Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 06:32

Des nouvelles de la guerre aux USA,

 

Vous savez ce pays si prospère (Youp la boum), qui ne connait pas le chômage (102 millions seulement) et où tout le monde est au paradis (artificiel).

Baltimore donc, refait parler d'elle. C'est curieux, parce que plus la ville se réduit, plus les problèmes flambent.

A la fin d'avril, le nombre de meurtre a atteint 118. Mais je vous rassure tout de suite. Ce ne sont que les meurtres recensés. La réalité est sans doute bien en dessus, et on devrait logiquement dépasser les 400 cette année. Bon, on peut considérer que Baltimore est champion de sa division.

A cela, il faut rajouter les morts d'overdoses (800 en 2016), et l'épidémie d'opiacées dernière génération, qui s'annonce comme étant d'enfer.

En dépensant 16 000 $ par élève, la ville de Baltimore atteint des résultats complétement nuls, dans 6 écoles.

Pour quitter ces quartiers, il faut être champion de natation, et mettre derrière soi toute la famille tuée dans des embrouilles de quartiers liées à la drogue. L'espérance de vie souvent, ne dépasse pas 18 ans pour un membre de gang (question qui "tue" : qui, à Baltimore, à 16 ans, n'est pas membre de gangs, dans les quartiers noirs ?).

Bien entendu aussi, je vous fiche mon billet que ces écoles pourries, loin d'être "multiculturelle", sont tout à fait homogènes à ce niveau là, et que tout ce qui intéresse les élèves, c'est de savoir compter le minimum pour pas se faire mettre une branlée quand ils rapportent leurs rentrées au chef-dealeur.

Le sex ratio est très dégradé à Baltimore : " Pour 100 femmes de tous les âges, on comptait 87,4 hommes et pour 100 femmes de 18 ans et plus, on dénombrait 82,9 hommes. " soit un SR de 0.874 et 0.829.
On meurt donc très jeune à Baltimore, au moins chez les hommes. C'est un état de guerre civile larvée. Comme dans les guerres, on meurt avant l'âge de 20 ans.

Zerohedge nous reparle de Venezuela et de la faute au socialisme. En réalité, le Venezuela a été en pente ascendante tant qu'il avait une production ascendante de pétrole (1920-1970), et une pente descendante après son pic pétrolier.
Mais chez zerohedge, on n'a pas compris le principe que Dieu nous avait donné deux poches ; une de devant pour les défauts des autres, et une de derrière pour ses propres défauts.
Après, certains veulent casser le miroir. Macron veut filtrer la presse. Elle n'était pas suffisamment larbin ? Mais la presse larbin, elle a un défaut. Elle pratique les trois L.
Léché, lâché, lynché, ce qui ne manquera pas de lui arriver, d'autant qu'il part avec un capital de confiance bas, très bas et qu'il est complétement idiot. Oui, je sais qu'il parait intelligent. Mais pour avoir la foi du charbonnier, comme il l'a, il faut être complétement idiot. Même si sa foi du charbonnier, c'est envers le libéralisme qu'il le déploie. 
Macron n'a d'ailleurs pas compris l'essentiel. S'il a l'étoffe du dictateur, le dictateur ne se maintient pas sans résultat. Staline, comme Franco, ont eu une certaine réussite économique en leur temps.
C'est beaucoup plus compliqué de gérer le déclin. L'instabilité retrouvé au Venezuela depuis 1970 devait beaucoup à la variation de valeur du pétrole. Avec le choc pétrolier de 1973, un certain nombre de pays déclinants, comme l'Iran et le Venezuela ont cru pouvoir compenser. Mais dans une équation Prix X volume, rien ne remplace le volume.

Macron, lui, vient de faire un impair. Et la presse a quand même, un caractère vindicatif et méchant. Et on n'attaque pas des gens qui l'ont si bien soutenus...

Baltimore est à l'image du monde "développé", des éléments éclatants, côtoyant la merde qui se généralise pour le citoyen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Energie
commenter cet article

commentaires

dizemanov 20/05/2017 10:04

Burundi : économie au point mort faute de carburant

La pénurie a entraîné une hausse généralisée des prix du transport, provoquant à son tour une augmentation vertigineuse des prix des denrées alimentaires.

les observateurs se demandent désormais si le gouvernement va être en mesure de payer les fonctionnaires dans les mois qui viennent.

http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/pays/BDI/fr.html

https://www.romandie.com/news/Burundi-une-economie-au-point-mort-faute-de-carburant/797600.rom

Max 20/05/2017 16:45

Le problème n'a jamais été le manque de carburant, mais l'excès de burundais :
https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_du_Burundi#/media/File:Burundi-Demography.png
Certains disent que je radote, mais il ne faut pas se voiler la face : Le problème principal dans le monde actuellement c'est la surnatalité.

gutknecht 19/05/2017 16:32

Cliff Richard La Ballade De Baltimore

https://www.youtube.com/watch?v=QyX8D5MwBGw

anonymous19 19/05/2017 16:26

Oui, le socialisme c'est Pô bien...

Le capitalisme c'est la propriété privé. Le contraire, c'est le collectivisme prôné par le socialisme qui n'est rien d'autre qu'un capitalisme d'Etat.

