Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 20:23

Si le rapport Meadows a totalement fait l'impasse sur les prix et la monnaie, déclenchant le dédain des économistes, il est clair que les économistes se sont constamment trompés, pendant que le rapport Meadows, lui, était chaque jour confirmé.

les manipulations diverses que voient les économistes comme possibilité d'échapper à Monsieur le Bourreau s'avèrent fausses, parce que simplement les solutions ne sont pas, tout simplement, économiques.

Si certaines entités publiques, comme l'Islande, ou des îles, sont arrivées à un excédent énergétique, ce n'est pas du tout en faisant confiance à l'économie, mais dans le cadre d'une décision politique qui décide ce qui va arriver.

Le système, par lui même est incapable de se brider, car il repose sur une seule donnée, le profit. Quand il y a profit, personne ne se pose la question de savoir pourquoi on gagne de l'argent : c'est normal. Quand on en perd, on file le bébé à la collectivité.

Par essence même, le système économique ne prévoit pas, il réagit après coup. Et surtout, trop tard.

L'absurdité même du système électrique est criante. Le surinvestissement est la règle, la prévoyance, inconnue, ou de manière marginale.
On sait très bien stocker l'électricité, c'est la STEP, et la STEP, on connait depuis... 1890.

Mais si la STEP correspond à une gestion patrimoniale du parc électrique, c'est un mode de gestion idéal pour le renouvelable, et même le nucléaire.

L'économie, le marché, lui, fait produire, et après, on s'occupe de trouver un débouché, pour le charbon, gaz, uranium.

Le problème, c'est que ce schéma a fonctionné des décennies, parce que charbon, gaz et uranium étaient en quantités suffisantes pour satisfaire l'absurdité économique d'un parc très surdimensionné.

En gros, on a satisfait des besoins irrationnels, crées de toute pièce, avec une activité économique dont l'utilité réelle n'apparait pas. C'est la main invisible du marché.

Comme je l'ai dit souvent, EDF a désindustrialisé la France, en donnant des subventions aux industriels, pour qu'ils s'équipent en machines trop gourmandes en électricité. Cela correspondait aux besoins de l'idéologie, mais pas à l'intérêt économique de long terme d'EDF, et encore moins à celui de ses clients, roulés dans la farine. Moi, ce que j'ai vu, c'est 110 % de subventions, pour des appareils 3 fois trop gourmands...Pourquoi ? Parce que l'entreprise construisait trop de centrales nucléaires, par idéologie, manque de prévision, vision erronée de l'avenir.

On propulsait des besoins, totalement artificiels. Et aujourd'hui, vient le moment où ces besoins deviennent impossibles à satisfaire.

Le beau monde, cosmopolite, lui, vit pleinement dans les transports, qui les emmènent où ils veulent, sans peine. Ils n'arrivent pas, ou plus à comprendre ces ploucs qui n'ont pas les mêmes facilités, et ne sont donc pas intoxiqués par eux mêmes.

Que les jeunes de la fin du XX° siècle soient désormais obligés de rouler avec des automobiles à 2000 euros, pour pouvoir utiliser des automobiles leur échappent totalement. Cette réalité, d'ailleurs, échappe aussi totalement à ceux qui, plus modestes, ont toujours travaillé.

La loi économique, ce sont les yoyos sur les grains. Mais le peuple qui les vit préfère l'intervention de l'état, qui taxe les prix.

le mot économie, c'est un faux nez. Le faux nez par lequel les plus riches défendent leurs intérêts.
Le sénat français s'alarme de l'état des routes, et des autoroutes, et dénonce le manque d'entretien. Pour les autoroutes, pourtant, les sociétés gestionnaires accumulent les profits, et font dégouliner les dividendes. Mais elles ne font pas dégouliner l'entretien.

L'économie, souvent, c'est satisfaire les besoins des riches, en négligeant les pauvres. La meilleure preuve est le maïs éthanol. Le carburant pour les riches, la faim pour les pauvres.

Le "business as usual", est une partie du suicide, que démontrait le rapport Meadows.

Contrairement à Gail Tverberg, je ne nie pas la possibilité du renouvelable. Parce qu'avec la STEP, c'est une chose anti-économique qui existe. Le stock. Vous savez, le truc qu'il faut pas avoir, parce que ça coûte cher, et qui permet de mépriser totalement ou en partie le marché.

