Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 12:46

Ou la semaine de Horzabky...

Je cite :

Au 18e siècle, la population de Paris était d'environ 500 000 habitants. Le chauffage se faisait au bois, qui arrivait flotté sur la Marne. On ne chauffait pas les maisons, il arrivait juste assez de bois pour faire la cuisine (la Marne n’est pas l’Amazone…). NB : il en arrive aussi de la Loire, via le canal d'Orléans, il arrive aussi, aux prix de prouesses incroyables, du charbon stéphanois... D'où l'habitude de s'habiller chaudement même à l'intérieur des maisons : épaisses robes de chambre, bonnets de nuit, lits à baldaquin (qui sont comme une tente à l'intérieur de la chambre), alcôves fermées, chaises à haut dossier pour se protéger des courants d'air, etc.

Les pots de chambre étaient vidés dans les jardins (la merde est un excellent engrais)
(NB : Surtout l'urine) voire directement dans les ruisseaux qui coulaient le long des rues, ou directement dans la Seine. Les immondices accumulés au fil des siècles sont devenus des collines, comme celle qui occupe une partie de l’actuel Jardin des Plantes. Ou le cimetière des saints innocents, qui "consommait" les corps, en quelques jours seulement. Et s'était notoirement surélevé.

Maintenant on produit l'électricité en dehors des agglomérations, et on a des camions et des trains pour transporter la nourriture. On n’a plus besoin de jardins potagers pour compléter son alimentation, ni de puits dans le jardin ou de fontaines publiques pour avoir de l’eau, et les déchets sont évacués et traités. Mais il y a des limites au nombre de trains et surtout de camions qu'on peut faire circuler.

La ville la plus peuplée du monde, en 2017, c'est le Grand Tokyo, avec 38 millions d'habitants. La densité de trains, métros, tramways, etc, est très élevée, et bien sûr tous ces transports consomment des quantités faramineuses d'énergie. Je ne compte même pas l'essence pour les camions qui ravitaillent les supermarchés.

À mon humble avis, on n'aura pas de villes de 80 millions d'habitants, parce qu'on n'aura plus assez d'énergie bon marché pour les faire fonctionner. Il ne suffit pas d’avoir de l’énergie, il faut qu’elle soit à un prix abordable pour le citoyen moyen.

L'eau du robinet cesse de couler s'il n'y a plus d'électricité. En Région Parisienne, les usines des eaux ont juste assez de gazole en réserve pour faire fonctionner leurs groupes électrogènes pendant 48 heures. Les pompes des stations services fonctionnent à l'électricité (l'essence est dans des cuves enterrées en sous-sol, pour des raisons évidentes de sécurité).

Sans énergie bon marché, une grande ville n'a ni eau, ni nourriture, ni transports, ni chauffage, ni lumière.

Si en 1700 aucune ville européenne ne dépassait 575 000 habitants, grand maximum, c'était pour des raisons logistiques, à une époque où l'on se déplaçait à cheval et où l'on se chauffait au bois. Et aussi parce que le paysan produisait peu d'excédents : 90% de la population travaillait dans l'agriculture. Rome a connu son apogée au 2e siècle après Jésus-Christ, et comptait alors plus de 500 000 habitants.
NB : On parle aussi du million, après la construction du port d'Ostie, qui rend la capitale impériale possible. Concernant les villes de l’époque pré-industrielle qui auraient eu des populations plusieurs fois supérieures, comme Constantinople et Chang’an, j’ai un doute. Même pour Rome, certains historiens ont avancé des chiffres actuellement considérés comme absurdes par les spécialistes.

Il ne faut pas oublier que si nos 3,6% de paysans français aujourd'hui produisent de quoi nourrir confortablement 66 millions d'habitants, et même plus (la France exporte plus de produits agricoles qu'elle n'en importe) alors que les 90% de paysans de l'époque de Louis XIV arrivaient tout juste à nourrir 20 millions d'habitants (famines et disettes étaient fréquentes), c'est grâce au pétrole. Les tracteurs ont remplacé les chevaux, et le gaz naturel entre dans la composition des engrais.
NB : l'agriculture est très archaïque, il faut la grande guerre civile du XVI° siècle, pour qu'Olivier de Serres propose une politique de développement (réalisée vers 1820), mais dont les progrès ne sont perceptibles qu'au XVIII° siècle.

