Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PLUS DE JUS !

10 Août 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Energie

La messe est dite, le producteur italien d'électricité ENEL, l'avoue : "Son patron, Francesco Starace, prend acte de l’amélioration de la rentabilité des énergies renouvelables. Il revoit à la hausse ses objectifs de fermeture des centrales traditionnelles."

Fin des énergies fossiles avant 2035 pour ENEL, dans la production d'électricité. Plus grave, économiquement parlant, l'électricité renouvelable est plus rentable que les centrales électriques AMORTIES...

"il est désormais plus rentable de construire une centrale produisant de l'électrique à partir d'énergie renouvelable que de continuer à exploiter une centrale conventionnelle dont les coûts ont déjà été amortis," et les italiens n'y ont pas été par le dos de la cuillère : 13 000 mégawatts et 25 centrales fermées en 2015.
Aussi, Hulot avec ses 17 centrales nucléaires (peut-être) à fermer, apparait un petit joueur, et EDF, comme un pilote qui a entamé une sortie de route.

L'article cite aussi Bloomberg, qui, je le rappelle, a classé le fossile dans la rubrique "spéculative".

On nous sort, ailleurs, que les majors pétrolières renouent avec les méga-profits, mais devront continuer, sans doute éternellement, l'ajustement : "c'est au prix d'efforts qui devront être soutenus encore quelques années". C'est bel et bien la définition du spéculatif : pas forcément pas rentable, mais alternant les périodes de forte rentabilité, avec celle de poches vides. Et toujours avec beaucoup de risques.

Aux Pays Bas, c'est le gaz de Groningen qui est sur la sellette. Les dégâts occasionnés par les séismes que son exploitation provoque, atteignent les 1.2 milliards d'euros. Alors que la production baisse, et que les ressources tirées de cette exploitation sont passés de 13 milliards à 5 en 2013.

Montée des coûts et disparition des profits. Le cocktail idéal. Quand à la survie, pendant encore 17 ans du gisement, laissez moi rire. On sait très bien que les gisements de gaz voient leur production se maintenir longtemps et s'effondrer brutalement. Le gaz n'est pas le pétrole.

Depuis son pic, en 2000, la production a baissé de moitié, et visiblement, les Pays Bas n'ont plus les bénéfices de l'exploitation, mais seulement les emmerdements. On peut même se poser la question simplement, de la survie de l'agriculture sous serre, gavée de gaz.

La "maladie hollandaise", ou malédiction des matières premières, est connu depuis le XVI° siècle. A l'époque, certains disaient et voyait déjà la fin du conflit (au milieu du XVII° siècle !) entre la France et l'Espagne, quand les mines d'argent espagnoles s'épuiseraient, contrairement à une France où c'était le travail qui donnait les ressources. Les ressources espagnoles en argent existaient encore en 1815, à la fin de l'empire colonial espagnol, seulement, l'inflation, la désindustrialisation, et la baisse des rendements des mines avait déjà détruit ledit empire espagnol.

Savoureux sera de voir la tête de ces gouvernements Hollandais, si arrogants (ça doit être un vice chez les Holland... ais.), si cassants, et si incompétents. Leurs "bonnes" performances économiques n'est du qu'à leur situation géographique, aux bouches du Rhin, avec un zeste de gaz. Y sont ils pour quelque chose ? Absolument pas. C'est le bon endroit, c'est tout.

"Les ECHOS", font dans la vente de salades. Ils nous ressortent le coup de la superpuissance américaine du gaz, qui va inonder la planète de gaz (2, 3 ou 4 fois plus cher que celui des russes). Mais, comme le dit Orlov, le gaz US, c'est du subventionné à mort, et pas sûr du tout. En outre, les USA finiraient sans doute simplement de fermer leurs centrales à charbon, pour absorber la production.

Il n'y a aussi, tout simplement, aucune concurrence possible, entre gazoducs et GNL. Le GNL va là où il n'y a pas de gazoducs. Le gazoduc livre du gaz bon marché, le GNL est cher.

D'ailleurs, à la vue du schéma des "Echos", sur le gaz qatari, on peut penser que le Qatar se contente de ses 105 milliards de M3 de gaz exportés. Pour plusieurs raisons. Ils le vendent cher. Et c'est une gestion de longue durée. Les autres abrutis sont dans une logique de croissance. Qui durera ce que durent les roses. Sans doute aussi, North Dome/South Pars, le gisement de gaz du golfe persique est sans doute plus léger qu'on ne veut bien le dire. L'Iran absorbe la totalité de sa propre production et n'exporte que des quantités symboliques et ridicules, et qu'ensuite, la région peut devenir consommatrice de la quasi-totalité de la production.
C'est, à mon avis, le sens de la confrontation Arabie-Qatar. Si l'Arabie séoudite mettait la main sur le Qatar, il pourrait consommer beaucoup moins de pétrole en interne.

