Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BIGOTERIE, PURITANISME ET NAZISME...

15 Août 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Le Fascisme a encore frappé aux USA, à Charlottesville.

La seule différence, c'est que les bigots, les cagots, les cafards, les SA, les fascistes, sont appelés "antifascistes".

Certains sont morts ou blessés. On ne va pas pleurer sur eux. On sait très bien que le système sataniste, sorosien ou clintonien, fait couler le sang quand il en a besoin. Il ne manque pas d'abrutis manipulés ou payés pour se faire.
Dans toutes les révolutions dites "de couleurs", les tireurs d'élites appointés ont pris leurs lots de victimes parmi les manifestants "spontanés", les forces de l'ordre ou les simples passants.

Cf le Venezuela. On disait 105 morts, la plupart causés par les "défenseurs" de la démocratie. Et crédités au gouvernement.

Sur le blog de Jorion, c'est clair. Sous des airs de remise en question, c'est 100 % service du système impérial. On plaint les pauvres immigrés et les manifestants.

Ces pauvres cloches n'avaient pas compris qu'ils ne sont que de la chair à canon. Et traduire le Wapo, une bêtise. Le Wapo, c'est tout juste digne de service de papier chiotte. Et encore, ça doit flanquer des hémorroïdes.

Ces manifestants voulaient monter en ligne et en découdre. Ils ont eu ce qu'ils voulaient et ce qu'ils cherchaient. Le principe de responsabilité cher aux néo-libéraux.

D'ailleurs sur les vidéos on a tout de suite vu le respect des lois et le pacifisme des fascistes appelés "antifascistes".

Il me semble d'ailleurs bizarre que sur le blog de celui qui a écrit "le dernier éteint la lumière", on plaide pour l'immigration. Parce que simplement, ce qui se passe, c'est ce qui est contenu dans le rapport meadow : l'ajustement, à terme, par la famine.

Moment glasnost pour Ph. Grasset. Sans doute. On a exagéré le rôle de l'homme -gorbatchev-, pour celui du moment. Quand meurt l'ancien dirigeant et qu'un nouveau apparait, comme Trump, le système capote tout seul.

D'ailleurs, la question de la guerre contre la Corée du Nord, qui se fait jour, est surréaliste. Les USaméricains, gavent une armée incapable de frapper.

Les armes de l'USAF ne sont simplement pas en nombre suffisant. Et repose grandement encore, sur l'antédiluvien B52, bien que celui-ci soit gravement malade. Il en reste 85 sur 744, dont sans doute une trentaine au maximum, disponible. Incomparablement plus disponibles, économes, et utiles que tous les autres réunis, entre ceux qui ne peuvent pas encore combattre, ceux qui ne peuvent voler dans la pluie, ceux qui ont été cannibalisés...

Pour les troupes au sol, c'est pire. Un corps de bataille de combien ? 65 000 soldats ? Et alors qu'on rallume une guerre en Afghanistan...

Ailleurs, on se gargarise de la croissance qui se rallume, un peu. Croissance causée par quoi ? Par la baisse des prix du pétrole, qui, malheureusement étrangle tous les pays producteurs, mais dont les effets ne se font sentir que lorsque le portefeuille s'est consciencieusement vidé.

Pas grave, au nom de la démocratie, on fera aussi la guerre au Venezuela qu'on n'a pas réussi à déstabiliser. Enfin, si on peut, parce qu'avec les stocks d'armes dont Chavez a doté le pays, cela risque d'être fort un merdier comme aurait aimé le Che Guevara et qu'il appelait de ses voeux...

En Libye émerge un homme fort, qui veut 20 milliards sur 25 ans (c'est pas beaucoup), pour arrêter l'immigration, mais qui ne veut surtout pas entendre parler des occidentaux, mais préfère la Russie, beaucoup plus digne de parole.

Le monde va mal, et on nous met en garde contre le "populisme", vous savez tous ceux qui n'avalent pas sans réfléchir le catalogue et catéchisme LBGT, "antifa", et "pro-démocratie" (lire : tapis de bombes au Napalm).

