Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 09:36

Visiblement, certains sont dans un blocage mental. Ils n'imaginent même pas que le monde puisse être différend de ce qu'ils ont toujours connus.

Pourtant, il l'est. Ils se laissent abuser par leur expérience. je rappellerais le mot d'un maréchal de France : "A quoi sert l'expérience à la guerre ? A rien". Un général romain, lui, avait un avis tout aussi succulent. "Sur 100 soldats, 10 ne devraient même pas être là, 80 sont simplement des cibles, il y 10 véritables soldats, dont un seul guerrier".

C'est une règle dont j'ai pu réaliser la validité en tant que comptable. Il est clair que sur 100 personnes, 10 n'y étaient pas à leur place, 80 étaient des tâcherons, 10 comprenaient ce qu'ils faisaient, et un était un dieu.

Moi je constate sans cesse que des gens qui ont eu une vie d'expérience, ne connaissent en réalité rien de la vie. Ils restent enfermés dans un schéma mental qui a fait toute leur vie, ne pensant même pas que leur vie, c'était sans doute l'exception, et la règle, la rupture. On a beau avoir été cadre, même de haut niveau, finalement, certains n'ont été que des tâcherons, sans imagination, ni même pensée. On en a eu un superbe à l'Elysée. Il ne comprend rien. Sinon, il ne serait pas à 4 %.

Leroy Ladurie disait que nulle génération n'a vécue comme la précédente.

L'électricité, et l'énergie sont donc le domaine étudié ici.

Comme je l'ai souvent dit, dans le système capitaliste, toute somme investie doit être un jour désinvestie, et les multiples révolutions industrielles ont déclassées les poules aux oeufs d'or d'hier, devenant les nanards d'aujourd'hui.

Les hausses "tendancielles", de la consommation de pétrole peuvent être sérieusement mises en doute, ne serait que par la petite chose nommée "variation de stock". Le stock peut varier énormément chez le grossistes, et tout aussi énormément chez le consommateur final. D'ailleurs, il serait dans l'air du temps que les livreurs de fioul, par exemple poussent au remplissage des cuves. Des cuves un peu mieux remplies, déjà, qu'à une époque, celle où les livreurs se déplaçaient pour 50 ou 100 litres. Sans compter, bien sûr, les stocks colossaux que certains satellites ont mis en évidence. Et qui n'existaient pas, il y a peu.

On parle aussi de "reprises des cours". C'est amusant comme on peut chercher à se raccrocher à son schéma mental. Comme à l'Elysée : il y aura reprise, forcément. Ben non, pas forcément. Et en plus, les chiffres sont de plus en plus truqués.

Quand à la transition sur l'électricité, on vous dira que l’inertie des choix énergétiques des Nations s’y oppose ; la saine gestion des investissements industriels, dans un marché en stagnation, aussi.

L'inertie, c'est du mental. Pas un fait objectif. Saine gestion ? Quelle est la "saine gestion", arrêter le nucléaire à 40 ans d'âge, comme prévu à l'origine, ou "caréner", pour mettre 20 ans de plus ? Mettre plus dans le nucléaire, pour justifier la dépense précédente, excellente illustration d'une vidéo qu'un internaute avait mis en lien (il peut me la rappeler).

Le fait objectif, c'est souvent un dogme, illustration ici du dogmatisme d'une génération qui fut gâtée.

En France, au niveau électricité, nous avons en réalité deux France. Celle d'outre mer, et de la Corse, très avancés dans le renouvelable, d'ailleurs, plus avancée que l'Allemagne, et le continent, pour prendre un terme corse, très en retard, parce qu'il a le nucléaire.

Après, on peut se rassurer, en regardant le mix électrique OCDE, tout en sachant d'ailleurs que l'OCDE, ce n'est plus qu'une partie de la consommation mondiale. Et pas forcément le plus représentatif, étant donné le poids des lobbys.

Le caractère aussi, déraisonnable de l'entêtement, c'est de continuer à faire fonctionner certains investissements obsolètes, dépassés ou autre. Mais cela, c'est aussi le poids des lobbys.

On oublie aussi, le modèle suisse, car électriquement, la Suisse est un modèle. En ce qui concerne les STEP. Elle en a fait un vrai modèle économique, dont personne ne parle. L'échange d'électricité est d'ailleurs, pour la Suisse, le seul poste énergétique qui soit positif chez elle...

