Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 11:57

La crise de l'infrastructure, ça peut aller du prix ou du lieu non adapté en termes en logements, à des problèmes d'approvisionnements, ou à des grandes pannes.

Les grandes villes chinoises géantes perdues au milieu de nulle part, ayant déjà commencé leur processus de ruines, avant d'avoir jamais été habitées, c'est extrême, mais le délabrement commence aussi par des hausses de prix non justifiées.

La hausse des loyers à terme, tue la ville, même si les propriétaires pensent qu'il faudra toujours se loger. D'abord elle devient inabordable à bien des habitants, elle manque d'entretien, et les vides se généralisent. Quel Smicard peut résider à Paris ?

Ensuite, c'est l'équipement collectif qui se délite. Un équipement n'échappe pas à la règle capitalistique qu'il faut le désinvestir et le renouveler. C'est déjà souvent insoluble pour des raisons techniques, dans un environnement sur-urbanisé, ça devient du grand guignol quand les collectivités locales n'ont plus un rond, grâce à not'bon président, et à battling candidat-à-la-primaire.

Je me rappelle la tête des élus d'une ville de 18 000 habitants quand leur barrage a eu des vapeurs, passant du stade de vache à lait, à celui de gouffre  (financier)...

Bien entendu, pour les infrastructures de transports, plus la ville est grande, plus c'est insoluble. Là aussi, les coûts financiers sont astronomiques, et le pire, c'est que ce serait constant. Les municipalités, ou les groupements de municipalités, seraient systématiquement en train de reconstruire...

D'ailleurs, dans bien des villes dites "de province", de quoi s'aperçoit on ? Que les centres historiques ne sont pas rattrapables, mais ce qui sauve le niveau global de population, ce sont les agrandissements ultérieurs fait de zéro. En attendant, bien sûr, que ceux-ci soient touchés.

Pour les inévitables "investissements culturels", en salles des fêtes, et tout le toutim, désormais, même pépés et mémés sont au courant qu'il s'est fait n'importe quoi. Le grand mouvement intercommunal a fait apparaître, doublons, triplons et quadriplons.

Mais comme il est difficile sinon impossible de revenir en arrière, vous et nous aurons à supporter (et payer) pendant bien des années encore, des équipements inutiles et surdimensionnés, sauf pour les égos des hommes politiques. Ces égos ressemblent à des cornes de cocus. Plus c'est gros, mieux ça se montre.

Après on retombe sur problème économique et politique global. Exemple Californien. On parle fortement de dévolution (sécession), suite à l'élection de Donald Trump. Son économie est importante, ainsi que sa population, et elle peut vivre seule.

Le seul hic, c'est que deux approvisionnements en Fluide, électrique et hydriques arrivent de fort loin des USA, et même du Canada. En cas de séparation amiable, on peut envisager que cet approvisionnement ne s'arrête pas. Mais il ne se fera plus dans la même monnaie, et que les autres utilisateurs locaux demandent leur part. Ou que les prix augmentent fortement.

Sans compter que si la séparation n'est pas amiable, on peut voir l'éclatement même de la Californie, comme le Tennessee, le Kentucky, la Virginie, le Missouri ont éclatés en 1861. La Virginie occidentale est née à cette époque, certains états avaient deux gouvernements, et le Tennessee, une insurrection à l'intérieur de l'insurrection... Or sur les cartes, manque de bol, la Californie humide (enfin, ayant un peu d'eau ou pas trop sec, enfin, pas désertique) est républicaine...

S'il est facile de rester ensemble en cas de prospérité, le temps de vaches maigres entrainent d'autres réactions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Immobilier
commenter cet article

commentaires

Ercole 12/12/2016 09:18

J'ai souvent vu des charlots des banlieues pleurnicher que le bus faut faire 400 m pour l'atteindre, après telle heure y'en a plus et gna gna gna... Ici en province, y'a deux bus par jour qui desservent les villages, t'as pas intéret à le manquer ! Ni métro, ni gare, l'aéroport est à 80 bornes, bref c'est bagnole ou rien... Une bagnole ça coute... Essence, entretien, contrôle, pv... Mais pendant 30 ans les politiques n'ont accordé leurs attentions qu'aux clowns des "téci", au détriment des autres pauvres... Ok ils ont fait des salles des fêtes qui ne servent à rien... Ni petit groupe de rock ou variété qui peut s'y produire... Les nightclub aucun... Comme il y a 30 ans tout est fermé après 20 heures... Ouais on devrait aller cramer la sous préfecture, y'a que ça qu'ils comprennent les couilles molles en costards à 3000, bankus macronus ce bourgeois révolutionnaire, mdr... Un père qui donne plus à un fils qu'à un autre, c'est caïn et abel, et le père va être haï aussi... On en est là... Les blancos sont outrés qu'on refile de la thune aux bruleurs d'écoles et de bibliothèques, à qui le monde.fr accorde un article journalier, inégalités dignes d'un régime d'apartheid... Le phénomère touche toute l'Europe, on le voit dans les dernières élections, les "humiliés et offensés" ne sont plus ces fantômes pour lesquels Fédor a tant d'affection... Ils sont légèrement énervés... Et même en province, les cités d'immigrés ont eu droit à des rénovations quand les routes qui servent aux pèquenots ont été laissées à l'abandon... Insupportable apartheid... Leonarda la chouchou... Pierre Paul Jacques sales nazis... Je suis stupéfait quand je vois cette jeunesse à la mauvaise couleur voter à 50%, quand ils votent, pour ceux qui sont les ennemis désignés du système, à 20 ans on votait gauchiste on était bien con... Eux ils attaquent direct par le FN, ça promet de beaux lendemains pour les aristos ! La coupe est pleine et toutes les gouttes d'eau qu'ont balancé ces minables de hollande et valls ont tendu la situation jusqu'à l'extrème... Tout ce qui s'oppose au pouvoir, que ce soit la cgt ou le mariage pour tous, est populaire... A relire, les années 1788 et début 89, l'avant explosion de colère... La gôche reste festive sur un volcan... Vous avez bien chanté, et bien dansez maintenant ! Au bout d'une corde !