Dernièrement, on a vu une émission sur Fidel Castro. Ce vilain est devenu riche, en étant président. le fait que tous les présidents appuyés par les gouvernements américains soient devenus encore plus riches, n'a pas été évoqué, du tout.

D'ailleurs, c'est pour cela que Fidel a été ostracisé. Il se serait contenté d'être un leader coloré, mais achetable, il aurait fait comme Batista, "le métis", 20 années au pouvoir, puis aurait été remplacé parce que devenu trop sale et trop visible.

Il est permis de faire le Somoza en Amérique du sud, mais pas le Castro. Pourtant, la différence des legs des deux, sautait aux yeux.

Comme je l'ai dit, l'histoire de la statue de Lee à Charlottesville est emblématique, mais idiote. Elle ne dérange personne, et Lee, comme je l'ai dit, aurait été considéré comme "négrophile", à l'époque, s'il n'avait pas été Lee. Lee, c'était le militaire respecté, impeccable jusqu'au bout des doigts, sa femme était une custiss, descendante  de Martha Washington, et représentant cette aristocratie virginienne, abolitionniste, et qui libéra lui même ses esclaves.

Le terme de "Négrophile", à l'époque, était une insulte envers tout homme voulant améliorer la condition des noirs, même graduellement. Si Lee s'opposait après la guerre au suffrage noir, il ne fut pas le seul, le président Johnson aussi. Johnson parce qu'il considérait que les planteurs auraient encore trop d'influence sur eux, et Lee était partisan du gradualisme. Renverser sa statue, c'est ignorer l'histoire.
Les mentalités évoluent graduellement, et tout homme politique responsable doit en tenir compte...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Gaule 17/08/2017 09:36

(Précisions sur mon commentaire précédent)

Quand je dis que le parti Whig était « libéral », n'oubliez pas qu'un libéral n'est pas forcément libre-échangiste.
Le parti whig était en fait très protectionniste, ce qui inspirera le grand théoricien de ce courant -Friedrich List- un allemand qui acquis la nationalité américaine et fut contemporain de ces événements.
Lincoln aussi connaissait très bien les travaux de List.

(Si Yann nous lit encore et a digéré sa dépression post-macronienne, il vous expliquera tout ça).

La Gaule 17/08/2017 09:20

@ Nobody (entre autres)

Je me méfie des arguties sur la rentabilité ou non de l'esclavage à propos de la guerre de sécession.
D'abord, si vous considérez l'économie du sud -mode de production extensif centré sur le « roi coton »- et sa contre-partie énergétique où l'énergie animale et humaine était encore primordiale, je pense personnellement que l'esclavage était rentable.
C'est la mécanisation et son « saut » énergétique obligé -le pétrole- qui rendait l'esclavage caduque. Mais, en 1860, le premier puits de pétrole n'avait été foré que l'année précédente et personne n'avait encore conscience de ce que cela impliquait pour la suite des événements.
En attendant, c'est même la rentabilité de l'économie agraire du sud grâce à l'esclavage qui posait problème au nord, ce type de rentabilité ne pouvant être être appliqué à son économie industrielle.

Ensuite, quand vous dites « Lincoln a cédé sous la pression », de qui voulez-vous parler ?
Des planteurs du sud ? Sous le seul angle économique je viens d'expliquer qu'ils n'avaient aucune raison de vouloir changer un système aussi profitable.
Les milieux d'affaire du nord ? Certains ont avancé en effet que la guerre venait d'un calcul machiavélique de ces milieux pour disposer au meilleur marché de la manne que représentait la masse des esclaves du sud.
Hypothèse absurde puisque une telle manne existait déjà avec les immigrés européens, main d’œuvre d'ailleurs beaucoup plus opérationnelle dans le cadre de l'économie du nord car ayant connu des conditions de travail similaires en Europe.
Dans les faits ensuite, puisque ces milieux étaient majoritairement représentés par le parti Whig (n'oubliez pas qu'il y a trois partis à la veille de la guerre -démocrate, républicain et whig)- que l'on pourrait aujourd'hui appeler « libéral » au sens économique du terme.
Or le parti whig a toujours joué l’apaisement dans les frictions qui opposaient régulièrement les états du nord et du sud, et il était lui-même notablement divisé sur la question de l'esclavage (une modération qui amènera Lincoln à quitter ce parti pour le parti républicain).