Oui, je sais, faire pas cher, et efficace, comme le ferait la STEP à grande échelle en France, c'est pô bien. Mais cela fait 40 ans qu'on paie pour un nucléaire hypertrophié et inutile.

Dernier point marrant, l'année dernière, ce sont les USA qui ont le plus progressé dans l'électricité renouvelable. La plastique de la société américaine joue ici à plein. Je vous rappelle le dogme d'il y a 15 ans : le renouvelable ne peut apporter plus de 2 % de l'électricité consommée.

Pour ce qui est du nucléaire, il n'est pas non plus exempt de risques d'approvisionnement. Le coup de tabac qu'il y a eu en Belgique prouve aussi, que ce n'est une source plus fiable que le reste.

L’inertie des choix énergétiques des Nations s’y oppose ; la saine gestion des investissements industriels, dans un marché en stagnation, aussi. J'appelle cela, le poids du passé et le refus d'envisager un avenir, différend, qui forcément, mettra au tapis des opérateurs historiques. Comme les charbonniers US. A propos, va t'on réouvrir les mines fermées ? Pas du tout, pour la plupart. Une fois fermée, on ne sait pas faire marche arrière, économiquement parlant.

Mais, je fais un pari. Les chiffres de 2017 pour le renouvelable, seront bien meilleurs...

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article

commentaires

anonyme 19/03/2017 22:42

"En France, au niveau électricité, nous avons en réalité deux France. Celle d'outre mer, et de la Corse, très avancés dans le renouvelable, "

Ah bon !
Siemens modernise la centrale électrique de Pointe des Carrières en Martinique pour EDF
https://www.euro-energie.com/siemens-modernise-la-centrale-electrique-de-pointe-des-carrieres-en-martinique-pour-edf-n-4264
extrait :
"La centrale de Pointe des Carrières est un élément central au coeur du dispositif d’alimentation électrique de la Martinique puisqu’elle produit annuellement 40 % de l’énergie électrique consommée sur l’île. Elle est composée de deux moteurs à fuel lourd d’une puis-sance unitaire de 40,6 MWe. Il s’agit des plus GROS moteurs DIESEL 2 temps au monde, avec une puissance mécanique développée de près de 60 000 chevaux. La centrale permettra ainsi de couvrir les besoins en électricité de plus de 90 000 foyers."

Edf va-t-il forcer les consommateurs avec des maisons a quitter le réseau électrique pour cause de factures astronomiques :
Après l’installation d’un compteur Linky, leur facture électrique est multipliée par 3,5
http://www.lavoixdunord.fr/132698/article/2017-03-15/apres-l-installation-d-un-compteur-linky-leur-facture-electrique-est-multipliee

Patrick REYMOND 20/03/2017 08:39

L'outremer produit beaucoup plus par le renouvelable en % que la métropole.

francomusso 19/03/2017 21:46

Les histoires de leader, de 5%, de 80/20 sont vraies. Mais dans un seul contexte, celui d'une crise. Sans crise plus besoin de grand homme. C'est de la socio des orgas. Et au contraire c'est le collectif qui fait faire les grandes avancées. Par un travail le plus collectif possible, dans tous les compartiments possibles. D'où la necessité de crises pour les politichiens et tous les sauveurs de l'humanité. Et tous les grands hommes doivent rapidement passer la main dès la crise finie. Qui plus est aucun sauveur ne peut garantir quoi que ce soit dans la crise. Exactement comme les politichien depuis la fin organisée des 30 glorieuses. C'était devenu insupportable pour tous ceux qui se croient au dessus du lot de voir des ignorants accumuler du patrimoine mieux qu'eux, fallait les détruire ces gueux. C'est en cours. Et même des les pires crises les quelques uns qui s'en sortent c'est grâce aux 80%, quelque soit la manière.

feelgood 19/03/2017 19:38

Les 5% qui prennent soin du monde, réalité vécue :
http://blog.davidmanise.com/les-5-qui-prennent-soin-du-monde/

Dizemanov 19/03/2017 18:32

La merveilleuse histoire du Ptit Marquis de Belgueul ..... ai confiance dans cette séduisante peite pute mais pute intégrale quand même, petite électrice française

https://youtu.be/1xjq2qV5geU

lecteur 19/03/2017 15:13

00 personnes, 10 n'y étaient pas à leur place, 80 étaient des tâcherons, 10 comprenaient ce qu'ils faisaient, et un était un dieu.