Comme les installations de Tesla, et les batteries, totalement anti-économique, aussi. Elles détruisent le marché, et donc l'économie, à terme, en faisant renaitre l'autoconsommation.

La physique est la physique, l'économie, une science humaine, donc par essence même, irrationnelle.

Dans le Titanic mondial, le beau monde en première classe ne sens pas l'eau qui monte. Et s'il le sent, il pense pouvoir s'en tirer, en se prévoyant une ferme en Nouvelle Zélande, un abri dans la montagne, alors que celui qui s'en tirera, ce sera comme dans l'ex URSS. Celui qui aura cultivé les amitiés, et les contacts. Le riche n'a pas d'amis, il n'a que des employés. Et comme le baron Empain, un jour, ils s'apercevront que le manque d'ami peut être mortel.

Le cosmopolite de la mondialisation heureuse, lui, n'aura même pas le sens de la survie, alors qu'il s'accroche à un monde, déjà, dans les faits, disparus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Horzabky 13/03/2017 10:52

Régis Chamagne a dit, cité par Dizemanov :
"À cet égard, le parlement européen a levé son immunité parlementaire, pas pour des raison d’emplois fictifs, il y aurait eu un risque de jurisprudence, non, pour avoir publié des photos des atrocités commises par DAESH en réponse à Bourdin qui comparait le FN et DAESH."

Toute notre époque est là-dedans... L'hypocrisie monstrueuse de nos dirigeants, pour qui les populistes (c'est-à-dire ceux qui menacent leurs privilèges) sont plus dangereux que les islamistes. Votez pour qui vous voulez, mais votez contre ce système qui nous détruit !

EnPassant 13/03/2017 09:50

http://www.lefigaro.fr/societes/2017/03/13/20005-20170313ARTFIG00005-le-gaz-s-impose-comme-une-alternative-au-charbon.php

EnPassant 13/03/2017 09:44

ils auraient du y inviter macron
https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0211873257676-meeting-turc-a-metz-fillon-le-fn-et-les-verts-sen-prennent-a-hollande-2071604.php

EnPassant 13/03/2017 09:38

il y en a qui découvrent l'eau froide
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/brexit-londres-se-prepare-a-un-echec-des-negociations-avec-bruxelles-660152.html

c'est du basique pourtant, dans une négo d'importance, on prévoit tout y compris l'échec
Les godons sont des pro, les autres des ploucs

EnPassant 13/03/2017 09:35

Halte à la croissance de la bulle
http://www.latribune.fr/vos-finances/immobilier/le-marche-des-bureaux-bulle-t-il-en-ile-de-france-658759.html

Dizemanov 13/03/2017 06:50

Ce sont les prostituées et les courtisanes qui se revêtent des cadeaux qu'on leur a fait.
C'est là une indignité pour tout homme qui se respecte et à fortiori tout homme qui prétend diriger l'Etat.
Mieux vaut pour l'homme d'honneur être vétu de guenilles que du fruit de prébendes dont on soupçonne aisement la vile origine.
http://www.europe1.fr/politique/francois-fillon-un-ami-ma-offert-des-costumes-et-alors-3000953

Dizemanov 13/03/2017 06:26

Sur la bagnole et le tourisme Guy Debord écrit superbement :
« Sous-produit de la circulation des marchandises, la circulation humaine considérée comme une consommation, le tourisme, se ramène fondamentalement au loisir d’aller voir ce qui est devenu banal. L’aménagement économique de la fréquentation de lieux différents est déjà par lui-même la garantie de leur équivalence. La même modernisation qui a retiré du voyage le temps, lui a aussi retiré la réalité de l’espace. »

Dizemanov 13/03/2017 06:25

La France, en tant que nation, a déja failli disparaitre plusieurs fois. Traité de Troyes 1420, Waterloo 1815 ....
Voulez-vous l'enterrement définitif ou la résurrection ? Posez vous tous cette seule et unique question, le reste, tout le reste n'a strictement AUCUNE importance.

PS/ j'insiste : LE VOTE MLP, PAS MLP. Nuance ESSENTIELLE.
Pour la suite on verra ..... Respectueusement à tous.

Dizemanov 13/03/2017 06:05

Observations réalisées à partir du texte du Général Régis Chamagne : "SOS ! Les commandes ne répondent plus !"

Je rappelerai en introduction que "La Convention de Vienne sur le droit des traités permet de sortir d'un traité même si cette disposition n'est pas prévu dans ledit traité."