Les implications économiques de l'esclavage ont bien été la cause de la guerre de sécession, mais elle ne l'ont été que parce qu'elles catalysaient aussi un antagonisme politique profond que représentait bien Robert Lee.
Deux ensembles économiques avec des intérêts contradictoires étaient face à face, avec un nord industriel et à vocation protectionniste pour protéger sa jeune économie, et un sud agraire tourné vers le libre échange pour mieux écouler sa production agricole obtenue à peu de frais grâce à l'esclavage.
Mais tolérer les compromis sur l'esclavage qui avaient été promulgués au lendemain de la guerre du Mexique (en gros un état sur deux créé à l'ouest de la ligne Mississipi Missouri devait appliquer les lois esclavagistes) revenait à perpétrer l'influence disproportionnée du sud au congrès, alors que le poids démographique avantageait sans cesse le nord.
C'était aussi laisser se multiplier les conflits violents qui empoisonnaient la frontière à propos de la fuite et de la poursuite des esclaves fugitifs.
Il fallait bien détruire l'esclavage pour détruire l'avantage économique du sud et détruire son privilège politique.
L’Amérique prométhéenne de Lincoln ne pouvait prospérer ainsi qu'en détruisant l'Amérique déjà traditionnelle du sud.

C'est à ce point que l'on quitte l'économique pour rentrer dans le politique pur.
Car les états Unis sont un état fédéral où les rapports entre le pouvoir central et les pouvoirs périphériques ont toujours été en équilibre instable -on le voit plus que jamais aujourd'hui- et où la tentation de faire sécession a toujours été récurrente pour les états qui ne se satisfaisaient pas de la politique générale de l'état fédéral.
On peut se demander si le bellicisme extérieur (qui a commencé avec le « règlement » à la fois endogène et exogène de la question indienne) n'a pas été la solution obligée pour les États-Unis de stabiliser leur problème fédéral, à défaut de le régler.
J'ai toujours été sceptique de la même manière sur « l'isolationnisme » américain, lequel n'a été que le masque intermittent de son pacifisme -pacifisme d'ailleurs impossible à tenir.
Rien n'a changé. Il faudra que l’Amérique implose pour qu'elle cesse de faire chier le monde.

Enfin, ce qui est problématique pour l'Amérique ne l' est-elle pas pour tous les systèmes fédéraux en général ?
J'ai l'impression qu'un tel système n'est viable que sur le très long terme, lorsque le temps historique permet la fusion accomplie du politique et du culturel -cas de la suisse ou de l'Allemagne, voire de la Russie.
Pour rebondir sur l’Europe, est-il raisonnable de prétendre bricoler en cinquante ans un système fédéral à l'échelle du vieux continent avec toutes ses disparités ?
A moins qu'une bonne guerre de sécession ne réduise tout cela au même dénominateur...

Dimezanov 17/08/2017 06:42

@ NOBODY

https://youtu.be/2kth5Dgqx7g

Korean War :un point de vue russe.Très instructif.

Feelgood 16/08/2017 19:49

Baltimore et ses belles statues :

http://www.20minutes.fr/monde/2117671-20170816-baltimore-mairie-fait-enlever-statues-confederation-sudiste-pleine-nuit

L'apres 16/08/2017 13:24

Les cabines téléphoniques tombent en ruine. Elles seront démantelées, EDF est d'ailleurs intéressé pour former son personnel au démantèlement de ses centrales, commencer par des cabines téléphoniques est un bon entraînement!

https://www.lesechos.fr/monde/europe/010181410984-royaume-uni-la-moitie-des-cabines-telephoniques-rouges-vont-disparaitre-2107998.php

Dommage d'ailleurs d’éliminer ces cabines téléphoniques car elles pourraient encore être utiles. Il y a 100 000 écoliers SDF rien qu'a New York, j'en crois pas ce que je lis, cent mille, c'est énorme.

