précisément, d'un De Niro.
Voigt fut révélé par « Midnight Cowboy » (Macadam Cowboy en français, du temps où l'on pouvait encore traduire des titres de film avec bonheur). Film qu'il dominait de sa stature naturelle, à côté d'un Dustin Hoffman -lui était par contre déjà un chasseur d'oscars- obligé d'en rajouter des tonnes pour soutenir la comparaison. Voigt a raconté plus tard cette anecdote avec amusement, mais il reconnaissait que ce stimulant avait donné un résultat excellent avec Hoffman.
Epoque lointaine où la machinerie hollywoodienne pouvait donner carte blanche et pognon à profusion à des quasi inconnus (John Schlessinger, petit réalisateur de polars TV) pour réaliser des choses pourtant complètement à contre-courant de l'idéologie alors en vigueur. Cela donnait régulièrement des chefs d’œuvre comme celui-là.
Midnaight Cowboy reste pour moi le plus grand film des années soixante avec la Dolce Vitta de Fellini, alors que bien d'autres perles réalisées à la même époque pourraient prétendre au titre (au hasard, The Servant, de Losey).
Mais alors que Fellini -en décrivant avec effarement et désenchantement les outrances d'une société dite moderne- n'évitait pas l'écueil de la complaisance, Midnight Cowboy produisait un saisissant discours prémonitoire.
Très emblématique en effet du destin culturel de l’Amérique que cette histoire de cowboy Marlboro métamorphosé en gigolo bas de gamme. Ou plus précisément de ce prolétaire des « services » monté à la grande ville et contraint de s'adonner aux services ultimes à la clientèle ; vendre son sang et ses fesses (je sais... Encore une histoire de tafioles).
Le tout dans un décor urbain d'épaves immobilières et humaines à l'abandon, et sous les auspices d'une nouvelle bourgeoisie s'adonnant de manière très cool à son avidité jouisseuse.
Que dire d'autre ? Midnight Cowboy était aussi tiré d'un très bon roman de James Léo Herlihy (il doit toujours être dans le livre de poche) et sa bande sonore par John Barry fut aussi l'un des sommets du genre.

Le thème principal :
https://www.youtube.com/watch?v=ZGORPUzLxtU
La bande complète :
https://www.youtube.com/watch?v=1jjI0-qtFKU

Ère révolue où le cinéma était encore un art total.
Les pondeurs stériles de « La vie d'adèle » n'étaient sans doute pas encore nés.

'lut.

Ercole 25/10/2016 00:10

Salut le mal pensant !

Macadam cowboy vs la vie d'adele, bien vu ! La contre culture américaine, celle qui vient de Jack London et de ses vagabonds des rails ou de Mark Twain et son Huckleberry, face aux bourgeois et leurs histoires de bourgeois... Un Tom Kromer et son "les vagabonds de la faim" des années 30 ne dépareraient pas avec macadam cowboy... Si vous avez des noms du même genre à me balancer, faites moi plaisir ! Tout le polar américain est bourré de Goodis, Jim Thompson, WR Burnett et j'en passe... Très proches du populo mais très très sombres, des gens qu'ont lu Céline et son "Death on the Installment Plan", qui sont pas surs qu'on s'en sorte, en tous cas pas sans dégâts... Pas très féministes leurs histoires de types qui picolent, ni très toujours pro gay le Tom Kromer, ni très pro système le Edward Bunker de "aucune bête aussi féroce", une vieille histoire américaine... Les gentils veulent boucler les méchants, genre la prohibition, et patatras, les méchants picolent encore plus... Ah ces cons qui veulent pas qu'on les borde dans un lit à 22h00 !!! Ah ces Jon Voight qui l'ouvrent ! Quels empêcheurs de tourner dans les ronds points ! Deplorable !

Bonne nuit

Dizemanov 21/10/2016 03:33

Encore un truc bien odorant avec des petits copinages et des bidouillages.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/10/20/25542-lessai-clinique-rennes-seme-panique-chez-autorites-sanitaires

Ercole 20/10/2016 19:35

Et un dernier truc de louf... Dépèche afp : Les Philipinnes lachent les US...

PÉKIN, 20 oct 2016 (AFP) - "J'annonce ma séparation d'avec les Etats-Unis": le nouveau président philippin Rodrigo Duterte a consacré jeudi à Pékin son spectaculaire revirement diplomatique vers la Chine au détriment du traditionnel allié américain.

M. Duterte, accompagné par une délégation d'affaires de 400 membres, est à Pékin pour une visite d'Etat de quatre jours. Après un sommet avec son homologue chinois Xi Jinping, il a profité d'un forum économique pour annoncer sa "séparation" d'avec les Etats-Unis, déclenchant les applaudissements du public.

La visite du président philippin consacre le net réchauffement des relations avec la Chine, rendues glaciales ces dernières années par un épineux différend autour de la souveraineté d'îles en mer de Chine méridionale.

M. Duterte a dit vouloir "reporter (ce dossier) à une autre fois" afin de donner la priorité à la coopération économique, déclarant à la télévision chinoise rechercher "l'aide" du grand voisin dans ce domaine.

Une position saluée par la Chine, dont le président Xi Jinping a accueilli solennellement M. Duterte au Palais du peuple, place Tiananmen.

