Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 14:49

Il était une fois, un président démocrate, qui voulait contenir la dette. pensez, 200 milliards,  c'était énorme. Pas question de sabrer le budget social, 15 milliards de $, ni le budget militaire, 75 milliards.
Alors, le président démocrate pris une décision que l'on qualifierait aujourd'hui de "courageuse", chez Hollande, Fillon, Macron, il réduisit les budgets de 10 %. Et vous savez qui trinquât ? La maintenance, l'entretien, la surveillance et l'investissement dans les infrastructures. Vous pensez, en 1968, alors, tout est neuf aux USA, Oroville Dam, le barrage, vient d'être fini. D'une manière générale, la période 1968-1969 est la période de vraie césure aux USA, à cause justement de cette décision, et non, de toutes les nouvelles de l'époque.

L'empire américain, a, clairement, choisit la voie qui descend. Pendant des années, cette décision n'aura aucune conséquence. Mais le temps va passer. 10 ans. 15 ans. 20 ans. 30. 40. Puis on aura Ericka, à la Nouvelle Orléans, puis on aura la crise de Oroville dam, le plus haut barrage Californien, et une des deux mamelles hydriques, de la Californie. Sans compter, bien sûr, tous ces ponts qui s'effondrent, ces eaux qui ne sont pas potable, ces routes qui ne sont plus que des pistes.

Puis on aura un nouveau président démocrate. La dette, il la prendra à 10 000 milliards, il la laissera à 20 000. Pas de quoi le déranger sur son green.

Oroville est emblématique. Il était là pour continuer de permettre le développement que les ressources du Hoover Dam, sur le Colorado, ne pouvait plus alimenter. Simplement, on était arrivé au bout de ses possibilités, tout le monde tirait sur ses droits à l'eau, au maximum.

Au bout de 5 années de sécheresses en Californie, on passe à autre chose ; un vrai déluge. Preuve qu'on a complétement oublié, dans cet état, comment on gère des barrages. Un barrage, c'est vivant, on ne monte et on n'abaisse le niveau que progressivement. Pour arriver au trop plein, on ne s'est préoccupé que d'une chose, le remplir le plus vite possible, en s'asseyant sur les procédures de remise en eau, et quand on a eu le trop plein, on a baissé, toujours en catastrophe, de 15 mètres. Toutes les choses à ne pas faire... Le barrage doit être géré, si l'on veut qu'il dure.

Récapitulons : le barrage de Oroville situé en zone "rouge", républicaine, a été sérieusement ébranlé, et était une pièce maitresse de l'approvisionnement en eau, avec le Hoover dam, sur le Colorado.

La Californie démocrate et mexicaine, pense fortement à l'indépendance, en n'ayant qu'un barrage ébranlé à sa disposition, et qui plus est, situé en zone "rouge". Bref, si 85 % du territoire a voté Trump, la moitié de l'électorat qui a voté Clinton, ne comprend pas qu'ils dépendent du reste pour pas mal de leurs ressources vitales.

Bref, ils sont cons, ou quoi ??? Ou tellement ignorant des réalités ??? Ils devraient demander des conseils aux Ukrainiens. Ce n'est pas la même chose d'être approvisionné en gaz, quand on est dans le même pays que le producteur, que quand on est un client étranger. Pour le client étranger, c'est forcément plus cher, surtout si le besoin est vital.

En France, même schéma, quelques grandes villes qui soit disant "profitent", de la mondialisation-globalisation. La réalité est exactement la même. Ils constituent des exceptions, qui, faute d'énergie suffisante, vont s'éteindre une à une.

la donne politique est partagée entre ceux qui ne sont pas encore touchés par la crise énergétique, et ceux qui sont suffisamment naïfs, pour croire que le système fonctionne encore et qu'il a une âme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Economie Energie
commenter cet article

commentaires

EnPassant 23/02/2017 15:03

L’UFC-Que Choisir éreinte les sites de crowdfunding "miroir aux alouettes"
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/l-ufc-que-choisir-ereinte-les-sites-de-crowdfunding-miroir-aux-alouettes-644624.html

EnPassant 23/02/2017 10:56

Unpayable debts and an existential EU financial crisis - Is the break-up of the euro now inevitable?
http://www.telegraph.co.uk/business/2017/02/23/rising-euro-break-up-risk-stokes-new-fears-central-bank-solvency/

L'apres 23/02/2017 10:46

On nous dit que l’espérance de vie va continuer d'augmenter. Bon, déjà ça ne veut pas dire que ça sera une vie en bonne santé. On peut traîner une maladie pendant des années et être en vie grâce au système de santé (si il existera toujours en état). De plus, si on relie effondrement économique et espérance de vie, on s'imagine mal que cette dernière puisse continuer d'augmenter.

http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20170222.OBS5610/90-ans-d-esperance-de-vie-en-2030-une-etude-trop-optimiste.html

Extraits:

Mais d'autres chercheurs ne sont pas du tout convaincus par la pertinence de la méthode. Face aux optimistes de l'accroissement de la longévité humaine, l'universitaire américain Jay Olshansky incarne depuis plusieurs années le camp des sceptiques. Pour lui, se contenter d'appliquer les modèles prévisionnels des dernières décennies pour prédire le futur est une erreur :
"C’est comme conduire une voiture en regardant juste dans les rétroviseurs, et se sentir beaucoup plus confiant parce qu’on a plein de rétroviseurs au lieu d’un seul. Ils vont très rapidement tomber de la falaise"

La mortalité des Américains blancs d’âge moyen, en déclin depuis 1978, a recommencé à augmenter depuis 2000 en raison des abus d’alcool, de drogue et des suicides, particulièrement chez les populations défavorisées.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les maladies infectieuses se sont certes effondrées. Pendant des décennies, la quasi-disparition ou l'éradication de maladies comme la diphtérie, la tuberculose, la variole ont fait monter la courbe de l'espérance de vie. Mais le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète ont explosé. Selon Jay Olshansky, les mesures sanitaires du XXe siècle ont déjà "donné" l'essentiel de ce qu'elles pouvaient et le traitement des maladies liées à l'usure corporelle ne pourra qu'améliorer l'espérance de vie que de manière marginale.

