Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 15:40

Mais comme dirait un imbécile : "L'Europe, c'est la paix, le nationalisme, c'est la guerre", à part que tout le monde commence à s'y insulter ; "porcs, nazis, etc.." Et qu'après les insultes, en général, on en vient aux mains. 

Ce n'est pas l'union européenne qui a apporté la paix en Europe. C'est de faire la guerre totalement, et de la perdre totalement.

Les 20 000 à 30 000 morts de Marignan ont rendus les Suisses neutres, eux qui avaient une réputation épouvantable en Europe. La Suisse, avait, à l'époque, au maximum 500 000 habitants.

Les 250 000 morts suédois de la guerre du nord (population 2 500 000), très bien relatée par Voltaire, ont maté les suédois. Avec tous les attributs d'une guerre perdues. Les dernières forteresses défendues par des poignées de soldats, soient d'âges canoniques, soient enfants, la levée en masse de paysans à peine armés, et pas habillés en soldats au moment de l'invasion, et les femmes chargées de pousser la charrue parce que tout ce qui pouvait porter une arme, le faisait. Et tout ceux dont les corps ont pourri un peu partout...

Alors, Monsieur le marquis de belguelle, non, ce n'est pas un machin ou un bidule qui apporte la paix. C'est de faire la guerre et de la perdre. Jusqu'à la gueule.

Qui se souvient du surnom des suédois ? Les Goths. Et de leur réputation de sauvagerie ? Et du fait qu'il était hors de question d'en faire des prisonniers ? Et que leur perte d'appétit pour les combats, ça ne vient pas d'une union européenne qui n'existait pas...

De plus, sans rire, il faut être littéralement GONFLE pour dire que nous sommes en paix, pour la bonne raison que la France est en guerre ininterrompue depuis 1939, avec bien entendu, des accès de fièvres, mais en guerre continuelle, comme la grande bretagne, et que les marges du continent ont été allumés par l'union européenne. Rappelons la guerre du Donbass, et plus généralement, le bordel régnant en Ukraine, plus ancien, la guerre de Yougoslavie, plus loin, la Libye, et la Syrie, sans compter les "conflits de basse intensité", qui existaient dans l'union européenne : Pays Basque, Corse, Irlande du nord. Cette terminologie était celle des nations unies.

Donc Monsieur le marquis de belguelle, non, l'union européenne n'est pour rien dans la paix. Au contraire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Ercole 07/04/2017 15:48

Putain de merde, quel beau texte !!!!!!! Dans l'ultra minorité médiatesque qui nous environne, un bol d'air frais... Merci, merci, merci. La guerre est devenue totale avec la prise de la monnaie par l'allemagne, qui s'ils persistent à nous infliger leur europe finira par la guerre encore... Oui il y a une levée de haine allumée à gauche qui a provoqué la haine des gens de droite pour les gauchistes tout gonflés de leurs anathèmes au lieu de considérer leurs adversaires comme légitimes adversaires mais comme une pourriture qui les dérange... A force de vouloir mettre au ban ceux qui sont différents, ceux çi sont désormais légitimes à allumer les premiers... Ma grande colère quand sarko a fait "l'ouverture" à gauche de son gouvernement quand il avait gagné très à droite... D'ailleurs depuis on ne fait plus confiance aux républicains, suffit de regarder les chiffres des dernières élections régionales, alors qu'ils auraient du ramasser les régions vu l'état de la gauche, un échec terrible... Ils sont la droite des gauchistes pas la droite... Regardez leur ralliement au macron, pas seulement la gamelle qui les intéresse, ils sont tellement formatés sur l'europe, la monnaie, l'éducation, la nation, la France... De vrais faussaires, comme hollande l'ennemi de la finance... On voit que dès qu'ils montrent leurs vraies natures le peuple les fuit, seule reste la minorité qui profite du présent et qui s'en foutent des perdants s'ils sont blancs, disons la vérité, notre géographe favori l'écrit fort bien, ILS EN ONT RIEN A FOUTRE DE NOUS, on peut nous tabasser, nous humilier, nous vomir ils s'en tamponnent !!! Du coup on comprend la réaction favorable à la gifle du manu, et à la primaire, et par un jeune homme que je félicite d'être autant révolutionnaire, un Charlotte Corday bienvenu... Si les islamistes explosaient ces racailles qui nous méprisent, ils auraient BEAUCOUP de nouveaux adhérents - voir le gang des postiches qui attaquaient les coffres des nantis, ou ce cher Spaggiari...

