Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 15:56

La Ville de Saint Etienne connait actuellement un grand vent de dynamisme en ce qui concerne la démolition de logements et de locaux. Cela, on ne peut que l'approuver, le seul inconvénient c'est qu'homo politicus simplex simplex simplex (trois fois, parce qu'il est vraiment très simplex), se croit souvent obligé de reconstruire.

Il faut, dit il, donner de la croissance et du travail au bâtiment, ce qui crée de la richesse, nous dit on. Enfin, pour ce qui est de crée de la richesse en construisant à Saint Etienne, je suis dubitatif.

La vente des appartements, je me demande si cela existe, et les prix sont bas, les biens refaits, pas besoin de Plazza (Stéphane) pour revoir le tout, le seul problème est souvent, l'absence de demande (243 pages d'offres !).

Aussi, si on ne peut qu'approuver les travaux de démolitions en cours, il faudrait, pour que le marché recouvre un équilibre et des prix un peu plus élevés, s'abstenir de construire. Les locaux de bureaux, eux aussi, ne manquent pas. L'immeuble Manufrance, cours Fauriel,  n'est toujours pas rempli, 25 ans après...

Quand à Tarentaize, et rue Michel Rondet, ce sont des parties qui faisaient vieilles en 1850, et quand on voit Tarentaize, l'ancien et le rebâti, la seul chose qu'on ait envie de faire, c'est de fuir en courant. D'ailleurs, en 1850, on parlait déjà de la destruction de Tarentaize, c'était revenu dans les années 1960 avec Durafour, mais on n'avait pas fini le travail.

Il n'y a pas la moindre chance que le marché immobilier se redresse, étant donné que la population dans certains quartiers est "âgée, voire, très âgée".

D'autres villes ne devraient même plus penser à bâtir, mais simplement à démolir. Trop de bureaux, trop de logements, pour une population trop âgée. Des villes qui s'éteignent doucement, dans le cadre actuel.

D'autre part, pour revenir à ce que dit un internaute, la crise de la consommation est plus violente aux USA, car les centres commerciaux sont souvent beaucoup plus dépendants de la voiture, et comme je l'ai déjà dit, la consommation intérieure de carburant a beaucoup baissé. avec 15 millions de barils jours raffinés, le pays importait beaucoup de produits raffinés, désormais, il est massivement exportateur. D'autre part, le degré de fausseté des statistiques économiques est sans doute plus grand.

Comme le dit John Williams sur "shadow government statistic", la statistique officielle est de plus en plus farfelue. Deux exemples.

L'immobilier de certaines villes, comme Saint Etienne, Vichy, et d'autres, liste, bien sûr, non exhaustive, mérite le principe de réalité, comme le fait John Williams pour la statistique. La chute du niveau de vie réelle est patente aux USA, et la statistique un simple élément de propagande. Il est donc normal que le secteur marchand s'effondre. De plus, le jeu est brouillé par des dépenses contraintes, maquillées en consommation...

A Saint Etienne, on peut lire : "L'immobilier de Saint-Étienne représente une belle opportunité d'investissement pour les années à venir." Bel exemple de langue de bois. Moi, il y a 20 ans, un agent immobilier me disait qu'il ne prenait plus les appartements. Il n'y a pour ce produit, que les curieux. Et encore, la situation de l'immobilier très bon marché, fait que c'est une ville attractive pour 25 000 étudiants.

La statistique est à l'heure actuelle, ce qu'est S. Plazza au marché immobilier. Le bel emballage d'un produit qui ne sent plus très bon.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Immobilier Economie
commenter cet article

commentaires

BA 05/03/2017 23:11

Quelle que soit l’issue du putsch, le comité politique de lundi soir sera décisif.

Aux dernières nouvelles :
- le clan Juppé et le clan Sarkozy viennent de faire une alliance pour virer Fillon.
- Alain Juppé a décidé de se désister en faveur du candidat du clan Sarkozy, François Baroin.
- Alain Juppé annoncera qu'il renonce à être candidat lundi matin à 10 heures 30.
- Les putschistes vont tenter de virer Fillon lors du comité politique de lundi soir.

Sur le site du journal LE FIGARO, une information concernant le plan « B » comme Baroin :

François Baroin a « demandé à des grands élus de commencer à récolter des parrainages » en sa faveur, expliquent plusieurs sources LR.