Pour la suite, je me moque d'être traité de troll et si l'on veut me pousser dehors, tant pis ... surtout je me fous d'un Melenchon comme d'une MLP comme de l'autre Asselineau et du 4 éme et du 5 éme et jusqu'au Niéme et Niéme + 1 de nos femmes et hommes providentiels. Mais je ne comprends pas la stratégie de la plupart de celle et ceux qui se disent dissidents, en tout cas opposés à l'oligarchie, au systéme oligarchique, à la domination par la dette etc ... croient ils vraiment qu'ils vont arriver à quelque chose en persistant dans des luttes de personnes et des combat d'idées qui ne sont que de stériles combat d'égo ..... ils y arriveront peut être, mais dans combien de temps ? 10 ans ? 20 ans ? Plus encore ? Or nous n'avons plus le temps, ce coup ci risque fort d'être la dernière fenêtre de tir encore jouable ... Je vous le dis, tous vos candidat(e)s, (auxquels je me ralierai sans aucun probléme s'ils étaient au niveau de MLP dans les enquétes d'opinion) semblent mener au mieux des combats personnels ou bien, au pire sont ils manipulés pour diviser le camp des dissidents qui devraient au contraire faire bloc .... ce que je ne veux pas c'est ceci : [Un peu plus de 5 ans après François Hollande, le Président Emmanuel Macron annonce : "Compte tenu de l'état lamentable dans lequel j'ai mis la France pendant mon mandat et des preuves qui ont été apportés de mes connivences avec les banques et la finance, j'ai décidé de ne pas être candidat en 2022"]. Alors que visiblement le systéme oligarchique commence perdre le controle et semble commencer a passer en "mode panique" comme l'explique fort bien Régis Chamagne : le systéme est devenu instable +++.
Cela me conduit à dire qu'être dissident, être opposé tout ce qui se passe et, *soit ne pas voter, *soit voter Asselineau ou NDA ou Mélenchon ou Poutou ou Arthaud ... revient à voter Fillon ou Macron. Et donc à participer au maintien du systéme oligarchique de soumission à par la dette.
Ne cherchez pas plus loin.
Le seul vote qui terrorise le système, c'est à dire [ banques + médias + politicards + syndicats + medef ] c'est le vote MLP.
Cela parce que le systéme est devenu instable +++ et que le vote MLP est déja prévu comme trés élevé (on parle de 34% relevés chez les bookmakers anglais, et là c'est leur pogon qui est en jeu, on joue pas à la marelle), avec même une petite, une trés petite chance d'être en situation de l'emporter. Tout le reste est secondaire. Seule MLP possède une toute petite chance d'être élue, je dis bien toute petite chance, et de déclencher le début d'un processus qui nous permettrait de recouvrer notre indépendance.
Je dis bien LE DÉBUT D'UN PROCESSUS qui serait forcément long et difficile.
En dehors de ça c'est continuer la politique actuelle de déclin accéléré de notre pays, dont je le rappelle le PIB vient enfin d'atteindre celui du Mexique.

http://www.regischamagne.fr/sos-commandes-ne-repondent-plus/

PS/ j'ai bien dit (et j'insiste) LE VOTE MLP, PAS MLP.
Nuance ESSENTIELLE. Car pour la suite on verra ..... Respectueusement à tous.

Dizemanov 13/03/2017 05:32

Je me permets de citer "in extenso" ce texte du Général Régis Chamagne car il me semble apporter un éclairage essentiel, en tout cas original, pertinent et trés intéressant à cette étape, sur le déroulement de la campagne pour les élections présidentielles.
J'apporterai les observations qu'il m'inspire dans un post suivant.

[SOS ! Les commandes ne répondent plus !

Cet article tente de comprendre la stratégie de l’oligarchie dans l’élection présidentielle française à travers la suite des événements qui semble pour le moins relever du mouvement brownien.

Les éléments de base pour décrypter la pièce de théâtre qui se joue

Premièrement, dans cet ensemble qui fait système : partis politiques traditionnels – médias dominants – instituts de sondage, le centre de gravité est constitué des médias dominants et des instituts de sondage qui les alimentent en éléments de propagande. Les partis politiques sont des éléments périphériques du système. Quant aux donneurs d’ordres, ils ne sont pas visibles pour la majorité des citoyens. Nous parlerons de l’oligarchie, du grec « oligos » qui signifie « le petit nombre » et « arkho » qui signifie « commander ».