Un cheval, ça fait le travail de dix hommes, mais ça mange comme quatre hommes, si on tient compte de la surface de terre qu'il faut pour le nourrir.

NB : raison pour laquelle, la Chine n'emploie que le moteur humain cher à Braudel, et pas du tout l'animal. L'animal en Chine, comme le cheval est uniquement utilisé pour la guerre. Pour le reste, comme dit Lucien Bodard, le moteur de la Chine, c'est le muscle du chinois.

L'adaptation est un mouvement continue. Cette adaptation a lieu depuis 1979, date du pic pétrolier par habitant. Elle se traduit en occident par la montée du chômage, et les délocalisations. Les délocalisations, d'ailleurs, sont une absurdité énergétique : elles impliquent une moins grande efficacité en la matière que les pays occidentaux, et s'expliquent par la lutte des classes, venue d'en haut, plus que par un mouvement économique irrésistible. Les usines qui dégraissent et/ou ferment, auraient très bien pu ré-ouvrir à quelques kilomètres, avec quelques ouvriers seulement.

Cela a introduit un élément de fragilité dans l'économie mondiale, qu'on a pris pour de la solidité. On dépend de quelques usines ici et là, et d'un pétrole pas cher. Orlov dit que le transport commercial s'est adapté, lui aussi : des moteurs ont été enlevés sur les navires, qui vont moins vite. Mais une fois ce "progrès", réalisé, il n'y a plus rien à gratter.
Donc, depuis 1979, on a accompli des "progrès". je me rappelle des conversations de 1982. Les voitures neuves de cette époque ne "consommaient plus rien", selon les dires de leurs propriétaires. Il faut dire que quand on vient des 11-12 L au cent (on n'était pas très regardant, au début des années 1970), à 7-8 litres, ça fait tout drôle, même si les voitures sensées être "économiques", en 1970, ne l'étaient guère. Certaines Renault 4 étaient des gouffres in-réglables. Aujourd'hui, c'est oublié, il ne reste que les dernières et les meilleures... Et on avait pris conscience du problème, en faisant des modèles et des moteurs bien plus économes. Et en évitant, par exemple, de mettre des carburateurs de Fuego ou de R18 sur des R4...

Toute la société a été "downsizinguée". A tous les niveaux : chauffage, transport, etc... Sans changer la donne du problème. Quelque soit le niveau de réduction, il est insuffisant. Et la structure n'a pas changé : tout vient de loin. De trop loin.

Et tôt ou tard, le downsizing, devient effondrement. La géologie ne ment pas. Tôt ou tard, la ressource devient inexploitable, ne laissant que des boumvilles.

Pendant que certains vantent la facilité de trouver un emploi aux USA (ce qui est peut être vrai à NY), on voit qu'ailleurs, ce sont des villes faillies. Ou des villes jamais habitées.

D'ailleurs, j'ai lu un article. Pour la première fois, on parle d'une possibilité qu'une projection démographique soit fausse, en raison d'un accident. Ou d'un crétinisme prégnant.

Pendant ce temps,on nous renseigne sur le transport maritime. Un naufrage tous les trois jours, et des mises à la casse toujours colossales, pendant que les prix du fret ne se redressent toujours pas. Dans les mauvaises passes, le BDI (Baltic dry index, ou indice du fret de la mer du nord), est à 600, dans les bonnes, à 1 200, mais dans les deux cas, il ne paie même pas le carburant, à comparer aux 14 000 où il était en 2007.

Downsizing aussi dans le transport maritime. On fusionne. Pour faire sans cesse des économies d'échelles. Ou arriver à la situation de monopole. Si, bien entendu, l'économie mondiale n'a pas collapsé avant. Un cas de figure que le marquis de Belgueule à l'Elysée n'a pas du tout pris en compte, lui qui veut nous faire avaler sa mondialisation à la con.