L'Iran a produit presque autant, (en Millions de tonnes équivalent pétrole), de gaz que de pétrole en 2014 (147 millions contre 165), et consomme quasiment deux fois plus de gaz que de pétrole (145 contre 87).

L'Arabie Séoudite produit beaucoup de gaz, mais consomme tout. Et doit voir sa consommation doubler, alors qu'une progression symétrique de sa production apparait improbable. On peut donc raisonnablement penser que mettre la main, d'une manière ou d'une autre, sur le Qatar, serait aussi mettre la main sur North Dome.

La région a vu sa propre consommation d'énergie s'envoler. L'Iran, visiblement, a tout misé sur le gaz, et visiblement, ce pari dans la consolidation de la République islamique d'Iran a été largement gagnant.

L'Arabie séoudite, elle, consomme beaucoup trop de pétrole pour des besoins switchables par le gaz : production d'électricité, notamment. En gros, l'Arabie est en 1973. Comme les pays occidentaux à l'époque, elle est rentrée dans une phase où elle veut réserver la consommation de pétrole aux transports.

Bref, qui a dit que tout allait bien ? Les poches, à mon avis, sonnent creux...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Jeudi 10 août 2017 :

Espagne : sur la plage de Cadix, en Andalousie, les touristes en maillot de bain …

… et soudain, les migrants qui débarquent !

https://www.youtube.com/watch?v=UwCgfpLA7Tc
Répondre
D
Des "migrants" ?
NON, CELA S’APPELLE TOUT SIMPLEMENT UNE INVASION…
http://www.bvoltaire.fr/sappelle-simplement-invasion/
L
A votre bon cœur messieurs dames...

Nicolas Sarkozy raconte qu'il s'ennuie et veut gagner plus d'argent.

"Vous savez, je m'emmerde! J'en ai assez de gagner 3000 euros en étant ministre, je renonce à la politique. Je vais faire mon propre fonds et je vais gagner beaucoup d'argent. Je vais m'installer à Dubaï, à Bahreïn, à Singapour et à Hong Kong. Carla est très contente»

http://www.lefigaro.fr/politique/2017/08/10/01002-20170810ARTFIG00178-nicolas-sarkozy-raconte-qu-il-s-emmerde-et-qu-il-veut-gagner-plus-d-argent.php
Répondre
S
Les US n'ont pas le choix que d'exporter plus de gaz de fracking puisqu'ils sont en phase de finition de transformation de leurs raffineries du mode "adapté à l'importation" à "adapté à l'exportation". D'où les nombreuses pressions internationales, toujours aussi peu élégantes, pour leur acheter ou, du moins, ne pas acheter les autres sources. Les russes, pas stupides, se dépêchent donc avec les autres BRICS, de se désengager du dollar et de basculer la compensation de Swift à un truc moins zunien. Puisque, comme l'a si bien dit un éminent politique américain, le dollar est notre monnaie mais c'est votre problème.
Répondre
L
Patrick, vous dites:
"Il n'y a aussi, tout simplement, aucune concurrence possible, entre gazoducs et GNL. Le GNL va là où il n'y a pas de gazoducs. Le gazoduc livre du gaz bon marché, le GNL est cher."

D'accord, le GNL est cher, mais il permet une diversification des fournisseurs. Le gazoduc est une infrastructure faite pour être utilisée sur le long terme. Par exemple, on voit bien que la Russie mise sur la Chine qui a un potentiel de consommation sur le long terme, ils ont une frontière commune ce qui évite les problèmes comme en Europe avec plusieurs pays traversés (Ukraine, Turquie, Pologne etc...).
Je pense que l'Iran va de son coter miser sur l'Inde pour construire un gazoduc, pour les mêmes raisons que la Russie avec la Chine. En plus, ces pays acceptent de commercer avec d'autres devises que le dollar, ça simplifie les choses.
L'Europe a cette stupide obsession de construire des terminaux GNL pour recevoir du gaz de lointain fournisseurs tout simplement pour établir un nouveau rideau de fer avec la Russie. Les USA y voient un moyen d’empêcher l’émergence de l'Eurasie (Allemagne-Russie en gros).

"D'ailleurs, à la vue du schéma des "Echos", sur le gaz qatari, on peut penser que le Qatar se contente de ses 105 milliards de M3 de gaz exportés. Pour plusieurs raisons. Ils le vendent cher."

Oui mais les coûts ne sont-ils pas partagés? Le Qatar vend son gaz plus cher mais doit entretenir ses méthaniers, ses coûteuses installations industrielles etc...Ils préférerait peut être investir une bonne fois pour toute dans un gazoduc et vendre leur gaz moins cher certes mais avec moins de coûts et donc éventuellement un meilleur profit? Manque de chance, vers l'Est il y a l'Iran qui leur bloque la route, vers le Sud il n'y a rien a part les Séoud, au Nord, il me semble que la Syrie avait refusée la proposition qatarie pour un projet Iranien? Bref le Qatar est pour l'instant condamné a exporter son gaz sous forme GNL et donc a en assumer les coûts (en partie avec leurs clients).
Répondre