La Gaule 07/04/2017 12:43

Bonjour,
De retour, après avoir copieusement profité du beau printemps en cultivant mon jardin.
Ma BAD est quasiment prête. Un coin tranquille dans la montagne perdue, à deux pas d'une caserne.
Manque plus qu'un trou -imprenable- à creuser pour y entreposer mes 21468 cartouches de 22 LR. Je m'exerce aussi à porter mon gilet pare-balles en toutes circonstances, je dis bien en toutes (je ne vous fais pas un dessin, les copines m'appellent maintenant « Robocop »).

Bon... Venons-en à la guerre, puisque les choses semblent se préciser.
Le plus pénible pour nombre d'entre nous est de reconnaître cette fois -plus de raisonnement de normand possible- que nous nous sommes complètement gourés sur Trump.
En bonne compagnie semble-t-il.

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2017/04/ebullition.html

Mais bien sûr que, si c'était à refaire, nous réagirions de la même manière, ne serait-ce que parce que l'ascension du bonhomme était tellement révélatrice de la puissance des moyens qui sont contre nous.
Oui, mais voilà ! Il n'y aura pas d'issue heureuse à cette histoire et tous mes propos mesurés sur le sujet ne peuvent relever que de la piètre consolation.
Il n'est même pas certain que Trump -vu le côté éminemment narcissique du personnage- ne fut pas l'apôtre convaincu de ses propres balivernes, celles-ci en forme de résurrection miraculeuse de l'Amérique de Reagan.
Mon hypothèse est qu'il s'est brutalement rendu compte d'une part qu'il ne pouvait être maître chez lui -l'immensité de la tâche face à un état profond tout puissant semble le dépasser- et d'autre part qu'il n'y avait pas d'issue économique au marasme dans lequel se trouve désormais son pays (merci à l'infatigable Reymond de nous le démontrer à chaque billet).
Reste la carte militaire à jouer,la dernière qui subsiste, puisque la seule prééminence dont peut maintenant se réclamer l'Amérique de Trump -sur le papier tout au moins- est la prééminence militaire (que serait une firme comme Microsoft sans le pentagone?).
Il est en effet patent que cette nation n'est plus qu'une république oligarchique guerrière à seule vocation totalitaire universelle, n'en déplaise à tous les « décideurs » des colonies américaines européennes qui matent encore l’Amérique comme ils materaient les cuisses de la fille en minijupe qui passe.

On nous a donc refait le coup de la Goutha en août 2013, sans vergogne, et avec tous les ingrédients de la stratégie du choc, en particulier le triptyque action / émotion / réaction dans un laps de temps le plus court possible.

http://russiepolitics.blogspot.fr/

C'est de cette formule appliquée dans la fulgurance du temps réel que doit découler la sidération des peuples, dévolus à avaler la pilule et suivre le troupeau là où l'on veut les mener.
Les avantages à court terme sont évidents, plus d'ailleurs pour des raisons de politique intérieure au camp occidental que pour des effets -beaucoup plus hasardeux- de politique internationale entre ce camp et le reste du monde.
Il ne fait pas de doute pour moi que Poutine et ses conseillers mafflus n'aient pas prévu au moins à titre d'éventualité un tel coup de Jarnac et qu'ils ne réagiront pas en conséquence. Ils le feront comme ils ont toujours procédé, d'abord en jouant la carte légale des instances internationales. Ensuite...

Sur le plan intérieur américain Trump rejoue à l'évidence une partition éculée mais qui marche toujours au moins en partie et dans un premier temps : jouer l'union sacrée patriotique face à un ennemi désigné commun.
Il est clair que cette union vieille comme Hérode mitera temporairement la carte à belle dominante rouge que nous a montrée PR dans ses derniers billets. L'essentiel pour les dirigeants américains étant de gagner du temps dans une politique de fuite en avant en phase d'accélération.
Quant on y réfléchit bien, le seul moyen de ruiner le capital de sympathie dont bénéficie notoirement Poutine chez nombre d'américains -surtout avec l'attentat récent de Saint-Pétersbourg- est de créer brutalement les conditions d'un affrontement frontal avec lui.

