Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COMBLE DU RIDICULE...

16 Août 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

A Baltimore, où ça canarde tous les jours, et la ville bientôt détruite à 100 %, on vient de trouver la parade : démonter les statues confédérés.
La preuve que le ridicule ne tue pas, pas plus que la connerie, sinon tous les élus municipaux seraient morts, ce qui pourrait d'ailleurs, d'après une série célèbre, signifier la fin de la corruption et du trafic de drogue à Baltimore.
Audiard, lui, aurait sorti sa célèbre phrase sur les cons.

Comme je l'ai dit, ce qui a tué l'esclavage, c'est son peu d'intérêt économique. La machine à égrener le coton sonne, pour le sud, le triomphe de l'esclavage, et sa mort. En effet, grâce à elle, l'esclave est nécessaire et insuffisant, 3 mois, superflu et inutile 9. D'un coût phénoménal, on parle de 3 à 4 $ le coût de travail de la journée d'esclave, seul le coton cher peut permettre à cette institution anachronique de se maintenir.

En 1930, les dits descendants d'esclaves se plaignaient de leur salaire de 3 à 4 $ par semaine, et disaient que leurs parents et grands parents étaient mieux traités aux temps de l'esclavage. Mais les prix du coton avaient baissé de 80 à 90 %...

Enfin, anachronique, cela dépend. L'esclavage est totalement inutile, quand une certaine densité de population est atteinte, ou quand se développe le fossile.

La faible densité, elle, incite les autorités à garder la population à demeure.

Enfin, bref. Les autorités de Baltimore feraient mieux de balayer les rues, que de s'occuper de statues dont tout le monde se fout, sauf quelques activistes et politiciens voulant être présentables.

Avec des sex ratios totalement déséquilibrés, les humanistes régnant sur Baltimore préfèrent le politiquement correct au réel. Même pas 90 hommes pour 100 femmes. Le noir tue le noir. Et les "groupes haineux", sont plus nombreux chez les noirs que chez les blancs. Plus nombreux que les groupes du KKK.

De plus, il est aussi très savoureux de voir des oligarques blancs, comme Paul Ryan, condamner le "suprémacisme blanc", en oubliant que les blancs ont été jusqu'à 90 % de la population...

Du suprémacisme des millionnaires, par contre, pas un mot.
Démission, aussi, dans l'administration Trump, du PDG de Merck. On peut dire que lui, ne se sent pas merdeux du tout, de prendre, avec sa clique, 20 % du pib US.

Cela ne s'appellerait pas de l'esclavage, de la dime, des droits féodaux ? Alors qu'il n'y a rien de moins coûteux qu'un système de santé efficace...

Mais ça, c'est chez Raul Castro...

Oui, la gauche extrême fait la politique des millionnaires, et castagne beaucoup plus que l'extrême droite, ou plutôt, ce qui est qualifié de droite extrême, c'est à dire, qui n'accepte pas la mondialisation... Cette gauche extrême qui ne craint pas d'appeler au meurtre, s'offusque quand ce sont ses partisans qui se font dégommer ? Il ne faut pas appeler à la guerre, alors...

On nous parle de chaos à la Maison Blanche. Mais ceux qui écrivent ça devraient savoir que cela fait belle lurette, que c'est le chaos à la Maison Blanche, et quand le président agit, c'est quasiment en sous main, comme un Bush neutralisant Dick Cheney.

Trump agite un sabre contre pas mal de nations. Mais la réaction est inattendue : elle est vue comme folle, alors qu'auparavant, c'était du normal, et aujourd'hui, on dit qu'on essaie de freiner le président, et cela est sans doute vrai. Mais ne serait pas ça de la grande politique ? Démontrer par l'absurde ? Pousser à un paroxysme, et passer à autre chose... En  laissant épuisé les partenaires.
Il ne pouvait pas se contenter de faire du golf, comme le videur de pots de chambres précédent ?

L'antiracisme, c'est pour les crétins de complices du mondialisme.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article