Toujours la fameuse
" Distribution de Pareto 80/20 et le1/100 "

Horzabky 19/03/2017 18:51

Ce qui est intéressant, c'est que l'être humain s'adapte spontanément, instinctivement, à la distribution de Pareto. On la retrouve chez tous les fonctionnaires, du flic de base aux magistrats, par exemple les juges d'instructions (10% de très bons, 10% de nuls, et 80% qui font correctement leur travail. Je sais, j'ai travaillé pour eux pendant trente ans).

Les fonctionnaires sont pourtant recrutés sur concours, donc ils devraient tous, en théorie, faire correctement leur travail, les incompétents étant recalés dès le concours, et les hyper-compétents passant des concours pour des emplois supérieurs. Mais ce n'est pas le cas.

Je l'ai vue, cette loi de Pareto, même chez les gardiens de la paix qui faisaient la circulation à la sortie des écoles. C'est un travail simple, donc on pourrait s'attendre à ce que dans 100% des cas il soit fait correctement. Eh bien non. Certains s'arrangeaient pour le faire mal. D'autres le faisaient très bien, en faisant très attention à ce qui se passait autour d'eux, en réagissant toujours de façon adéquate aux problèmes inattendus, etc.

Moi qui ne fus jamais qu'un honnête tâcheron, je pense que la distribution de Pareto est l'une des lois de l'univers, comme le nombre d'or. C'est pour la notion de hiérarchie. La structure spontanée d'un groupe humain, que ce soit un groupe d'académiciens, une bande d'anarchistes convaincus, des enfants qui jouent dans un parc, ou un gang de zivas de banlieue, c'est la pyramide hiérarchique. Même chez les jumeaux, il y en a toujours un qui domine l'autre. Et même les anarchistes ont des leaders.

J'ai dirigé un groupe de policiers pendant des années. Ceux qui étaient mauvais n'étaient pas plus bêtes que les autres, et dans leur vie privée ils réussissaient largement aussi bien que les autres, voire mieux (je pense que ça compensait leur sentiment d'échec au travail). Mais quelque chose les poussait à se mettre dans une case particulière, celle du bas.

Je précise que tout le monde était traité de la même façon, selon les mêmes critères, et les dossiers distribués selon un tour, donc de façon aléatoire. Le mieux que l'on puisse faire, lorsqu'on dirige une équipe, c'est de faire en sorte que les mauvais ne soient pas trop mauvais. Qu'ils en fassent au moins le minimum.

Mettez uniquement des très bons dans un groupe, et vous en avez entre 10% et 20% qui deviennent immédiatement moins performants que ce qui était au départ considéré comme le minimum. Eux-mêmes ne savent pas pourquoi.

Évidemment, y'a un truc : il faut mettre le minimum assez haut. Sinon, aussi bas soit-il, il y en a qui essaieront non pas de faire plus que le minimum, mais d'atteindre ce minimum, et bien entendu ils n'y réussiront pas tout à fait.

Des chercheurs ont fait des expériences semblables sur des rats, qui sont des mammifères sociaux dont nous ne sommes pas si éloignés qu'on le pense :
https://www.youtube.com/watch?v=kk21JTzdxzY

Dans certains boîtes privées, les managers avaient décidé de virer chaque année les 10% les moins performants. Les résultats, après quelques années, ont été désastreux, le stress démotivait tout le monde, même les très bons ! Chassez le naturel, il revient au galop...

Patrick REYMOND 19/03/2017 15:19

sauf que là, on part de bases égales, souvent.

M.S.Blueberry 19/03/2017 14:39

Les us nous piquent Airbus , ok , vendons leur au prix fort si possible et investissons l'argent chez Sukhoi qui construit des avions de ligne de 100 /130 places et des avions de chasse qui se vendent très bien après l'action militaire russe en Syrie, aubaine pour Dassault et que les italiens de finnmecanica ( nouveau nom ) n'ont pas manqués de saisir déjà bien longtemps.
Quant a Airbus hélicoptères , quid marche polonais et chinois ?

