Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 08:12

On a reparlé de Sherman, le général, bourreau de la Géorgie, USA. Autant Sherman fut habile dans sa poussée sur Atlanta, autant sa politique fut hasardeuse après.

Johnston, qui lui était opposé, gagna pratiquement la dizaine de batailles qu'il lui livra. Le schéma était simple, un choc frontal contre le front confédéré, repoussé avec des lourdes pertes, suivi d'un mouvement tournant. Sherman avait 120 000 hommes, Johnston, 60 000. Sherman aimait détruire les voies de chemins de fer, dans ce cas là, il se fut scier les jambes. C'était elle qui le ravitaillait. Profitant de sa supériorité numérique, Sherman avançait.

Mais le plus intéressant n'est pas là. Une fois arrivée devant Atlanta, Johnston fut remplacé par Hood, beaucoup plus agressif, et qui se dépêcha de livrer bataille (Peachtree Creek).

A Peachtree Creek, ce fut un grand classique. Hood engagea ses seules troupes fraîches. C'était la garde locale de Géorgie (15 000 hommes), composée de très jeunes adolescents, de vieillards, d'embusqués, d'élèves des académies militaires, eux aussi très jeunes (certains avaient un fusil plus grand qu'eux), renforcés de bagnards libérés pour l'occasion (qui contrairement à ce qu'on dit des bagnards, se comportèrent très bien au combat), pendant que le gouverneur de Géorgie plaidait pour la libération des esclaves et leur enrôlement.

La bataille De Peachtree Creek fut un échec confédéré, malgré un plan somme toute bien monté. Seulement, ces troupes fraîches étaient incapables simplement de le suivre, elles n'avaient aucune expérience du feu.
Sherman n'a certainement pas ignoré qu'à cette occasion, la confédération raclait les fonds de tiroirs, et qu'elle était à bout.

Venant de l'armée du Mississipi, il savait aussi l'opinion du commandement militaire, et des louisiannais. Pour eux, la confédération avait perdu la guerre quand Farragut avait pris les forts protégeant la Nouvelle Orléans.

La destruction d'Atlanta, et la marche à la mer, furent donc, des violences complétement inutiles. La destruction d'Atlanta fit que la confédération rompit toutes négociations. Militairement, elle avait perdue la guerre, mais Sherman fit perdre à l'union, politiquement la guerre. Le sud de l'après guerre est né de ces violences, l'agrégation du sud, en un bloc politiquement solide et quasi indestructible, développant une sécession larvée (c'est facile dans un système fédéral), date de cette époque. Quand l'union se fut lassée de l'occupation militaire d'un sud qui continuait à renâcler, préoccupé de la corruption monumentale de l'administration Grant, et ravagé par la très grande dépression, elle abandonna la partie, et évacua les derniers états occupés.

Le 16 juin 1878, le Posse comitatus act interdisait à l'armée fédérale d'intervenir à l'intérieur des USA. La totalité des états était persuadée que le traitement réservé au sud pouvait être appliqué à d'autres, et l'ouest, notamment, vivait mal les traîneurs de sabres, imprégné des comportements acquis dans le sud.

Pour ce qui est de certaines légendes, il faut les démentir. Les poussées sur des lignes fortifiées furent, côté nordiste, très meurtrières. Mais comme les soldats étaient souvent européens, on s'est abstenu de les compter. Mais les champs "étaient bleus de morts". On retrouve allégrement les ratios de 1914 (de 1 à 2 ou 3).

Quand aux prisonniers fédéraux, qui souvent ne parlaient pas anglais (il y avait de nombreux irlandais et allemands), ils résistèrent assez peu aux offres d'engagements confédérés, surtout après quelques jours passés en camps. Les seuls problèmes que les confédérés rencontrèrent furent quand ils essayèrent de constituer une unité homogène. Leur saupoudrage dans des unités confédérés, par contre, ne posa aucun problème. Il faut dire que la plupart avaient été engagés au pied du navire, et que leur degré d'adhésion à la cause de l'union était très faible.