Bref, imaginez une ville de "seulement" 38 millions d'habitants où tout s'arrête. Combien de temps cela va t'il prendre pour tourner, à l'émeute, aux meurtres, aux épidémies, et à une réduction ultra rapide de la population, et quand les populations vont essayer de s'extraire, à des "marches de la mort" ?

Aux projectionnistes, il ne manque qu'une chose, le bon sens, et le sens du possible.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bruno 02/07/2017 17:20

Tiens, notre nouveau président, en cette veille de Tour de France, semble décider à conquérir le maillot jaune de l'impopularité face à ses deux prédécesseurs. Coup sur coup, annonce de mesures d'austérité dans la fonction publique et une déclaration on ne peut plus fumeuse sur les "gens qui ne sont rien" et qui fréquentent les gares. Tout cela à la veille des fameuses ordonnances sur la réforme du droit du travail :
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/07/02/25001-20170702ARTFIG00098-emmanuel-macron-evoque-les-gens-qui-ne-sont-rien-et-suscite-les-critiques.php

EnPassant 30/06/2017 21:28

Berlin : «Nous obliger à renoncer au gaz russe pour nous vendre du [gaz] américain est inacceptable»

https://francais.rt.com/economie/40410-berlin-nous-obliger-renoncer-gaz-russe-pour-nous-vendre-gaz-americain-inacceptable

serge 30/06/2017 17:06

"Combien de temps cela va t'il prendre pour tourner à l'émeute, aux meurtres..."
Les magasins d'alimentation ont au max 3 jours d'approvisionnement, au sens courses normales d'un foyer normal. Je ne parle même pas de l'eau dont on peut penser qu'elle sortira encore un peu des robinets, du moins si personne ne fait péter l'électricité qui alimente les circuits. Donc, la grande majorité des gens ne raisonnant aucunement au sens BAD, je dis qu'au bout de 3 jours c'est le bordel assuré. Et après, c'est l'escalade comme les modèles mathématiques décrivent les phénomènes d'agrégats de panique dans les stades, par exemple.

EnPassant 30/06/2017 12:13

Avec plus de 7 000 euros par mois, ce député UDI pense gagner moins que le Français moyen (VIDEO)
https://francais.rt.com/france/40391-plus-7000-euros-mois-depute-udi-pense-gagner-moins-salaire-moyen-francais

La Gaule 30/06/2017 11:30

Bon...
Moi, je crois que de telles agglomérations sont plausibles, mais temporairement.
Tout dépend de la finalité.
Pour les mégalos aux commandes cela fera de magnifiques camps de concentration.
Comme les pauvres artisans d'il y a soixante dix ans n'en avaient jamais rêvé avec leurs espèces de terrains de camping / funérarium perdus dans les champs de patates.
Et puis la majorité des PATIENTS ne se trouvera pas mécontente d'être là. Dans les cathédrales, des écrans géants leur projetteront en boucle « Nuit et brouillard » pour leur rappeler ce que c'est VRAIMENT que l'horreur.
Et ils marcheront, les cons. Le tourisme culturel de masse les aura entraîné à ça. Et cela continuera d'ailleurs, vous verrez qu'il aura toujours du fric pour le théâtre de rue.
L'on jouera « les femmes savantes », version trans / queer, à deux pas des charniers et aux sons du rap diffusé à plein ballon tous les dix mètres (notez que le scénariste de « Soleil vert » manquait d'imagination, ou alors il ne buvait que du Vichy).
Les gens ne diront rien, de nos jours les majorités sont toujours silencieuses.
A ce sujet, et bizarrement, j'étais en train de lire un petit bouquin sorti au milieu de la nuit de mon foutoir. « Hiroshima » d'un certain John Hersey, écrit au lendemain de la catastrophe du même nom.
Après la phase de stupeur et de panique qui suivit l'explosion, ce qui frappait tous les témoins rescapés était justement LE SILENCE. Des masses humaines s'agglutinaient le long des rues et mouraient en silence.
Vous me direz qu'il s'agissait d'un acte brutal de guerre et non d'un effondrement tel que défini par les règles de Dimitri Orlov (étalon procédural déposé au pavillon Baltard).
Avec les ogives nucléaires et les vilaines bestioles qui sommeillent dans les entrepôt d'arrière cour de nos militaires, j'ai envie de vous demander si vous rigolez.
Et puis les japonais sont tellement disciplinés alors que le français, lui, est râleur...
D'accord.
Quand à la fureur vengeresse des gueux, c'était au temps où les gueux vivaient dans le réel. Pour ceux d'aujourd'hui le réel sera toujours incroyable. Le réel est un fake.
De toute façon les plus lucides n'auront que des kapos -leurs frères- à se mettre sous la dent. Les donneurs d'ordre seront effectivement tous en Nouvelle Zélande grâce au télétravail.
Mais cela ne fera pas tant de monde que ça.

