Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il EST VENU, A DIT, ET ON S'EN TAPE...

13 Octobre 2017 , Rédigé par Patrick REYMOND Publié dans #Politique

Donc, Cantat est venu nous sortir une autre chanson, à thème pour nous faire la morale.

je lui rappellerais une autre leçon de morale, bien plus ancienne. Le décalogue.

"20.13 Tu ne tueras point.

2014 Tu ne commettras point d'adultère." Raté, sur les deux points. Morale à géométrie variable. La sienne qui l'arrange.

Il est indifférent que ce triste sire ait payé sa dette à la société comme on dit. Il a perdu le droit, à jamais, de donner des leçons de morale.

Un homme, ça ne frappe pas les femmes, ça ne les tue pas, et ça ne les laisse pas mourir par terre. Point.

Tout ce qu'il avait gagné, c'est le droit de se faire oublier. Et d'espérer que pour lui, que la famille de la victime ne veuille pas lui appliquer un autre point de morale.

Celle du lévitique 24.20. Et lui fasse subir le même sort.

Il représente bien un monde médiatique : "Weinstein, Cosby, Casey Affleck, Sheen : la morale à géométrie variable d’Hollywood." Celles des riches, jamais coupables, jamais punis parce qu'assez riches pour étouffer pas mal d'affaires.
D'ailleurs, dans le contexte anti-trump d'hollywood, ces affaires qui tombent sur un monde massivement lui aussi anti-trump et très politiquement correct, on peut penser que dans des officines, les tombereaux de fumiers étaient près pour recouvrir d'autres fumiers.

En France, c'est Fabius qui voit les fagots s'entasser pour son bûcher. Lui aussi aura l'intérêt du torche-cul : il est à jeter après usage. Lui qui couvrait d'éloge le front al nosrah ("ils font du bon travail"), on se demande ce qu'il magouillait avec l'état islamique. ou plutôt, on ne se le demande pas. Et on ne se pose pas, non plus, de savoir pour qui il travaillait.

  
  

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

téléphobe 14/10/2017 09:45

"Un homme, ça ne frappe pas les femmes, ça ne les tue pas, et ça ne les laisse pas mourir par terre. Point. " : bien dit.
Que ce salopard la ferme, c'est tout ce qu'on lui demande - mais il doit avoir besoin de pognon, c'est surtout ça ;o)

La Gaule 14/10/2017 07:19

Bof... Même Eric Naulleau à mangé le morceau récemment, les milieux dits « artistiques » ne sont pas les auxiliaires du système mais leur fer de lance combattant, puisqu'ils incarnent les nouveaux modèles à imiter.
D'après lui, même les milieux du journalisme sont moins incultes, sectaires et bornés. C'est dire...

https://www.youtube.com/watch?v=hHgBRsZmEYQ

Ces gens sont des merdes et, effectivement, on s'en fout.
Il reste en effet possible de s'intéresser à ce qu'ils font en les évitant, eux, puisque toutes les ressources de la technologie contemporaine nous le permettent.
Comme disait à raison je ne sais plus quel prédécesseur du grand niais sinistre Cantat ; « le sens expire et l'expression prime ».
L'art est d'abord un style, et aucune forme de « message » artistique ne tient sérieusement la route.
Pour prendre une comparaison énorme en comparaison du minuscule petit boxeur du rock français Cantat, Georges Brassens était d'abord un immense compositeur et un mélodiste hors pair.
Quant à l'humanisme désuet qui émane de ses textes, il a pris déjà cent ans (mourir pour des idées l'idée est excellente, moi je ne suis pas mort de ne l'avoir pas eu etc... c'est aussi pour cet état d'esprit que l'on ne meure plus aujourd'hui que pour du fric, mon Cher Georges).
Il n'est donc pas interdit de trouver intéressante certaines chansons de... comment s'appelle-t-il déjà, l'autre gros con à la Gibson rouge qui étrille ses femmes ?
Alors peut me chaut aussi que Machin, abruti artistique majeur, ait boxé à mort Machine, hystérie artistique incarnée et notoire, et libre à vous d'avoir besoin de ça pour faire de la morale.
Quant aux proches, c'est sûr qui si la fille avait été caissière chez Casino et le gus facteur, son come back aurait été moins voyant et éprouvant.
Finalement, pour les écrans plats qui remettent ce genre de storytelling étron sur l'étalage, il vous reste la benne à ordure du coin de votre rue.

Dimezanov 13/10/2017 21:31

BRAVO ET MERCI MR REYMOND !