Au 50° anniversaire de Gettysburg, les organisateurs avaient prévus des tentes séparées pour les combattants blancs et noirs pour les forces de l'union, mais ils furent surpris de constater que les combattants noirs avaient été nombreux au sud, et ils n'avaient rien prévus pour eux. Ils furent semblent ils très cordialement accueillis par les blancs confédérés... Sans doute, rien que pour emmerder les organisateurs nordistes, au maximum de la période de ségrégation. En tout cas, ils ne manquèrent pas d'humour...

Côté solde, un film a parlé des soldes inférieures de moitié proposées aux noirs. Les films ne disent pas que côté confédéré, la solde était égale pour tous (décision de Jeff Davis).

En 1861, à Charleston, des noirs en armes criaient qu'ils allaient tuer tous les yankees. L'explication la plus courante étant que bien que n'aimant pas du tout l'esclavage, ils aimaient leur pays, et sans doute, voyaient ils, dans l'adhésion, à "la cause", l'occasion d'être acceptés.

Pour être complet, ajoutons que le dernier général confédéré à capituler, fut Stand Watie. C'était un Cherokee. Ceux-ci ont préféré s'allier à ceux qui les avaient avaient déportés, plutôt que de croire le gouvernement de Washington, inaugurant la longue liste des gens qui considèrent celui-ci, comme étant peuplé d'enfants de putains, mentant comme ils respirent.

A l'heure actuelle, l'élection de Trump montre que ce point de vue s'est généralisé à l'intérieur des USA.

O'bama a sans doute, par sa politique de terre brûlée, crée quelque chose. Mais pas quelque chose de pro-américain.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Ercole 04/01/2017 18:43

Passionnante digression sur la guerre civile américaine... Je savais déja que ce n'était pas une guerre anti-esclavage mais une guerre de domination économique du nord sur le sud mais tous ces détails sur les "guerriers" sont savoureux... Si quelqu'un a un livre à proposer, welcome !

Phil 04/01/2017 12:24

Tiens en parlant de guerre et de choses pas claires. Si je lis entre les lignes de cet article
https://fr.sputniknews.com/international/201701041029457233-400-djihadistes-Daech--Europe/

Je vois que le Kosovo est remplit de "gentils" terroriste de Daech. Que ces personnes sont d'origine albanaise (musulmans) et qu'ils ont combattu les "méchants" chrétiens orthodoxe.
Le Kosovo, c'est pas ce pseudo pays qui est recouvert des soldats de l'OTAN (américain, français, allemands, anglais) avec des bases partout ? Ils ne sont pas capable de voir/filtrer les "gentils terroristes" qu'ils ont soutenus et armés pour lancer la guerre contre la Serbie ? Allez, l'OTAN rappelle au bercail ses zombis. Ils serviront ailleurs et pas besoin de risquer le les voir se faire exploser par les russes en Syrie. Par exemple en Macédoine où les musulmans commencent à foutre le bordel.

"Entre 300 et 400 combattants du groupe terroriste État islamique (EI, Daech) ont pénétré au Kosovo depuis la Syrie en se faisant passer pour des réfugiés, écrit le site Daily Mail, citant une source au sein des services de renseignement italiens."

"Originaire de Macédoine, al Kosova s'est rendu en Syrie fin 2012, a été par la suite repéré dans plusieurs vidéos de propagande de Daech dans lesquelles il appelait les Albanais à rejoindre les rangs des djihadistes. En outre, plusieurs images ont été publiées sur Internet sur lesquelles on voyait Muhaxheri décapiter un otage, ainsi qu'une vidéo dans laquelle il tirait sur un homme avec un lance-roquettes."

saker Fr 04/01/2017 11:38

Merci pour ce post que j ai ajoute en lien sous l article du Saker.
Il y a en germe l implosion des USA d autant plus si toutes les narratives notamment sur la guerre de secession explosent a la face des maitres de l information