Le libéralisme c'est la prédominance du secteur privé dont la production s'adapte en permanence à la demande grâce à l'information fourni par le prix du marché.
L'économie planifiée/dirigée prônée par le socialisme prétend qu'un groupe de fonctionnaires/politiciens démagogues et partisans est plus à même de fixer les biens produits, la quantité nécessaire et la qualité désiré.

Le grand mensonge consiste à présenter le système actuel comme un système capitaliste et libéral alors que 58% du PIB consiste en dépense de l'Etat.
Le système actuel devrait être qualifié de fascisme, corporatocratie, capitalisme de copinage (crony-capitalisme), welfare-warfare state.

L'autre mensonge est de faire l'impasse sur le système monétaire qui en plus d'être frauduleux, est un système de planification central. L'inflation produite par ce système provoque l'effet Cantillon qui est un mécanisme de transfert de la richesse des pauvres vers les riches.
Ce système monétaire est responsable de la pauvreté et des inégalités que l'on reproche indûment à l'économie libérale et au capitalisme. On l'appelle néolibéralisme (novlangue) alors qu'il est à l'opposé des principes libéraux.

https://mises.org/blog/whats-difference-between-liberalism-and-neoliberalism
https://mises.org/library/why-austrians-are-not-neoliberals
https://wealth.goldmoney.com/research/goldmoney-insights/the-mystery-behind-economic-growth

Helios 20/05/2017 13:18

Il est vrai que le système économique actuel n'est pas libéral, mais il faut faire attention. Les 58% ne sont pas des dépenses de l'état, ils comprennent toutes les dépenses de santé, celles d'éducation. Dans d'autres pays dits "libéraux" ces dépenses indispensables profitent à des prestataires privés, qui bénéficient d'avantages pas du tout libéraux (par exemple aux Etats-Unis, sévère limitation de la concurrence entre compagnies d'assurances, ou statut particulier des emprunts étudiants, qu'on ne peut pas annuler en cas da faillite personnelle). L'absence de libéralisme est présente dans les deux cas, mais pas au même endroit.
La vraie preuve de l'absence de libéralisme ce sont en effet l'existence et les pratiques des banques centrales.
Enfin il n'y a rien à reprocher à "l'économie libérale", puisqu'elle n'existe pas.

Nicolas 19/05/2017 15:08

Jolie...on dirait l'ile de ré hors saison, manque plus que Jospin qui fait du vélo.

Popeye 19/05/2017 14:45

En ce qui concerne le Vénézuela, je ne serais pas aussi indulgent que vous à l'égard du socialisme : j'aurais tendance à penser qu'il amplifie la chute économique liée à la diminution des ressources pétrolières.

Chavez, s'il avait des tendances socialisantes, était aussi militaire et donc, contrairement à ce que l'on pourrait croire, réaliste et pragmatique. Les officiers sont en effet réalistes et pragmatiques : la section qu'ils commandent arrivent à l'heure à l'endroit prévu...ou pas. Lors d'un entraînement au tir, les cibles sont hachées menu...ou pas. La sanction du réel est immédiate et sans appel, ce qui incite au réalisme, au pragmatisme et à se méfier des solutions "technico-idéologiquement pures"

Sans avoir étudié en détail la question, je pense que Chavez était, en ce qui concerne l'économie, fort pragmatiquement à égale distance entre l'économie administrée et le capitalisme de connivence - principalement au profit des grosses multinationales souvent yankee - qui a cours dans nombre de républiques bananières latino-américaine.

A la différence de Maduro, tout aussi socialisant mais apparatchik, qui pensait pouvoir gérer les difficultés économiques par le contrôle des prix, les taxations, la limitation des importations, la planification de la production et tous ces beaux outils théoriquement parfaits.
Caramba, encore raté! Ça aurait plutôt tendance à amplifier les mauvaises performances économiques...

Piotr 19/05/2017 13:31

Macron ne semble pas connaitre de limites à ne pas franchir ni avoir un comportement prudent comme feu le président Hollande. Il a une certaine forme d'inconscience.

Ce qui veut dire que la situation va devenir intéressante car soit il fonce avec son quarteron de centristes, dans l'euro-libéralisme extrême à coup d'ordonnances (le plus probable à ce jour), soit face à une situation explosive et défavorable, il choisit l'opposition absolu à Merkel. Je pense que la 2ème possibilité n'est pas du tout impossible car encore une fois, il n'a pas de tabous

RODEZ21 20/05/2017 19:46

@ Piotr
Pour la 2ème possibilité, une révolution ''orange'' peut tout a fait être envisagée mais qui voudrait en arriver à une telle extrémitée; on ne mord pas la main qui vous a fait roi(telet). D'ailleurs, il ne saurait y avoir de choix démocratique contre les traités européens, donc c'est TINA un point c'est tout : https://www.youtube.com/watch?v=Tetk_ayO1x4
La 2ème possibilité, même pas en rêve...

jean-Marie 19/05/2017 11:19

Je viens sur les votes des présidentielles. On voit une très bonne analyse de Michel DRAC et Maurice Legendre.

Présidentielle 2017 : regardons les chiffres [Michel Drac]
https://www.youtube.com/embed/7CyAYsu9qdQ

EnPassant 19/05/2017 10:44

ici c'est carrément le coup d'état qui était en route si marine passait
http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/05/19/35003-20170519ARTFIG00048-un-plan-pour-preserver-la-paix-civile-en-cas-d-election-de-marine-le-pen.php