Le chercheur de Chicago ajoute que le taux d'obésité a tellement grimpé ces dix dernières années aux Etats-Unis qu'elle pourrait annuler les effets de la réduction du tabagisme sur l'espérance de vie moyenne. Aujourd'hui, il en est convaincu : "la chute va se poursuivre". LA CHUTE nom d'un chien, il lis le blog!

EnPassant 23/02/2017 10:31

dépêchons nous de plomber le truc avant que d'autres arrivent au cas où, se disent certains...

Un rapport propose de créer une agence pour « élaborer ce qu'on doit apprendre aux élèves ».
http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0211821627268-a-gauche-des-propositions-chocs-pour-bousculer-lecole-2067079.php

EnPassant 23/02/2017 10:18

http://patrimoine.lesechos.fr/immobilier/immobilier-neuf/0211821764913-immobilier-investir-en-pinel-cest-risque-2067218.php#

Jaï-L 23/02/2017 11:52

merci pour le lien enfin un article un peu lucide sur le sujet !
Quand on me dit qu'il faut dépenser 200 000 euros pour économiser 15000 d'impôts, je bloque. 15k€ de moins value sur un bien immobilier c'est vite arrivé, surtout quand ce bien est de base survévalué et de construction douteuse !
Mais faut se faire une raison dès qu'on aborde ce sujet de l'immobilier on touche à l'irrationnel.

EnPassant 23/02/2017 10:10

http://www.lefigaro.fr/international/2017/02/22/01003-20170222ARTFIG00368-syrie-le-plan-francais-d-aide-aux-rebelles.php

Jaï-L 23/02/2017 08:14

RWE qui boit le bouillon, ses centrales au charbon ne valent plus un rond :
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/02/22/97002-20170222FILWWW00089-rwe-annonce-une-depreciation-de-45mds.php

EnPassant 23/02/2017 11:00

c'était prévu et ils avaient comme EON préparé la structure du groupe pour cela
http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/Allemagne-RWE-separe-ses-activites-pour-faire-face-a-la-transition-energetique-2015-12-01-1387384

Max 22/02/2017 22:26

L'A380 se vend mal : http://www.lci.fr/economie/l-a380-un-demi-echec-2027012.html

Normal, sa conception a été dictée par des objectifs de croissance continue, qui se révèlent faux.

L'apres 23/02/2017 10:29

Effectivement, ce qui est drôle c'est que l'on nous annonce un trafic aérien qui va augmenter avec des millions de touristes asiatiques en plus, des hubs gigantesques au Moyen-Orient, une troisième piste à Heathrow et un Notre Dame des Landes pardi!
Si cette croissance est si réelle que ça, pourquoi les commandes d'A380 stagnent voir sont même annuler pour certains (Singapore Airlines), l'A380 c'est en gros un client: Emirates. L'avion a tout juste 10 ans et on parle déjà d'un marché d'occasion. On nous dit qu'il n'y a pas assez d’aéroport équipés pour le recevoir. On nous dit aussi qu'un bimoteur est plus économique même en transportant moins de monde.
Il semble que l'on soit encore sur le plateau, au début de la falaise de Sénèque.

lecteur 22/02/2017 20:38

1968 1969 c'est aussi proche de l'année 1970 du pic pétrolier américain des lowers 48 de l'année du pic prévue par Hubbert tout tourne autour de ces années

Abdel 22/02/2017 19:38

Pendant ce temps là , mon electricien a mal au derriere :

http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/rwe-annonce-une-perte-surprise-de-5-7-milliards-d-euros-pour-2016_1881679.html

Max 22/02/2017 18:49

Moi je trouve que l'attitude américaine n'est pas si bête. En France c'est toujours "l'état qui paye", comme dit Hollande, les finances semblent inépuisables, à chaque fois qu'on doit trouver une solution on prend toujours la plus chère, la plus sophistiquée. L'américain est plus pragmatique, et il me semble qu'il voit à plus long terme que le français qui s'endette inexorablement.

Horzabky 22/02/2017 22:44

Ne pas entretenir les infrastructures, c'est économiser quelques millions de dollars pour se retrouver avec des milliards de dollars de dégâts quelques décennies plus tard.

Par exemple : les digues de la Nouvelle-Orléans étaient mal entretenues. Lorsque l'ouragan Katrina est arrivé, on a vu les résultats. Une ville ruinée, et plus de 1800 morts. À Flint, le gestionnaire nommé par le gouverneur a voulu économiser cinq millions de dollars en faisant boire aux habitants l'eau non purifiée de la rivière. Résultat : des milliers d'enfants intoxiqués au plomb, avec des dommages physiques et intellectuels irréversibles. La ville et l'État risquent d'être condamnés à payer jusqu'à un milliard de dollars de dommages et intérêts aux victimes.

Je pourrais continuer la liste.