Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRIME A LA CASSE...

20 Septembre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #transport terrestre, #Politique

Il parait que la prime à la casse est une bonne idée. Moi, je ne trouve pas.

Cela ne change strictement rien à la donne.

On nous donne un parc automobile de 38 652 000 voitures, utilitaires et camions.
D'abord, comme dans toutes choses, il faut faire la critique. Ce chiffre est très surestimé. Notamment en campagne où l'on ne voit guère l'intérêt de déclarer des démolitions, et où souvent les carcasses rouillent dans un coin.

J'ai vu exploitant forestier en avoir 5. Et tous les maires ruraux savent que les carcasses trainent aux 4 coins. C'est sans doute moins visible en ville, et moins important, mais cela existe sans doute aussi.

Dans "the wire", quand le maire pique une crise, et ordonne aux services de voirie d'enlever UNE voiture, comme il ne leur dit pas où, ils sont obligés de sillonner la ville de Baltimore, et en enlève des centaines...

J'ai vu aussi une R8 gordini, (ça ne nous rajeunit pas), tranquillement héberger des poules dans une grange...

On peut donc estimer que ce parc est surévalué de 2 à 3 millions de véhicules. Comme la vignette n'existe plus, on n'a plus de photo instantanée, certes un peu fausse, parce qu'il y a toujours des gens qui passent au travers des mailles du filet, mais l'erreur était bien moindre. Et finalement, c'est peu. 35 000 communes, avec 60 à 80 épaves par communes, c'est sans doute un minima...

2 ou 3 voitures par ménages, cela renforce aussi cette impression. Sans doute une n'est pas très ancienne, mais les deux autres le sont plus, et la troisième, c'est souvent le nanard intégral, proche de l'épave qu'un jour on abandonne dans un coin, après avoir retiré batterie, banquettes, roues, et récupéré quelques pièces. Après, la voiture sert d'abri aux poules, aux serpents et aux rats.

Donc, on revient aux vieilles recettes de subvention de l'achat de véhicules. Quand on a une recette qui perd systématiquement, pourquoi y renoncer ? La prime à la casse ne rajeunira pas le parc. Pour que cela ait un impact significatif, il faudrait vendre des millions d'automobiles. En général, les primes ont un impact beaucoup plus réduit, de l'ordre de 200 000 à 300 000, rarement plus, et se traduisent par une plongée des ventes, après...

Quand on a 2 ou 3 voitures, c'est systématiquement la plus vieille et la plus usée qui part, et en générale, elle n'en avait pas pour longtemps.
De plus, il faut restituer le temps historique. Une voiture de 5 ans d'âge en 1980, c'était une épave. Aujourd'hui, 5 ans d'âge, c'est rien, et 100 000 km, pas grand chose. Avant, à 50 000, on pensait à changer... J'ai même vu des vieux de la vieille, qui en changeaient tous les 20 000...

Les populations rurales apprécieront sans doute davantage la mesure, pendant que les populations urbaines sont moins sensibles aux charmes de la voiture. Dans un cas, c'est obligatoire, parce qu'il n'y a pas de transports publics...

Certains font dans l'humour involontaire : "On ne pourra plus revenir du Touquet en 2040"...

Désopilant, dommage que l'auteur ne comprenne pas son humour. Leroy Ladurie disait qu'aucune génération n'avait vécue comme la précédente. Mais ce genre de subtilité échappe au parisien, friand de stabilité, alors qu'il y a toutes les chances que la société industrielle se soit effondrée en 2040. C'est même le contraire qui me laisserait baba.

Visiblement, des gens qui ont travaillé dans le privé toute leur vie, ne comprennent pas les notions basiques et essentielles de rentabilité, notamment dans l'extraction de l'énergie.

Une société où les dettes sont sur une trajectoire exponentielle n'est tout simplement pas viable. Poser la question d'aller au Touquet ? Tssst... Il y a pire...

10 000 milliards de $ de dettes pour la présidence Bush, 19 000 après celle d'Obama, empire, complexe militaro industriel, complexe médical sont simplement appelés à disparaitre. Pour l'efficacité, le moment est russo-cubain. Il n'en a pas toujours été ainsi.

On m'a posé une question sur le Mig 21, de 1960. A l'époque, les armes russes étaient chères, et celles américaines bon marché, y compris et surtout les avions. Le mig 21, "cheap" aujourd'hui, était cher alors. D'une manière générale, en 1980, les armes soviétiques étaient 5 fois plus onéreuses que les armes américaines.