Deuxièmement, tous les journalistes savent que les résultats d’une élection sont corrélés avec le temps de passage des candidats dans les médias dominants. Du reste, les résultats des dernières joutes électorales confirment cette règle, à de très rares exceptions près. Cependant, il faut ajouter que cette règle est valable en période de stabilité politique, ce qui n’est pas le cas en ce moment précis de notre histoire.

Troisièmement, au regard des deux postulats précédents, si l’on observe le temps de passage des différents candidats dans les médias dominants, il devient clair que le système avait planifié un second tour Macron-Le Pen, mais qu’il est peut-être en train de changer de stratégie, voire de perdre le contrôle de la situation. Paniquerait-il ?

Période d’instabilité politique et de vide conceptuel

Au départ, la stratégie de oligarchie, relayée par les médias, reposait sur une analyse de situation élaborée à partir des sondages d’opinion dont peut-être certains auxquels les gens ordinaires n’ont pas accès. De cette analyse ressort globalement que les Français ont de moins en moins confiance dans la classe politicienne ainsi que dans les médias dominants, qu’il se situent de plus en plus « hors système », même si cette expression fourre-tout exprime des orientations diverses et parfois contradictoires. En somme, de façon plus ou moins intuitive, les Français craignent de subir le même sort que les Grecs et savent que la campagne électorale n’est qu’une mauvaise pièce théâtre sans importance, que la politique qui sera réellement menée ensuite est déjà décidée ailleurs. Cette intuition est confirmée par le mécanisme des GOPÉ que j’explique dans cet article, et est résumée par la phrase d’Emmanuel Todd, prononcée au cours d’une interview donnée au site comptoir.org : « En France, nous vivons l’arrivée à maturité du vide. »

Pour garder le contrôle de la situation, il fallait donc capter ce mécontentement et le maintenir dans le système. Car ceux qui dénoncent véritablement ce qui se passe sont qualifiés de « petits » candidats et ils doivent le rester. Eux analysent la situation : l’occupation financière que subit notre pays, la dictature qu’est l’Union européenne, le rôle destructeur de l’euro et criminel de l’OTAN. S’appuyant sur ces données, il fallait orienter les « anti-systèmes » de droite vers le Marine Le Pen, et ceux de gauche vers Mélenchon pour les neutraliser. Et surtout, il fallait aligner au second tour, face à Le Pen, un candidat présenté lui aussi comme « anti-système ».

Voleur de fenêtre

L’option stratégique s’est alors imposée naturellement : en guerre électronique, on appelle ça un « vol de fenêtre ». Le principe en est simple. Quand un radar est accroché sur sa cible, on superpose à l’écho de la cible un signal électronique d’intensité légèrement supérieur à ce dernier, puis on le décale lentement de l’écho de la cible et on entraîne avec lui la fenêtre de calcul du radar. On a volé la fenêtre de calcul du radar et le radar regarde notre voleur de fenêtre au lieu de la cible. Le voleur de fenêtre de l’oligarchie s’appelle Macron. C’est très ingénieux, il faut le reconnaître.

Pour enrober cette stratégie, ils ont commencé par faire ce que qu’ils savent faire : le matraquage médiatique et la manipulation par les sondages, la routine en somme. Mais cette fois, il fallait y aller un peu plus fort : organiser deux primaires afin d’occuper le terrain médiatique, et pas seulement celle du camp de l’opposition. Donc, exit Hollande ; de toutes façons il n’a pas son mot à dire. Et il fallait insister sur le fait que ces primaires relèvent d’une démarche démocratique que seuls les partis dit « de gouvernement » sont capables d’engager. Donc, matraquer deux idées : démocratique et partis de gouvernement. Cela étant, les résultats des primaires confirment que les Français rejettent les candidats chouchou du système : Juppé, Valls. C’est à ce genre d’indicateur que l’on mesure que nous vivons une période d’instabilité. Ensuite il fallait essayer de faire monter la mayonnaise, préparer les esprits et pourquoi pas susciter de l’enthousiasme. Après tout, nul n’est à l’abri d’un coup de chance. Tout ce cirque pour préparer le lancement de Macron.

Les Français demeurent gaulois, mince alors

Comme je l’ai évoqué dans une interview, Macron est un pur produit du système. Mieux que cela, il est en quelques sortes la « fin de race » de ce système consanguin. Ainsi, pour l’étiqueter « anti système », on a créer un amalgame entre « hors des partis » et « hors système » puis entre « hors système » et « anti système ».

