Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

APRES LE BEURRE, LE PINARD...

24 Octobre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Economie, #Politique, #Energie

Le pinard lui même est victime des mauvaises récoltes.
Si le beurre ne manque pas, son absence est du aux mécanismes économiques. Il est plus rentable de le vendre à l'extérieur que sur le marché interne.
Si le même phénomène en Argentine avait débouché sur un bras de fer entre la présidente Kirchner et les producteurs de viande, ici, rien de comparable. C'est le caractère bienheureux de la mondialisation.

Le même mécanisme qui fit des millions de morts en Irlande, pendant que les céréales s'exportaient.

Changement de régime, avec le vin. Le vin, boisson populaire est devenu aujourd'hui un marqueur social, et une boisson de riche, sans gros problèmes d'écoulement. Bien sûr, les pauvres peuvent continuer à litrer. Il reste assez de bibine pour en contenter, mais les vrais pauvres se voient proposer d'autres alcools moins chers. Et plus faciles à produire.

Il reste que la production mondiale de vin est au niveau de 1961. Bien sûr, que des variations locales soient inévitables. D'abord parce qu'auparavant, les marchés étaient surtout locaux et d'autoconsommations.

Cela annonce surtout de gros problèmes pour le reste de la production agricole, si le si cher vin n'arrive pas à maintenir sa production, et la crise est générale et mondiale, comme la production.

On voit de plus en plus, ponctuellement, les récoltes qui baissent drastiquement. Une année le blé, l'autre, le vin, demain, le riz, etc...

Certes, on n'a pas atteint un stade de décroissance, mais un stade de plafonnement, où les aléas entrainent l'apparition d'accidents importants dans les volumes produits.

Et là aussi, l'investissement productif ne se tourne plus vers la production, mais vers la spéculation. Et son corollaire, le stockage, puis le pillage.

Et la remise en cause drastique des dogmes économiques, comme vu en Ukraine en 2008. Quand il y a pénurie, tôt ou tard, il y a rupture des exportations, sinon, les provinces font sécession, ou s'abandonnent, comme l'Afrique du nord romaine, aux vandales. Histoire d'être débarrassé de l'annone.

Quelqu'un m'a demandé ce qu'il faut pour passer un effondrement. Un groupe, des amis, mais aussi un stock. Quand on voit costco qui vend des kits de survie pour une année, on ne devrait pas s'étonner. Aux temps anciens, le riche, c'était celui qui pouvait stocker. Et stocker le plus possible. Les coffres forts les plus répandus aux XVI° siècle, c'étaient des coffres à grain. Quand on voit le massacre de l'épargne, certains achètent de l'immobilier (il y a une certaine logique), mais on peut penser que faire confiance au "système" pour l'approvisionnement de tous les jours, ce n'est plus du pragmatisme, c'est de la foi...

Bien sûr, les amis, c'est aussi le groupe et les moyens de les conserver. Celui qui a une année de bouffetance, surpassera toujours celui qui en a 4 jours, et fait confiance au superprimou géant pour manger... (déjà, quand le tri aura été fait, ce qui sera vite fait, il y aura de la place...).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Abdel 29/10/2017 14:01

Penuerie de beurre et penuerie de piece detaches....on est vraiment dans l absurde....

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/10/29/f-35-pas-assez-de-pieces-de-rechanges-864606.html

gros beurre 25/10/2017 18:04

tout ce qui se dit sur le beurre actuellement est une connerie. la réalité c'est que les producteurs se sont cassés les dents sur la renégociation sur le tarif auquel achete la grande distribution.

certains ont réussi à négocier ( grp intermarché ) d'autre, carrefour, ont joué les nazi du tarif, et on créé la pénuerie en refusant d'acheter les lots du moment pour creer un trouble financier pour les producteurs pour les forcer a reprendre l'ancien tarif.

ni plus, ni moins.

y a pas plus de vente à l'export que mon cul c'est du poulet. si on avait des tendances à l'instabilité d’approvisionnement en france, en 2017, pour la bouffe, en matière première, ca se saurait, faut arrêter de dire de la merde à un moment.

gagner du fric en faisant peur je veux bien mais ya limite à tout.

Sébastien 25/10/2017 22:11

Ils n'ont qu'à arrêter de traiter avec ces circuits de distribution. Le beurre peut se vendre sans Carouf.

Manassas 25/10/2017 21:36

Hmm.

Article de 2013.

https://www.ouest-france.fr/normandie/les-chinois-debarquent-la-laiterie-disigny-1425216

Dans le Bessin, une vache sur deux « travaille » à l'export et bientôt deux sur trois. L'entreprise chinoise Biostime investit 50 millions d'euros pour produire de la poudre de lait infantile. 100 emplois à la clé.

Sans parler de Saint-Hubert repris par des Chinois cette année.

Du coup je ne sais pas.

Anonymous19 25/10/2017 11:20

Bah! Il y aura des gens comme vous pour proposer d'exterminer les fils de pute (femme du tiers monde) et ces bâtards (fils de bonne) d'anarchistes.
Enfin... sur la couleur des putes, les avis diverges https://www.richmeetbeautiful.com/fr/

boromsikim 25/10/2017 09:55

"Certes, on n'a pas atteint un stade de décroissance"
ah bon !

Dimezanov 25/10/2017 00:48

" Si le beurre ne manque pas, son absence est du aux mécanismes économiques. Il est plus rentable de le vendre à l'extérieur que sur le marché interne.
Si le même phénomène en Argentine avait débouché sur un bras de fer entre la présidente Kirchner et les producteurs de viande, ici, rien de comparable. C'est le caractère bienheureux de la mondialisation.

Le même mécanisme qui fit des millions de morts en Irlande, pendant que les céréales s'exportaient." http://lachute.over-blog.com/2017/10/apres-le-beurre-le-pinard.html

'"Humanity’s current established centralized institutions and nation-states have become clownishly corrupt, merely existing to protect and enrich the powerful/connected as opposed to benefiting the population at large. As such, legitimacy has been shattered and people have begun to demand a new way. Whether we see this with the rising popularity of Bitcoin, or the UK decision to leave the EU, evidence is everywhere and we’ve already passed the point of no return. This is precisely why EU leaders are rallying around Madrid. They’re scared to death and fear they might be next. They’re probably right. ''

C'est dans un contexte de diverses pénuries à venir et pour éviter (entre autres) le sort des irlandais victimes de "current established centralized institutions and nation-states clownishly corrupt" que va se concrétiser dans l'organisation politique la volonté de maîtriser LOCALEMENT, au plus prés, la gestion POLITIQUE et non PUREMENT financière de l'attribution des ressources et c'est pourquoi, entre autres raisons oui, la Catalogne est le modèle de l’évolution probable de l’organisation du monde
« Je crois que ce qui est en train de se passer en Espagne aujourd’hui représente un microcosme crucial de ce qui va se passer sur la planète dans les 10 prochaines années. Certains d’entre vous auront des discussions à propos de qui a raison et qui a tort dans cette crise, mais ce n’est pas le sujet. Il n’importe pas de savoir que quel côté vous vous trouvez, ce qui importe est que la crise entre Madrid et la Catalogne est un exemple des forces de centralisation affrontant les forces de décentralisation. »
http://www.dedefensa.org/article/la-crise-catalane-comme-modele-davenir

Dany 25/10/2017 00:11

Le gouvernement suisse a demandé à ses habitants d'être un peu prévoyant en stockant de la nourriture pour 8 à 15 jours; sachant que l'armée stocke un an de réserve par citoyen...
Sacré Suisses !