Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 07:38

Tous les empires ont la même fin. Le centre s'effondre avant les périphéries, même si celles-ci sont semi-hostiles, comme la Chine.

Le sommet de Davos a lieu, avec deux paumés représentant les USA, Biden et Kerry. On se demande ce qu'ils sont venus faire ici.

Là on râle contre la taxe à 35 %, chère à Trump, qui va contrarier la tâche des fabricants d'automobiles. Le "pôvre" consommateur de BMW va devoir se contenter d'une Chevrolet. Intolérable.

Pourtant, les constructeurs aiment bien ouvrir tous azimuts les usines ça et là dans le monde, mais pas aux USA ? Ils aiment surtout ouvrir des usines sans salariés. Ou avec très peu de salariés.

Vu les prix industriels aux sorties d'usines, il n'y a plus grand avantage à délocaliser. Installer une usine neuve en France où aux USA ne produira guère plus cher qu'au Mexique, ou au Maroc, si l'on compte les frais de transports.
En réalité, l'adhésion ou le rejet du monde actuel est surtout le fruit d'intérêts locaux, et de perceptions locales.

On s'alarme de la montée du "populisme" à Davos, pendant que Pékin défend le libre échange. Il faut dire que Pékin a beaucoup à perdre, et avait beaucoup gagné précédemment, en désindustrialisant l'occident.

La Chine a désormais une situation acquise, qu'elle ne veut pas voir remettre en question. Et qui pourtant, est dans les faits, remise en question. Toute situation acquise est non négociable, c'est bien connu.
Pourtant, le commerce extérieur chinois baisse fortement, et pour cause. Les devenus gueux qui étaient leurs clients, n'ont plus un rond.

Trump n'avait rien compris, nous disait un article. Il faut du dollar, de plus en plus, pour la machinerie mondiale, et donc du déficit extérieur. Seulement, le déficit, il entraine la misère et la baisse de la demande.

Alors, que s'est il passé ? Brexit et Trump élu, les deux têtes de l'empire ont déclaré son dépôt de bilan. On parle d'impôt sur les sociétés à 15 %. Inutile de dire que le miracle irlandais, par exemple, est fini. Pourquoi aller mettre un siège social à Dublin, plutôt qu'au Delaware, ou à Londres ?

L'Irlande a joué son rôle, celle du torche cul à jeter après usage. Et retrouvera vite son rôle de rien du tout.

On retombe sur les pieds d'une absence de croissance. La Chine tire sur un charbon bientôt défunt, et le pétrole est en crise.

Bien sûr l'effet de génération fait dire à certains qu'il y a une demande de plus en plus grande pour le carburant. Seulement, il faut leur expliquer, doucement, avec ménagement, qu'il y a une différence de taille, entre VOULOIR et POUVOIR se déplacer. Logiquement, avec la baisse des prix pétroliers, il y a eu une demande accrue, pendant que les autres usages du pétrole continuaient à baisser.

La demande accrue de carburant ne peut perdurer que si les prix sont sages. Sinon, ils continueront de baisser.
En France, la consommation de produits pétroliers a encore été en baisse en 2016, pas de beaucoup, avec une demande en essence plus soutenue (mais avec quand même encore + de 80 % de gazole comme carburant). Moins de 60 millions de tonnes désormais.

On peut dire ce que l'on veut de la globalisation. Sans pétrole supplémentaire, elle n'existe plus, et la baisse des prix n'a pratiquement rien apporté comme tonus économique. On s'est contenté, souvent, dans beaucoup d'endroits, de prendre un modèle de voiture un peu plus vorace.

De toute façon, le glissement du pétrole, de multi-usage, à un usage uniquement de transport est pratiquement terminé, et le fait de renvoyer l'usage du fioul de la chaudière à la bagnole, n'a pas grande signification.
 

Trump se contente d'énoncer des vérités, il a cité les 96 millions d'américains sans emploi, en plus du chômage officiel, et cela sent fort la perestroïka et la glasnost.

Bien entendu, les apparatchiks, ou plutôt, dans ce cas là les filsapapparatchiks trouve cela intolérable.

Les "croissances" observées, dans certains pays, ne sont que des transferts. On va passer des vacances en Espagne, au lieu d'Afrique du Nord. Et alors ? La masse globale en baisse a été réaffectée. Sans plus.

En France, il est clair que la colonne vertébrale économique est cassée.
En 2015, la consommation de pétrole avait légèrement augmenté.
En 2016, elle a baissé. Et en cas de reprise des prix ???

on a simplement profité d'une baisse des prix pour rouler un peu plus. Et encore, 2015, avec son + 1.1 % n'a pas effacé 2014, et son - 2.5 %.

Dans le transport, l'effet prix sera immédiat. Curieux que certains l'ignorent.

La démondialisation/déglobalisation, n'est pas une option, c'est un fait. "Delamarche : sur la consommation US, la réalité n'a pas l'air d'être aussi rose que ce que l'on veut nous présenter".
Là aussi, donner, par le libre échange la VOLONTE d'échanger, ce n'est pas donner La POSSIBILITE de le faire. La possibilité légale de la faire, par le libre échange n'est pas la possibilité physique de le faire, par la question énergétique. Là, visiblement, on est très loin du compte.