Abdel 11/12/2016 19:45

Au niveau des loyers, les prix en France font que les français sont théoriquement plus riches que les allemands:

http://www.economiematin.fr/news-francais-plus-riches-allemands-patrimoine

Pourtant , industriellement , c'est le contraire :l’Allemagne compte cinq fois plus de robots industriels que la France et pour les machine outils, la mère de toutes les machines, autant ne pas en parler.

C' est qu' en France, l' industrie , c'est "has been" et sale , à tel point que même les industries , où la France est précurseurs, les allemands tirent la couverture pour eux à notre detriment :

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/l-allemagne-va-t-elle-faire-main-basse-sur-galileo-621616.html

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/pourquoi-airbus-et-berlin-se-dechirent-sur-ariane-6-468472.html

anonyme 11/12/2016 19:40

Patrick dit :
"La hausse des loyers à terme, tue la ville, même si les propriétaires pensent qu'il faudra toujours se loger. D'abord elle devient inabordable à bien des habitants, elle manque d'entretien, et les vides se généralisent. Quel Smicard peut résider à Paris ?"

Vas-t-on retourner au temps des mines avec les villages de maison de l'employeur ?

Crise du logement : habiter chez son patron, et si c'était la solution ?
Confrontés à des problèmes de recrutement liés au logement, de plus en plus de patrons proposent un hébergement à leurs employés.
http://www.lepoint.fr/emploi/crise-du-logement-habiter-chez-son-patron-et-si-c-etait-la-solution-23-07-2014-1848586_30.php

anonyme 11/12/2016 18:33

Patrick dit :
"D'abord elle devient inabordable à bien des habitants, elle manque d'entretien, et les vides se généralisent. Quel Smicard peut résider à Paris ?"

Un exemple réel pour que ton article soit plus percutant :
http://www.francetvinfo.fr/economie/immobilier/la-crise-du-logement-en-france-touche-8-5-millions-de-personnes_513015.html

2 millions d'emplois non pourvus à cause du coût du logement
extrait :
"Les problèmes de logement des salariés affectent 40% des entreprises, selon la même étude. Et le problème a pris une telle ampleur dans les régions où l'immobilier est hors de prix (notamment l'Ile-de-France et la Côte d'Azur) que certaines entreprises ou établissements publics, comme les hôpitaux, peinent à recruter.

Un médecin urgentiste de la CGT résume ainsi la situation dans les établissements parisiens : "En Ile-de-France, les hôpitaux sont concentrés à Paris. Résultat : les vieux médecins habitent dans Paris, les jeunes en première couronne, les infirmières en deuxième couronne et les autres encore plus loin." Si loin qu'un agent hospitalier était "en arrêt maladie à la fin de chaque mois. Il faisait 150 km pour venir au travail et il ne lui restait plus un sou après trois semaines", rapporte la Fondation Abbé Pierre."

Horzabky 11/12/2016 15:57

"Or sur les cartes, manque de bol, la Californie humide (enfin, ayant un peu d'eau ou pas trop sec, enfin, pas désertique) est républicaine..."

C'est-à-dire à majorité blanche. Alors que le reste de l'État est, depuis au moins une dizaine d'années, à majorité hispanique (donc métissée d'Amérindiens hispanisés). Ça risque d'être sympa, la sécession de la Californie, si jamais elle a lieu...

La Californie indépendante : un État à majorité hispanique, dont la population essaiera de s'enfuir à cause de la désertification et de l'appauvrissement. Une bonne partie des ressources de la Californie vient de l'État fédéral. Notamment, les bases militaires, et tout ce qui est lié à l'armée, par exemple les centres de recherche. L'agriculture sera dévastée par la sécheresse. Hollywood restera peut-être. La Silicon Valley, c'est pas sûr. C'est une petite région à majorité anglo dans un État à majorité hispanique. Et qu'est-ce qui dit que l'innovation informatique sera toujours américaine ? Ou que la Silicon Valley ne se déplacera pas ailleurs en Amérique du Nord, lorsque les Zuckerberg et autres riches blancs anglophones commenceront à se sentir mal à l'aise dans le Mexico del Norte ?

Le Canada est obligé de vendre son électricité aux USA au même prix que chez lui à cause de l'ALENA. Cette électricité risque de devenir fort coûteuse pour les Californiens si le nouveau "dollar californien" n'est qu'un peso amélioré... Idem pour l'eau provenant du Colorado. D'autant plus que l'eau, le Colorado risque d'en avoir besoin pour lui-même et surtout pour le pétrole de schiste, qui en consomme énormément.

Pour toutes ces raisons, je pense que l'indépendance de la Californie, ce n'est pas pour demain. Sauf si les USA s'effondrent de l'intérieur, et dans ce cas ce serait le sauve-qui-peut, mais on n'en est pas encore là.