"A ces 100.000 élèves s'ajoutent quelque 40.000 enfants ayant connu, au cours des six années scolaires précédentes, des périodes où ils ont été sans domicile fixe"
Ces chiffres sont plus alarmants que ceux fournis par la "Coalition for the Homeless", une organisation de défense des sans-abri qui soulignait récemment que leur nombre à New York avait "atteint les niveaux les plus élevés depuis la crise des années 1930".

https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/010181386774-a-new-york-de-plus-en-plus-decoliers-sont-sdf-2107995.php

Phil 16/08/2017 12:26

Trop mort de rire :-) On apprends plein de chose sur un article du Monde sur le transport aérien :
- Abou Dhabi a du fric mais ne sais pas quoi en faire : Air Berlin et Alitalia ont été des investissements de première ordre dans un secteur qui n'est jamais rentable. Quand cela perd de l'argent c'est par centaines de millions (667 millions en 2016) et l'année où il y a un bénéfice c'est 7 millions pour 4,3 milliard de chiffre d'affaire.
- Angela ne peut pas faire un plan social de 8500 emploi car les élections arrivent. Quoi dire aux électeurs allemands qu'ils sont condamnés avec l'union européenne dans la compétition avec l'Irlande qui ne fait pas payer d'impôts à Ryanair et à n'importe quelle entreprise ? L'ultra libéralisme et le toujours moins d'impôts n'est pas tenable ? Non vous n'y pensez pas...
- on prolonge la vie de l'entreprise de 3 mois pour que les gogos allé se faire bronzer à ­Majorque puisse rentrer (Le tourisme en Espagne sans pétrole et transporteurs de gogos, on rigolera bien). Et oui, ton billet retour, il est plus valide sur une compagnie ayant dépose le bilan...

"C’est l’actionnaire principal, la compagnie d’Abou Dhabi, Etihad, propriétaire de 30 % du capital, qui a donné le coup de grâce. En refusant, mercredi 9 août, d’accorder à la deuxième compagnie allemande un versement de 50 millions d’euros, elle ne lui a laissé aucune autre échappatoire que le dépôt de bilan. Air Berlin, s’est justifié Etihad, a manqué les objectifs qu’elle s’était elle-même fixés. Plus largement, la stratégie de la compagnie arabe de multiplier les partenariats européens a échoué. Alitalia, sa deuxième plus grosse participation, a également fait faillite."


"La compagnie allemande accumulait les déficits depuis des années. Elle a accusé, en 2016, une perte opérationnelle record de 667 millions d’euros. Le déclin était devenu évident en 2013 : l’entreprise, qui avait affiché, en 2012, le chiffre d’affaires le plus important de son histoire, à 4,3 milliards d’euros, n’avait été capable de dégager qu’un bénéfice minime, à 7 millions d’euros."


"Or, 8 500 personnes travaillent pour Air Berlin, dont 7 200 en Allemagne. Un plan social de cette ampleur à six semaines des élections n’était pas tenable pour le ministère de l’économie, dirigé par le Parti social-démocrate. Le syndicat IGL, qui représente les salariés de la compagnie, a immédiatement salué la décision, de même que le syndicat des pilotes Cockpit. « Les emplois chez Ryanair ne sont pas une solution pour le pays et pour les gens », a déclaré Nicoley Baublies, syndicaliste chez IGL."

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/08/16/lachee-par-son-actionnaire-etihad-air-berlin-depose-le-bilan_5172803_3234.html

boromsikim 16/08/2017 11:20

Pour ceux qui croient en l'immobilier :
... sur 3 niveaux, mitoyenne, jolie maison de ville de 180m² . Rue peu passante et proche des commerces. Au RDC: un garage de 31 et un studio de 21m² deja rénové. Au 1er: un espace de 100m² à aménager complétement; Au 2éme au appart de 50m² à rénover, terrasse couverte en bon état. Toiture refaite en 2003 ,n façade ok, gaz de ville, double vitrage de 2002, escalier neuf. Prévoir travaux de second oeuvre...
Le tout pour 38000 euros oui trente-huit mille euros honoraires inclus.
Comme je ne suis pas en train de faire de la pub, je ne donnerai pas l'adresse du vendeur lequel tente probablement de se défaire des contraintes fiscales liées au bien.
J'ai acquis la totale conviction que la fiscalité est en passe de détruire l'immobilier de façon irrémédiable.

