Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE CONSTAT...

5 Septembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Immobilier, #Economie

Des sociétés malades. "On devra toujours se loger". Alibi à des loyers déments...

Un internaute m'envoyait des liens sur les logements libres au Japon, 8 millions, qui seront, dans quelques années, 20, et une construction, qui se porte bien à 800 000 unités par an. Va comprendre, Charles ?

Dans le cas de la France, comme celui du Japon, le constat terrible est le même, le bâtiment est un secteur devenu totalement inutile, dans ces économies, sauf pour la réhabilitation, et en tous cas, pas au niveau de construction actuel.
Pour ce qui est des logements libres, si l'on prend logements vacants + résidences secondaires soit  2 825 + 3281 = 6 106 000 logements, on arrive quasiment au record nippon, avec des lois qui inversent les effets. Le terrain libre au Japon était 6 fois plus taxé que le terrain construit. C'était pour inciter la construction. Aujourd'hui, on laisse pourrir sur place, des logements qui ne valent pas grand chose, et bâtis pour 30 ans. L'achat de logement, sa réhabilitation, n'entre pas dans les mentalités nipponnes. 

Le logement pourri, a, la plupart du temps, disparu en France, sauf pour le logement difficile ou impossible à chauffer :

"... d’autres formes d’inconfort subsistent : en 2014, 1,3 million de logements (soit 4,5 %) ne disposent pas du chauffage central ou électrique tandis que 6,7 millions de logements (24,4 %) sont considérés par leurs occupants comme difficiles ou trop coûteux à chauffer."

Il est clair aussi, que dans toutes les âneries qu'on lisait sur l'immobilier, c'était pittoresque, du genre, oui, j'achète, le loyer paie mon emprunt, et après 15, 20 ou 25 ans, j'empoche et je me goberge avec le ou les loyers. Petite variante à l'équation : au bout de 25 ans, que faut il refaire ? Tout ? En réalité, l'homme habile, revend, et se goberge avec le fruit de sa rapine sur le gogo.

Le problème du logement est France est il une question de quantité de logements disponibles ou simplement le constat de prix de l’immobilier totalement déconnectés d’une économie réelle dévastée.

D'ailleurs, il est clair que, depuis 2006, on construit beaucoup de logements, dont la destination est de créer du vide. De 2005 à 2016, le nombre de logements vides a progressé d'un million. Globalement, on peut en déduire qu'on construit 100 000 logements de trop chaque année, ou qu'en on détruit pas assez, notamment, les 25 % qui sont des taudis énergétiques.

Au Japon, pays de gastronomie, les restaurants disparaissent à toute allure. D'une manière générale, les pays devront gérer leur baisse d'infrastructures urbaines.

Je crois, qu'à l'heure actuelle, la politique la plus habile, c'est de vendre, à n'importe quel prix. Cher si c'est cher, Bon marché là où c'est bon marché. Le logement placement, particulièrement, est une idiotie. Sauf, si, bien entendu, vous disposez d'un logement transportable, genre maison container, qui peut suivre la demande... Mais ça...

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Baretous 06/09/2017 09:44

""Le logement placement, particulièrement, est une idiotie."""

sauf si comme moi je fais de l'auto construction. Il faut bien trouver a près de 70 ans un moyen de compléter ma retraite de 800 euros. "Propriétaire bailleur exemplaire" je suis aux petits soins pour mes 2 locataires ayant de très faibles revenus .C'est vrai que je suis dans un petit village ou regne encre une certaine solidarité.

bugbreeder 06/09/2017 04:24

A noter aux USA l'explosion des "tiny house" minuscules mais hyper confortables et bien équipées installées sur une remorque standard qu'on accroche juste derrière son pickup pour déménager et dont la largeur est indexée sur selle d'une "lane" (couloir) standard de route US.

Phil 05/09/2017 21:57

Bon et en plus Jupiter demande aux propriétaires de compenser les réductions des APL. Ils vont être content... Ah ? les loyers c'est pas comme la bourse ? Uniquement à la hausse ?

http://www.lemonde.fr/logement/article/2017/09/05/macron-appelle-les-proprietaires-a-baisser-leurs-loyers-de-cinq-euros-pour-compenser-les-apl_5181279_1653445.html

Max 05/09/2017 20:08

L'empathie c'est mauvais pour la planète :

https://www.theatlantic.com/video/index/474588/why-empathy-is-a-bad-thing/

L'apres 05/09/2017 19:54

De mémoire, dans l'un des articles partagé sur l’excès de logements au Japon, un élu local prévenait que de toute façon, il faudra réduire l'offre en infrastructures dans le pays. A mon avis, l'incident de Fukushima et son parc nucléaire presque totalement arrêté du jour au lendemain sans gros soucis a du leur révéler que le Japon avait des surcapacités en infrastructures et qu'il était possible de les faire décroître.