Vous l'avez deviné, j'ai rechuté. Deux litres entre 11h PM et 2h AM. Et je me suis fait lourdé d'un bar homo.

C'est vrai qu'entre les faux problèmes, tel que ceux exposés par Orlov, Kunstler, Reymond et leurs disciples etc. et les vrais problèmes, c'est dur de s'y retrouver.
Les vrais problèmes, ce sont par exemple la souffrance de ceux qui souffrent (les autres rigolent bêtement), et dont savent si bien parler les vrais professionnels de la vraie presse.
Les gays homophobés,
Les gouines gouionphobées,
Les migrants de toute couleur et les juifs errants (si si, ça continue, ils errent, ils errent),
Les islamophobés,
Les artistes ménopausées,
Les non ménopausées mais qui ont loupé le lifting -sacré Trump !
Les animaux persécutés et le racket syndical des patrons,
etc. etc. etc.
J'arrête là, tant de souffrance m'étreint.
Toujours est-il que je finis par tout mélanger, surtout après le premier flacon.

C'est le but, ces salauds veuillent que je m'embrouille. Ils redoutent tous la critique de ma raison pure. A juste titre.

Donc, voilà qu'au comptoir je me lance dans une diatribe où je fais un bouillon Royco avec tout ça.
« C'est ignoble, c'est dégueulasse, ces abattoirs où l'on découpe encore vivants des pédés à la chaîne. Ces pauvres bêtes ont droit à une mort digne. En plus c'est même pas climatisé là-dedans. Normal que les employés deviennent fous, rien que des arabes au passage ».
Stupeur dans l'entourage. Une brouteuse oxygénée me regarde, épouvantée. A sa tête, c'est sûr que l'on ne fera pas une PMA ensemble. (Pas grave, ma lucidité revenue je pense que c'était un travelo).
J'ajoute, en picorant une cacahuète.
«D'ailleurs, à partir de maintenant, j'arrête de consommer du pédé bas de gamme. Je ne prends plus que du jeune, du petit pédé, encore tendron, élevé au grain ».
Et puis je me lâche, en rigolant baveusement de ma connerie.
« Z'avez qu'à imaginer le pauvre petit Macron, suspendu par les pieds alors qu'un gros bras mécanique lui épluche les klaouies. La pauvre bête appelle sa mère. KROUIII il fait, KROUIII , KROUIII !!! » (les cinéphiles auront reconnu le cri du beauf écolo quant il se fait défoncer l'oignon par un redneck déjanté dans « Délivrance » de John Boorman -1972).
Le barman, un blondinet musculeux avec une croupe de femelle pitbull ramasse alors sans ménagement mon verre avec un définitif :
« Je ne te sers plus. Fous le camp vieille tapette !».
Avec l'unanimité tacite et lâchement soulagée de l'assistance.
J'ai passé ensuite deux heures sur un banc dans un square, à savourer la fraîcheur humide retrouvée.
Cela fait du bien de se retirer un peu des vrais problèmes.

logique 30/06/2017 11:26

Voila l'adaptation façon soleil vert. il suffit juste de lire le début de l'article.

http://www.chemeurope.com/en/news/163908/turning-metal-catalysis-on-its-head-for-a-sustainable-future.html

pour ceux qui se demande encore a quoi pourrait servir l'espèce humaine dans le futur.