Source :

À 14:39
Sarkozy "cherche une solution de sortie à la crise"
Nicolas Sarkozy « cherche une solution de sortie à la crise », expliquent plusieurs ténors LR, « en essayant d’aboutir à un rassemblement autour d’Alain Juppé », explique l’un d’entre eux, « tout en envoyant des signaux à l’électorat de droite » avec le retour de Laurent Wauquiez au parti.
« Ça ne peut plus continuer comme ça », avait d’ailleurs confié Nicolas Sarkozy à François Fillon vendredi lors de leurs deux coups de téléphone.
L’ancien chef de l’Etat a d’ailleurs convié ce lundi matin dans ses locaux rue de Miromesnil Christian Jacob, président du groupe des députés LR à l’Assemblée nationale, Gérald Darmanin, son ancien coordinateur de campagne et Laurent Wauquiez... l’ancien président par intérim du parti.
François Baroin ne serait pour le moment pas très favorable à ce scénario de sortie de crise autour d’Alain Juppé, envoyant « des signaux très négatifs », explique un élu LR. Le sénateur-maire de Troyes a « demandé à des grands élus de commencer à récolter des parrainages » en sa faveur, expliquent plusieurs sources LR... Une façon de souligner qu’il n’y a pas encore unanimité autour du plan B.

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/05/35003-20170305LIVWWW00074-en-direct-francois-fillon-rassemble-ses-soutiens-au-trocadero.php

BA 05/03/2017 14:53

Dimanche 5 mars 2017 :

14h10. Juppé et Sarkozy se sont parlés samedi soir pour étudier "les sorties de crise."

Selon l'entourage d'Alain Juppé à l'AFP, le maire de Bordeaux et Nicolas Sarkozy se sont parlés samedi soir pour étudier "les sorties de crise".

http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170305.OBS6115/en-direct-apres-avoir-annule-fillon-sera-finalement-au-jt-de-france-2-ce-soir.html

Un putsch se prépare au sein du parti Les Républicains.

Lundi 6 mars, un comité politique se réunira à 18H00 au siège de Les Républicains. Trois clans vont s'affronter :

1- Le clan Fillon. Son objectif : imposer François Fillon comme candidat, quelles que soient les enquêtes en cours.

2- Le clan Juppé. Son objectif : faire un putsch pour virer Fillon, et mettre à sa place Juppé comme candidat.

3- Le clan Sarkozy. Son objectif : faire un putsch pour virer Fillon, et mettre à sa place François Baroin comme candidat.

Le comité politique du lundi 6 mars aura quatre issues possibles :
- Fillon va peut-être réussir à déjouer le putsch. Dans ce cas, il sera le candidat à l'élection.
- Juppé et Sarkozy vont peut-être faire alliance pour renverser Fillon.
- le clan Juppé va peut-être imposer son candidat contre les deux autres.
- le clan Sarkozy va peut-être imposer son candidat (Baroin) contre les deux autres.

Quelle que soit l'issue du putsch, le comité politique de lundi soir sera décisif.

lecteur 04/03/2017 22:18

Nous vivons dans une société malade comme un être vivant malade
( dans ma conception personnelle d'ailleurs chaque société est un être vivant , composé de ses millions et milliards de cellules animales humaines végétales minérales qui la composent ) avec simplement une échelle de taille et de vie différente de celles d'une fourmi humaine ( inapte donc à percevoir l'ensemble du corps qui l'héberge ; comme une cellule de notre ongle ne perçoit pas le reste ... )

mais pour faire une analogie avec les maladies des vivants , qui sont de différents types je ne parviens pas à trancher , dans ma p'tite tête , le meilleur modèle analogique
notre société souffre-t-elle ?
1 Maladie infectieuse , avec fièvre actuelle abcès multiples septicémie bactérie ou virus fossile / nuke
2 cancéreuse ? avec métastases par centaines cancer fossile
3 de surcharge type obésité ( surcharge de fossile )
4 d'empoisonnement ( au fossile )
5 ou autres modèles quelle est la meilleure image ?