Mais voilà que le vol de fenêtre ne fonctionne pas, et pour des raisons toute simples : les Français demeurent ce qu’ils sont. Mince alors ! Après quarante ans de propagande, ils continuent à réagir comme des gaulois, zut ! flûte et crotte de bique ! Ils disent que Macron n’a pas l’étoffe d’un président : trop jeune, trop frêle, trop inconsistant.

La France est une construction symbolique, je l’explique dans mon livre « Relève-toi ». Quand bien même les Français savent intuitivement que l’homme de l’Élysée n’est qu’un sous-préfet aux ordres de l’oligarchie, il faut qu’il ait un minimum de présence car il est un symbole pour la France. L’excitation que Sarkozy a réussi à faire passer pour de la volonté a pu compenser un temps son extrême vulgarité et son inculture ; l’embonpoint de Hollande a eu un côté rassurant et a compensé un temps sa fadeur et son inculture.

Avec Macron, la mayonnaise ne prend pas. C’est le règne du vide absolu, vide du programme, mais là n’est pas l’important, surtout vide symbolique. Quand un homme d’État porte sa voix par delà la foule, lui s’égosille comme un pantin ridicule.

Panique à bord

Du coup, le scénario catastrophe se profile. Face à Le Pen au second tour, Macron peut perdre. L’oligarchie doit revoir ses plans, très rapidement, en boucle courte, quitte à risquer un phénomène de résonance. Il faut faire revenir Juppé, donc détruire Fillon, il faut éliminer Le Pen. À cet égard, le parlement européen a levé son immunité parlementaire, pas pour des raison d’emplois fictifs, il y aurait eu un risque de jurisprudence, non, pour avoir publié des photos des atrocités commises par DAESH en réponse à Bourdin qui comparait le FN et DAESH.

La situation semble hors de contrôle. Les commandes ne répondent plus. Le système peut partir en vrille à n’importe quel instant.

Il reste toutefois une solution de dernier recours : annuler l’élection et décréter officiellement la dictature en France. Si cela se produit, quelle sera la réaction du peuple et celle de la garde prétorienne : police, gendarmerie, armée ? Là s’arrête mon analyse, je n’ai pas de boule de cristal.

Régis Chamagne] http://www.regischamagne.fr/sos-commandes-ne-repondent-plus/

Dizemanov 13/03/2017 05:14

"....... Il n’y a pas de petits profits pour quelqu’un qui se juge grand. N’importe quel miel fait l’affaire.
François Hollande n’est cependant pas qu’un vaniteux qui souffre. Quand il ose célébrer ce qu’il a accompli et dissimule sa faillite sous la surabondance des mots et des inventaires disparates, il n’est plus seulement un président qui se rengorge mais un président qui s’égare." Ph. Bilger
in : "François Hollande, un président qui ne doute pas de lui"
https://www.contrepoints.org/2017/03/12/283767-francois-hollande-suis-dernier-grands-presidents

Lectures et méditations impératives :

http://www.philolog.fr/premier-discours-sur-la-condition-des-grands-pascal/
http://www.philolog.fr/deuxieme-discours-sur-la-condition-des-grands-grandeurs-naturelles-grandeurs-detablissement-pascal/
http://www.philolog.fr/troisieme-discours-sur-la-condition-des-grands-pascal/

Phil 12/03/2017 23:53

Bon qu'elle est la prochaine victime des USA au moyen orient ? Il suffit de regarder où il y a du pétrole et du gaz. Irak, Libye, Syrie (surtout pour faire passer le gaz du Qatar vers l'Europe) c'est déjà fait. Trump a dit que les USA aurait du prendre le pétrole irakien et ne pas le laisser à Daech. Reste les méchants iraniens qui depuis Mossadegh ne voulait plus vendre leur pétrole pour des babioles. Il viennent de trouver du pétrole car le pays n'a pas été très étudié (avec la révolution iranienne c'est plus difficile pour les occidentaux d'y aller). On verra ce que fera Trump qui n'est pas content de l'accord sur le nucléaire iranien (il faut bien trouver un prétexte pour y aller). Le problème c'est que les russes se sont réveillés depuis la Libye et l'Ukraine. Le morceau est plus gros et risque de dégénérer en grosse guerre. Les iraniens ont ajournés l'envoi d'un satellite pour ne pas créer de casus belli. Enfin, en attendant, cela permettrait d'avoir un peu de pétrole et les russes sont déjà sur le coup (pas de chance pour les pontes de Bruxelles et de l'OTAN il faudra passer par eux).