Abdel 29/06/2017 23:06

Je travaille avec des japonais et je ne pense pas qu'il aura des emeutes....des bouc émissaires, peut etre . Auront ils la meme reaction que lors du tremblement de terre de 1923 ?

voir cette video de cette evenement ( à 21mn ) :

https://www.youtube.com/watch?v=DvrLfXbVbjQ

Phil 29/06/2017 22:10

D'après vous pourquoi Micron n'aime pas RT et Sputnik et n'ose les inviter à lui poser des questions ?

Extrait d'un délicieux article sur les affairistes de la LREM : Richard Ferrand et Muriel Pénicaud (à ce jour). Lisez, vous serez surpris de leurs salaires et leur générosité avec vos impôts ou argent pour leurs proches.

https://fr.sputniknews.com/france/201706291032041533-macron-ferrand-medias/

"Pour une présidence qui se voulait exemplaire, on peut estimer que le départ est raté. Macron, qui voulait sortir du climat des affaires petites et grandes qui avaient probablement coûté sa place à son rival, François Fillon, l'entourage du nouveau président accumule dangereusement les casseroles et la petite mise à jour post-législatives ne semble rien y changer.

Interrogations sur la déclaration de patrimoine à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), zones d'ombre de l'organisation de la French Tech night, soupçons d'emplois supposés fictifs au Modem, décorations… des casseroles qui avaient pourtant commencé à tinter dès la campagne présidentielle, mais auxquelles les médias n'avaient pas donné beaucoup d'écho, se contenant des explications alors fournies par les principaux intéressés."

Pedro 29/06/2017 20:04

Tous les signes montrent que l'effondrement est présent mais encore diffus pour certains.
Maintenant, que fait on ?

logique 29/06/2017 19:10

Plutôt spéculation et illusion jusqu'a un certain point. De toute façon le système est failli. Tout du moins pour les personnes capables de réfléchir. Il tente de manière très grossière de faire croire a une possible amélioration des techniques et autres capacités qu'il aurait en réserve. Que se soit technique ou ressource. Mais la réalité et bien différente de tout se que l'on peut lire dans la presse et même se que l'on peut apprendre dans les écoles, mêmes les meilleurs. Toute la propagande ne leur sert qu'a tenir en espoir les débiles sans aucune culture ni connaissance. Mais la réalité et toute autres.
Le mythe c'est le toujours plus et le toujours mieux alors que dans la réalité il y en a de moins en moins et de bien plus mauvaise qualités.
Le système tente de faire croire qu'il est capable de tout maitriser et de toute contrôler mais en fait il ne contrôle rien. Il y va comme dans les sciences a l'aveugle et les vrais découvertes sont plus du au hasard qu'a une compréhension réelle des phénomènes en oeuvres.
En tout cas avec des mégapoles de 80 millions d'habitant l'ennemi a gagner d'avance. Il ne lui suffit que de polluer l'eau ou de dynamiter les pilonnes pour gagner.
Tout cela n'est possible que dans un monde en paix et ou tout le monde vie confortablement. Et je pense que le capitalisme de mondialisation ne puisse jamais arriver a une telle solutions. Puisque par défaut le capitalisme c'est la prédation. Il y aura toujours des moutons révoltés.
Ha ! les grandes illusions

L'apres 29/06/2017 18:06

Merci PR, j'adore vous lire.

J'ajoute un article qui fait suite aux villes fantômes en Chine ou en dépopulation aux USA. 10 ans après le début de la crise, la ville de Detroit perd toujours des habitants (moins 3541 habitants en 2016).

https://www.mercatornet.com/demography/view/detroit-still-shrinking-in-2016/19879

Plus tôt arrivera l'effondrement, mieux ça sera car on pourra repartir sur des bases a peu près correctes tant qu'il reste des sols cultivables, de l'eau de qualité et une biodiversité encore signifiante. J’espère qu'en 2030 au plus tard on décroîtra sérieusement, c'est ce qu'il pourrait arriver de mieux pour les générations suivantes.