"Il est important de traiter les divergences par le dialogue et les consultations bilatérales sur la question de la mer de Chine méridionale", a déclaré M. Xi, se disant prêt à "laisser temporairement de côté les questions difficiles", selon des propos rapportés par le ministère chinois des Affaires étrangères.

M. Duterte a qualifié sa discussion avec Xi Jinping "d'historique". "Elle va améliorer et développer les relations entre nos deux pays", s'est-il réjoui.


- 'Doit-on se disputer ?' -

===========================


La position de M. Duterte tranche radicalement avec celle de son prédécesseur Benigno Aquino, qui avait obtenu en juillet d'une cour internationale d'arbitrage la dénonciation des prétentions chinoises en mer de Chine méridionale -- où plusieurs riverains (Vietnam, Brunei, Malaisie, Taïwan) se disputent âprement le contrôle d'îles et d'îlots.

Rodrigo Duterte, arrivé au pouvoir peu avant la sentence, n'a montré aucune intention d'y donner suite. Un soulagement pour Pékin, soumis à une intense pression internationale depuis juillet, et qui semble vouloir renvoyer l'ascenseur au président philippin.

Xi Jinping a ainsi déclaré son pays disposé à "participer activement à la construction d'infrastructures (aux Philippines), dans les secteurs des chemins de fer, du transport urbain sur rail, des autoroutes et des ports", selon le ministère.

Le géant asiatique va en outre "pousser les entreprises chinoises à investir davantage" et "encourager les Chinois à voyager aux Philippines".

Les investissements étrangers sont cruciaux pour cet archipel en développement, au PIB par habitant inférieur de moitié à celui de la Chine, selon la Banque mondiale.


- 'Au revoir, mon ami' -

========================


Critiqué par les Etats-Unis, l'Union européenne et l'ONU pour sa campagne anticriminalité, qui a déjà fait plus de 3.700 morts selon un décompte officiel, M. Duterte peut également compter sur l'appui de la Chine.

Pékin "soutient le nouveau gouvernement philippin dans sa lutte pour l'interdiction de la drogue, contre le terrorisme et la criminalité et est disposé à mener une coopération à ce sujet" avec Manille, ont indiqué les Affaires étrangères chinoises.

Mercredi, Rodrigo Duterte avait jugé, dans un discours devant la communauté philippine à Pékin, que son pays, colonie américaine jusqu'en 1946, avait peu bénéficié de son alliance avec l'Amérique.

"Vous êtes restés dans mon pays pour votre propre intérêt. Donc c'est l'heure de se dire au revoir, mon ami", avait-il déclaré dans une adresse à Washington.

"Je n'irai plus aux Etats-Unis. Je ne serais qu'insulté là-bas", avait ajouté M. Duterte, avant d'à nouveau faire référence au président Barack Obama par le terme de "fils de pute", déjà prononcé en septembre.

Ercole 20/10/2016 18:12

Pour ceux qu'entravent l'angliche, Jon Voight descend en 4 mn Soros De Niro et Hillary... On verra pas nos médias relayer sa video...

https://youtu.be/DDlO50aQmuI

Ercole 20/10/2016 18:03

Ah ! ça y est il a repris ses esprits... A propos des journaleux... :-) Je me disais aussi, il a touché des fonds secrets là ! M'a pas encore banni comme beaucoup depuis le 14/07, comme s'il était devenu LE problème qu'on exprime nos émotions ! Devenu aussi cons que les wasp ! La domination de l'Europe du nord, lutheriens et autres mal baiseurs, est devenue insupportable ! Dans ce couillemollisme ambiant, les Trump passent pour des brutes... Même Cyrano on le traiterait de réac ! Et Henri IV castration chimique !

Sinon LA bonne nouvelle du jour, Cécile gros-égo Duflot bleu n'a pas passé le premier tour des primaires gauchis... des écolos ! Elle va pouvoir partir en vacances en Australie, dans l'hémisphère nord... Taubira ferait 1%, Duflot 0% - mauvais temps pour les bourgeois de gôche... Comme disait Robert Dalban en sirottant un scotch pendant que Lino foutait tous les fêtards dehors de sa piaule, "je serais pas étonné qu'on ferme" (ricanements)

Feelgood 20/10/2016 17:53

Madonna prêt à faire une fellation aux hommes qui voteront Hillary Clinton.
Ils sont dingues :
https://francais.rt.com/international/27830-madonna-promet-fellation-americains-qui

EnPassant 20/10/2016 17:21

bouffon ?
http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/primaires-droite/2016/10/20/35004-20161020ARTFIG00123-primaire-sarkozy-somme-bayrou-et-lagarde-de-respecter-la-regle-si-juppe-est-battu.php

Luc 20/10/2016 12:54

Bonjour,

Ne pensez vous pas que les fossoyeurs qui gouvernent la france prévoient de faire occuper ces nouveaux logements ( voire même les anciens via des dispositions collectivistes) dans le cadre de l'invasion migratoire en cours ?

Feelgood 20/10/2016 11:50

La gauche va nous remplir les maisons vides avec les migrants. Votre constat promet un appel d'air sur le sujet :). Vite construisons encore pour ceux qui arrivent....