En tout état de cause , elle est en voie de guérison

La Gaule 06/03/2017 12:23

Il est symptomatique que votre inventaire des pathologies possibles occulte celle qui coiffe toutes les autres. Je veux bien sûr parler de la mort.
Encore plus symptomatique que la seule issue possible à la maladie semble pour vous être la guérison (encore un qui va finir Robinson guéri -croit-il- au fin fond des bois).
J'ai donc le regret de vous informer qu'au delà de la maladie et de la guérison, l'issue inéluctable de tout corps vivant est la mort.
Le grand flash-back et le trou noir (pfuit ! ). Après quoi on vous enterre avec les boîtes de conserves vides parce que les potes de la BAD auront tout bouffé (chic, l'autre con est mort, et une sortie en moins sur le stock, une).
Après, vous pouvez imaginer ce que vous voulez si vous sortez du simple constat physique, là-dessus les religions sont et seront toujours irremplaçables -c'est pourquoi je n'ai rien contre.
Prenez la rupture d'une artère rénale (accident qui a emporté mon propre père). Elle ne rentre pas dans votre classification et pourtant elle se produit assez fréquemment en phase terminale de la vie (encore un magnifique euphémisme pour désigner la mort).
Le problème est pourtant simple. Il suffit d'une demi-journée pour permettre à l'ensemble des cellules d'un enfant en bas âge pour se régénérer. Ensuite ce délai s'allonge au fil de la vie jusqu'à ce qu'un ou plusieurs organes soient en cessation d'activité.
Cela s'appelle la mort, je le répète, le grand saut après le bord de la falaise vers laquelle nous fonçons sur nos planches à roulette en rêvant d'éternité.
Pourquoi alors ne même pas envisager que les sociétés puissent tout bonnement mourir ? Ce ne sont quand même pas les exemples qui manquent en histoire et en vestiges archéologiques.
Vous considérez peut-être que la mort est une espèce de guérison puisque le voisin de chambrée est toujours vivant, et qu'il va profiter des boîtes de conserves pour conserver la vitalité nécessaire à faire un enfant à votre jeune épouse -désormais veuve mais encore féconde (elle t'as épousé pour les boîtes de conserve, gros pigeon!) ?
De la même manière que les nouvelles sociétés naissent toujours sur le cadavre et dans les meubles de celles qui ont précédé. Les « effondrements » ne sont jamais perdu pour tout le monde, il y aura toujours des passants pour ramasser les débris.
Il fallait être un gros optimiste un peu balourd comme Marx pour croire que ce jeu là pourrait avoir une fin un jour. Franchement, après avoir lu le Capital et que vous butez sur une niaiserie ronflante comme la Société sans Classe, vous avez envie de dire : « tout ça pour ça !».
Un Chouard, lui, veut le tirage au sort (je pense à lui après l'avoir vu débattre sur une vidéo avec le marxiste Francis Cousin. Bon... Je les aime bien tous les deux mais j'ai jeté l'éponge avant la fin). Soit désigner au hasard qui, dans le règne animal carnivore, acceptera de se mettre au foin et de s'y tenir -et les braves poules et les bonnes vaches d'en picorer et d'en brouter dans les champs de l'immortalité paisible.
Seul Nietzsche -et dans une mesure moindre son maître Schopenhauer- a pu philosophiquement saisir la nature cyclique de la vie et revisiter ce vieux mythe inhérent aux sociétés humaines de L’Éternel Retour.
Normal. Le malheureux avait la chtouille, sous sa forme incurable (un vague syndrome hémorroïdaire -avec ou sans fistule- en eut-il fait simplement un marxiste ou un théoricien du droit constitutionnel ?)
Chez l'être humain, la mort et la conscience de la mort explique tout et pourquoi le retour du même jeu mortel est immuable.
C'est la conscience de la mort qui fait de l'homme un vampire, se gorgeant du sang des autres pour conjurer la vision lancinante de sa propre fin.
L'humanité se divise donc en deux. Les révoltés devant la mort -soit les grands vampires, les prédateurs, les Soros et les Macron- et la masse des dominés, soumis par aveuglement ou fatalisme à l'Ordre des Choses, se contentant de pratiquer entre eux un vampirisme à la petite semaine -la common décency d'Orwell ?.
Les optimistes ont plutôt tendance à croire le contraire, en voyant dans les dominés des révoltés à fleur de peau en puissance. Les optimistes ou les historiens, eux si prompts à vous décrire un long fleuve désespérant de soumission comme un torrent impétueux de révolte.
Les dominés ne se révoltent que lorsque la prédation des grands vampires heurte la leur au point de sembler scandaleuse en regard de leur propre prescience de la mort.
Il n'est pas sûr que l'on en soit encore arrivé à ce point là, si j'en juge à la mine épanouie des zombies touristiques de ce pays.
Notre société n'est donc pas malade, elle arrive en fin de vie, c'est tout.
Son métabolisme eut payé et il ne paye plus, parce que fondamentalement liquide -ce sont Lasch et Bauman qui en ont le mieux parlé.
C'est l'incomparable liquidité du pétrole -le cœur énergétique de nos sociétés- et la liquidité monétaire qui en découle, qui expliquent la mort cellulaire de l'ensemble.
Et la liquidité a été la dernière grande invention de l'homme moderne Vampire pour conjurer la mort de chacun.
La liquidité explique tout. L'explosion des pathologies individuelles narcissiques et borderline (exemple mes sombres histoires de pédé) comme les histoires énergétiques de PR (« histoires » prises ici au sens non péjoratif, puisqu'il s'agit d'un vrai récit de ce qui se passe au jour le jour).
Vous voulez vraiment comprendre le monde actuel ? Je vous conseille un classique du roman de gare de science fiction.
« Je suis une légende » de Richard Matheson. Superbe histoire (récit) d'effondrement, de révolte et... de vampires.
Ne vous en faites pas. Après la mort de notre société, les grands vampires renaîtront dans la suivante.
Dans les boîtes de conserves ?

Maxity 03/03/2017 23:04

Bonsoir Patrick,

A Sainté, même les "bons repas" n'attirent plus :

http://www.leprogres.fr/loire/2017/03/03/quick-recherche-un-candidat-a-sa-succession

Abdel 03/03/2017 21:57

“La France profonde s’éteint doucement.” titre le New York Times . les villes moyennes meurent, les commerces ferment :

https://www.nytimes.com/2017/02/28/world/europe/france-albi-french-towns-fading.html?smid=tw-nytimes&smtyp=cur&_r=0