Le thème de l'union sacré du camp du Bien et de la Liberté est plus encore taillé pour être appliqué en urgence en Europe pour infléchir les échéances électorales en cours, parfois bien mal engagées pour les candidats de l'oligarchie.
C'est surtout -heureux hasard- le cas pour la France où le télévangéliste de service, le marquis de Ma Crotte (hommage appuyé au passage à Dimezanov, même un chevalier de l'excrément comme moi n'y avait pas pensé) est en phase de dissolution dans sa propre bulle.
Attendons nous désormais à voir ce taré se démultiplier dans les médias dans son uniforme flambant neuf de Badinguet du Bien, et noyer ce qu'il reste de campagne -et les pauvres petits problèmes mesquins des français- dans un discours hystérique de circonstance  : La guerre ! LA GUERRE !! LA GUEEEEERRRE !!!
« Il » (ses communicants) n'ont d'ailleurs pas perdu de temps, et « l'Europe c'est la paix » de s'en retrouver déjà dans les choux.

https://francais.rt.com/france/36468-emmanuel-macron-prone-intervention-militaire-syrie

Pas sûr d'ailleurs que cela déplaise à son électorat des classes moyennes, une variante distinguée (?) du populo, selon Patrick Reymond.

C'est Soral qui disait récemment que la seule porte de sortie de l'oligarchie en France -vu l'évolution des opinions- était de reporter les élections en invoquant l'article 16 suite à une nouvelle vague d'attentats.
Je crois qu'une nouvelle croisade contre le camp du Mal, sur le modèle de 1990 en Irak, serait encore plus propice à la chose.
Dans notre civilisation infantilisante et libidineuse il n'y a que les symboles qui marchent et font marcher au pas cadencé -souvenez-vous du Kosovo et ses « 50 000 viols » (ou 100 000 je ne sais plus, tout le monde a oublié).
En occident aujourd'hui, rien ne vaut le pédé pendu, l'enfant mort sur la plage ou la femme violée (à la rigueur le journaliste chargé de broder au kilomètres sur ces choses révoltantes) pour mobiliser les foules la fleur au fusil.
Avec une mémoire singulièrement courte.

https://francais.rt.com/international/36466-liberation-une-photo-enfants-morts-internet

Y a-t-il quelque chose à espérer de tout cela, je veux dire à court terme et pour ceux de notre bord ?
Il est certain que le barnum guerrier qui se met en place va clarifier les choses sur le plan électoral français, en dévoilant qui sont les faux souverainistes et les vrais atlantistes.
Il faut souligner aussi qu'un sérieux coin va être enfoncé dans l'électorat musulman -loin d'être acquis aux fondamentalistes- que Macron, sa clique et ses gros sabots entendaient se rallier sur les traces de la politique séculaire du PS.
L'évolution internationale à moyen terme va être intéressante à ce titre, je pense en particulier à la position de l'Algérie.
Il faut enfin considérer -ce sera ma conclusion- qu'il s'agit d'une affaire très grave, sans doute la plus grave depuis le début du conflit syrien, car cette fois les américains ont probablement pris en compte le scénario d'un conflit probable avec les russes, ce qui n'était pas le cas à l'été 2013.
Une sorte de coup poker sur le modèle de l'affaire de Suez en 1956, mais cette fois-ci fomentée et menée par les USA, ce qui conduirait la manœuvre à déboucher directement sur une nouvelle crise de 1962.
Il ne reste plus à espérer qu'elle tourne court de la même manière pour ses instigateurs, ce qui signifierait une mise à mort pure et simple pour eux.
Raison pour laquelle je n'y crois pas trop, hélas.

yann 07/04/2017 19:36

Je ne sais pas si Trump a trahi, mais je pense qu'il s'agirait là d'un moindre mal. En effet une hypothèse tout aussi crédible est que l'état américain ne contrôle peut-être tout simplement pas son armée. Auquel cas Trump aurait affirmé soutenir le bombardement pour continuer à faire croire qu'il a le pouvoir. Si tel est le cas, c'est infiniment plus inquiétant qu'une trahison de Trump ce serait la matérialisation de la grande peur d'Eisenhower. Déjà que les services secrets agissent en pouvoir quasi autonome, il y a plus qu'un gros problème dans la structure politique américaine. Au final Philippe Grasset a raison Trump agit comme le révélateur de la supercherie démocratique américaine. Il est probablement l'american Gorbatchev, il va détruire ce qu'il voulait sauver.

