Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 12:05

Que ça nous plaise ou non, nous dit ELB. Un vrai démocrate, tendance Clinton, c'est à dire qui met des puces dans les machines à voter.

La fragmentation des sites de production est établie, sauf en Russie, ce qui faisait s'arracher les cheveux sur la tête des financiers occidentaux, parce que la monoville russe, c'était un tout. Pas moyen d'en extraire un truc vendable et revendable à souhait.

Moi, ce que j'ai entendu, chez certains chefs d'entreprise, c'était que finalement, le transport, ça coûtait cher, et que c'était loin. Surtout pour des flux tendus, autre vache sacrée. Et que pour le flux tendu, le fournisseur à proximité, c'était mieux.(A moins d'enterrer le flux tendu sous des monceaux de stocks... Il faut noter que le flux tendu, une solution japonaise, avait été inventé pour pallier le manque d'espace pour une économie assise sur 120 000 km2, centrée sur une mer intérieure de taille réduite...).

Surtout, beaucoup moins de dépendance à ce pétrole, dont l'évolution de production et de disponibilité semble plus qu'inquiétant.

Excès, nous dit ELB dans le transport ? Si 25 % des navires rouillent dans les ports, ce ne sont plus des excès, c'est un problème systémique.

Le système libéral a abouti à un hard landing de l'économie mondiale. Les BRICS se fracassent, la Chine triche sur son pib.

D'autres sources nous disent que la mondialisation est sur un plateau. Le plateau n'existe pas en économie. C'est un point d'inflexion.

Le plus important est ailleurs. Comme, par exemple, Adidas rouvrant des usines en Europe. Des usines à quinze employés. Les frais de personnels deviennent donc, totalement marginaux. Par contre, les frais de transports intercontinentaux vont peser lourds dans la balance.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Economie
commenter cet article

commentaires

L'apres 28/10/2016 16:20

Merci Patrick pour cette analyse de l'article.
Donc, les couples pic pétrolier/coût du transport et robotisation/baisse des salaires en OCDE expliqueraient le plafonnement voir baisse de la mondialisation des échanges.
Même si les entreprises relocalisent une partie de leur production, les classes moyennes euro-americaines n'ont plus les moyens de consommer leurs productions donc ça limitera la pseudo réindustrialisation. A moins de produire beaucoup moins pour une population beaucoup moins nombreuse et ne travaillant pas dans les métiers de la classe moyenne.