Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CANCER DU CERVEAU...

21 Juillet 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

John Mac Caïn a annoncé être victime d'un cancer du cerveau. J'ai pensé à ce moment là que Dieu avait beaucoup d'humour ou alors beaucoup de rancune.

Un pas bien fini de service a dit : " Le cancer ne sait pas à qui il a affaire. Fais-lui vivre un enfer, John".
A l'annonce de la nouvelle, les bouchons de champagne ont du sauter, et les cuites ont du fleurir sur la planète.

Jocrisse, traineur de sabre et triste sire sont les moins pires de toutes les appréciations qu'on peut porter sur le personnage. Il a, par son action, mérité, ni compassion, ni sentiment de pitié.

La politique idiote qu'il a défendu, rappel un autre cancer du cerveau : le pentagone, le complexe militaro-industriel, le département d'état, les guerres sans fin.

Les militaires, d'ailleurs, on vient de confirmer ce que j'ai dit : le mercenaire, c'est toujours efficace contre la population désarmée

" Mon impression sur Blackwater, après avoir accompli 10 mois de mon service à Bagdad, est qu’ils ont la gâchette facile, ne sont pas contraints par les règles d’engagement de notre armée, représentent un danger pour les civils irakiens et également pour les forces de la coalition, se comportent comme s’ils étaient au-dessus des lois, sont considérés comme des tueurs tous azimut par la population et n’ont aucune activité dans le théâtre de combat. Le consensus avec mes pairs est qu’ils sont un handicap, pas un atout. " Pourtant, on ne peut pas dire l'armée US brille elle même sur le terrain. A quand remonte son dernier succès ? Le coup de la Grenade... Ils ont réussis à écraser une armée forte de 1500 hommes (+ 700 conseillers militaires étrangers). L'ile abrite 90 000 habitants sur 350 km2. La prochaine victoire, c'est l'invasion du Vatican, ou de san marin ?

On peut aussi appeler les mercenaires, paramilitaires, et s'étonner, comme en Colombie, que le conflit dure depuis 1948. Plusieurs fois, la guérilla s'est effondrée (je vous rassure tout de suite, pas sous les coups des militaires ou paramilitaires colombiens), mais les massacres de civils désarmés laissent toujours des survivants, des témoins, qui eux, rejoignent les débris des guérillas et leur donne un second souffle. L'effondrement des guérillas arrive souvent quand les dites guérillas, gavées de l'argent de la drogue, finissent par ne plus savoir qui elles ont...

D'ailleurs, les pontes du pentagone se sont ils rendus comptes que les multiples forces locales qu'ils formaient finissaient toujours par les haïr, et les trahir ? Seule l'amérique latine, mieux contrôlée, fait exception, mais les guérillas y perdurent, sans perspective d'être écrasées définitivement. Le sparadrap du capitaine Haddock... Il me semble d'ailleurs, que des mouvements considérés comme détruits, genre Tupac Amaru, et Sentier lumineux, sont encore bels et bien en activité, pas autant qu'à une époque, mais tronçonnés, les morceaux ont recommencés à pousser... On peut aussi parler des cartels mexicains, qui se multiplient à grande allure...

Chez nous, certains ont dit qu'on avait remplacé un brave par un béni-oui-oui, à la tête du CEMA. Je rappellerais un fait historique. Allende est mort en croyant Pinochet tué à cause de sa fidélité envers lui... Hilarant, non ? Le plus à craindre, c'est celui qui dit oui avec la tête, et non avec le coeur...

Jacques Sapir dit : " S’il manquait à le faire, il ouvrirait de fait une période de grande incertitude quant au fonctionnement des institutions, y compris le mandat présidentiel qui pourrait, dès lors, s’en trouver dès lors abrégé. "

Exactement ce que j'ai dit, sous une autre forme. Mais j'ai moins confiance en la nature humaine. Je pense que les guerres civiles risquent d'arriver quand les importants sont privés de gamelles. Ils ont tendance à le prendre fort mal. La Violencia colombienne de 1948 est emblématique. On disait que ce qui différenciait parti conservateur et libéral, c'était l'heure à laquelle ils allaient à la messe. Autant dire que la différence entre les deux rappelle l'UMPS... Pourtant, ils se sont mis sur la gueule...Sans doute, justement, à cause de cette absence de différence, qui a crée le différent.

Pour ce qui est des armes, le problème a déjà été posé lors des premiers attentats. On peut les confisquer, mais la question, c'est "où les mettre ?", surtout que les casernes ont été largement bradées. Sans compter la question qui tue ; l'indemnisation... Et le risque de faire bien des mécontents...Sans compter la somme de travail que cela représente. Putain de libéralisme qui prive de tous moyens d'actions...

Je rappellerais aussi qu'à la veille de toutes les grandes commotions qui ont entrainés les révolutions :

- tous les gouvernements ont essayés de confisquer les armes,

- on considérait le trouble civil comme impossible, totalement. Apathie, désenchantement, etc...

Pour ce qui est de s'en procurer, c'est un jeu d'enfant en Europe de l'est. Il n'y a plus de frontières. Les vendeurs conseillent simplement de ne pas passer par l'Italie pour revenir (les contrôles douaniers sont plus nombreux), et de respecter le code de la route...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
La limitation des " on n a pas les moyens de" est surtout psychologique, plus que physique ou relationnel. Et sur le plan collectif, quand on en aura marre de vivre la passion politique pour en faire reellement, la commencera la revolution. Pour l instant les derniers des cons nous parlent des 2022 comme ils nous predisent le royaume de Dieu tout les 5 ans. On peut avoir 1000 morts par jour durant une annee entiere, les faits objectifs n ont jamais pesé dans la balance, c est juste le manque de couilles.
Répondre