Youpla 17/08/2017 22:47

C'est pourtant beau les Cévennes.

nobody 15/08/2017 20:22

l'analyse de la situation pour la corée du nord est un peu plus compliqué, mais pas tant, pour comprendre ce qu'il se passe. il faut faire un saut dans le temps.

la WW2 se termine, le bloc soviétique a fait le gros du boulot pour la victoire des alliés, les zolis G.I joe arrivent en Normandie, toussa, bla bla, bref, chacun chapardent des pions de la weirmar, certains finiront par lancer des fusées pour marcher sur la lune, d'autre feront des entreprises de chimie coté mondialement, bref.... mais dans le tas y a des gens qui ont fait un boulot de dingue pour faire un truc nommé union européenne entre 34 et 38. le type qui a été faire le pont entre l’Italie et l’Allemagne a été choppé par les ricains et quand ils ont eu les documents ils se sont dit que c'est le top de faire l'UE car en ayant le contrôle dessus on a un mur pour contrer les soviets ! bon, le coté libéral en plus et nazie en moins hein, quoi que.. en 2014 en ukraine, c’est pas franchement des libéraux chez parvi sekor, mmhmhmhmhaaiiiis passons !!!!!

les choses étant ce qu'elles sont, les soviets s’installent au nord de la Corée en aout 48 , les ricains copient au sud 1 mois plus tard, ( mais wikipedia effaçant d’année en année l’histoire, bientôt la corée aura été dès le début coupé en 2 ) , les 2 veulent le morceau, manque de peau, les coco lancent en premier, mais personne ne gagne, le pays est splitté.

Ca n’est que le début de la guerre froide où les gentils ricains sont contre les méchant soviets, et ca durera jusqu’à ce que ça se casse la gueule en 91… entre temps, on aura eu 2 ans de robert Schuman au parlement de 58 à 60 et 8 ans d’hallstein président de la commission européenne de 58 à 67, ZE le juriste de la weirmar qui a bossé pour l’ue sans le savoir au début puis qu’il l’a vraiment fait officiellement après. ZIG HEIL ! sont forts ces ricains quand même…

Bref, l’UE est une saloperie libérale de la version nazie de 34, tout ce qui a été planifié a été réalisé par les ricains, et manque de bol, en 91, paff, tout se casse la gueule.

Techniquement, pour devenir sérieux, depuis ce temps-là, il n’y a plus aucune raison matérielle d’entretenir l’otan et l’UE. Ça fait 30 ans qu’on continue à foncer dans le mur inutilement.
Le changement de paradigme amorcée récemment a montré l’erreur de trajectoire de maintenir un monde axé contre l’’ère communiste et soviétique dès lors qu’ali express en chine fait plus de commande qu’amazon à l’année et que la Russie est autonome énergétiquement et financièrement.
Les usa sont acculés, devenus inutiles, nuisibles, la doctrine wolfowitz est de tout bousiller pour rester maitre, il faut maintenir là où le passé a fait ses traces :
UE : maintien de la pression sur les pays baltes, équiper militairement, exercice frontière russe, etc…
OTAN : exiger de l’europe l’augmentation des dépenses et investissements, sans menace, pas besoin d’otan, on invente un méchant, l’Otan sert à quelque chose.
Russie bashing : c’est le nouveau nom de l’éternel ennemi. Il faut casser du russe, ils sont capables de renverser le système.
Et la Corée du nord, qui est un vestige communiste. C’est un maillon faible, mais dans son coin, il ne gigote que pour montrer qu’il est là, et qu’il ne se laissera pas faire chier comme la liste de pays bousillé depuis 2003 par les USA. Les usa ne feront rien d’autre que de provoquer car russie+chine feront une riposte en cas d’attaque. Ils ne font que provoquer.

