Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 19:21

"Guerre Economique : 3 Graphiques qui montrent que ce n’est plus l’OPEP, mais les USA, qui déterminent les cours du pétrole. " Euh, c'est toujours les USA qui ont fait les cours du pétrole.

Et en plus l'article est complétement faux. Les USA exportent du pétrole brut. Mais en importent bien plus. Ce qu'ils exportent, c'est souvent le pétrole qu'ils ne peuvent raffiner, mais bien utiles, par exemple au Venezuela, pour exploiter son pétrole lourd.

3 points sont à contredire totalement :

  1. L’économie américaine représente près d’un quart du PIB mondial,
  2. L’armée américaine est inégalée dans le monde,
  3. L’économie américaine ne dépend pas de ses exportations.

L'armée américaine ne vaut plus un clou, si tant est qu'elle est jamais valu quelque chose. En 1945, l'armée de terre ne valait rien, et cela n'a fait qu'empirer depuis. Son aviation est HS, sa marine, un prétexte à gros budgets, et d'ailleurs, tout est prétexte, dans le domaine de la défense US, à gros budgets. En 1917, l'armée US n'était qu'une masse bureaucratisée, largement surclassée par l'armée française et l'armée italienne.

Le calcul de l'économie américaine ne vaut rien, et l'économie US n'est plus qu'une fiction appuyée sur les importations, y compris, massives, de pétrole.

Si la production a augmenté, les importations de brut se portent bien, et les exportations de produits raffinés, pas mal aussi. Les raffineries US produisent simplement plus que le marché intérieur ne peut absorber. 4 656 000 barils importés en net chaque jour, dont 7 303 000 millions de brut, et un net exporté (raffiné), de 2 657 000, au 09/06/2017. De plus le miracle du schiste est plutôt le miracle de la banque centrale, et des milliards enfournés dans l'exploitation pétrolière, mais qui ne rapportent pas un rond.

D'ailleurs, les nouvelles énergétiques ne manquent pas. Le charbon bientôt chassé par l’éolien et le solaire !

La transition me semble décrite comme lente. Elle risque d'être plus rapide que prévue, parce qu'au développement d'un secteur, se joindra l'effondrement de l'autre. Le gaz, d'ailleurs, provisoirement aide le renouvelable à tuer le charbon.

D'autres nouvelles énergétiques en provenance du moyen orient. South Pars et son équivalent qatari North dome seraient surestimés. L'Iran serait capable d'absorber la totalité de sa production (sa population est importante), et le Qatar est au taquet avec le GNL (gaz naturel liquéfié), et ne semble pas vouloir aller au delà (Oil in the ground is better than dollar in bank).  Donc que le sujet de la guerre de Syrie n'est pas un gazoduc. Mais il y a belle lurette que les diplomaties occidentales ont perdus le contact avec le réel et préfère la narrative au réel, y compris dans leurs buts de guerre.
Même si les gazoducs qu'on veut construire seront plein de vide.

La Corée du sud annonce sa sortie du nucléaire et son maintien en France seule, devient problématique (déséconomie d'échelle).
Boeing et Airbus annonce des tabacs au salon de l'aviation. Le seul truc con, c'est qu'on ne sait pas, à court terme, s'il va rester assez de pétrole pour éviter un krach, à très court terme aussi, de l'économie réelle.

Les Will E. Coyot, qu'on appelle en France les Macronistes n'ont pas compris qu'ils n'avaient plus de sol sous leurs pieds...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Energie
commenter cet article

commentaires

L'apres 21/06/2017 10:55

Charles Sannat partage un article sur le pétrodollar, les réserves saoudiennes et la politique energetico-monetaire des USA.

Extrait: "Pourquoi diable l’Arabie saoudite souhaite vendre une partie de sa production future de pétrole aux investisseurs s’il lui reste encore pour 60 ans de réserves de brut ? Quelque chose sent mauvais. Soit elle craint pour les prix futurs, soit elle n’a pas les réserves escomptées. Quoi qu’il en soit, il est intéressant de constater que le Royaume a continué de vendre ses réserves en avril alors que le cours du brut était supérieur à 53 $ durant la majorité du mois. Je pense que ce pays a de gros soucis, d’où cette IPO pour obtenir ces liquidités si nécessaire."

https://insolentiae.com/les-reserves-de-change-de-larabie-saoudite-poursuivent-leur-baisse/