Queralt Pierre 19/03/2017 14:01

Monsieur,
c'est peut être cette vidéo sur les coûts irrécupérables du blog de David Louare Science étonnante.
https://sciencetonnante.wordpress.com/2016/07/08/les-couts-irrecuperables/
La question des biais cognitif n'est pas une question de croyance et pourtant pour toutes et tous celles et ceux qui croient où ne croient pas devant la démonstration scientifique.
Le jeune David Louare, est un sacré génie il écrit tout un bouquin sur "le bozon de Higss" et arrive dans ses articles et vidéo si vous passez en diagonale les équations scientifiques à vous rendre plus intelligent.
Comme le disait Jacques Salomé, "quand quelqu'un dit je crois s’arrête là le débat".
Ce n'est plus la rationalité qui prends le pas, c'est le cerveau reptilien qui passe au dessus du cortex.
D'ailleurs c'est toujours le cas. Le psychologue Libet à montrer que l'action précède la réflexion de quelques secondes à plusieurs dizaine de secondes.
C'est entre autre une des explications que fournit Paul Jorion dans son opus "Le dernier qui s'en va eteindra la lumière" pour tenter d'expliquer pourquoi nous ne sommes pas câblé pour faire face aux défis de demain.
L'autre nouvelle de ce livre était pour moi de découvrir qu'il n'y a pas de notion d’espèce chez les humains.
Ainsi les hommes politiques sont des êtres de croyance, croyance qu'ils opposent à d'autres croyances.
Alors que la déplétion pétrolière n'est pas affaire de croyance.
Il se trouve que peut savent lire les signaux faibles puis insistant puis criants.
A Pompéi la dernière irruption avant celle qui scella le sort de cette ville Romaine avait plus de 500 ans.
L'expérience avait été oublié des mémoires. A tel point que personne ne sut interprété le départ de tous les animaux qui n'étaient pas attachés.
Il y a bien aujourd'hui quelques savants qui nous parlent de l’effondrement des sociétés complexes, mais la croyance dans notre suprématie technologique fait oublié tout sens commun.
La encore c'est une histoire de croyance et les tentatives d'inverser la tendance comme "Pour un catastrophisme éclairés" de Jean Pierre Dupuy qui avant cet opus a signé des essai pour la dissuation nucléaire en matière de défence n'ont pas eu d'effet où si peu.
Pourtant il fait la critique (il travaille l'essai Hans Jonas) qui est à la base de notre Principe de précaution pour dire que penser la catastrophe est la seule manière de l'anticipé et qui fait qu'elle ne sera pas.
Alors en matière d'énergie tous ces décideurs politiques et économiques sont même pas des pleutres où des ignorants, ils sont juste des croyants dans l'absolu de leurs système.
Excusé pour le message un peu long mais il me semblait important d'expliquer en quoi le concept de "croyance" est notre corde autour du cou.
A bientôt, avec toute ma tendresse d'humain avec un spécial "think" à tous les humains qui cherchent la dignité comme aujourd'hui les migrants de par le monde.

Patrick REYMOND 19/03/2017 17:02

c'était bien ça.

BA 19/03/2017 13:23

En mars 2003, l'historien Rémi Kaufer avait publié un article explosif dans le mensuel HISTORIA :

« Quand la CIA finançait la construction européenne ».

Mais ça, c'était en mars 2003.

Depuis la publication de cet article explosif, HISTORIA a été racheté par Claude Perdriel. Claude Perdriel est un soutien de l'européiste Emmanuel Macron.

Du coup, Claude Perdriel a censuré l'article « Quand la CIA finançait la construction européenne » !

A cause de cette censure, plus personne ne peut lire cet article sur internet !

Heureusement, des cyber-militants ont recopié cet article et ils l'ont mis en ligne.

Vous pouvez maintenant le lire ici :

https://drive.google.com/file/d/0B9N-94e_Ybg8RERlYUtxNXk0d28/view

Non à la censure d'HISTORIA !

Non à la censure des articles qui gênent les européistes !

Non à une société de type « 1984 », comme George Orwell l'avait imaginé dans son roman !

Non à l'excuse bidon que les européistes ont trouvée pour justifier cette censure : « pour des raisons techniques, le dossier CIA n'est pas disponible en ligne. »

http://www.historia.fr/parution/mensuel-675

Max 19/03/2017 13:06

En ce qui concerne les routes dégoudronnées l'approche américaine est la bonne : Quand on n'a pas d'argent on ne fait pas. Toute la sagesse anglo-saxonne est là. En France on continue à goudronner à tout va, mais à crédit. Quand il faudra payer l'addition notre pays sera tout con.

lecteur 19/03/2017 15:19

merci BA j'ai consulté la page Historia

le niveau des revues d histoire est actuellement très très bas
rien ne vaut les anciennes revues des années 60 , 70
que j'achète pour ma part à 10 centimes chez Emmaus