Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 18:43

"Tiens, notre nouveau président, en cette veille de Tour de France, semble décider à conquérir le maillot jaune de l'impopularité face à ses deux prédécesseurs. Coup sur coup, annonce de mesures d'austérité dans la fonction publique et une déclaration on ne peut plus fumeuse sur les "gens qui ne sont rien" et qui fréquentent les gares. Tout cela à la veille des fameuses ordonnances sur la réforme du droit du travail. "

Il est clair que les mac(r)onneries se multiplient, et qu'elles  vont très vite plomber le p'tit marquis de belgueule, qui vient sans doute de découvrir qu'avec l'Union Européenne, on ne pouvait espérer la moindre inflexion.
Pour l'Allemagne, tout baigne, donc les autres, ils s'adaptent aux diktats.

Le p'tit marquis de belgueule ne fait que dire tout haut, ce que sa caste pense tout bas, et parfois, dit : les électeurs américains étaient «stupides comme de la merde».

Nul doute qu'il existe 20 % de la population qui n'a que mépris pour le reste... Mais on peut lui retourner le compliment. Il faut être un crétin fini, un vendu total, pour travailler à CNN. Si bien sûr, on peut dire que c'est du travail...

J'ai aussi vu des articles très limités intellectuellement parlant, sur Theresa May, qui "a perdu les élections". Ah ? Et que les godons avaient voulu revenir sur les résultats du Brexit. Qui leur a dit ?

Il est sur que le programme de Jeremy Corbyn est 100 % dans la lignée européenne, je cite : ".Renationalisation totale des chemins de fer, partielle de l’électricité et du gaz, hausses d’impôts pour les contribuables fortunés et les entreprises, droits syndicaux rétablis". Tout ce que l'union européenne haï profondément. La propriété publique, l'impôt sur les riches.

La même presse, AVANT les élections le traitait comme de la merde : Quant aux élus de gauche, majoritairement hostiles à M. Corbyn, ils y voient l’assurance d’une catastrophe électorale. « Des promesses plus symboliques qu’utiles », maugrée pour sa part le Guardian. Et à "gauche ?" :  "inquiète aussi une partie de son propre camp ".
Il me semble d'ailleurs que les deux principaux partis, conservateurs et travaillistes n'avaient pas le Brexit comme tasse de thé...

De toute façon, on parle de négociations, comme s'il y avait besoin de négociations pour rompre l'union. Il suffit que les députés britanniques se barrent du parlement européen. De plus, il n'y a pas besoin de traités pour recouvrer son indépendance. C'est le triomphe de l'état de fait, sur le fatras de l'état de droit. Et comme dit Orlov, la simplification par l'effondrement.

Quand à envoyer une note de 100 milliards à la Grande Bretagne, là, ils rêvent complétement.

En réalité, les conservateurs sont plus près de Bruxelles que les travaillistes...

Comme l'a dit Orlov, réformer est trop dur. Penser simplement sortir de l'Union Européenne est un concept trop dur pour l'électeur moyen qui a voté Micron. Il a aussi voté pour une politique punitive, qui entrainera, forcément, son effondrement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick REYMOND - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Max 03/07/2017 05:46

Dans un monde où les ressources naturelles viennent à manquer toute politique ne peut être que punitive. Quand les parts du gâteau deviennent plus petites il faut rationner. M'enfin je dis ça je dis rien.

La Gaule 03/07/2017 03:16

Justement, revoilà les Clios flingueuses !

https://francais.rt.com/france/40467-huit-personnes-blessees-dans-fusillade-mosquee-avignon

La nouvelle mouture de Charlie est annoncée. Elle sera musulmane.
Les voiles tricolores et les badges « je suis mosquée » sont dans les cartons, à mon avis.
Attendez-vous aussi à voir notre nouveau grand chambellan appeler prochainement à la prière en djellaba. Il nous a déjà montré son aptitude à pousser des gueulements dans les meetings.
Et puis Avignon, c'est pas loin de Carpentras, non ? Tout ça nous rappelle de bons vieux souvenirs, des souvenirs dont le ventre est encore fécond...
Ont sait que l'occasion fait le larron. Mais il arrive aussi que le larron fasse l'occasion, et des larrons nous en avons eu au moins deux cette semaine.
Le larron arménien débile de la mosquée de Créteil (soit le cygne noir aléatoire) et la larrone nationale bientôt intronisée au Panthéon (soit le cygne blanc symbolique nécessaire).

Du billard, Mon Cher Blake.
Tout à fait, Mon Cher Mortimer. Notre métier n'est-il pas de savoir saisir les occasions ?
Sure, Mon Cher Blake. Il faut avouer qu'en l'espèce le vent nous est favorable, après avoir donné quelques mauvais signes.
Yes, Mon Cher Mortimer. Juillet, le mois idéal pour mettre les foules ferventes en marche, le mois des festivals et des marches blanches.
Indeed, Mon Cher Blake. Avignon, je serre à gauche contre la Haine (ah, la haine ! I'm so much in love with that Hate !). Et toc ! Plus treize points dans les sondages chez les veaux de gauche (mais plus vingt cinq chez les halal).
Good shot, Mon Cher Mortimer. Nice dans la foulée, je serre à droite en compagnie du Grand Con-la-trompette pour me faire mousser. Et toc ! Plus dix huit points chez les veaux de droite.
Wonderful, Mon Cher Blake. Pour sûr que nos rangs vont se resserrer.
Here we go, Mon Cher Mortimer. Surtout s'il faut refaire le coup du sarin pour sauver nos gus de la noyade en Syrie.
Here we go, Mon Cher Blake. Mais c'est pas une raison pour vous frotter à moi comme ça, espèce de vieux phoque !

Mais je sais bien que tout ça, c'est de la bande dessinée. La réalité est plus complexe.
D'ailleurs, les milieux autorisés ont d'emblée écarté la piste terroriste.
La preuve par neuf, on a pas retrouvé de carte d'identité de l'un des tireurs par terre (cela va peut-être venir, le gars s'appellera Philippe, avec un P comme Philippot -je déconne).
C'est comme pour cet autre fait divers du même coin. Rien d'alarmant, il n'y a que le grand banditisme pour s'intéresser aux stands de tir.

http://lessor.org/stand-de-tir-isere-quatre-braqueurs-volent-75-armes/

Bon, je vais me coucher. Si ça tombe, demain, ils vont parler d'autre chose.