anonyme 07/04/2017 12:42

Tout çà pour çà :
Aux États-Unis, le syndrome du jeune diplômé trop qualifié
http://www.lefigaro.fr/emploi/2017/04/07/09005-20170407ARTFIG00006-aux-etats-unis-le-syndrome-du-jeune-diplome-trop-qualifie.php
-->
vers 2003-2004, en crise, les clients des SSII demandaient un ingénieur pour faire le travail d'un technicien en informatique parce que les prix avaient baissés et il y avait beaucoup de personnes en intercontrat, donc qui pouvait le plus pouvait aussi le moins.
Il y a trop de diplomés du supérieur pour le nombre d'offres à pourvoir.
Quand on regarde cette étude dans l'industrie http://www.uimmbretagne.fr/images/Documents/Observatoire/les%20besoins%20en%20emploi%20dans%20lindustrie%20en%20bretagne%202012.pdf
on voit bien que ce sont les ouvriers et techniciens qui manquent.
Faute d'ouvriers, faudra-t-il les remplacer par des robots dans le futur comme le baxter ?

A méditer :
L'impact de la technologie sur les emplois au cours de l'histoire et pourquoi vous ne pouvez rien y faire :
Humans Need Not Apply (Les humains ne dpoivent pas postuler)
https://www.youtube.com/watch?v=7Pq-S557XQU
pensez à activer les sous-titres en français.

L'apres 07/04/2017 10:59

Pistes de réflexion intéressantes qui rejoignent celles de PR.

Extraits: "Nous faisons l’hypothèse que la désurbanisation va se poursuivre à mesure que la descente énergétique va s’affirmer en raison de changements dans les conditions énergétiques et économiques.
Il en résulte que le mouvement de métropolisation devra s’arrêter en raison du fait que l’étalement urbain ne pourra être soutenu dans les mêmes conditions qu’actuellement."

https://www.institutmomentum.org/lile-de-france-bioregion-resiliente-2050/#sdfootnote1sym

dizemanov 07/04/2017 10:01

ALERTE - Syrie: Moscou suspend son accord avec Washington sur la prévention d'incidents aériens
https://www.romandie.com/news/ALERTE--Syrie-Moscou-suspend-son-accord-avec-Washington-sur-la-prevention-/786553.rom

EnPassant 07/04/2017 09:56

En cherchant un peu on doit pouvoir y caser Fion aussi non ?
"Corruption", "favoritisme", les soupçons s'accumulent dans l'affaire du Grand Stade de Lille
http://www.latribune.fr/regions/nord-pas-de-calais/corruption-favoritisme-les-soupcons-s-accumulent-dans-l-affaire-du-grand-stade-de-lille-680792.html

EnPassant 07/04/2017 09:54

Le monde de macron
Le guide de Deliveroo pour déjouer les accusations de salariat déguisé
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/le-guide-de-deliveroo-pour-dejouer-les-accusations-de-salariat-deguise-680851.html

L'apres 07/04/2017 09:39

Concernant les programmes énergétiques des candidats aux présidentielles, on remarquera que l'on ne parle encore une fois que d'électricité et pas un mot sur les autres formes d’énergie. Va t-on aussi se chauffer avec des résistances électriques? Transporter les vivres dans les supermarchés avec des camions électriques? Commercer avec des navires électriques? Transporter les malades avec des ambulances électriques?

Benoît Hamon prône l'abandon progressif de l'atome d'ici 25 ans avec une électricité issue à 50% du nucléaire d'ici 2025, comme le prévoit la loi, et 100% renouvelable en 2050. Il favoriserait la production citoyenne d'énergie.

Emmanuel Macron reprend l'objectif de 50% de nucléaire en 2025 (dont fermeture de Fessenheim) et pour la suite attend l'avis de l'Autorité de sûreté nucléaire de 2018 sur la prolongation des centrales au-delà de 40 ans. L'Etat "encouragera l'investissement privé" dans l'éolien et le photovoltaïque.

Jean-Luc Mélenchon prône la fermeture des centrales sur 25 ans et 100% de renouvelables en 2050. Il nationaliserait EDF et Engie.

Pour François Fillon, il faut "moderniser le parc nucléaire pour en prolonger la durée d'exploitation" et autoriser l'autoconsommation.

Marine Le Pen veut aussi garder Fessenheim et booster le nucléaire. Elle soutiendrait la filière hydrogène mais décrèterait "un moratoire sur l'éolien".