"Sauf, si, bien entendu, vous disposez d'un logement transportable, genre maison container, qui peut suivre la demande... Mais ça"

On parle beaucoup des "tiny houses" récemment, phénomène né pendant la crise des subprimes aux USA. Ce genre de maison coûte entre 30 000 et 80 000 dollars en moyenne, en plus pas d’impôts fonciers, assurance faible et peu de frais d'entretien. Enfin il est intéressant de noter que ce genre de logement peut être temporairement délocalisé en cas de catastrophe naturelle prévisible (ouragan)

https://www.lesechos.fr/week-end/voyages/voyages/030516595438-le-grand-bonheur-des-petits-espaces-2111042.php

https://www.cnbc.com/2017/08/28/tiny-houses-in-detroit-are-giving-low-income-earners-a-chance-to-own.html

serge 06/09/2017 17:23

J'ai acheté une tiny pour éviter de faire des travaux dans un vieux corps de ferme acheté dans une de nos campagnes reculées. Cela évite la déclaration de travaux (grosse pompe à refus et à fric) et évite la législation, à savoir qu'au bout de 3 mois un mobile (caravane/bungalow/tiny...) doit avoir bougé. Et je l'ai mis sur des rails dans la grange pour éventuellement le sortir (prendre l'air, faire tourner l'éolienne/panneaux solaires, boire l'apéro dehors...) tout en conservant la faculté de rouler, des fois qu'en cas de KK, il faille partir.

Sébastien 05/09/2017 21:46

Arrêtez de rêver, chose impossible en France.

Phil 05/09/2017 19:34

Bonjour,

> Le problème du logement est France est il une question de quantité de logements disponibles ou simplement le constat de prix de l’immobilier totalement déconnectés d’une économie réelle dévastée.

Poser la question est y répondre. Sur Antibes, cela construit à tout va. Il faut croire qu'il y a encore des gens qui se croient riches et qui veulent défiscaliser. Je leur souhaite bien du plaisir lors de la revente de leur bien. C'est en général mal placé près des routes car il n'y a plus de place (sauf exceptions et il faut être du coin pour savoir si c'est bien ou pas).

> j'achète, le loyer paie mon emprunt, et après 15, 20 ou 25 ans, j'empoche et je me goberge avec le ou les loyers.

Je confirme. Tu achetes et tu te rends compte que le bâtiment doit être rénové et qu'il faudra payer (mais bon les frais sont divisés contrairement à l'entretien d'une maison).
Après, tu peux aussi vouloir ne plus dépendre des syndics qui te demandent des tonnes de papier et te font chier au quotidien. Pouvoir changer la déco n'a pas de prix. Enfin si l’immobilier est un gouffre mais moins que la grosse bagnole.

wawa 05/09/2017 18:29

La maison conteneur, c'est peut être l'avenir.

Cet été, j'ai discuté avec mon voisin de camping.
En sortie de divorce, les prix immobilier lui semblant déconnecté de la réalité ( de son salaire), il a préféré hacheter son mobilhome et vivre à l'année au camping.

Un gros mobile home est difficile à transporter ( convois exceptionnels) le conteneur, ( plutôt 2 accolé) est au gabarit routier : son transport peut être réalisé avec un camion porte conteneurs classique.

Max 05/09/2017 16:41

Des logements il y en a, ce n'est pas ça le problème. Le problème c'est tous les quartiers craignos où la délinquance et l'insécurité augmente, des quartiers où des jeunes désoeuvrés trainent et emmerdent le reste de la population. Ces quartiers là sont de plus en plus nombreux, et pas seulement en région parisienne. Aussi les prix dans les "bons quartiers" augmentent sans cesse, car ces bons quartiers rétrécissent à vue d'oeil. La "gentrification" qu'on a connu dans certaines villes ces dernières décennies n'existe plus. Aujourd'hui c'est la "paupérisation", de plus en plus les magasins sont remplis de vigiles, dans le métro des annonces "attention aux pickpockets". Ambiance.

Horzabky 05/09/2017 22:03

Vendredi dernier je suis passé par une ville de Seine Saint-Denis, à la limite de la Seine-et-Marne. C'étaient des soldats en treillis, FAMAS en bandoulière, qui faisaient la circulation sur la nationale. Je n'ai pas compris pourquoi. Ça ne surprend plus personne de voir des groupes de soldats armés dans les centres commerciaux (j'en ai vu au centre commercial de Val-de-Fontenay, toujours en Seine Saint-Denis, le 15 août dernier).