C’est aussi simple que ca, le mouvement trump-kim jon truc, c’est pour faire ruer dans les brancards pour maintenir le peuple dans la peur ( ca marche, 72% des ricains ont peur de kimmy ) pour justifier le maintien de la supériorité américaine ( qui n’est plus ) sur l’économie mondiale. Ils sont en train de tout perdre, le deep state force trump à faire le contraire de ce qu’il a annoncé, c’est uniquement pour contrer le pole shifting géopolitique de mono à pluri polaires.

Si les usa tombent, l’Europe tombe, l’Europe n’est qu’une construction temporaire qui s’éternise dans la médiocrité et qui va à l’encontre de toute logique culturelle et civilisationnelle.
Et je crois que les gros problèmes sont pour bientôt.
2 liens de thierry messant sont très instructifs :
http://www.voltairenet.org/article197445.html
http://www.voltairenet.org/article197281.html

La Gaule 15/08/2017 19:14

Août dans une grande ville est le mois où l'on a l'impression que le temps s'est arrêté, surtout quand on continue soi-même à bosser alors que les autres sont au diable vauvert.
Suspension du temps alors que que l'on sent l'histoire poursuivre sa marche inexorable, et qui est propice à jeter un œil sur ce qui paraît futile en temps normal.

1)

Je vous propose donc une vidéo futile, faite par une russe que j'ai décidé de baptiser « la russe réelle », puisqu'elle me paraît être assez représentative dans son état d'esprit des jeunes femmes russes qui se sont expatriées depuis dix ou vingt ans et que j'ai eu l'occasion de rencontrer.

https://www.youtube.com/watch?v=uB7HhR22rcA

Xavier Moreau avait employé un terme (que j'ai oublié, je ne parle pas russe mis à part quelques expressions cochonnes) pour désigner cette génération des trentenaires / quadragénaires issus de la classe moyenne bien éduquée (celle-là accuse à peu près 35 ans à vue de nez) et qui ont fait la transition entre l'ère Eltsine et l'ère Poutine.
Génération qui a eu bien conscience du pillage organisé par des aigrefins de l'ex état soviétique sous Eltsine, et que cette période révulse tout en exerçant sur elle une fascination trouble, celle du grand luxe et de la grande vie récoltée à peu de frais en se taillant une bonne part sur le cadavre de la bête morte.
On comprend que cette génération est celle qui a eu tendance à aller chercher ailleurs -en l'occurrence dans l'occident brillant encore de tous ses mirages- cette occasion manquée, ce train de vie rêvé qui avait déjà quitté la gare chez elle.
Je retrouve donc chez elle des traits que j'avais déjà identifiés chez ses compatriotes dans le même cas de figure.

D'abord l'apolitisme total, lequel s'est nourri à coup sûr de toutes les trahisons qui ont accompagné la chute de l'empire.
Celles que je connais ont tendance à ne pas comprendre pourquoi je m'intéresse tellement à la politique intérieure russe sur laquelle d'ailleurs j'en sais probablement plus qu'elles (et un site comme le Saker, pour elles, c'est de l’hébreu).
Corollaire obligé de cet apolitisme russe, une sorte de révérence naïve vis de la politique « normale » c'est-à-dire celle de l'occident, toujours paré de toutes les vertus.
Quand cette femme déclare ne pas comprendre la politique de Poutine et que par contre elle suit très bien celle de Hollande (la vidéo a été faite au mois de mai), on croit rêver. On imagine à l'avenant que la victoire de Macron a du la ravir et qu'elle aurait même volontiers voté pour lui si elle avait pu.
On a coutume de dire que les français se complaisent dans le masochisme national et le complexe d'infériorité vis à vis de l'étranger (américain et / ou allemand en tête), mais on imagine mal combien cette attitude affecte encore une bonne partie des russes vis à vis de l'occident, majoritairement ceux qui ont grandi dans le siècle précédent.
De là aussi la prudence qu'a longtemps observé Poutine (et son clown blanc Medvedev dont on a sans doute exagéré l'antagonisme avec son alter ego) dans sa feuille de route avec les occidentaux. Toutes nos analyses tarabiscotées sur le sujet passent probablement à côté de ce simple facteur.