=======

On sait que le mois dernier, l'Iran a découvert de nouvelles réserves de pétrole évaluées à 15 milliards de barils, dont deux milliards de barils de pétrole récupérable, selon la Société nationale iranienne du pétrole (NIOC). En outre, 1 870 milliards de mètres cubes de gaz ont été découverts.

https://fr.sputniknews.com/economie/201703121030430248-iran-russie-gisements-gaz-petrole/

BA 12/03/2017 20:58

À mon humble avis, ce billet de Patrick Reymond est l'un de ses meilleurs. Il vieillit bien, l'ancêtre.

ROSE 12/03/2017 14:37

Nobody

N'oubli pas que l'UE paye des gens pour venir poluer sites et blogs ... surtout ceux affichés par les "deconnex" de l'immonde.

francomusso 12/03/2017 12:58

Ah la la la la .... Les sciences ... Tout comme la psychologie dont 90% des résultats ne sont pas
reproductibles, l'économie avec les mêmes résultats que la psychologie n'est pas une science tout
comme la psychologie. Qui plus est, l'économie n'existe pas, pas plus que la politique. Ce qui existe
c'est l'économie politique (d'où les idéologies) et la politique économique ET financière. Le pays n'ayant
pas de souveraineté financière ne peut pas avoir de politique économique et financière; c'est donc a
francfort et bruxelles que cela se décide et se fait. Evitons de voter en mai cela ne sert à rien donc.
Ne reste aux professionnels de la politique que l'idéologie elle-même dans un cadre très étroit défini
par des traités supra-nationaux. Il ne reste alors que les bons/mauvais mots, les moignons d'idées
et les affaires. Evitons bis de voter en mai cela ne sert à rien. Car rien ne peut changer si le cadre de
change pas, si on ne peut penser et agir hors du cadre.
Enfin on sait depuis les tous premiers penseurs que toutes les sociétés où la science est prépondérante
et où le progrès est seulement scientifique et technique sont au bord du cercueil. Les sociétés
occidentales étant bourgeoises et la bourgeoisie étant féru de scientisme et de "progrés" technique
(et aucun autre) la science est au centre du pouvoir et de l'économie politique, la politique économique
étant uniquement plus de technique (au profit des bourgeois uniquement).
Depuis plus de 200 ans, les sociétés occidentales de par leurs principes mêmes sont mortifères, et les
deux guerres mondiales et les suivantes sont voulues, organisées et rentabilisées par et pour la
bourgeoisie. Les non-représentants du peuple étant l'image et la source de cette mort lente avec les
dérives minuscules (par rapport à ce qui se passe dans la grande bourgeoisie) que nous admirons.
Et les religions universalistes (mères des "républiques" et autres "démocraties" qu'elles soient populaires
ou pas, religieuses ou pas. Bref rien ne s'améliorera avec les idéologies et systèmes du passé mais
certainement avec des changements dans les contraintes subies par les sociétés humaines qui obligeront
à des innovations politiques et sociales dont nous n'avons pas idée pour l'instant.

Abdel 12/03/2017 10:12

Patrick,

Lorsque le mot marché et électricité sont mis ensemble , je pense à la compagnie Enron (copain de GW.Bush ).
A la vue de gigantesque incendies de forêts en Californie, dans la salle de marché d' Enron ,les traders criaient de joie : ils pouvaient vendre plus cher l' électricité.

Un article pour vous remettre dans l' ambiance ( et ressortait Kant de votre bibliothèque vu le commentaire ci dessus :-)

http://www.liberation.fr/futurs/2002/05/21/quand-enron-eteignait-la-californie_404147

yann 12/03/2017 08:29

bonjour, 1 ier commentaire sur votre blogue que je suis assidument depuis 1 an. c'est votre meilleur texte, ni pessimiste ni défaitiste juste factuel. je l'ai envoyé à ma fille! mais elle ne va rien comprendre... 20 ans ce n'est pas l'âge pour penser à tout ça et pourtant ce sont eux qui vont devoir assumer.
merci pour votre ténacité. je ne sais pas ce qui vous motive à continuer votre blogue mais continuer.

