Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 12:44

Je remercie Molière, pour ce plagiat. Je vous cites le courrier d'un lecteur :

"Bonjour,

Par ailleurs sauf erreur de ma part il n'y a pas une ligne sur le sujet dans le dernier livre collectif de Sapir.
Quand on regarde la table des matières on parle de croissance, d'euro comme problème (oui c'est un problème), mais pas d'énergie, ni de nourriture ou d'eau.
Encore une fois, de l'économie hors sol. Et venant pourtant de non orthodoxes. Donc comment espérer que hors quelques fêlés (bienheureux les fêlés, ils laissent passer la lumière) quiconque s'intéresse au sujet."
 
Je lisais sur le saker, un article (Les risques et les chances pour 2017 ). Il parlait d'alliance de frères siamois entre la Chine et la Russie. Ils avaient une tête chacun, mais des organes vitaux communs. La Chine avait les produits manufacturés, la Russie, l'énergie. En réalité, cette analyse est complétement fausse.
Toutes les alliances dans le passé, se sont révélés inégales.
Il y a le dominant, et le ou les dominés.
Le dominant peut être plus ou moins habile, et faire passer la pilule de manière à le faire croire, mais en tout état de cause, l'existence de cette hiérarchie est réelle. Comme à l'heure actuelle entre les USA, et sa périphérie en Europe et en Asie, en état de dépression nerveuse depuis l'élection de Trump.
L'alliance inégale occidentale est déboussolée. Sa tête a été perdue.
Pour la Chine et la Russie, ce sont des alliances inégales.
Parce qu'il suffit de poser la bonne question. Imaginons la rupture de tous liens. Qui capitule en premier ? Celui qui n'a plus d'énergie, ou celui qui n'a plus de produits de consommations ?
D'où l'acharnement de de Washington à couper l'Europe de son approvisionnement en gaz russe. Pour le remplacer par quoi, d'ailleurs, on ne le sait.
Certains lecteurs, lors des crises disaient "on le remplacera par d'autres sources". Le seul problème ces que ces sources alternatives n'existent pas.
Le gaz est dépendant d'infrastructures lourdes. Le Qatar peut être pourri de gaz jusqu'à la moelle, tant qu'il n'existe pas de gazoduc, cela ne vaut rien.
C'est l'énergie qu'elle avait à gogo, qui a donné son statut de puissance à la Grande Bretagne. Ensuite, quand son charbon s'est épuisé, ce sont les USA qui sont devenus la grande puissance. Mécaniquement.
10 millions de barils jour pour la Russie, c'est la force de 120 millions d'hommes pendant une année.
Les "champions", actuels, chinois et américains sont désormais structurellement dépendants de source d'approvisionnements énergétiques externes. Donc, ils n'ont plus d'indépendance.
Sapir, donc, fait comme beaucoup, il raisonne à l'intérieur d'un cadre dont il ne voit pas les limites intrinsèques. Marx ne l'avait pas davantage vu. Seul Jevons, avec sa "question du charbon", l'avait entrevu.
Pour les économistes "classiques", même "protestataires", la machinerie économique est un mix de capital K et de travail W, soit aK ( b W) ce qui manque, c'est E, sachant que E est TRES supérieur à W, et que sans lui, K devient zéro.
L'équation exacte, c'est aK (b W) (c E).
De même, les ressources énergétiques classiques, c'est à dire l'alimentaire, ainsi que le fluide vital, l'eau, pose problème à bien des nations.
Grâce à des sanctions habiles, les USA ont mené la Russie à l'indépendance alimentaire dont les soviets n'avaient fait que rêver, et une position exportatrice, arme diplomatique de grande importance.
Pensez à l'Egypte. Elle n'a eu de choix, pendant des années, qu'entre des alliés de Washington, et Washington. Puis, là, changement de programme, la Russie devient massivement exportatrice de denrées alimentaires.

Les US américains ne connaissent même plus leur histoire. En 1860, le "king cotton", fut remplacé par le "king corn", dans la balance commerciale nordiste. La Grande Bretagne n'est sans doute pas intervenue dans la guerre civile US sans doute, en partie au moins, pour cette raison.
Les états cotonniers, eux, importaient même une partie de leur nourriture. L'affaissement du sud, aussi, provient de ce que "Autant en emporte le vent", appelle les "permissions de charrues". Les soldats sudistes recevaient de pauvres lettres de quelques mots de leurs femmes, sachant à peine lire et écrire, leur disant qu'elles n'avaient plus rien à manger, et qu'il fallait labourer. Ces permissions de charrue n'étaient tout simplement, jamais demandées, mais toujours accordées, les soldats n'étant rappelés que quand ça bardait vraiment, parce que cela bardait vraiment tout le temps.
Le triomphe de la pomme de terre fut celle d'abord, des régions frontalières, aux champs toujours ravagés, mais les ravages épargnaient la pomme de terre. Ainsi que les réquisitions (les patates, c'est beaucoup plus long à ramasser que faucher un champ de blé).
Quand aux crises Hydriques, inutiles de les rappeler. La Chine est à bout, les USA enchainent les crises, soit d'un côté, soit de l'autre et les deux n'ont plus les ressources suffisantes, les uns pour leur industrie, les autres parce qu'ils ont pris de très mauvaises habitudes personnelles.
En France, c'est la même chose, le nucléaire a conduit à avoir des ressources hydriques trop justes...
Mais la remarque du lecteur met en relief une chose. La capacité d'aveuglement, des élites, fussent elles protestataires, pendant que d'autres lecteurs, eux, se plaignent de l'incapacité de compréhension de leur entourage.
En réalité, s'ils comprenaient trop ? S'ils comprenaient, finalement, simplement en soulevant le voile, qu'ils voyaient la mort ? Et que cette pensée leur est, finalement, insupportable.
Cela continuera donc, le temps que cela continuera...

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Phil 21/01/2017 00:44

Cela s'annonce houleux dans les spratleys.

http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/defense/26898-le-vietnam-agrandi-une-piste-datterrissage-aux-spratleys

Phil 21/01/2017 00:05

Bon l'énergie, il faut bosser pour aller la chercher. Les russes se cassent le cul pour exploiter le gaz dans le froid, liquéfier le gaz ainsi que construire les méthaniers brise-glaces.
Quelle perte a été le décès de Christophe de Margerie pour Total et la France. On voit que les russes ont un minimum de respect même si leurs "partenaires" ne le méritent pas (je parle du vendu de Hollande et des Mistrals).

Le premier de la série de méthaniers brise-glaces destinés au complexe sibérien Yamal est arrivé le 20 janvier au terminal Fluxys de Zeebrugge. Le Christophe de Margerie porte le nom de l’ancien patron de Total, l’un des partenaires du projet gazier. Il s’agit du premier des 15 navires destinés à charger le gaz à Yamal à partir de 2017

http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/shipping/27531-zeebrugge-le-christophe-de-margerie-en-escale-test

Emmanuel C 20/01/2017 22:52

"En France, c'est la même chose, le nucléaire a conduit à avoir des ressources hydriques trop justes..."
Pourriez vous expliquer cette phrase ? Quelle est le cheminement entre le nucléaire et les ressources hydriques trop justes. Merci

Patrick REYMOND 21/01/2017 10:30

il y a simplement l'utilisation à 100 % des ressources hydriques françaises, pour les centrales nucléaires, qui a conduit à des époques de sécheresses, à l'arrêt de quelques unes.