Ma « russe réelle » a donc à première vue tous les traits de la « vraie russe » telle qu'on l'imagine dans nos médias, apolitique c'est-à-dire « libérale », et attendant bien au chaud dans l'occident libre la chute du tyran Poutine comme Noël sur la terre.
Et pourtant l'on comprend aussi pourquoi -en l'entendant parler de son pays et de l'homme Poutine au delà de toute considération politique- le personnage Poutine est immensément populaire en russie et pourquoi cette aventure collective qu'il a impulsée n'est pas prête de s'arrêter.
Cette fille un peu ahurie déclare aimer malgré tout Poutine parce que sa stature la rend fière d'être russe, et parce que, grâce à lui, elle est fière de ne plus reconnaître le pays chaotique qu'elle avait connu hier encore quand elle retourne chez elle.
Que demande d'autre le peuple ?
Là où elle pêche toujours par naïveté, c'est de s'imaginer que nous allons admirer sans réserve la réussite de son pays et adorer sa personne rien que pour cela.
Les nouveaux russes commencent seulement à comprendre qu'il y a aussi beaucoup de gens en occident qui les haïssent par principe et que cela ne va pas s'arranger.

Sinon, cette nana est mignonne et drôle. Elle porte encore sans complexe cette féminité délurée qui a disparu chez les françaises -ou qui les fait ressembler à des américaines hystériques quand elles affectent de la conserver.
Mais ça, les mecs, c'est votre problème.

https://www.youtube.com/watch?v=g4NGRg76R9A

2)

Autre futilité, j'ai bien aimé les championnats du monde d'athlétisme -j'ai fait du 800 m jadis, quand je buvais beaucoup d'eau du robinet et que je pesais quarante kilos de moins.
Les lauréats français étant tous des péquenots à peau claire, nous avons échappé en effet à l'ode à la diversité et au métissage, ce qui à renforcé pour moi l'impression de vacances.
Tout le monde sait que, lorsque une ethnie est victime du racisme ambiant, sa porte de sortie vers la reconnaissance vient souvent du sport.
Et comme les sports les plus rémunérateurs sont des chasses gardées pour les minorités ethniques bien en cour...

3)

Allez, on revient dans le non-futile (de toute façon les cons vont commencer à rentrer la semaine prochaine).
On pourrait aussi s'interroger sur les convictions abolitionnistes de Lincoln, lui qui avait déclaré que « s'il pouvait sauver l'Union en ne libérant aucun esclave il le ferait ».
S'interroger sur les convictions morales des uns et des autres n'a d'ailleurs pas d'autre sens que celui de passer à côté du sujet.
Dans l'Amérique de 1860, Les abolitionnistes n'avaient guère plus d'audience dans le pays réel que les mouvements pro-migrants chez nous aujourd'hui.
L'esclavage posait problème parce qu'il causait des troubles insolubles d'ordre économique (comment gérer l'esclavage dans les nouveaux états de l'ouest ?) et cela n'avait rien à voir avec la morale.

nobody 16/08/2017 09:44

Lyncoln a cédé sous la pression car le cout de l'esclavage augmentait et y fallait nourrir les nègres ( terme historique du moment à replacer dans le contexte ) les loger, les soigner. etc... ça avait un cout croissant.

lorsque le calcul simple de faire récolte - salaire + économie de logement, de nourriture, de soins, de transports. ça n'a pas trainé.

pourquoi avoir à domicile des colonies quand on peut moduler de la main d’œuvre en fonction de la charge de travail... faut être con pour les garder... d'un point de vue économique.

socialement ça a été la plus grosse connerie du monde moderne, mais c'est un autre sujet.

quand on voit les usa en mode wolfowitz actuellement, ce qu'ils font actuellement fallait le faire en 1900, pas en 2017, y a 100 de retard sur le procédé, fallait le faire quand y avait pas l’électricité, et non pas quand ont tous tweeter.