yann

Olivier MONTULET 11/03/2017 22:34

science humaine par essence même, irrationnelle. N'importe quoi. Vous parler de ce que visiblement vous ne connaissez pas. Suivez quelque cours d'épistémologie, de philosophie des sciences et on en reparlera. Mais j'en conviens tant les économistes orthodoxes et les climatologues (dans leur plus grande majorité) ne respectent pas les critères minimum pour que l'on puisse appliqué à leur discipline la qualification de science. S'ils pratiquait un minimum l'épistémologie et la critique scientifiques, ils devraient renoncer à leur croyances... mais ça il n'y sont pas prêts. Méfiez vous aussi du terme rationnel par définition toute pensée est rationnelle. Il faut connaitre le cadre dans lequel s'applique la raison pour dire qu'elle est conforme ou non à la rationalité du cadre.

logique 13/03/2017 09:15

M'enfin olivier. Est ce que tu te rends compte que tu n'est pas sur abruti.org.
Tout dernier post n'est que la démonstration du type qui ne sait plus quoi dire pour s'en sortir, ou qui dit n'importe quoi, au choix. Dans ton premier post la science humaine est rationnelle et dans le dernier tout est irrationnel puisque "la réalité est impossible a énoncer".
Si je peut t'assurer que certaines réalité sont possibles a énoncer. Je peut te dire qu'avec un seul et unique neurone, il me semble que se soi ton cas. Tu va briller sur abruti.org.
Le problème c'est que tu t'est trompé de blog. Mais ça c'est l'effet UN NEURONE.
Maintenant prouve moi que je ne suis pas irrationnel.

logique 12/03/2017 20:43

C'est bien se que je me disais. Tu a pété un câble mon loulou. Tout est rationnel même la sorcellerie dans un cadre bien particulier, si j'ai bien compris. Mais tu connais quoi a la sorcellerie et a la magie. Tu as lu un livre et tu pense tout savoir. Ca doit être ça. Donc tu est dans l'irrationnel le plus complet. Et en plus tu mélange les genre. Ton cerveau n'est rien d'autre que de la bouilli. Tu fait parti de se qui n'ont pas vue le Loup. Qui ne font que répété sans rien n'y comprendre. Je pense que se n'est pas un endroit pour toi. Tu va te faire virer très rapidement. Comme tous les autres avant toi.
Joue avec ton petit kiki dans ton coin. A viens pas dire n'importe quoi. Tu veut mélanger des cadres dont tu n'as aucune idées. Juste une grande bouche et surement de toute petite couille.
Bon vent.

Olivier MONTULET 12/03/2017 20:31

Croire que la physique est plus "rationnelle" que d'autre disciplines ou décrit la vérité vraie et définitive, est une vision que tout scientifique digne du nom a abandonné depuis longtemps. Toute connaissance est construite et repose sur des préconçus (des croyances). Il ne saurait en être autrement. Et même la méthode scientifiques n'est pas une méthode rationnelle absolue. Le propre de la démarche scientifique est d'aller d'erreur en erreur/ Le propre de la connaissance est de connaitre le faux mais d'ignorer le vrai. Mieux, le réel est une construction mentale bien différente de tout réel absolu. La définition même de la réalité est impossible a énoncer. La vérité est un concept culturel, historique et local. La réalité est toujours partielle et partiale et reste toujours à inventer. Ce n'est pas moi qui le dis et le démontre mais d'éminents scientifiques, dont des physiciens mais surtout épistémologues, philosophes et philosophes des sciences.

Olivier MONTULET 12/03/2017 12:26

Mon but n'est pas de donner des leçons ni de susciter des réactions et, encore moins, des invectives mais bien de faire réfléchir et inviter à la discussion.

Le concept de bonne raison est un concept élitiste qui se justifie sur une conception du monde particulière. Tout le monde raisonne car tout le monde à un cerveau. On raisonne selon une logique mais les logiques sont elle-même affectées à une vision du monde qui est culturelle, historique et localisée.
« Même dans la misère, un homme a des idées. Si personne ne reconnaît ses idées, il s’enfonce encore plus dans la misère. » Un participant du Séminaire OMD au Burkina Faso
« Que le lecteur veuille bien penser à n’importe quel argument capable de démolir de font en comble toutes les prétentions zandé au pouvoir de l’oracle » « Si l’on traduit, l’on traduisait cet argument dans les modes de pensée zandé, il servirait à étayer toute la structure de leurs croyances. Car leurs notions mystiques sont cohérentes au suprême degré ; elles sont reliées entre elles par un réseau d’attaches logiques, et disposées dans un tel ordre que jamais elles ne contredisent trop crûment l’expérience sensorielle ; mais qu’au contraire l’expérience semble les justifier. (...) Je puis observer que j’ai trouvé cette façon (à savoir, consulter des oracles en vue des décisions à prendre au jour le jour) de mener ma maison et mes affaires aussi satisfaisante qu’aucune autre à ma connaissance. » E.E. EVANS-PITTCHARD anthropologue Anglais, Sorcellerie, Oracles et Magie, chez les Azandés, Paris, NRF, trad. Louis Evrard, 1972, pp. 370-371

