Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 13:48

"l’assainissement accéléré des comptes publics, que ce soit à Madrid comme dans d’autres « mairies citoyennes », est principalement dû à l’inexpérience des élus et à une mauvaise gestion du budget, qui pénalise l’exécution des investissements programmés."

On admire, dans la novlangue du "monde", la définition de la "mauvaise gestion". L'effondrement de l'endettement des municipalités, dont celle de Madrid, deux ans avant la date prévue de la réalisation des objectifs (3.7 milliards d'endettement, contre 4.7 en 2015) est causée par... la mauvaise gestion des investissements, nous dit on.
Moi, passé les années 60, j'avais bien remarqué que les travaux s'empilaient (et s'emballaient), les uns après les autres, tout en oubliant, bien sûr, ceux utiles. La croissance des zones industrielles et résidentielles était la politique menée, telle celle du maire barjo de la croissance économique de "la soupe aux choux".

Par contre, l'important, tout ce qui était invisible, sous terre, ou qui n'apparaissaient pas sur les photos, comme l'entretien des systèmes d'eaux, les barrages, on s'en tamponnait vulgairement le coquillard, parce que justement, c'était pas visible, et que ça claquait pas.

La seule chose nécessaire, a été de faire une pause dans les travaux, en les réduisant beaucoup, et en laissant les prêts arriver à échéance. Déplorable. Et les chiffres d'affaires du BTP ??? Adieu, béton, ferraille, enfants d'élus placés, résultats consolidés, comptes au Panama...

C'est ça la mauvaise gestion ??? Ou la gestion du père de famille ? Si on veut que les autorités économiques se comportent comme des entités micro-économiques, il faut, au contraire, les féliciter. C'est en matière macro-économique qu'on veille à la conjoncture, pas au niveau des communes, ni des départements, ni des communautés, les seuls alibis, finalement à l'existence ces entités de plus en plus grandes, qu'on veut regrouper, c'est de pouvoir s'endetter encore un peu plus.

Raison pour laquelle, le gouvernement, gourmand de réductions de dotations aux communes, etc, ne voulait pas que cela se traduise par la conséquence logique : la fin des travaux éternels, où les maires bâtisseurs construisent toujours plus, en refaisant ce que le prédécesseur avait obligatoirement, mal fait.
A rapprocher aussi, au procès fait aux élus -souvent communistes- du 93, pour leur "manque d'ambitions", en matière de travaux, et à l'autre bout, aux élus FN, moins ou pas du tout impliqués dans les grandes coucheries avec les grands du BTP.

Forcément, ce genre de compromissions, il faut des années pour les créer, ce qui "disqualifie" le FN, et les communistes privilégient les dépenses de fonctionnement, fournisseurs de postes de fonctionnaires territoriaux, clientélisme électoral différent oblige...

Moi, j'aime bien les hyper-mauvaises gestions, qui consistent à ne pas avoir de dettes et pleins d'avoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique Economie
commenter cet article

commentaires

Dany 30/05/2017 12:43

Qand un pékin estime sa ville bien tenue, je lui propose d'aller voir le site Proxiti pour voir les taux d'imposition et l'endettement; c'est effarant...sauf pour les banques.
Les communes les moins endettées ont généralement des taxes plus élevées.
Les communes généreuses avec les taxes compensent en empruntant et tout le monde est content...