DAVOS donne la responsabilité du blocage de la globalisation, à la montée du "populisme", ce qui relève, en réalité, des limites de la croissance.
Cette bande d'énergumènes incultes et illettrés, a commencé un léger aggiornamento, mais est incapable de voir la réalité. Ils sont tellement coupés des réalités physiques, qu'ils sont dans l'impossibilité d'en apprécier le caractère tangible sur l'activité économique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie Economie
commenter cet article

commentaires

raleur !! 17/01/2017 19:40

Certains savent depuis des decennies que les puits de petrole seront à sec un jour , d'où la volonté de nucléarisation de la France pour son indépendance énergétique d'une part et son indépendance politique d'autre part , les décideurs ayant vecus les boucheries de 14-18 et les misères de 40 à 48-49 d'où la volonté de dissuader par la bombe nucléaire !

Les mêmes ou d'autres savaient que la robotique remplacerait l'ouvrier, puis que ensuite l'intelligence artificielle remplacerait tout le monde y compris les cadres !

Deux solutions :
1/ On ne fait rien, on s'arcqueboute, on bunkérise les situations acquises derrières desfrontières et des douanes, et un jour tout s'écroule brutalement par usure , obsolescence , etc ...
2/ On anticipe, on mondialise, on payes des chomeurs plutot qu'une guerre civile . La société change lentement et 40 ans plus tard on est où nous en somme avec une robotique à intelligence artificielle opérationnelle et prète à débarquer.
3/ On oublie, on saborde des usines en chine pour investir dans de la robotique IA à 0,? % d'employés pour relocaliser en europe, et aux diables indemnitées plans sociaux et vive le pognon.

Mais la question est comment vendre la production, à qui ?

Autre hypothèse : on est gouvernés, gérés par des cons et notre destin c'est celui de Simon du Fleuve !
Merci monsieur Auclair , vous avez éveillé ma méfiance en 1976 , mais j'aurai jamais crus qu'il faille attendre si longtemps !!

Ercole 17/01/2017 18:31

J'ai toujours beaucoup de mal à voir qui est Trump... Sa vie, ce qu'il raconte, rien ne colle... Un héritier, milliardaire, qui vient attaquer le contrôle mondial des "sages" un brin messianistes - c'est pour ton bien... - ces envoyés de dieu pour faire le bien sur terre et leur mécanique de dépouillement de ce qu'ils croient des reliques historiques... Pour faire simple, vous n'avez plus besoin de voter, nous sommes là on a la vaseline tout va aller dans le meilleur des mondes, c'est pour ton bien... Et le Donald arrive... J'ai revu Die Hard III et il y a une réplique, une fliquette qui répond ironiquement "and I'm gonna marry Donald Trump ?!", et c'est ce Donald Trump là qui est le potus dans 3 jours !!! Mazette ! S'ils en viennent à élire un des prototypes du milliardaire new yorkais - je me demande si gremlins 2 ne se passe pas dans la tour Trump aussi... comme Président, c'est qu'il y a quelque chose qui se passe... A la primaire il aurait du disparaitre et au contraire il a liquidé tous les autres !!!. Je reste admiratif de la prouesse du bonhomme, prendre le pouvoir comme il l'a fait, chapeau ! Not bon général, il était pas un inconnu en politique à la fin de la IVeme... Napoléon ? Coup d'état... En 2013 Donald Trump heu... Bien sur il a surfé sur un mécontentement mais aussi il n'a pas renaclé à s'en faire le chantre... Avec le sourire... Dans 3 jours à la maison blanche... Et Theresa May qui remet le couvert avec le brexit 3 jours avant... Quelle coquine celle là ! Enfin elle va plus être seule face à tous... Entre le don juan à roulettes, blondie qui n'a plus de potes ni en russie ni aux usa, "ach on va dépendre de la vrounze pour la protection du territoire allemand ?!", entre le thénardier de bruxelles qui voit les pays du whiskey se refuser un à un avec un partenariat plus "poussé" avec lui les vilains, les italiens des latins c'est crise politique sur crise politique, en espagne pas mieux... Donc, Theresa ne sera plus seulette au milieu des ennemis idéologiques... Plus que 3 jours mme May !

"May sait trop bien ce qu'elle veut: faire retrouver au pays sa souveraineté perdue, contrôler l'immigration et limiter le pouvoir de la Cour de justice de l'Union européenne."

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2017/01/16/31002-20170116ARTFIG00165-brexit-pour-theresa-may-la-politique-passe-avant-l-economie.php

dizemanov 17/01/2017 18:02

1788 :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/01/17/97001-20170117FILWWW00249-bretagne-manuel-valls-recoit-une-claque.php

Patrick REYMOND 18/01/2017 10:51

l'attentat de Damien.

EnPassant 17/01/2017 17:46

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/theresa-may-choisit-le-hard-brexit-630857.html

simplet 17/01/2017 11:28

Magnifique billet, sublimé par le vocabulaire gaullien provoquant jouissance et orgasme à 70 ans, quoi de mieux?
Le pétrole, bien vu. C'est effectivement un effet mécanique.
N'y aurait-il pas une autre raison?
Celle qui est présente tout au long de l'histoire humaine?
Le grand balancier?
Arrivé à l’extrémité du mouvement d'oscillation, ce dernier repart pour plonger vers l'autre, en passant par le point d'équilibre. Ce point étant le créateur des grandes avancées humaines.