Le ratio de pertes revendiqué au VN, était le suivant : les américains reconnaissaient 91 appareils perdus, contre 193 appareils abattus (dont une bonne partie de Mig 17). Comme en général on minore ses pertes et on majore celle des ennemis, le ratio réel doit être plus près de 1 pour 1 et pour le Mig 21, positif.

le Mig 21, d'ailleurs, par ses qualités, est toujours en activité, et les russes, (et d'autres), ont davantage misé sur le missile que sur les autres armes. Donc, peut être le Mig 21 ne peut être équipé de missiles modernes, mais vu le piètre état des F35 et F22, il peut sans doute les affronter sans peine.

La tenue d'une société, c'est aussi regarder l'état de son appareil militaire, de son rapport qualité/prix. Certains historiens, en parlant de 1944, ont dit que le résultat de l'offensive soviétique (Bagration) était le signe d'un effondrement de la machine de production allemande, au moins qualitatif...
Les sociétés occidentales sont à l'agonie, et c'est visible dans des budgets militaires déments, et une absence d'armée.
Les dirigeants européens veulent sauver l'union en militarisant ? Ils ne vont que la couler plus vite...

Comme disent les néo-libéraux, déverser de l'argent sur des secteurs en déclin ne change rien. Dans ce cas là, déverser de l'argent sur un complexe militaro-industriel souffrant d'embonpoint, c'est la même chose.

L'efficacité décroissante est accrue, comme dans le cas de l'extraction pétrolière aux USA.

L'armée de l'air américaine a de moins en moins d'appareils de combat disponibles, et tout repose sur des F15 et F16, conçus il y a plus de 50 ans. Les budgets, orientés vers le F35, et les F15 et F16 sont cannibalisés pour maintenir une certaine capacité opérationnelle, sans que cela change le déclin de l'USAF, dont le nombre d'appareils en état se réduit chaque jour...

Faire défiler 4 F35 et 2 B-1B en Corée du sud, tout aussi marrant que le Touquet. Heureusement qu'ils avaient des F15 pour les protéger. Même moi, je savais en 1980, que le B-1B c'était un sabot. Apparemment, il n'a été que le premier d'une très longue série, seulement capable d'attaquer des pays sans défense... Rions aussi du F22, incapable de voler quand il pleut...

Aux USA, ils feraient bien d'étendre la prime à la casse aux :

- F35, F22, B-1B,

- aux porte-avions (et d'une manière générale, à la quasi totalité de la flotte, totalement obsolète),

- aux multiples bases militaires qui s'étalent dans le monde,

- à une bonne partie de l'arsenal nucléaire, dans un état pas très bon,

- Et j'en passe... Ils feraient des économies monstrueuses... Comment ça, vous n'y pensez pas ???

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sclavus 22/09/2017 13:12

J'ai beau admirer ta revue de presse BA - c'est sans doute la meilleure de France - j'y mettrais quand même un bémol: Voter Trump et Macron est loin d'être la même chose ; c'est à peine comparable.
Trump milliardaire fait partie de ceux dont la fortune provient d'une réelle activité ; le BTP c'est un peu comme la terre - il ne ment pas ; voter le minet, CAD voter pour un petit laquais que la finance internationale érige comme on érige un pantin dans le théâtre des marionnettes, faut être un triste plouc 68ard qui pense avec son cul pour le faire.

BA 21/09/2017 08:28

Les passagers du bateau votent pour le naufrage.

Jeudi 21 septembre 2017, dans Les Echos, page 6, deux articles ahurissants :

1- Dans le premier article, nous lisons que la banque centrale des Etats-Unis a injecté 4500 milliards de dollars dans l'économie depuis 2007. Elle a utilisé la planche à billets pour racheter des bons du Trésor et des titres adossés à des créances immobilières. En clair : elle a créé une bulle obligataire, et elle a créé une bulle boursière.

2- Dans le second article, nous lisons que, depuis 2008, la croissance des salaires réels a été de … 0,2 % dans les pays riches !

3- Conclusion : depuis 2008, aux Etats-Unis, en Europe, au Japon, les banques centrales ont injecté des milliers de milliards dans l'économie. Malheureusement, ces milliers de milliards ne sont pas descendus dans l'économie réelle. Ces milliers de milliards n'ont fait que gonfler des gigantesques bulles, qui se sont élevées dans le ciel : bulle obligataire, bulle boursière, bulle financière.