logique 12/03/2017 12:04

Les sciences humaines tout comme l'économie est irrationnele par le simple fait que les résultat attendus ne seront que propabiliste et valable uniquement dans des conditions particulières; un cadre bien défini a l'avance. Tout au plus dans les sciences humaines ou l'économie on peut définir le type des différant acteurs mais en aucun cas leurs choix.
Mais on ne peut pas mettre de règles sur leurs comportements. Du coup c'est irrationnel par défaut puisqu'il n'y a pas de logique déterminé ou déterminable a l'avance. Pour obtenir des résultats cohérent il faut définir un cadre particulier. Mais la construction de cadre n'a rien de rationnel puisque c'est l'expérimentateur qui le défini. Se n'est pas un miroir de la réalité. C'est juste un calcul de probabilité. Il n'y a là rien de rationnel du tout même en physique quantique. On suppose on expérimente pour trouver des règles. Mais rien de plus. Tout n'est qu'une histoire de croyance donc aucunement scientifique. On crois qui si l'on fait cela on obtiendra cela. Mais ce n'est jamais vraiment sur. L'humain n'est pas rationnel puisqu'il ne fonctionne que sur des pulsions, de désir ou de peur. L'économie est encore plus irrationnel que les sciences humaines. En science humaine on a Pavlov en économie on a rien de constant. L'économie n'est même pas une constante de base, c'est juste une idéologie qui pense qu'il suffit de répéter pour que cela fonctionne. Du lavage de cerveau, rien de plus. C'est la seul chose rationnel a mon avis. Mais cela ne fonctionne qu'avec les demi cerveaux et mono neurones. Et la rationalité du cadre, t'en a combien de cadre :)) :))

nobody. 12/03/2017 10:25

olivier, ferme la. et apprends à conjuguer, après tu parleras. si t'as un pb avec la lecture, change de site. on est pas dans la section commentaires du figaro ici.

Phil 12/03/2017 10:13

Ne pensez vous pas qu'il y a deux types de personnes. Les gens qui peuvent raisonner et ont une habilité à la rationalité (faire des hypothèses et les confronter à la réalité - un raisonnement scientifique) et les économistes et politiciens qui sont dans l'idéologie.
Là avoir de la rationalité est un grand handicap : vous ne pouvez plus annoncer les jours heureux où tout le monde aura autant que les riches. Donc la sélection naturelle fait que les
économistes ne pourront jamais pratiquer l'épistémologie et la critique scientifiques. Comme vous dites, ils devraient renoncer à leurs croyances. D'autres prendraient immédiatement leur place pour manipuler, vous faire croire que seule la richesse financière est importante.

De mon temps (et oui j'ai bientôt 50 ans), les personnes capable de raisonner faisaient des études scientifiques. Les moins bon allaient dans des écoles de commerce chères où il suffisait de faire de la présence et de payer son diplôme. Avec la désindustrialisation en France, les intelligents ont perdu. Les décisions sont prises par les vendeurs qui achètent en Chine et vendent à grand prix ici. Les sciences humaines n'ont rien d'humaines et sont utilisées au contraire contre l'humain : comment manipuler l'opinion, comment vendre des choses que l'on n'a pas besoin, comment faire du story telling pour manipuler la majorité au profit du 1%. La psychologie a été détournée, si jamais elle a été une science qui cherchait à aider les gens, pour les abrutir. Les universitaires des sciences humaines devraient se regarder dans un miroir et arrêter de jouer aux cadors avec des grands mots.

yann 12/03/2017 10:06

A c'est sur que plus on est intelligent plus on veut en mettre plein la vu. ça sera toujours le drame de nos sociétés humaines.
pourtant les concepts qui dirigent nos vies sont simplistes à souhait.
j'ai, tu as pas, je veux.
le reste c'est de la littérature pour complexés du bulbe.
Yann