Autrement dit : les détenteurs de capitaux, c'est-à-dire les 5 % les plus riches, ont continué à s'enrichir. Les 95 % des autres citoyens ont continué à s'appauvrir.

Le plus triste, c'est que les électeurs ont voté pour un milliardaire lors des dernières élections aux Etats-Unis (Donald Trump) et pour un ancien banquier d'affaires de la banque Rothschild en France (Emmanuel Macron).

Quand les électeurs votent pour les 5 % les plus riches, il ne reste plus qu'à regarder le bateau couler. Les électeurs ont ce qu'ils méritent : le naufrage.

Lisez ces deux articles :

La banque centrale américaine a annoncé mercredi qu’elle débuterait le mois prochain la gigantesque cure d’amaigrissement post-crise que les investisseurs attendent depuis des mois, et qu’ils voient comme le signe ultime de la confiance de l’institution dans l’économie américaine.
Pour soutenir une économie ravagée par la crise, la Fed était en effet intervenue à trois reprises sur les marchés pour racheter des milliards de dollars de titres (des bons du Trésor et des titres adossés à des créances immobilières). Son objectif : soutenir leur valeur, faire baisser le coût du crédit, et injecter une manne considérable de liquidités dans l’économie. Entre 2007 et 2015, la taille du bilan de la Fed a donc été multipliée par cinq pour atteindre 4.500 milliards de dollars. Cet outil puissant a permis, selon les économistes de la banque centrale, de faire baisser les taux à 10 ans d’environ 1 %.

https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/030592021571-etats-unis-la-fed-tourne-la-page-de-la-crise-2115844.php

L’augmentation des salaires, décevante, ne permet pas à l’inflation de s’établir au niveau désiré par les banques centrales. En moyenne, depuis 2008, la croissance des salaires réels ne s’est élevée qu’à 0,2 % dans les pays riches. Ce sont les classes les plus défavorisées qui ont le plus souffert de cette tendance, souligne l’OCDE.

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/030589576880-la-croissance-mondiale-se-raffermit-2115725.php

Jean-Marie 20/09/2017 15:09

Finalement, on arrive au bout de tout.
- au bout de la dette qui est non remboursable : à moins de mettre en esclavage la population, est ce le but ?
- au bout de l'énergie pas cher : Patrick répond bien à la question.
- au bout de la croissance infinie : les arbres ne montent pas jusqu'au ciel. Et on cherche toujours à relancer la machine consommation : nouvel ipomme 50 à 8000€ ...
Bref l'effondrement est là.
Les gouvernements cherchent à limiter la descente brutale qui conduira(i) à l'effondrement final avec son lot de guerre civile.
Toujours plus de prélèvements, toujours de contraintes (servant à financer la dette). Bref, ils cherchent à gagner du temps.
La religion du progrès arrive à sa limite. Après, tout le reste c'est du blabla

bozi lamouche 20/09/2017 21:05

oui bof....certains pays sont engagés dans des constructions d'infrastructures importantes, certains investissent massivement dans des projets divers...etc...pourquoi ? par snobisme ?

dizemanov 20/09/2017 12:46

Il s’est vendu deux fois moins d’écrans TV que l’an dernier sur les six premiers mois de l’année. Les fabricants cassent les prix.
« C'est une catastrophe, confie un professionnel du secteur. On ne pensait pas que cela prendrait de telles proportions. Les grandes marques ont dégainé des offres de remboursement (ODR) conséquentes pour essayer de limiter la casse, mais les distributeurs ont encore des stocks de début d'année et ne vont pas se réapprovisionner de sitôt. Les enseignes qui ont une ou plusieurs marques de distributeurs (MDD) bloquent souvent les achats pour favoriser l'écoulement des stocks de MDD qui leur brûlent les doigts. »


https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/030545655117-le-marche-francais-de-la-television-seffondre-2113305.php

RolandT 20/09/2017 10:48

Concernant les pertes au Vietnam, il s'agit uniquement des pertes en combat aérien ?

Parce que sinon globalement, les étasuniens ont perdu environ 2250 avions de combat pendant la guerre, et 4600 hélicoptères !...

Patrick REYMOND 20/09/2017 17:56

il s'agit uniquement des pertes en combat aérien.